BRYCE CANYON,AU CŒUR D’UN PAYSAGE ENNEIGE.

En fin de journée, juste après notre visite du Zion National Park, nous prenons la direction du Bryce Canyon, situé à deux heures de route du parc. Petit à petit, kilomètres après kilomètres, les paysages changent. Nous apercevons de la neige sur notre route ce qui rend le décor captivant. L’Utah est vraiment un état à part, un drôle d’espace où l’on finit par se demander quelles formes auront les formations géologiques des prochains parcs que l’on visitera. Et, le Bryce Canyon nous réserve bel et bien de superbes surprises.

IMG_20200128_153124.jpg

IMG_20200128_151557.jpg

Bryce Canyon National Park n’est pas tout à fait un canyon, c’est plutôt un gigantesque amphithéâtre naturel en forme de fer à cheval, créé par l’érosion de la partie est du plateau de Paunsaugunt. Au fil des âges, ces formations ont été sources de nombreuses croyances, notamment chez les indiens qui pensaient que ces formes étonnantes étaient des restes d’humains pétrifiés pour avoir mal agi.

Ses structures géologiques appelées « les hoodoos » sont extraordinaires. Ce chaos de blocs et d’aiguilles rocheuses délicatement dentelées, dominant les versants d’une vallée encaissée, est l’une des plus minutieuses sculptures géantes dont les artistes ne sont autres que le vent, la pluie et le gel. Le chef-d’oeuvre serait en quelque sorte inachevé si les caprices de la nature n’y avaient pas déposé, de-ci, de-là, des touches de couleurs comme du rose écarlate, d’orange, de blanc, de gris, de violet, de bleu, ou bien de vermeil… Une vrai palette artistique !

IMG_20200128_154453.jpg

IMG_20200128_154453.jpg

IMG_20200128_161000.jpg

IMG_20200128_155508.jpg

 

Le Rim Trail suit sur plusieurs dizaines de kilomètres le plateau déchiqueté qui borde le canyon. De nombreux stops en voiture sont possible tout autour, offrant des panoramas magnifiques sur le Bryce Canyon. Toutefois, en saison plus chaude, pensez à faire certaines randonnées que le site peut offrir, je pense que cela doit valoir vraiment le coup, car de plus près c’est toujours mieux pour bien admirer ces hoodoos, qui nous font penser aux cheminées de fées de la région de la Cappadoce en Turquie.

Nous sommes descendus au Bryce Point, puis remontés vers le Sunrise Point. Vous retrouverez ci-dessous une carte afin de visiter ce fabuleux site.

 

carte bryce

etape 3

 

INFORMATION PRATIQUE :

  • Comment s’y rendre depuis Zion National Park ? En seulement deux heures avec la route UT12.
  • Comment s’y rendre depuis Page ( Arizona )? Comptez 3h30 de route pour rejoindre Bryce Canyon.
  • Un visitor center se trouve à l’entrée du parc, juste après le péage. Notez que de fin Mai à fin Septembre, il existe des navettes gratuites reliant le Ruby’s Inn à Bryce Point. Fréquence de passages toutes les 10-15 minutes.  Les navettes commencent à fonctionner à 8 h. Les horaires du dernier autobus varient en fonction de la saison : 18h en basse saison et  19h en haute saison.

 

navette

 

  • Le Pass America the beautiful est accepté. Sinon 25 $ par voiture ou 12 $ pour piéton (valable 7 jours). 
  • Le site suivant vous informe des différentes randonnées que vous pouvez faire .

 

 

Malgré le froid glacial en fin de journée, nous avons adoré ce lieu, oui je sais nous nous répétons beaucoup, mais les paysages dans l’Ouest américain sont vraiment à couper le souffle. Et, là encore, nous tombons sur des formations géologiques complètement différentes de tout ce que nous avons pu voir, et la neige en prime, incroyable !

 

 

HORSESHOE BEND, L’ENVOÛTEMENT IMMÉDIAT.

Nous voilà à Page, ville dans la région de l’Arizona. Tout juste après notre petit déjeuner nous prenons la voiture en route pour l’Horseshoe Bend. Oui vous aussi vous allez un peu trébucher le nom de ce lieu ! Je pense que c’est à peine maintenant que j’arrive enfin à le prononcer sans me tromper. Mais Horseshoe Bend, qu’est ce que c’est ? A part ces photos mythiques que nous connaissons tous. 

IMG_20200129_092407

Commençons par un bref historique de la région. Les premiers peuples sédentaires à s’installer sur ce territoire étaient les amérindiens Fremont et Anasazi (jusqu’au XIVe siècle environ), à qui succèdent les Paiutes, puis les Navajos et les Hopis (vers 1850).

À partir du XVIe siècle, les colons espagnols puis le gouvernement mènent des expéditions dans la région, avant l’arrivée des pionniers lors de la ruée vers l’or. Dès le début du XXe siècle, la région se développe et est de plus en plus fréquentée par les touristes. Mais le paysage exceptionnel de Horseshoe Bend n’attire pas seulement les touristes, mais aussi les cinéastes ! On peut notamment voir son décor dans le film La Planète des Singes (1968) de Franklin James Schaffner.

Horseshoe Bend, c’est en fait un méandre du fleuve le Colorado et a pour forme la courbe d’un fer de cheval d’où son nom en anglais. Mais c’est surtout un lieu magnifique à observer. Les canyons sont saisissants, et le bleu du Colorado contraste subtilement ce décor fantastique. Je pense que nous aurions pu rester des heures et des heures à observer ce lieu. Littéralement conquis !

IMG_20200129_093310

IMG_20200129_093303

IMG_20200129_093115

IMG_20200129_091650

etape 3

 

INFORMATIONS PRATIQUES. 

De Page, il vous suffira donc de suivre la direction Sud sur l’US 89, de tourner à droite près de 2,5 kilomètres après le croisement entre l’US 89 et l’AZ 98, puis de suivre les panneaux qui indiquent le sentier menant à Horseshoe Bend. Facile, non ?

Le site est payant, il coûte 10 $ par véhicule, et même si vous possédez le Pass, America the beautiful. Vous avez un parking qui va être votre point de départ pour se rendre au site. Le chemin n’est pas si long, je dirais environ 15 mins à pied.

Sur place, prévoyez une heure pour faire la randonnée et vous imprégner de l’atmosphère du lieu. Notez cependant que le parking ouvre ses portes à 5h du matin et ferme à 20h, le soir.

Depuis 2010, Horseshoe Bend ne cesse d’attirer de plus en plus de visiteurs, amenant les autorités à aménager le site afin de les accueillir dans les meilleures conditions (abris pour se protéger du soleil, places de parking supplémentaires, barrières de sécurité…). L’aspect de Horseshoe Bend n’est donc plus aussi brut qu’avant, mais la bonne nouvelle est que le site est désormais accessible aux personnes à mobilité réduite.

 

 

SUR LA ROUTE DES VILLAGES FANTÔMES DANS L’OUEST AMÉRICAIN, ET EN PRIME LA ROUTE DES OVNIS.

Juste après notre visite de la Death Valley, nous partons dans le Nevada à la recherche de village fantômes. Non loin de la Vallée de la Mort, nous retrouvons Rhyolite, un village abandonnée.

IMG_20200127_140625

 

RHYOLITE, LE PLUS ACCESSIBLE DEPUIS LA DEATH VALLEY. 

