DEATH VALLEY : UNE MERVEILLEUSE ÉCHAPPÉE NATURELLE.

Le lendemain de Las Vegas, nous prenons la route en direction de la Death Valley. Lieu fascinant et incontournable lors de votre road trip dans l’ouest américain.

C’est sur la frontière du Nevada, à l’est de la Sierra Nevada, à la suite du Mojave Desert, que s’étend la fameuse Vallée de la Mort. Le nom indique bien l’aridité totale de ce lieu, où beaucoup se sont perdus en voulant atteindre la Californie.

Il y a quelque 200 millions d’années, la vallée était une mer en bordure de la faille de San Andreas, cette fameuse cassure de l’écorce terrestre qui fait trembler la Californie. Aujourd’hui subsistent des collines de sable blond totalement vierges ; des étendues salées et blanches, des montagnes, des collines et des canyons râpés et arides, d’une beauté d’autant plus impressionnante que le soleil, selon les heures, change les perspectives, les volumes et les couleurs.

 

IMG_20200127_123408

 

HISTOIRE DE LA DEATH VALLEY.

Les premiers habitants de la vallée étaient les Indiens Timbisha Shoshone, qui vivent aujourd’hui dans les Shoshone Mountains. Les premiers Européens à avoir connu ce désert sont arrivés lors de la Ruée vers l’or de 1848 à 1851. Ce furent près de 80 000 personnes qui partirent vers la Californie, pour une aventure périlleuse où il fallait s’attendre à combattre les animaux sauvages, les Indiens, et les éléments naturels. En 1850, de l’or fut découvert dans la Vallée de la Mort, ainsi que de l’argent, mais leur exploitation ne commença que lors de la découverte des gisements de borax en 1883. Le minerai était emporté par des wagons tirés par des attelages d’une vingtaine de mules. Des villes-champignons poussèrent autour de la vallée, comme Skidoo et Rhyolite, mais, le minerai s’épuisant rapidement, elles devinrent des villes fantômes. La Vallée de la Mort retint l’attention des parcs nationaux dès les années 1920, mais ce n’est qu’en 1933 que le président Hoover la déclara  »  monument national   »  ; elle ne devint parc national qu’en 1994.

 

UNE SACRÉE RÉPUTATION.

La réputation de la Death Valley n’est plus à faire : il fait très chaud et très sec. En 1929 et en 1953, il n’a pas plu une seule goutte pendant toute l’année. Le record de température est de 128°F (54° C) et  200°F (93°C) sur le sol… De nombreux guides regorgent d’histoires morbides. La plus connue, et la plus ancienne, c’est celle des « 49 premiers perdus » de la Vallée de la Mort.

En 1848, de l’or a été découvert en Californie, et tout le monde se rue à la conquête de l’Ouest. Les premiers pionniers à partir, « les 49 premiers » partirent de Salt Lake City, en Utah, et se retrouvèrent, après déjà moults péripéries et raccourcis mal choisis, en plein cœur de ce qu’ils nommeraient ensuite la Death Valley, car elle allait coûter la vie à un membre de l’équipée, et aux ânes de leur caravane dont ils se sont repus pour survivre.

 

IMG_20200127_102703

 

Death Valley est une quintessence de désert. Un Sahara d’environ 150 km sur 80 km. Et, nous y voilà, on entre dans la Vallée de la Mort par la Death Valley Junction. Quelques mètres plus loin, nous observons le Zabriskie Point où l’arrêt à ce point de vue est quasiment incontournable.

 

LE ZABRISKIE POINT.

IMG_20200127_105025

IMG_20200127_104942

C’est l’un des phénomènes géologiques les plus surprenants de la vallée. Le paysage à 360° a un côté lunaire. Il faut vous y rendre au lever du soleil, quand les couleurs ont toute leur intensité. La roche semble avoir été peinte, passant du rose au vert ou à l’orange. D’un côté, la terre à dominante jaune, marbrée de strates sombres, est creusée d’une série de ravines que domine une aiguille, Manly Beacon. Au nord, une couche plus dure, rouge sombre, est nommée la Cathédrale rouge.

