HORSESHOE BEND, L’ENVOÛTEMENT IMMÉDIAT.

Nous voilà à Page, ville dans la région de l’Arizona. Tout juste après notre petit déjeuner nous prenons la voiture en route pour l’Horseshoe Bend. Oui vous aussi vous allez un peu trébucher le nom de ce lieu ! Je pense que c’est à peine maintenant que j’arrive enfin à le prononcer sans me tromper. Mais Horseshoe Bend, qu’est ce que c’est ? A part ces photos mythiques que nous connaissons tous. 

IMG_20200129_092407

Commençons par un bref historique de la région. Les premiers peuples sédentaires à s’installer sur ce territoire étaient les amérindiens Fremont et Anasazi (jusqu’au XIVe siècle environ), à qui succèdent les Paiutes, puis les Navajos et les Hopis (vers 1850).

À partir du XVIe siècle, les colons espagnols puis le gouvernement mènent des expéditions dans la région, avant l’arrivée des pionniers lors de la ruée vers l’or. Dès le début du XXe siècle, la région se développe et est de plus en plus fréquentée par les touristes. Mais le paysage exceptionnel de Horseshoe Bend n’attire pas seulement les touristes, mais aussi les cinéastes ! On peut notamment voir son décor dans le film La Planète des Singes (1968) de Franklin James Schaffner.

Horseshoe Bend, c’est en fait un méandre du fleuve le Colorado et a pour forme la courbe d’un fer de cheval d’où son nom en anglais. Mais c’est surtout un lieu magnifique à observer. Les canyons sont saisissants, et le bleu du Colorado contraste subtilement ce décor fantastique. Je pense que nous aurions pu rester des heures et des heures à observer ce lieu. Littéralement conquis !

IMG_20200129_093310

IMG_20200129_093303

IMG_20200129_093115

IMG_20200129_091650

etape 3

 

INFORMATIONS PRATIQUES. 

De Page, il vous suffira donc de suivre la direction Sud sur l’US 89, de tourner à droite près de 2,5 kilomètres après le croisement entre l’US 89 et l’AZ 98, puis de suivre les panneaux qui indiquent le sentier menant à Horseshoe Bend. Facile, non ?

Le site est payant, il coûte 10 $ par véhicule, et même si vous possédez le Pass, America the beautiful. Vous avez un parking qui va être votre point de départ pour se rendre au site. Le chemin n’est pas si long, je dirais environ 15 mins à pied.

Sur place, prévoyez une heure pour faire la randonnée et vous imprégner de l’atmosphère du lieu. Notez cependant que le parking ouvre ses portes à 5h du matin et ferme à 20h, le soir.

Depuis 2010, Horseshoe Bend ne cesse d’attirer de plus en plus de visiteurs, amenant les autorités à aménager le site afin de les accueillir dans les meilleures conditions (abris pour se protéger du soleil, places de parking supplémentaires, barrières de sécurité…). L’aspect de Horseshoe Bend n’est donc plus aussi brut qu’avant, mais la bonne nouvelle est que le site est désormais accessible aux personnes à mobilité réduite.

 

 

DEATH VALLEY : UNE MERVEILLEUSE ÉCHAPPÉE NATURELLE.

Le lendemain de Las Vegas, nous prenons la route en direction de la Death Valley. Lieu fascinant et incontournable lors de votre road trip dans l’ouest américain.

C’est sur la frontière du Nevada, à l’est de la Sierra Nevada, à la suite du Mojave Desert, que s’étend la fameuse Vallée de la Mort. Le nom indique bien l’aridité totale de ce lieu, où beaucoup se sont perdus en voulant atteindre la Californie.

Il y a quelque 200 millions d’années, la vallée était une mer en bordure de la faille de San Andreas, cette fameuse cassure de l’écorce terrestre qui fait trembler la Californie. Aujourd’hui subsistent des collines de sable blond totalement vierges ; des étendues salées et blanches, des montagnes, des collines et des canyons râpés et arides, d’une beauté d’autant plus impressionnante que le soleil, selon les heures, change les perspectives, les volumes et les couleurs.

 

IMG_20200127_123408

 

HISTOIRE DE LA DEATH VALLEY.