À son apogée, Rhyolite comptait 5 000 habitants, 50 saloons, 35 tables de jeu et 19 maisons de pension. Les mines ont été fermées en 1910 après le tremblement de terre de San Francisco qui avait perturbé le service ferroviaire desservant cette ville minière du Nevada.

IMG_20200127_141626 - Copie

Aujourd’hui, Rhyolite est l’une des villes fantômes les plus photographiées de l’État. Et pourtant, il en reste pratiquement plus rien. Ce n’est pas le plus intéressant de la région. Toutefois si vous n’avez pas forcément le temps d’en voir d’autre il peut être alors une option à votre exploration.

IMG_20200127_143331

IMG_20200127_143400 - Copie

IMG_20200127_143454

IMG_20200127_143514

IMG_20200127_143558

 

GOLDFIELD, VILLAGE FANTÔME PAR EXCELLENCE.

IMG_20200127_162015

IMG_20200127_160818

Nous arrivons à Goldfield, après 1 heures 20 de route. Dès notre arrivée nous nous sommes demandés si on était bel et bien dans un village fantôme, car Goldfield se montrait au premier abord très industrielle.

IMG_20200127_160925

Située entre Reno et Las Vegas, la ville de Goldfield a été l’une des plus effervescentes, sa population atteignant 30 000 habitants au tournant du siècle dernier. Aujourd’hui, moins de 300 habitants vivent dans ce qu’il reste de cette ancienne ville-champignon. Ruelles après ruelles, nous trouvons de nombreuses trouvailles très anciennes, cela nous plonge dans un décor Far West, hors du temps.

IMG_20200127_161001

IMG_20200127_161128

IMG_20200127_161342

IMG_20200127_161339

IMG_20200127_161445

IMG_20200127_161718

IMG_20200127_162115

IMG_20200127_161832

Nous continuons notre route vers St George, il nous reste 400 et quelques kilomètres ce qui est encore énorme on vous l’avoue. Mais ça c’est notre folie, cette folie à tout prix de passer par la routes des aliens, en plus dans la nuit.

 

LA ROUTE DES ALIENS : EXTRATERRESTRIAL HIGHWAY.

IMG_20200127_180534

IMG_20200127_182645

Rouler la nuit à travers ces longues routes monotones peut s’avérer un peu dangereux, encore plus quand sur votre chemin vous pouvez rencontrer vaches, biches,  cerfs, lapins… Donc soyez prudent ! Et, attention, il n’y a plus de station essence sur la Statre Route 375. Les stations les plus proches sont à Ash Springs et à Tonopah.

Extraterrestrial Highway , soit la « Route des Extraterrestres« ,  est une bande de bitume de 158 km entre Warm Springs et Crystal Springs, en plein South Central Nevada, est connue pour ses observations d’ovnis, sa proximité avec la zone 51 et Nellis Air Force Range. C’est, avec la ville de Roswell (Nouveau-Mexique) ou la San Luis Valley (Colorado), l’un des « hot spots » pour les ufologues du monde entier. 

IMG_20200127_191602

IMG_20200127_191705

IMG_20200127_193728

IMG_20200127_193747

C’est avec un ciel étoilé que nous commençons cette mythique route à la recherche d’un extra-terrestre. Bon qu’on se rassure mise à part des vaches, aucun alien fut au rendez-vous. Mais par contre nous avons adoré le côté très Kitsh des américains.  Il y a donc le petit motel-restaurant de Rachel, le Little A’Le’Inn, et la Black Mailbox, une simple boîte aux lettres, lieu de rassemblement des chasseurs d’ovnis. Nous avons même laissé une petite carte postal de la France. Donc si toi alien tu l’as reçu, merci de nous faire un petit hommage ;).

 

Pour la petite anecdote, c’est sur cette même route que nous avons eu à faire à la police américaine. La limite de vitesse à un croisement était de 25 kilomètres par miles, et Adam roulait à 30 kilomètres par miles. Du coup, tout sagement on s’arrête sur le côté voyant les gyrophares derrière nous et personne d’autre que nous roulait sur cette route. Dans le rétroviseur, on guette alors le policier, ce fut comme une scène d’un film, un moment de cinéma intense, lampe torche, fenêtre baissée, le policier nous accueille en nous demandant nos papiers. Bon qu’on se rassure le policier était très gentil, deux trois échanges, nous rappelant de faire attention aux limitations de vitesse, un petit sourire et nous pouvons reprendre la route.

 

etap 2

 

Cette journée de route fut très longue, nous avions hâte d’arriver à St George, ville dans la région de l’Utah. Aujourd’hui, L’exploration était au rendez-vous ! Nous avons adoré, et nous nous sommes vraiment sentis comme des acteurs déambulant à travers des décors mythiques américains.

 

DEATH VALLEY : UNE MERVEILLEUSE ÉCHAPPÉE NATURELLE.

Le lendemain de Las Vegas, nous prenons la route en direction de la Death Valley. Lieu fascinant et incontournable lors de votre road trip dans l’ouest américain.

C’est sur la frontière du Nevada, à l’est de la Sierra Nevada, à la suite du Mojave Desert, que s’étend la fameuse Vallée de la Mort. Le nom indique bien l’aridité totale de ce lieu, où beaucoup se sont perdus en voulant atteindre la Californie.

Il y a quelque 200 millions d’années, la vallée était une mer en bordure de la faille de San Andreas, cette fameuse cassure de l’écorce terrestre qui fait trembler la Californie. Aujourd’hui subsistent des collines de sable blond totalement vierges ; des étendues salées et blanches, des montagnes, des collines et des canyons râpés et arides, d’une beauté d’autant plus impressionnante que le soleil, selon les heures, change les perspectives, les volumes et les couleurs.

 

IMG_20200127_123408

 

HISTOIRE DE LA DEATH VALLEY.

Les premiers habitants de la vallée étaient les Indiens Timbisha Shoshone, qui vivent aujourd’hui dans les Shoshone Mountains. Les premiers Européens à avoir connu ce désert sont arrivés lors de la Ruée vers l’or de 1848 à 1851. Ce furent près de 80 000 personnes qui partirent vers la Californie, pour une aventure périlleuse où il fallait s’attendre à combattre les animaux sauvages, les Indiens, et les éléments naturels. En 1850, de l’or fut découvert dans la Vallée de la Mort, ainsi que de l’argent, mais leur exploitation ne commença que lors de la découverte des gisements de borax en 1883. Le minerai était emporté par des wagons tirés par des attelages d’une vingtaine de mules. Des villes-champignons poussèrent autour de la vallée, comme Skidoo et Rhyolite, mais, le minerai s’épuisant rapidement, elles devinrent des villes fantômes. La Vallée de la Mort retint l’attention des parcs nationaux dès les années 1920, mais ce n’est qu’en 1933 que le président Hoover la déclara  »  monument national   »  ; elle ne devint parc national qu’en 1994.

 

UNE SACRÉE RÉPUTATION.

La réputation de la Death Valley n’est plus à faire : il fait très chaud et très sec. En 1929 et en 1953, il n’a pas plu une seule goutte pendant toute l’année. Le record de température est de 128°F (54° C) et  200°F (93°C) sur le sol… De nombreux guides regorgent d’histoires morbides. La plus connue, et la plus ancienne, c’est celle des « 49 premiers perdus » de la Vallée de la Mort.

En 1848, de l’or a été découvert en Californie, et tout le monde se rue à la conquête de l’Ouest. Les premiers pionniers à partir, « les 49 premiers » partirent de Salt Lake City, en Utah, et se retrouvèrent, après déjà moults péripéries et raccourcis mal choisis, en plein cœur de ce qu’ils nommeraient ensuite la Death Valley, car elle allait coûter la vie à un membre de l’équipée, et aux ânes de leur caravane dont ils se sont repus pour survivre.