IMG_20200127_105330

IMG_20200127_105403

IMG_20200127_110056

C’est un de mes lieux préférés de la Death Valley, je trouve ce paysage complètement féerique et fascinant. Les couleurs changent constamment, et l’ensemble de forme de la vallée apporte une poésie naturelle captivante.

 

LE LAC À SEC DE BADWATER.

IMG_20200127_113104

Badwater, est une vaste étendue de marais salants, magnifique avec les réverbérations du soleil. Un lac temporaire peut se former après de fortes pluies au Printemps. Au flanc de la montagne, bien au-dessus des hommes, un panneau signale « Sea level ». C’est le point le plus bas  des Etats-Unis, 86 mètres sous le niveau de la mer.

IMG_20200127_115350

IMG_20200127_115008

IMG_20200127_114542

IMG_20200127_114223

IMG_20200127_113030

IMG_20200127_115440

Avec la chaleur qui continue d’assécher les cristaux, la surface se brise pour former des carreaux irréguliers. Puis peu à peu, tout continue à se briser et le sol devient plus chaotique, comme s’il avait été labouré.

 

LES MINES DE BORAX.

En continuant notre route en pleine exploration de la death valley, de nombreux paysages tous saisissants parsèment notre aventure. Mais celle-ci devient encore plus excitante quand nous décidons d’aller explorer une ancienne mine abandonnée…

IMG_20200127_123454_1

IMG_20200127_123429

 

IMG_20200127_132536

IMG_20200127_132405

IMG_20200127_132334

Les sous-sol de la vallée pouvait être une source de profit et autrefois on commença à exploiter du cuivre, de l’argent et de l’or, mais aussi du talc et du borax. Le borax, « l’Or Blanc du Désert » était utilisé dans l’industrie du verre, dans la métallurgie, mais aussi dans la fabrication de savon et de lessives, fut la principale production de la vallée.

Il en reste aujourd’hui quelques mines abandonnées, à l’exploitation desquelles furent employés de nombreux ouvriers chinois, et le souvenir du fameux équipage de 18 mules et deux chevaux (twenty mules team) d’Harmony Borax Works, transportant en 10 jours sur une distance de 270km des chariots de 36 tonnes de borax. Harmony Borax Works fut exploitée de 1883 à 1888.

La mine abandonnée que nous avons exploré fut vraiment très bien conservée, et pratiquement personne la visite car la route pour y accéder est assez compliquée surtout si vous avez loué une mustang.

IMG_20200127_132314

IMG_20200127_132142

IMG_20200127_132052

 

 

D’AUTRES SITES A VOIR :

  • DANTE’S VIEW.
  • DEVIL’S GOLF COURSE.
  • ARTIST’PALETTE.
  • SAND DUNES.
  • UBEHEBE CRATER.

 

 

La réputation lugubre de la Vallée associée à la beauté de ces lieux désertiques nous transporte tout de suite dans une atmosphère intimidante. C’est vraiment une exploration unique en son genre, dépaysante et fabuleuse. En aucun cas, vous serrez déçu. Nous avons passé juste une journée à arpenter cette vallée car la suite de notre itinéraire fut chargée. Toutefois nous vous conseillons de passer au moins deux jours si vous voulez tout voir.

 

INFORMATION PRATIQUE : 

Plan du site : 

ob_b32c46_carte-valle-e-de-la-mort

Comment s’y rendre ? 

  • En excursion organisée depuis Las Vegas.
  • Situé pile à la frontière entre la région de Californie et le Nevada, Death Valley est facilement accessible en voiture depuis les villes de Los Angeles et Las Vegas. // Los Angeles → Death Valley : 360 km – environ 5H de route. // Las Vegas → Death Valley : 210 km – environ 2H30 de route.

 

Visitors Center ?