Les premiers habitants de la vallée étaient les Indiens Timbisha Shoshone, qui vivent aujourd’hui dans les Shoshone Mountains. Les premiers Européens à avoir connu ce désert sont arrivés lors de la Ruée vers l’or de 1848 à 1851. Ce furent près de 80 000 personnes qui partirent vers la Californie, pour une aventure périlleuse où il fallait s’attendre à combattre les animaux sauvages, les Indiens, et les éléments naturels. En 1850, de l’or fut découvert dans la Vallée de la Mort, ainsi que de l’argent, mais leur exploitation ne commença que lors de la découverte des gisements de borax en 1883. Le minerai était emporté par des wagons tirés par des attelages d’une vingtaine de mules. Des villes-champignons poussèrent autour de la vallée, comme Skidoo et Rhyolite, mais, le minerai s’épuisant rapidement, elles devinrent des villes fantômes. La Vallée de la Mort retint l’attention des parcs nationaux dès les années 1920, mais ce n’est qu’en 1933 que le président Hoover la déclara  »  monument national   »  ; elle ne devint parc national qu’en 1994.

 

UNE SACRÉE RÉPUTATION.

La réputation de la Death Valley n’est plus à faire : il fait très chaud et très sec. En 1929 et en 1953, il n’a pas plu une seule goutte pendant toute l’année. Le record de température est de 128°F (54° C) et  200°F (93°C) sur le sol… De nombreux guides regorgent d’histoires morbides. La plus connue, et la plus ancienne, c’est celle des « 49 premiers perdus » de la Vallée de la Mort.

En 1848, de l’or a été découvert en Californie, et tout le monde se rue à la conquête de l’Ouest. Les premiers pionniers à partir, « les 49 premiers » partirent de Salt Lake City, en Utah, et se retrouvèrent, après déjà moults péripéries et raccourcis mal choisis, en plein cœur de ce qu’ils nommeraient ensuite la Death Valley, car elle allait coûter la vie à un membre de l’équipée, et aux ânes de leur caravane dont ils se sont repus pour survivre.

 

IMG_20200127_102703

 

Death Valley est une quintessence de désert. Un Sahara d’environ 150 km sur 80 km. Et, nous y voilà, on entre dans la Vallée de la Mort par la Death Valley Junction. Quelques mètres plus loin, nous observons le Zabriskie Point où l’arrêt à ce point de vue est quasiment incontournable.

 

LE ZABRISKIE POINT.

IMG_20200127_105025

IMG_20200127_104942

C’est l’un des phénomènes géologiques les plus surprenants de la vallée. Le paysage à 360° a un côté lunaire. Il faut vous y rendre au lever du soleil, quand les couleurs ont toute leur intensité. La roche semble avoir été peinte, passant du rose au vert ou à l’orange. D’un côté, la terre à dominante jaune, marbrée de strates sombres, est creusée d’une série de ravines que domine une aiguille, Manly Beacon. Au nord, une couche plus dure, rouge sombre, est nommée la Cathédrale rouge.

IMG_20200127_105330

IMG_20200127_105403

IMG_20200127_110056

C’est un de mes lieux préférés de la Death Valley, je trouve ce paysage complètement féerique et fascinant. Les couleurs changent constamment, et l’ensemble de forme de la vallée apporte une poésie naturelle captivante.

 

LE LAC À SEC DE BADWATER.

IMG_20200127_113104

Badwater, est une vaste étendue de marais salants, magnifique avec les réverbérations du soleil. Un lac temporaire peut se former après de fortes pluies au Printemps. Au flanc de la montagne, bien au-dessus des hommes, un panneau signale « Sea level ». C’est le point le plus bas  des Etats-Unis, 86 mètres sous le niveau de la mer.

IMG_20200127_115350

IMG_20200127_115008

IMG_20200127_114542

IMG_20200127_114223

IMG_20200127_113030

IMG_20200127_115440

Avec la chaleur qui continue d’assécher les cristaux, la surface se brise pour former des carreaux irréguliers. Puis peu à peu, tout continue à se briser et le sol devient plus chaotique, comme s’il avait été labouré.

 

LES MINES DE BORAX.

En continuant notre route en pleine exploration de la death valley, de nombreux paysages tous saisissants parsèment notre aventure. Mais celle-ci devient encore plus excitante quand nous décidons d’aller explorer une ancienne mine abandonnée…

IMG_20200127_123454_1

IMG_20200127_123429

 

IMG_20200127_132536

IMG_20200127_132405

IMG_20200127_132334

Les sous-sol de la vallée pouvait être une source de profit et autrefois on commença à exploiter du cuivre, de l’argent et de l’or, mais aussi du talc et du borax. Le borax, « l’Or Blanc du Désert » était utilisé dans l’industrie du verre, dans la métallurgie, mais aussi dans la fabrication de savon et de lessives, fut la principale production de la vallée.