 

IMG_20200127_102703

 

Death Valley est une quintessence de désert. Un Sahara d’environ 150 km sur 80 km. Et, nous y voilà, on entre dans la Vallée de la Mort par la Death Valley Junction. Quelques mètres plus loin, nous observons le Zabriskie Point où l’arrêt à ce point de vue est quasiment incontournable.

 

LE ZABRISKIE POINT.

IMG_20200127_105025

IMG_20200127_104942

C’est l’un des phénomènes géologiques les plus surprenants de la vallée. Le paysage à 360° a un côté lunaire. Il faut vous y rendre au lever du soleil, quand les couleurs ont toute leur intensité. La roche semble avoir été peinte, passant du rose au vert ou à l’orange. D’un côté, la terre à dominante jaune, marbrée de strates sombres, est creusée d’une série de ravines que domine une aiguille, Manly Beacon. Au nord, une couche plus dure, rouge sombre, est nommée la Cathédrale rouge.

IMG_20200127_105330

IMG_20200127_105403

IMG_20200127_110056

C’est un de mes lieux préférés de la Death Valley, je trouve ce paysage complètement féerique et fascinant. Les couleurs changent constamment, et l’ensemble de forme de la vallée apporte une poésie naturelle captivante.

 

LE LAC À SEC DE BADWATER.

IMG_20200127_113104

Badwater, est une vaste étendue de marais salants, magnifique avec les réverbérations du soleil. Un lac temporaire peut se former après de fortes pluies au Printemps. Au flanc de la montagne, bien au-dessus des hommes, un panneau signale « Sea level ». C’est le point le plus bas  des Etats-Unis, 86 mètres sous le niveau de la mer.

IMG_20200127_115350

IMG_20200127_115008

IMG_20200127_114542

IMG_20200127_114223

IMG_20200127_113030

IMG_20200127_115440

Avec la chaleur qui continue d’assécher les cristaux, la surface se brise pour former des carreaux irréguliers. Puis peu à peu, tout continue à se briser et le sol devient plus chaotique, comme s’il avait été labouré.

 

LES MINES DE BORAX.

En continuant notre route en pleine exploration de la death valley, de nombreux paysages tous saisissants parsèment notre aventure. Mais celle-ci devient encore plus excitante quand nous décidons d’aller explorer une ancienne mine abandonnée…

IMG_20200127_123454_1

IMG_20200127_123429

 

IMG_20200127_132536

IMG_20200127_132405

IMG_20200127_132334

Les sous-sol de la vallée pouvait être une source de profit et autrefois on commença à exploiter du cuivre, de l’argent et de l’or, mais aussi du talc et du borax. Le borax, « l’Or Blanc du Désert » était utilisé dans l’industrie du verre, dans la métallurgie, mais aussi dans la fabrication de savon et de lessives, fut la principale production de la vallée.

Il en reste aujourd’hui quelques mines abandonnées, à l’exploitation desquelles furent employés de nombreux ouvriers chinois, et le souvenir du fameux équipage de 18 mules et deux chevaux (twenty mules team) d’Harmony Borax Works, transportant en 10 jours sur une distance de 270km des chariots de 36 tonnes de borax. Harmony Borax Works fut exploitée de 1883 à 1888.

La mine abandonnée que nous avons exploré fut vraiment très bien conservée, et pratiquement personne la visite car la route pour y accéder est assez compliquée surtout si vous avez loué une mustang.

IMG_20200127_132314

IMG_20200127_132142

IMG_20200127_132052

 

 

D’AUTRES SITES A VOIR :

  • DANTE’S VIEW.
  • DEVIL’S GOLF COURSE.
  • ARTIST’PALETTE.
  • SAND DUNES.
  • UBEHEBE CRATER.

 

 

La réputation lugubre de la Vallée associée à la beauté de ces lieux désertiques nous transporte tout de suite dans une atmosphère intimidante. C’est vraiment une exploration unique en son genre, dépaysante et fabuleuse. En aucun cas, vous serrez déçu. Nous avons passé juste une journée à arpenter cette vallée car la suite de notre itinéraire fut chargée. Toutefois nous vous conseillons de passer au moins deux jours si vous voulez tout voir.

 

INFORMATION PRATIQUE : 

Plan du site : 

ob_b32c46_carte-valle-e-de-la-mort

Comment s’y rendre ? 

  • En excursion organisée depuis Las Vegas.
  • Situé pile à la frontière entre la région de Californie et le Nevada, Death Valley est facilement accessible en voiture depuis les villes de Los Angeles et Las Vegas. // Los Angeles → Death Valley : 360 km – environ 5H de route. // Las Vegas → Death Valley : 210 km – environ 2H30 de route.

 

Visitors Center ?

Furnace Creek ou Scotty’s Castle. Furnace Creek est ouvert de 8h à 17h d’octobre à juin, et de 9h à 18h le reste de l’année. Scotty’s Castle est ouverte de 8h45 à 16h30 de février à avril, de 9h45 à 15h45 en avril et mai. En été, il n’ouvre que du vendredi au lundi, de 9h45 à 15h15. Plus d’informations sur le site officiel.

 

Concernant la météo ? 

Bon, vous devez le savoir. Il fait chaud à Death Valley. Les mois de juin, juillet et août sont les mois les plus chauds (entre 43 et 47°) et la nuit ne change pas grand chose. La meilleure période pour visiter le parc est clairement le printemps avec des températures plus fraîches et les fleurs qui font leur apparition.

 

Horaire du site :

La Death Valley est ouvert 24h/24.

 

Tarifs du site.

20 $ le véhicule, 10 $ par personne. Pass America The Beautiful accepté.

LAS VEGAS : LA OU TOUT EST DÉMULTIPLIÉ, ENTRE EXTRAVAGANCE, DÉRAISON ET MAGIE.

Première ville de notre roadtrip, de 8 jours, dans l’ouest américain : Las Vegas. Nous arrivons depuis New York à L’aéroport de Los Angeles, c’est dans l’avion, une fois atteri que nous avons appris la terrible nouvelle concernant Kobe Bryant et le crash de son hélicoptère. Mais c’est vrai que ce jour là, le ciel fut très brumeux, d’en haut pendant l’atterissage nous n’avons absolument rien vu de la ville de Los Angeles.

Une fois sorti de l’aéroport, nous nous dirigeons vers les navettes concernant les voitures de location. Nous avons loué notre voiture (S.U.V) chez la compagnie Alamo. Une fois les papiers de location effectués, nous voilà prêts à partir vers Las Vegas !!

Las Vegas est une destination unique en son genre. Aucune autre ville ne lui ressemble, et pourtant ce n’est pas faute de retrouver à Vegas plusieurs monuments emblématiques du monde entier : le Sphinx, la Tour Eiffel, le Grand Canal de Venise, les buildings de New York… Il y en a vraiment pour tout les goûts.

Avant d’être un véritable parc d’attractions à ciel ouvert, Las Vegas n’était autre de que des prairies inhabitées. Bandits, milliardaires, crimes… en quelques années, las Vegas a connu plusieurs vies.

IMG_20200202_104531

 

AU COMMENCEMENT DE VEGAS.