Furnace Creek ou Scotty’s Castle. Furnace Creek est ouvert de 8h à 17h d’octobre à juin, et de 9h à 18h le reste de l’année. Scotty’s Castle est ouverte de 8h45 à 16h30 de février à avril, de 9h45 à 15h45 en avril et mai. En été, il n’ouvre que du vendredi au lundi, de 9h45 à 15h15. Plus d’informations sur le site officiel.

 

Concernant la météo ? 

Bon, vous devez le savoir. Il fait chaud à Death Valley. Les mois de juin, juillet et août sont les mois les plus chauds (entre 43 et 47°) et la nuit ne change pas grand chose. La meilleure période pour visiter le parc est clairement le printemps avec des températures plus fraîches et les fleurs qui font leur apparition.

 

Horaire du site :

La Death Valley est ouvert 24h/24.

 

Tarifs du site.

20 $ le véhicule, 10 $ par personne. Pass America The Beautiful accepté.

MALAGA, LA PÉTILLANTE D’ANDALOUSIE.

Depuis Madrid, nous avons loué une voiture pour partir en petit roadtrip en Andalousie, notre escale suivante fut Malaga, une des villes principales d’Andalousie, région du Sud de l’Espagne.

Toutefois nous dormons à Benalmàdena, une ville non loin de Malaga. C’est dans cette ville, que le petit frère d’Adam nous a rejoint pour ce petit périple espagnol. Du coup 23h30, nous voilà en direction de l’aéroport pour les retrouvailles après 1 an sans être tous ensemble.

Le lendemain, nous décidons donc de nous rendre à Malaga, ville bouillonnante de l’Espagne. Nous prenons le bus public 110, c’est la ligne Benalmàdena-Malaga. Il y a des bus assez fréquemment, le trajet coûte 1,70 euros et dure environ 1 heure-45 minutes. Faites juste attention quand vous faites le retour depuis Malaga les tickets de bus se prennent non pas dans le bus mais au guichet.

IMG_20191011_111627.jpg

IMG_20191011_112325.jpg

IMG_20191011_113443.jpg

IMG_20191011_135834.jpg

Nous commençons notre journée par arpenter les rues de la ville, des petites ruelles piétonnes remplies de boutiques de souvenirs et de restaurants. Sur le chemin nous nous arrêtons devant la cathédrale de l’incarnation. On ne peut pas la rater, elle pointe au-dessus des toits de Malaga. De l’extérieur, elle est tout simplement majestueuse, un petit bijou, une architecture renaissante baroque. Pour la petite histoire, elle a été construite entre 1528 et 1782 sur les ruines de la Mosquée Aljama lors de la reprise de la ville par les catholiques (après huit siècles de présence musulmane). Nous n’avons pas visité l’intérieur à cause de la foule, mais je pense qu’en vu de la beauté extérieure l’intérieur doit être très captivant.

IMG_20191011_112036.jpg

IMG_20191011_112336.jpg

IMG_20191011_112415.jpg

IMG_20191011_112507.jpg

 

IMG_20191011_124850.jpg

Puis, direction l’Alcazaba de Malaga est une ancienne forteresse utilisée pour protéger la province des invasions. Egalement utilisé par de nombreux rois, musulmans dans un premier temps, puis chrétiens, l’Alcazaba fut construit au XIe siècle. Un Musée archéologique expose même certains vestiges retrouvés dans l’Alcazaba (poteries, statues romaines…) abrité dans le palais ; puis, à ses pieds, on pourra remarquer la présence du théâtre romain datant de l’époque de l’empereur Auguste.
C’est vraiment un lieu incontournable d’une visite à Malaga. Il est très plaisant de visiter cet enchaînement de pièces, palais et de jardins surplombant la ville. Nous avons trouvé le lieu très joli et architecturalement très intéressant. Néanmoins nous vous conseillons de vous y rendre assez tôt, nous étions en Espagne la période où la fête nationale du pays a lieu, du coup nous avons eu un monde fou dans les sites touristiques. L’entrée coûte 3,10 euros par personne et inclus le Château du Gibralfaro.