Il en reste aujourd’hui quelques mines abandonnées, à l’exploitation desquelles furent employés de nombreux ouvriers chinois, et le souvenir du fameux équipage de 18 mules et deux chevaux (twenty mules team) d’Harmony Borax Works, transportant en 10 jours sur une distance de 270km des chariots de 36 tonnes de borax. Harmony Borax Works fut exploitée de 1883 à 1888.

La mine abandonnée que nous avons exploré fut vraiment très bien conservée, et pratiquement personne la visite car la route pour y accéder est assez compliquée surtout si vous avez loué une mustang.

IMG_20200127_132314

IMG_20200127_132142

IMG_20200127_132052

 

 

D’AUTRES SITES A VOIR :

  • DANTE’S VIEW.
  • DEVIL’S GOLF COURSE.
  • ARTIST’PALETTE.
  • SAND DUNES.
  • UBEHEBE CRATER.

 

 

La réputation lugubre de la Vallée associée à la beauté de ces lieux désertiques nous transporte tout de suite dans une atmosphère intimidante. C’est vraiment une exploration unique en son genre, dépaysante et fabuleuse. En aucun cas, vous serrez déçu. Nous avons passé juste une journée à arpenter cette vallée car la suite de notre itinéraire fut chargée. Toutefois nous vous conseillons de passer au moins deux jours si vous voulez tout voir.

 

INFORMATION PRATIQUE : 

Plan du site : 

ob_b32c46_carte-valle-e-de-la-mort

Comment s’y rendre ? 

  • En excursion organisée depuis Las Vegas.
  • Situé pile à la frontière entre la région de Californie et le Nevada, Death Valley est facilement accessible en voiture depuis les villes de Los Angeles et Las Vegas. // Los Angeles → Death Valley : 360 km – environ 5H de route. // Las Vegas → Death Valley : 210 km – environ 2H30 de route.

 

Visitors Center ?

Furnace Creek ou Scotty’s Castle. Furnace Creek est ouvert de 8h à 17h d’octobre à juin, et de 9h à 18h le reste de l’année. Scotty’s Castle est ouverte de 8h45 à 16h30 de février à avril, de 9h45 à 15h45 en avril et mai. En été, il n’ouvre que du vendredi au lundi, de 9h45 à 15h15. Plus d’informations sur le site officiel.

 

Concernant la météo ? 

Bon, vous devez le savoir. Il fait chaud à Death Valley. Les mois de juin, juillet et août sont les mois les plus chauds (entre 43 et 47°) et la nuit ne change pas grand chose. La meilleure période pour visiter le parc est clairement le printemps avec des températures plus fraîches et les fleurs qui font leur apparition.

 

Horaire du site :

La Death Valley est ouvert 24h/24.

 

Tarifs du site.

20 $ le véhicule, 10 $ par personne. Pass America The Beautiful accepté.

CADIX, LE TEMPS D’UNE APRES-MIDI.

Si sa création n’est pas le fait d’Hercule comme le prétend la légende, Cadix date néanmoins de l’an 1100 av. J.-C : en ce temps-là, les Phéniciens fondèrent une colonie appelée Gadir. La ville fut ensuite romaine comme en attestent les vestiges d’un théâtre romain, puis musulmane. Plus tard encore, elle sera l’objet des convoitises des Français et des Anglais. De son port s’élança, vers une cuisante défaite, la flotte franco-espagnole qui fut coulée à Trafalgar. En découvrant la ville pour la première fois, on est saisi par son site privilégié, ceinturé de fortifications et relié au continent par une mince bande de terre dans l’océan.

Parfois injustement délaissée au profit de Séville, cette ville légère, joyeuse et un rien italienne mérite vraiment une visite en tout simplicité. Le centre historique est vraiment tout petit, voir attachant et se pratique très bien à pied. La ville moderne est, elle, sans intérêts. Cependant, vous pouvez profiter des plages si la durée de votre séjour vous le permet.