C’est dans le quartier de Downtown que Vegas va connaître ses premières fois : le premier hôtel y est apparu en 1906, la première licence de jeu de hasard accordée en 1932, le premier building siège du Fremont hôtel a poussé en 1956 et le premier casino de Las Vegas, le Golden Nugget, a investi le milieu de Fremont Street en 1946.

Au début du XXème siècle, il n’y avait clairement rien. Les premiers paléo-indiens qui se baladaient dans la vallée avaient rangé leur tipis il y a 10,000 ans environ. Officiellement fondée en 1905 avec l’apparition d’une voie ferrée, Las Vegas ne comptait même pas 1,000 âmes 5 ans après. La ville attire aujourd’hui 40 millions de visiteurs, et 600,000 personnes y ont élu domicile.

 

Nous arrivons en fin de journée dans cette mythique ville, nous déposons nos affaires dans l’hôtel puis allons arborer en voiture les rues de Las Vegas, et ces nombreux Outlet. Le soir, nous sommes à 25 minutes à pied de la célèbre rue où toutes les folies sont au rendez-vous : Le Strip. Sachez qu’il est presque impossible de se garer au niveau du Strip sans payer le parking d’un l’hôtel. Et en plus, si jamais vous séjournez dans un hôtel sur ou vers le Strip vous serez amené à payer une taxe supplémentaire si votre hôtel possède une salle de jeux.  

 

LA PLACE INCONTOURNABLE : LE STRIP.

IMG_20200201_193130

C’est la rue centrale où se trouvent les casinos, les hôtels et les lieux de divertissement. La nuit c’est un monde à part, les illuminations subliment la ville et nous trouvons vraiment l’ensemble d’un point de vue décoration et architecture très joli. Notamment quand les hôtels nous offrent des spectacles magnifiques : l’hôtel Bellagio et son spectacle des eaux et l’hôtel Mirage pour son spectacle de feu. 

IMG_20200201_200822

IMG_20200201_195731

IMG_20200201_194755

IMG_20200201_194001 (1)

IMG_20200201_193511

Toutefois, nous n’avons pas tellement aimé l’ambiance qui règne autour de cette ville où drogue, alcool parsèment les rues. C’est vraiment un sentiment bizarre des cris, des chants, de la joie, de l’extravagance, des casinos à outrance, à vrai dire les jeux d’argent ne font pas partir non plus de nos loisirs. Difficile pour nous de trouver notre place ou l’essence même de notre voyage. Mais on ne pouvait pas ne pas passer pas là.

Peut-on visiter les hôtels du Strip gratuitement ?

Tous les hôtels du strip de Las Vegas se visitent gratuitement. Chaque établissement va au-delà du simple hôtel en réalité : chacun d’eux possède son centre commercial, son casino, ses restaurants en tout genre, salon de massage etc. La plupart des voyageurs se promènent ainsi d’hôtels en hôtels.

 

ET A PART LE STRIP ?

Las Vegas est connu et reconnu pour ces nombreux spectacles et musées ou expositions temporaires. Je pense que même si on aime pas les jeux, il y a de quoi s’occuper à Vegas. Donc laissez-vous aller à vos envies, surtout qu’il est possible d’avoir accès à certaines d’entre-elles pour un prix raisonnable.

 

AUTOUR DE LAS VEGAS : LE RED ROCK CANYON. 

IMG_20200202_111022

IMG_20200202_115352.jpg

Vegas s’est vraiment implanté dans un décor assez majestueux. Le désert, les canyons, les Joshua tree…, toute une géologie incroyable arbore et berce cette ville démesurée. Le parc le plus proche pour se déconnecter un peu de cette folie est la zone de conversation nationale de Red Rock Canyon. On y découvre alors toute la diversité impressionnante du Mojave où nous avons la possibilité de rouler le long des 13 miles de laScenic drive ou bien encore de prendre l’un des sentiers de randonnée pour se rapprocher des emblématiques roches de grès rouge.

IMG_20200202_112725

IMG_20200202_114227.jpg

IMG_20200202_114223.jpg

IMG_20200202_112805.jpg

 

L’entrée est comprise dans le Pass America The Beautiful Pass. (80 $ dollars). Sans le pass, le prix d’entrée de Red rock canyon est de 7$ / véhicule. Néanmoins, étant tout proche de Vegas, il y a énormément de monde sur ce site.

 

road trip usa montage

 

Dans l’ensemble on ne pourrait pas réellement vous dire si nous avons aimé Vegas ou pas. C’est une sensation étrange. Un grand écart même. Nous avons été admiratifs et en même temps resté longtemps consternés. Un peu dégoûtée de voir  un tel contraste entre ces nombreuses personnes sans domicile et l’argent qui coule à flot dans les casinos. Toutefois, je pense qui faut vivre l’esprit Las Vegas au moins une fois dans sa vie pour justement voir et essayer de comprendre une telle démesure mais aussi pour y faire son propre avis.

WELCOME, NEW YORK. TOUT SAVOIR POUR RÉUSSIR SA VISITE DE CETTE VILLE ICONIQUE ET GRANDIOSE.

Ça y est l’aventure reprend, nous voilà à l’aéroport Charles-de-Gaulle, Paris, 18 heures prêts à embarquer dans quelques heures en direction de la ville iconique de New York. Nous arrivons à 20 heures à l’aéroport JFK à New-York. Afin de rejoindre notre Air b’n’b, nous décidons de prendre un Uber. Elle est pour nous la meilleure solution en terme de rapport prix/temps. (UBER partagé / 27 $ pour 2 personnes.)

Nous séjournons dans le quartier Glendale, non loin de Brooklyn. Chaque matin, nous avions à peu près 1 heure de transport pour accéder au centre de Manhattan. Et c’est à partir de ce célèbre quartier que notre exploration commença.

20200123_151935.jpg

IMG_20200123_091638.jpg

 

Bon, concernant le décalage horaire, qu’on se l’avoue cela a été très dur les premiers jours très souvent réveillés à 5/6 heures du matin.

 

COMMENT RÉUSSIR SA PREMIÈRE VISITE DANS CETTE IMMENSE VILLE ? 

  • AVOIR DU TEMPS ! Je pense que 5 jours c’est bien pour visiter New York et explorer ces nombreux quartiers emblématiques. Nous nous sommes restés 4 jours et nous n’avons pas pu tout voir, sans compter que nous avons eu un jour de pluie.
  • DÉCALAGE HORAIRE ? – 6h
  • CONCERNANT LA MONNAIE ? Dollars américain (USD$) taux de change : 1€ = 1,13 USD
  • VISA :  il vous faut obligatoirement l’ESTA pour prendre l’avion pour les Etats-Unis, faites votre demande en ligne quelques jours avant votre départ, il est valable 2 ans et coûte 14$ en ligne.
  • LES TRANSPORTS EN COMMUN : Le métro dessert toute la ville. Si vous restez 1 semaine à New York même 3 jours, on vous conseille d’acheter absolument une MetroCard illimitée à votre arrivée dans une borne dans n’importe quelle station: 32$+1$/par personne.
  • TEL / WIFI : La meilleure option est avec le forfait Free (19,9€/mois) et RED by SFR (15€/mois), les Etats Unis sont inclus avec 25Go/15Go d’internet et appels gratuits vers la France.
  • ELECTRICITÉ : Prises électriques de type A, deux fiches plates, prévoir un adaptateur et une multiprise.
  • CHOISIR UN CITY PASS. On a opté pour l’option City Pass NY 6 attractions inclues. Tarif : 240 euros pour deux personnes. 
  • CONCERNANT LES HÉBERGEMENTS ? Pour les petits budgets nous vous conseillons de regarder les Air Bnb, dans les quartiers extérieurs de Manhattan. Généralement il possède un coin cuisine où vous pouvez économisez de l’argent en vous faisant à manger.  Toutefois, faites bien attention aux air bnb que vous prenez pensez à regarder les avis, car nous avons eu une petite mésaventure avec un Air bnb non déclaré.