IMG_20191011_130529.jpg

IMG_20191011_125017.jpg

IMG_20191011_124700.jpg

IMG_20191011_125840.jpg

IMG_20191011_124808.jpg

 

Puis nous continuons sur les hauteurs de la ville avec le Château du Gibralfaro, situé sur la colline du même nom, un prolongement naturel de l’Alcazaba, ces deux bâtiments sont assez bien distincts. En effet, le Château du Gibralfaro n’a été construit qu’au XIVe siècle afin de protéger l’Alcazaba. Ce château a été construit sur l’emplacement d’un ancien phare d’où son nom Gibralfaro. Une longue promenade s’offrira à vous au cœur des remparts, et rien que de voir la vue sur Malaga ce site vaut vraiment le coup malgré la pente assez dur pour y accéder.

IMG_20191011_135825.jpg

IMG_20191011_133205.jpg

IMG_20191011_133326.jpg

IMG_20191011_133711.jpg

IMG_20191011_130058.jpg

IMG_20191011_133419.jpg

IMG_20191011_124258.jpg

 

Notre début de journée à Malaga se termine, nous retournons à Benalmàdena récupérer la voiture et nous roulons en route vers Ronda qui s’annonce très prometteur.

 

 

 

 

 

 

JORDANIE : ITINÉRAIRE ET BILAN.

C’est l’heure du bilan ! Nous espérons que nos articles et photos sur notre roadtrip en Jordanie vous auront donné envie de découvrir ce merveilleux pays : vous trouverez ci-dessous un récapitulatif sous toutes les formes de notre périple de 7 jours !

 

jordanie

 

NOTRE ITINÉRAIRE EN JORDANIE, EN BREF :

Nous sommes arrivés en Jordanie le 20 Septembre 2019, juste après notre séjour en Lituanie. Nous sommes restés juste une nuit à Amman le temps de visiter la capitale du pays. Et, dès le lendemain nous avons loué une voiture afin de partir en roadtrip. C’est la solution la plus efficace pour visiter le Jordanie en peu de temps. Du coup direction Jerash (1 jour), où le soir même nous dormirons à Petra. (2 jours)

Une fois Petra visitée, nous prenons la direction au sud de la Jordanie où nous resterons deux nuits à Aqaba. Puis le lendemain direction notre dernière destination la forteresse d’Al Kerak (1 jour) où le soir nous dormons à Madaba, proche de l’aéroport. 

 

 

météeo

QUAND PARTIR EN JORDANIE :

Le climat de la Jordanie est de type aride. Préférez les mois de janvier, février, mars, avril, mai, octobre, novembre et décembre, où les températures sont plus agréables pour les visites. Nous nous étions au mois de Septembre, et croyez moi la chaleur y est étouffante.

 

 

 

coup de coeur

NOS COUP DE CŒURS :

La Jordanie est ce pays du Moyen-Orient qui fait rêver plus d’un. Je pense qu’à l’heure actuelle je réalise toujours pas que Petra fut devant nos yeux. Mais la Jordanie n’est pas que Petra, c’est aussi une quantité de vestiges romains très bien conservées, des routes traversant des paysages à en couper le souffle, des canyons à en perdre la tête et quand même un des pays qui possèdent deux mers très différentes.

Nous vous avons tout même fait une petite liste de nos coup de cœur :

  • Incontestable, Petra ! Des tombeaux royales somptueux !
  • La route entre la mer morte et Petra. Fascinante !
  • Le site de Jerash.
  • Le desert. 
  • Nos retrouvailles avec Paul et son fils.
  • La plongée à Aqaba pour Adam.

 

IMG_20200106_165433.jpg

 

 

 

 

flops

NOS PETITS FLOPS :

  • L’état des routes.
  • La chaleur.

 

 

 

drones-professionnels-design-plat_23-2147694887

PAR RAPPORT AU DRONE :

Il est formellement interdit de faire voler un drone en Jordanie sans autorisation, la législation est assez stricte. site : Ohmydrone.