IMG_20191012_123814.jpg

IMG_20191012_134933.jpg

IMG_20191012_134124.jpg

IMG_20191012_135532.jpg

IMG_20191012_124532.jpg

IMG_20191012_124340.jpg

IMG_20191012_133731.jpg

IMG_20191012_133738.jpg

 

Nous ne dirons pas que Cadix est une étape primordiale lors de votre roadtrip en Andalousie, mais néanmoins si jamais vous pouvez vous y arrêter alors faites-le. On ne peut le nier que l’architecture à Cadix est vraiment séduisante. Puis, c’est l’endroit idéal pour se poser le temps d’un verre ou la dégustation d’une paëlla, why not ?!

 

Le soir nous reprenons la voiture en direction de Séville, ville tant attendu de notre petit trip au cœur d’une région fantastique et surprenante.

 

 

HAMBOURG, PETITE JOURNÉE ALLEMANDE.

Hambourg fut juste un arrêt dans notre trajet Copenhague-Amsterdam, car nous voulions couper en deux ce trajet là. Puis, je vous l’avoue l’hôtel de ville m’a séduit et cela dès la première photo aperçu sur internet. Du coup raison de plus de nous arrêter dans cette ville allemande.

Deuxième plus grande ville d’Allemagne, troisième port d’Europe, Hambourg la prospère est tout à la fois une métropole vibrante et l’un des 16 Länder qui composent la République fédérale allemande. Son prestigieux passé se lit à mesure que l’on parcourt la ville, mosaïque d’architecture bourgeoise Belle Époque et d’urbanisme propre aux zones portuaires industrielles, s’épanouissant depuis son centre historique animé. Ses dimensions de métropole et son train de vie plutôt provincial la rendent très attachante.

D’ailleurs elle a été classée meilleure ville où faire la fête selon une étude très sérieuse de Hostelworld. Pas étonnant, car les habitants sont connus pour être très accueillants, le système des transports en commun se veut efficace et le coût de la vie y est moins cher en ce qui concerne les sorties nocturnes.

Je pense que c’est pour cela qu’Hambourg nous a donné une petite mauvaise image dès notre arrivée en gare et je comprends mieux alors ce titre de ville festive, allemands alcoolisés dans les rues, et beaucoup beaucoup de personnes vivant en marge de la société. Outre ce premier abord un peu triste nous commençons par nous rendre en direction de l‘hôtel de ville, juste après avoir laissé nos bagages dans une consigne d’un hôtel de la ville.

 

L’HÔTEL DE VILLE, LE « RATHAUS ». 

IMG_20191005_135219.jpg

L’Hôtel de Ville, est sans aucun doute l’un des bâtiments les plus pompeux et majestueux de la ville, mais ce n’est pas le plus ancien. L’édifice vient « seulement » de souffler ses 120 bougies et c’est en réalité le 6ème siège de la plus haute autorité hambourgeoise dans l’histoire de la Ville. Il doit sa construction – entre 1886 et 1897 – à la destruction -volontaire – de l’ancienne mairie en 1842. Dans la nuit du 6 mai 1842, un incendie se déclare dans la partie la plus ancienne de Hambourg et menace de ravager toute la ville. En faisant exploser le « Altes Rathaus », situé près de Trostbrücke (à l’emplacement de ce qui est aujourd’hui la Patriotische Gesellschaft), les autorités espèrent stopper l’incendie…ce sera peine perdue ! Pendant près d’un demi siècle, les Hambourgeois devront se passer d’Hôtel de Ville: les sénateurs refusent plan après plan et ce n’est finalement qu’ à l’initiative de Martin Haller, fils de sénateur hambourgeois et architecte, qu’un projet, réalisé en collaboration avec plusieurs confrères hambourgeois, est accepté et que la première pierre est enfin posée en 1886. La construction elle-même prend du retard, entre les grèves d’ouvriers réclamant de meilleurs salaires ou encore l’épidémie de choléra ne faisant pas halte devant le chantier…

Le mardi 26 octobre 1897, c’est jour de fête; les Hambourgeois prennent enfin possession du Rathaus. Le coût final est de 11 millions de Goldmark, soit environ 80 millions d’Euros.

IMG_20191005_135709.jpg

IMG_20191005_140027.jpg

IMG_20191005_140023.jpg

 

 

Après avoir admiré passionnément l’hôtel de ville nous décidons de nous promener en direction du stade de Sankt Pauli où en passant nous nous arrêtons devant une vieille église détruite par la guerre : St Nicolas.