Pour faire vos courses, direction Stop & Shop. C’est un grand supermarché comme  on connaît tous.

 

  • Pour rejoindre l’aéroport JFK pour notre vol NY-LA. Nous nous sommes débrouillés sans prendre de taxi ou d’Uber en utilisant notre Pass métro afin de le rentabiliser encore plus. Et cela a été plutôt facile. Depuis le Financial District nous avons pris la ligne 4 jusqu’à New Lots. Puis pris le Bus n°15 en direction du terminal 5 de JFK. 

 

 

nyc

 

 

L’EMBLÉMATIQUE MANHATTAN.

  • MIDTOWN et TIME SQUARE. 

IMG_20200122_093103.jpg

IMG_20200122_095143.jpg

Quand on visite Manhattan on ne sait par quoi commencer, et c’est tout naturellement que nous nous dirigeons vers Time Square.  Sûrement un des endroits les plus visités au monde, en soit c’est un emblématique d’un passage par New York mais qu’on se l’accorde au final ce n’est ni plus ni moins que des écrans géants en masse avec des boutiques par centaines et des milliers de touristes… Puis après avoir fait Tokyo, New York paraît un peu « Has-Been » au niveau de la modernité. Toutefois, je pense qui faut vivre Time Square deux fois, le jour et la nuit. La nuit reste mon moment préféré pour s’imprégner de cette ambiance grande ville illuminé et effervescente.

IMG_20200124_171133.jpg

IMG_20200124_171637

IMG_20200124_170941

Puis nous déambulons malgré le froid glacial à travers Midtown à la découverte de nombreuses avenues toutes plus iconiques les unes que les autres, et en observant tout autant de nombreuses cathédrales super jolies.

20200122_195926.jpg

IMG_20200122_092801.jpg

20200123_161450.jpg

IMG_20200122_134946.jpg

IMG_20200122_112128.jpg

 

 

  • LES VIEWPOINTS : EMPIRE STATE BUILDING ET ROCKFELLER CENTER.

Après, nous décidons d’aller à l’Empire State Building, un des buildings les plus mythique de New York. Sa construction a commencé le 17 mars 1930, sous la direction des architectes Shreve, Lamb & Harmon Associates. A raison de 4 étages et demi par semaine, la construction de l’ESB s’est achevée en 1931 et l’inauguration a eu lieu le 1er mai 1931, par le President Hoover depuis Washington DC. Sa hauteur est de 381 mètres (448,7m avec l’antenne) et il compte 102 étages.

IMG_20200122_114235.jpg

Il a été le plus grand immeuble de New York (position qu’il a retrouvé suite aux attentats du 11 septembre 2001) et a été, pendant des décennies, le plus haut immeuble du monde. Aujourd’hui, il est donc second derrière le One World Observatory.

IMG_20200122_120252.jpg

IMG_20200122_120439.jpg

IMG_20200122_121926.jpg

IMG_20200122_200949.jpg

IMG_20200122_200303.jpg

 

Avec le City Pass nous pouvions monter tout en haut (une fois en journée, et une fois le soir à partir de 20 heures). Et, il vous donne aussi accès à l’autre point de vue indispensable de Manhattan: le Rockfeller Center.

IMG_20200124_123911.jpg

20200122_182800.jpg

La vue est incroyable, indescriptible ! On se rend vraiment compte de la superficie de New York depuis ces hauteurs. Et, depuis le Rockfeller Center vous avez la vue de ESB en prime.  

IMG_20200124_121211.jpg

IMG_20200124_121134

IMG_20200124_121442

IMG_20200124_121003

 

  • BALADE A CENTRAL PARK. 

IMG_20200124_133405.jpg

Central Park est juste l’immense poumon de la ville, un grand havre de paix où le chant des oiseaux nous transportent loin de l’effervescence de la ville. Nous déambulons tranquillement, paisiblement, je pense que c’est la première fois depuis notre séjour à New York que nous nous sentons aussi zen loin du dynamisme des visites de la ville.

IMG_20200124_134211.jpg

IMG_20200124_131527.jpg

IMG_20200124_134043.jpg

IMG_20200124_134001.jpg

IMG_20200124_131308.jpg

Vous pouvez y consacrer quelques heures, ou une journée au rythme de vos envies. Ce lieu est juste superbe entre nature, animaux et activités en tout genre ! Petit plus pour ces nombreux écureuils trop craquants.

 

  • LES MUSÉES. 

Et oui New York c’est aussi ces nombreux musées tous hyper intéressants. Avec le City Pass nous avons visités le Musée d’Histoire Naturelle, le MET est lui aussi inclus dans le Pass, tout comme le musée de la marine, ou Guggenheim.  Nous avons également visité le musée et mémorial du 11 septembre. Une visite remplie d’émotion, chargée d’histoire et de souvenirs. Il est vraiment indispensable !

IMG_20200122_164752.jpg

IMG_20200122_155808.jpg

IMG_20200122_163958.jpg

 

Etant passionnée d’art, le MOMA était pour moi une évidence. C’est un des plus grands musée d’art au monde avec de nombreux tableaux connus et reconnus (Van Gogh, KHALO, Picasso, Mondrian, Cezanne….). Pour couronner le tout nous l’avons visité gratuitement. Il faut savoir que tous les vendredis soir la marque Uniqlo offrent des billets gratuitement de 18h à 21 heures. Inutile de venir en avance faire la queue car dès l’ouverture des portes, la queue défile à une vitesse très très rapide.

IMG_20200124_183305.jpg

20200124_175456.jpg

IMG_20200124_180530.jpg

IMG_20200124_182042.jpg

IMG_20200124_175932.jpg

IMG_20200124_182617.jpg

 

  • LA PETITE TOUCHE CONTEMPORAINE : THE VESSEL.

IMG_20200124_145940

Le Vessel est une oeuvre architecturale très contemporaine caractérisé comme le nouveau symbole du quartier Hudson Yards. Inauguré en 2019, cette structure est faite d’escaliers reliés par des plateformes, tout cela suggérant la composition d’un navire.

Ce bâtiment futuriste fabriqué en acier, est devenu l’une des principales attractions de Hudson Yards, le grand projet d’aménagement urbain et moderne de l’ouest de Manhattan. Cet édifice se trouve au bout du parc surélevé High Line et a été conçu par l’architecte anglais Thomas Heatherwick.

IMG_20200124_145335

IMG_20200124_145445.jpg

IMG_20200124_145819.jpg

IMG_20200124_143905.jpg

 

La visite de ce monument est gratuite, il suffit juste de se rendre sur le site du Vessel et de choisir un créneau horaire pour le visiter.

 

 

CÔTÉ BROOKLYN. 

20200123_162136(0).jpg

Pour notre deuxième journée, nous nous rendons du côté de Brooklyn afin de découvrir le fameux Manhattan Bridge et Brooklyn Bridge. Le quartier DUMBO est tout autant touristique toutefois il offre de nombreux panoramas très intéressant, notamment celui du Manhattan Bridge dont la photographie devient de plus en plus prisée de tous.  J’ai adoré ce quartier c’est tellement l’idée que l’on se fait de Brooklyn, de l’architecture, des briques, des petites boutiques.