 

 

ET CONCERNANT LE BUDGET :

En ce qui concerne le budget, la Jordanie pour 7 jours nous a quand même coûté cher. Après je pense qu’il est possible tout de même de le faire en tant que backpackers, toutefois le budget reste élevé comparer à certains pays asiatique et ça à cause du Pass Jordanie et de la location de voiture, puis à noter qu’il n’existe pas d’auberge de jeunesse du coup les hôtels y sont relativement un peu excessif.

 

bilan jordanie

 

 

LA JORDANIE, EN CHIFFRE :

  • 760 km parcourus.
  • 0 jours de scooter.
  • 3 pique-nique.
  • 1 merveille du monde vu.
  • 6 dromadaires aperçus en total liberté.
  • 1 re rencontre avec Paul, un voyageur rencontré en Inde.

 

 

ALORS, NOTRE BILAN ? 

La Jordanie c’est juste waoouuuu !!  Je me souviens de cette route à travers les canyons vitre baissé, cheveux au vent, à me dire si tous cela est réel. Alors j’ose même pas vous parler de cette sensation lorsque nos yeux ont admirés Petra. La Jordanie est un pays magnifique et sécurisant, c’est un roadtrip idéal à faire si vous avez une semaine de vacances. Je vous l’assure aucune déception ne sera au rendez-vous.

 

 

CAP VERS PETRA, ON THE ROAD !

Fini la visite de Jerash, direction maintenant Petra où une longue après-midi de route nous attends, mais cela ne fait rien nous adorons ça ! Flâner le long des routes à la découverte de paysages sauvages.

IMG_20190921_141246.jpg

IMG_20190921_144629.jpg

Nous reprenons la route direction la mer morte (dead sea), ce lac très salé que la Jordanie partage avec l’Israël et la Palestine. Mais avant, petite halte à Qasr al-‘Abd, un petit palais perdu dans la campagne. Comment vous dire que nous étions seuls !

IMG_20190921_143515.jpg

IMG_20190921_143549.jpg

IMG_20190921_143817.jpg

IMG_20190921_143736.jpg

La structure du palais se déploie sur deux niveaux et était dotée de citernes qui conservaient l’eau de pluie. On remarquera la taille impressionnante des blocs de pierres avec lesquels l’édifice est construit (certains pèsent plus de 20 tonnes). Ce dernier était cependant fragile car un tremblement de terre en 362 après J.-C. l’endommagea gravement. Une équipe d’archéologues français le restaura pendant trois ans pour reconstruire partiellement ce  » puzzle géant « . La partie septentrionale possède un portique à deux colonnes ornées de frises représentant des animaux, principalement des lions et des aigles. Ces sculptures témoignent de l’influence de l’art hellénistique et perse dans l’architecture de l’époque.

 

IMG_20190921_144635.jpg

IMG_20190921_150928.jpg

Une fois cette petite visite accordée, nous reprenons la route ! La Jordanie c’est vraiment désertique et aride, on se penserait dans des canyons de l’Ouest Américain. Sur la route, nous avons rencontré à plusieurs reprises la police jordanienne mais si vous êtes en règle tout se passera comme il faut. Ils sont super accueillant. Encore quelques km de fait, et nous pouvons apercevoir la mer morte. Un paysage fabuleux par ce contraste de bleue, de blanc (sel) et de terre.

IMG_20190921_153425.jpg

IMG_20190921_165113.jpg

IMG_20190921_154221.jpg

IMG_20190921_144644.jpg

 

IMG_20190921_174742.jpg

IMG_20190921_174722.jpg

IMG_20190921_175130.jpg

IMG_20190921_175338.jpg

IMG_20190921_183358.jpg

Puis, c’est avec un fabuleux coucher de soleil que nous reprenons cette merveilleuse route au coeur de canyons à en perdre la vue en direction de Petra. De tous les roadtrips en voiture que nous avons pu faire cette route là restera une des plus magiques.