IMG_20200123_101539.jpg

 

Puis quant au Brooklyn Bridge, c’est l’un des plus anciens de New York traversant l’East River pour relier les arrondissements de Manhattan et de Brooklyn. Long de 1 825 mètres et haut de 84 mètres, ce pont a coûté plus de 15 millions de dollars de l’époque, estimant en plus que 27 personnes ont perdu la vie pendant les travaux, qui ont duré 14 ans. Son architecte, John Augustus Roebling étant mort des suites d’un accident sur le chantier, quelques jours seulement après le début de la construction, c’est son fils, Washington Roebling, puis sa belle-fille, Emily Warren Roebling, qui menèrent le projet à son terme. Le pont de Brooklyn est ouvert à la circulation le .

IMG_20200123_103640.jpg

IMG_20200123_103809.jpg

IMG_20200123_103550.jpg

IMG_20200123_104034.jpg

 

 

LADY LIBERTY.

IMG_20200123_122113.jpg

Classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 1984, la statue de la liberté est l’un des monuments phares de NYC, voir même de l’Amérique du Nord. Cette sculpture monumentale, érigée sur Liberty Island. Cette statues a été offerte par la France pour les Etats-Unis afin de célébrer le centenaire de la déclaration d’Indépendance. Son nom officiel est « La liberté éclairant le monde.. « , elle symbolise essentiellement l’espoir, l’immigration et bien évidemment la liberté.

IMG_20200123_124140.jpg

IMG_20200123_121437.jpg

IMG_20200123_121906.jpg

IMG_20200123_125103.jpg

 

A ses pieds nous pouvons retrouver des chaînes brisées symbolisant l’abolition de l’esclavage. Puis, les 7 branches de sa couronnne correspondent au 7 mers et continents de la planête.

 

-> COMMENT LA VISITER ?

Avec le Pass City NYC, vous avez accès à Liberty Island en prenant un Ferry dans le quartier Financial District, Battery Park. Attendez-vous à un long control de sécurité très pointilleux. La balade en bâteau est super intéréssante elle offre de nombreux points de vues sur Manhattan et sur la statue de la liberté. Petit conseil, évitez de manger sur le bâteau de nombreuses mouettes vous attendent !

Si vous ne possédez aucun Pass, le tarif à Lady Liberty est de :

  • 18,50 $ : incluant la traversée + montée au piédestal.
  • 21,50 $ : incluant la traversée + montée à la couronne.

 

Liberty Island et Ellis Island sont ouvertes au public tous les jours de 9h30 à 17h à l’exception du 25 décembre. Le guichet ouvre à 8h30 et les ferries partent toutes les 30/45 minutes (le premier part de Battery Park à 9h).

 

-> Comment rejoindre Battery Park ? 

  • En Métro : La ligne 1 (rouge) terminus South Ferry. // Les lignes 4 et 5 (vert)  arrêt Bowling Green.
  • En Bus : M5 / M20 / M15 arrêt South Ferry.

 

 

 

New York est une destination mythique, une ville immense composée par de longues avenues sans fin, des buildings à en perdre la tête et un joli patrimoine culturel. Cela n’est pas évident de tout voir lorsqu’on visite New York, du coup essayez de préparer en amont les points d’intérêts que vous voulez absolument voir sans pour autant charger vos journées. Laissez-vous le temps de ressentir l’ambiance New yorkaise, et l’effervescence puissante qui domine la ville. D’un point de vue plus personnel, New york nous a enchanté certes, mais les inégalités sociales se font beaucoup ressentir et lorsqu’on voyage on ne peut pas fermer les yeux sur un tel contraste qui chamboule vraiment le coeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TOUS NOS CONSEILS POUR VOYAGER AVEC UN DRONE.

drones-professionnels-design-plat_23-2147694887

 

L’ère 2020 approche et vous avez décidé d’acheter un drone pour vos prochaines vacances, et voyages ? Vous voulez vous lancer dans cette nouvelle aventure ? Alors cet article est fait pour vous !

 

Rien de tel que de profiter des vues aériennes et de somptueux paysages ! Pour cela, un drone voyage s’avérera être un compagnon idéal. Personne ne peut regretter cet achat certes excessif. Toutefois, avant de l’acheter, il est judicieux et préférable de connaître les modalités de votre transporteur. En effet, si vous avez décidé de prendre l’avion, les règles sont quasiment aussi nombreuses que les compagnies et il est donc impératif de les savoir si vous ne voulez pas que votre petit bijou soit confisqué.

C’est pourquoi, on vous explique toutes les règles et ainsi vous apporter des indices pour choisir le meilleur drone de voyage pour des instants magiques.

 

1.VOYAGER AVEC SON DRONE EN AVION.

valise drone

Il faut savoir que voyager avec son drone en avion n’est qu’une question de formalité. L’élément le plus « dangereux » n’est pas le drone en lui-même, mais bien les batteries qui l’accompagnent, car l’énergie contenue dans ces dernières peut s’avérer dangereuse en altitude. Pour cela, il suffit de prendre quelques précautions.

  • Commencez par interroger la compagnie avec laquelle vous voyagez pour connaître le nombre de batteries supplémentaires autorisées à être emportées en cabine et l’énergie maximale qui est autorisée.
  • Emballer vos batteries avec des sachets Lipo Anti-déflagrant.
  • Puis, nous vous conseillons d’emporter votre drone en cabine afin d’éviter les vols ou les pertes de vos valises.

 

 

2.QUEL DRONE POUR VOYAGER ?

pack-colore-drones-modernes_23-2147681861

Choisir un drone pour son voyage implique de prendre en compte différents critères, à noter : le prix, la qualité de l’appareil et de sa caméra, sa taille, son poids, son autonomie, etc.

Si vous voyagez  de façon légère ou tout simplement en avion, privilégiez un modèle pliable ou un mini drone, de façon à ne pas empiéter sur la place de vos affaires personnelles.

Si vous êtes adepte de la plongée sous-marine, pensez aux appareils submersibles. Certains modèles permettent de profiter de vos plongées et du coup de les immortaliser.

Puis, en fonction de votre budget, vous trouverez sûrement votre bonheur ! Voici une petite liste de drone qui ont fait leurs preuves :

  1. Dji = Le Mavic Pro 2, le Spark ou le Mavic Air. (c’est celui que nous possédons). vous trouverez sur leur site toutes les descriptions sur les qualités de tous leurs drones. 
  2. HUBSAN = H501A X4 Air Pro.
  3. Parrot = Le Bebop 2.
  4. Robosea = Le Biki. (qualité vidéo 4K, pour plongée)
  5. GoPro = GoPro Karma.

 

Si vous avez des questions que le Mavic Air, ou autres drones n’hésitez surtout pas, nous saurons répondre à vos besoins.

 

 

3.CHAQUE PAYS, UNE LÉGISLATION DIFFÉRENTE ?

vector-prohibition-signs-do-not-use-drones-in-this-area

 

Après s’être équipé du drone et des accessoires indispensables, il est temps de se poser la question de la législation avant de voyager avec un drone. Tout d’abord, il faut savoir que chaque pays a sa propre législation sur l’utilisation des drones de loisir :

  • certains pays interdisent les drones de loisir et nécessitent une licence, il est donc difficile d’utiliser son drone en voyage dans un de ces pays.
  • d’autres autorisent les drones de loisir mais une autorisation est nécessaire; il est alors possible de l’obtenir pour son voyage sous réserve d’avoir le temps de faire la demande avant son départ, pas toujours évident lors d’un voyage de dernière minute.
  • enfin, pas mal de pays autorisent les drones de loisir, sans demander de licence ou d’autorisation.

 

Dans ce dernier cas, pensez bien à consulter la législation du pays. Pour la plupart des pays, les restrictions sont souvent les suivantes:

  • ne pas voler en ville.
  • ne pas survoler de bâtiments.
  • ne pas survoler de personnes / animaux et ne pas s’approcher à moins de 50 mètres.
  • ne pas dépasser 120 mètres d’altitude.
  • voler en gardant le drone à vue, soit environ 150 mètres.

 

4.FORMATION OU PAS ?

En soi, je ne trouve pas cela nécessaire si vous êtes passionné par ce nouvel outil vous saurez jour après jour l’utiliser malgré la peur du début de le voir voler. Toutefois, si vous ressentez le besoin de vous former il existe de nombreuses vidéos sur youtube ou des formations qui peuvent vous permettre de mieux gérer l’utilisation de votre drone.

 

En tout cas, faire l’acquisition d’un drone est un outil indispensable à la découverte d’un pays, il offre vraiment une nouvelle dimension, ceux que nos yeux ne peuvent voir. C’est un véritable plaisir à le faire voler. Toutefois nous insistons vraiment aux utilisateurs de drones de faire attention aux législations et aux lieux interdits de vols, et aussi respecter les lieux ou les moments sacrés.

KUCHING, NOS PREMIER PAS A BORNEO.

Bornéo, 4e plus grande île du monde, est divisée en 3 : une partie Malaisienne au nord (avec les états de Sarawak et Sabah)une partie Indonésienne au sud (appelée Kalimantan, et représentant 73 % du pays) et enfin l’état indépendant de Brunéi (ou Sultanat de Brunéi, une monarchie de droit divin) qui se trouve entre les deux états malaisiens.

Kuching est la capitale de l’Etat du Sarawak. Située sur les rives de la rivière Sarawak, la ville compte environ 660 000 habitants, mélange de Malais, Chinois, Dayak et Indiens. Malgré sa taille importante, Kuching a cependant su préserver une ambiance de gros village entouré par une nature luxuriante. Kuching signifie  » chat  » en malais, mais l’origine de ce nom est obscure malgré les différentes interprétations qui ont traversé l’histoire. Les références aux chats, comme le Cat Museum ou les nombreuses statues de chats, font surtout partie d’une politique touristique, les chats n’évoquant rien de particulier pour la population locale.

Cette ville possède un charme indéniable et a su conserver son identité, dont les habitants sont d’ailleurs très fiers. Il n’est pas rare que les voyageurs prolongent leur séjour à Kuching pour s’y reposer, flâner le long de la rivière et profiter de cette ambiance indéfinissable. Et on vous l’affirme, Kuching est une ville totalement reposante et calme ! Nous y sommes restés 4 jours. Et nous avons adoré cette approche d’une des îles les plus célèbres de Malaisie.

IMG_20190823_104617.jpg

 

DECOUVERTE DE KUCHING.

Nous commençons donc notre promenade à travers le quartier chinois où nous logeons pour remonter jusqu’au water front. Il s’agit d’un remblais piétonnier et très bien entretenu, longeant la rivière Sarawak. Sur l’autre rive, nous apercevons un superbe bâtiment en forme d’étoile, qui n’est autre que le nouveau lieu qui abrite l’assemblée législative du Sarawak. Il se dresse entre le Golden Bridge et le Fort Margherita.

IMG_20190823_110846.jpg

IMG_20190823_105650.jpgIMG_20190823_110639.jpg

IMG_20190823_110054.jpg

IMG_20190823_111304.jpg

IMG_20190823_104948.jpg

 

 

météeo

QUAND SE RENDRE A KUCHING, BORNEO ? 

Il fait chaud toute l’année à Kuching. Les mois les plus pluvieux sont : février, décembre et janvier . Nous conseillons les mois d’avril, mai, juin, juillet, août, pour visiter Kuching et ses environs.

 

COMMENT REJOINDRE LE CENTRE VILLE DEPUIS L’AÉROPORT DE KUCHING ?

Pour rejoindre le centre-ville de Kuching depuis l’aéroport, il ne faut qu’une vingtaine de minutes lorsque la circulation est fluide. Nous utilisons l’application Grab, l’équivalent de Uber en Asie, et cela coûte deux fois moins cher qu’un taxi. Le wifi gratuit à l’aéroport vous permet de réserver votre trajet, pensez-y !

 

Même si Kuching est trés agréable, on fait vite le tour de ces attractions touristiques. Néanmoins, on se rend à Kuching aussi et surtout pour profiter pleinement de ses alentours et découvrir plusieurs espèces de singes, tels que les Orang-Outans ou bien les nasiques.

MELAKA, QUAND LE PASSE COLONIAL SUBLIME.

Je pense qu’au même titre que Penang, Melaka est l’atout charme de la Malaisie. Nous avons passé plusieurs jours dans cette ville, d’une part pour la visiter, puis d’autre part pour se reposer et planifier un peu la suite de notre itinéraire de notre voyage.

L’histoire de Melaka est un condensé de l’histoire de Malaisie. Melaka a été le port le plus ancien de Malaisie, et surtout le 1er port influent et stratégique d’Asie du sud-est puisque il était situé au centre des routes commerciales allant d’Inde et du Moyen-Orient à la Chine et aux Molluques. Abritant le siège du sultanat de 1403 à 1511, Melaka joue un rôle important dans la diffusion de l’Islam qui se répand grâce aux marchands musulmans.

La ville vit son âge d’or aux XVème et XVIème siècles, 84 langues y sont parlées, 2 000 vaisseaux peuvent accoster au port et on y trouve des marchands arabes, perses, indiens, chinois, philippins, ou encore de l’empire du Siam (comprenant l’actuelle Thaïlande). En 1511, Melaka est prise par les Portugais, menés par Alfonso de Albuquerque ; 1 400 soldats sont capturés, une lutte armée est lancée, des maisons sont brûlées et on compte de nombreuses destructions. On parle alors d’une “Asie portugaise”. Les Portugais transforment Melaka, y construisant une forteresse, des églises, une prison, des écoles, des batiments administratifs et des hôpitaux. Néanmoins la forteresse de la ville est souvent attaquée. Les Hollandais arrivent à Melaka en 1602 et tentent à plusieurs reprises de conquérir la ville, avec l’accord du sultanat. Ils lancent l’assaut en 1641 et après leur victoire, s’installent en maîtres dans la ville. Plus tard, en 1795, ce sera au tour des Britanniques de prendre Melaka ; le protectorat britannique sera instauré en 1824 et durera jusqu’à l’indépendance de la Malaisie, en 1957. Melaka aura donc été malaise, portugaise, hollandaise, britannique puis malaisienne. Elle aura aussi été hindoue, musulmane, catholique, protestante puis de nouveau musulmane !

Melaka renaîtra grâce au tourisme. En 1985, le docteur Mahathir décide d’en faire la ville historique de Malaisie et en 2008, elle est inscrite, avec Penang, au patrimoine mondial de l’UNESCO.

IMG_20190814_111436.jpg

IMG-20190821-WA0020.jpg

 

LE CENTRE HISTORIQUE DE MELAKA.

Melaka est donc célèbre pour son héritage colonial Dutch qui se retrouve uniquement dans une petite portion de la vieille ville au demeurant. Plusieurs vestiges du passé et quelques rues autour de l’eau nous rappellent la présence des Pays-Bas en Malaisie, le tout mixé aujourd’hui avec le petit marché nocturne de Chinatown et des sortes de pouss pouss kawai/boites de nuit pour touristes asiatiques principalement.

Nos incontournables :

  • Dutch Square, célèbre place où les monuments sont de couleur rouge avec notamment la Clocktower et Christ Church (dont l’intérieur est très sobre)
  • L’église Saint Paul sur la colline éponyme et devant laquelle trône une statue de Saint François Xavier : cette église catholique est la plus ancienne d’Asie du Sud Est ! Il n’en reste que les vestiges avec de très belles pierres et gravures dont la visite se fait à ciel ouvert.
  • A Famosa, la seule porte restant de l’ancienne forteresse portugaise.
  • Le bateau au musée de la marine. Somptueux !

 

IMG_20190817_161719.jpg

IMG_20190814_111707.jpg

IMG_20190814_111526.jpg

IMG_20190814_111835.jpg

IMG_20190814_111308.jpg

IMG_20190814_174728.jpg

IMG_20190814_180354.jpg

IMG_20190814_180556.jpg

IMG_20190814_111142.jpg

 

Toutefois, n’hésitez pas à aller voir la mosquée flottante de Melaka, ne faites pas comme nous en l’oubliant complètement..

 

COMMENT SE RENDRE A MELAKA DEPUIS KUALA LUMPUR ?

Bus Kuala Lumpur – Malacca : 2h de trajet, 10 RM / personne (départ de la gare routière TBS – arrivée à la gare routière Melaka Sentral).

 

 

Melaka est une destination à ne pas rater lors de votre séjour en Malaisie. C’est une ville chargée d’histoire, marquée par des influences architecturales très diversifiées. Un vrai petit trésor !

 

 

 

TANGALLE, UNE BAIE BORDÉE DE PLAGES.

Petit port de pêche, plages infinies, nous voilà dans l’extrême Sud du pays : Tangalle. Ce petit village s’étend sur les rives de l’océan Indien et abrite une population qui vit essentiellement de la pêche.

IMG_20190427_154647.jpg

IMG_20190427_121556.jpg

IMG_20190427_152311.jpg

 

La forte chaleur de l’île nous emmène directement à la baignade lors de notre arrivée, une barrière de rochers offre une piscine naturelle. Sachez que sur la côte sud, la mer est déchaînée et les possibilités de baignade même pour les adultes peuvent être parfois compliquées et dangereuses. Cela dit, l’âme d’enfant se retrouve face à ces vagues monstrueuses.

IMG_20190427_152707.jpg

IMG_20190427_152649_1.jpg

IMG_20190427_143833.jpg

IMG_20190427_152018.jpg

IMG_20190427_144202.jpg

IMG_20190427_152638.jpg

Le temps n’était pas tellement au rendez-vous lors de notre séjour dans ce village, hormis quelques heures de baignades nous n’avons pas pu profiter pleinement. Toutefois, cela permet dans un sens de se reposer, et cela fait beaucoup de bien.

Néanmoins lors de votre séjour, profitez de vous promener dans le port ou bien encore faire un petit tour de canoë dans les mangroves. La plage Rekawa situé à l’extrémité de la plage de Tangalle est un véritable observatoire pour les tortues de mer, cependant l’endroit reste très touristique et nous avons voulu privilégier l’authenticité d’appercevoir ces magnifiques tortues en nous rendant dans une prochaine étape à Polhena Beach.

Tangalle, c’est ce petit village où l’aurore appartient aux pêcheurs, où les marchés enivrent, où les locaux profitent de l’air marin avec une joie de vivre affectueuse.

VOYAGER A TROIS, INÉDIT MAIS TELLEMENT BIENFAISANT.

Depuis 7 mois, c’est à deux que nous découvrons chaque nouveau pays, nouvelle civilisation. Voyager à deux, c’est se construire à travers le monde, renforcer nos bases, notre amour lors d’aventures aussi diversifiées qu’intenses. C’est de l’humilité à chaque virage, des histoires à raconter à chaque passage. Puis c’est également des hauts, des bas, de la fatigue, de la joie, et parfois si ce n’est tout le temps le manque de nos proches.

Alors lorsque le frère d’Adam a eu cette possibilité de nous rejoindre, une bouffée d’air et de joie s’est offert à nous. 7 mois loin des nôtres, inutiles de vous expliquer ce sentiment unique que nous avons eu.

Tout d’abord fallait choisir un pays, et c’est vrai qu’avec cette liberté que nous avons lors de notre tour du monde, nous étions capable d’aller un peu de partout, du moins en Asie. Puis notre choix s’est porté vers un pays assez diversifié, pour que dans un minimum de temps culture, patrimoine et aventure se mêlent à notre exploration, et permettre ainsi au frère d’Adam de découvrir un pays a des années-lumière de ce qu’on peut vivre en France. Cette destination fut le Sri Lanka !

C’est vrai que durant notre voyage, nous avons créé des automatismes très loin de ceux laissés en France, un rythme beaucoup plus dense, des levers très tôt, des journées bien remplies avec de nombreux kilomètres à notre actif, ou bien encore un rythme alimentaire très différent des 3 repas journaliers habituels en France. Et nous nous sommes posé pas mal de questions avant la venue d’Alexandre le frère d’Adam. Car voyager, c’est changer constamment ces habitudes, et s’adapter à chaque pays.C’est pourquoi, il est très important de prévenir la personne qui peut vous rejoindre au rythme et habitude que vous avez créée afin de permettre une meilleure adaptation lors de son séjour. Même si le corps peut bien évidemment réagir autrement face à ce changement.

Puis voyager à trois, c’est aussi vouloir être ensemble, et rattraper le temps « perdus » afin de raconter ce que nous avons vécu pendant 7 mois. Je me rappelle le premier soir où Alexandre est arrivé et même s’il nous restait 3 heures de sommeil Adam et son frère échangeaient mille et une discussions. Dons c’est aussi changer nos réservations et opter pour des chambres plus grandes, pouvant accueillir 3 personnes. Le Sri Lanka dispose de beaucoup d’hébergement pouvant accueillir plus de deux personnes.

Pareillement, par rapport à notre budget de 35 euros par jour, être à 3 peut s’avérer sur le papier un peu difficile. Toutefois nous nous sommes rendu compte qu’au niveau des hébergements et de la nourriture cela ne changeait pas grand-chose, c’est surtout par rapport aux attractions touristiques et parfois certains trajets que certains jours nous ont coûtés beaucoup plus chères. Mais en soi importe le prix, pour tous ces souvenirs que nous nous sommes créées ensemble.

Voyager avec une nouvelle personne a été une expérience fabuleuse d’autant plus quand c’est un membre de l’entourage, cela nous rapproche un peu plus de la France et tout autant faire partager ce que nous vivons depuis 7 mois. Un enrichissement à double sens ! Même si le moment de dire au revoir peut s’avérer un peu difficile qui nous fait penser à ce 23 septembre 2018 lorsque nous quittons nos proches pour la première fois.

 

IMG_20190523_102332.jpg

 

 

 

 

 

#6 KOH TAO, LA OU LA NATURE PREND UN AIR DE PARADIS.

 

En survolant Koh Tao avec le drone, nous nous retrouvons face à une telle magie, une nature luxuriante parcourue apportant une telle immersion inattendue.. On vous laisse découvrir cette vidéo, n’oubliez pas de la mettre en HD et nous laisser un petit commentaire si elle vous a plu.