IMG_20191005_141744.jpg

IMG_20191005_141414.jpg

IMG_20191005_141851.jpg

 

Le quartier de Sankt Pauli est connu du monde entier pour son esprit jeune et rock ! Mais aussi, pour la tolérance que prône haut et fort le célèbre club de foot Sankt Pauli. Respect à eux !

IMG_20191005_150648.jpg

 

Puis nous déambulons dans la ville au rythme de son audace architecturale ! Hambourg est un joyeux mariage entre les façades datant du XIXe siècle d’inspiration néo-gothique et les nouveaux bâtiments d’un style beaucoup plus moderne. Ce qui nous conduira à travers les canaux qui englobent la ville.

IMG_20191005_155440.jpg

IMG_20191005_153917.jpg

IMG_20191005_155627.jpg

 

Hambourg est une petite destination, le temps d’une journée certes, mais nous l’avons trouvé très agréable même si ces attraits touristiques ne sont pas virulent.

COPENHAGUE, L’IMPERTURBABLE.

Capitale du Danemark, Copenhague est à la pointe du design et des nouvelles technologies. Cette ville scandinave où il fait bon vivre mêle à la perfection modernité, simplicité et originalité ; affirmant son identité avec fierté à travers un passé viking et des sagas nordiques. Notre visite s’est déroulé sur deux jours, où nous avons abordé cette visite suivant les différents quartiers à explorer. Nous arrivons à Copenhague depuis Stockholm via un bus de nuit avec la compagnie flixibus. 

Mais avant nous décidons pour ces deux jours de laisser nos affaires en cabine et juste récupérer un petit sac avec le minimum vital car nous dormons chez un hôte airbnb et l’heure à laquelle nous pouvons nous rendre était bien plus tard dans la journée.

 

QUARTIER INDRE BY.

IMG_20191003_105614.jpg

IMG_20191003_105625.jpg

IMG_20191003_112223.jpg

IMG_20191003_113027.jpg

IMG_20191003_110723.jpg

 

C’est l’un des quartiers les plus originaux, agréables et verts de Copenhague avec plus plusieurs parties distinctes : Résidentiel au sud, puis anciennement portuaire et industriel au nord. Et au milieu coule une rivière ou plus précisément des canaux  traversant et ceinturant le célèbre port Nyhavn. 

IMG_20191004_131629.jpg

IMG_20191004_133945.jpg

IMG_20191003_121536.jpg

IMG_20191003_122352.jpg

IMG_20191003_121858.jpg

IMG_20191003_121324.jpg

 

Nous trouvons que ce quartier donne un petit aperçu de ce que peut être Amsterdam, en beaucoup plus coloré, c’est une certitude.  Par contre, nous n’avons pas voulu faire le Parc Tivoli car pour nous, cela été hors-budget. C’est un parc d’attraction de plus de 170 ans.

 

 

QUARTIER CHRISTIANVAHN.

IMG_20191003_113046.jpg

IMG_20191004_130222.jpg

IMG_20191004_125348.jpg

IMG_20191004_125059.jpg

 

Je pense que c’est le quartier le plus insolite et underground que nous avons pu faire jusqu’à présent avec Christiana. Un lieu et un univers hors-normes assez anarchiste où pratiquement aucune lois règnent. Nous avons quand même été choqué de voir des parents emmenés leurs enfants sur ce lieu, je trouve que le contexte est pas trop propice pour des enfants ( vente de drogues, squat… ) Hormis, cette petite parenthèse, j’ai adoré cet endroit peu commun et rempli de street-art.

IMG_20191004_124207.jpg

IMG_20191004_124102.jpg

IMG_20191004_123926.jpg

 

Nous avons aussi admirer l’ Église de Notre-Sauveur, une des plus belle églises de Copenhague avec une vue incroyable sur la ville depuis son insolite tour en spirale. (bien sur la vue est payante).

IMG_20191003_113424.jpg

IMG_20191003_113629.jpg

 

 

QUARTIER OSTERBRO.

IMG_20191003_125945.jpg

IMG_20191003_131832.jpg

IMG_20191003_131453.jpg

IMG_20191003_131942.jpg

IMG_20191003_130127.jpg

 

Après la visite de Christiana, direction les remparts du Kastellet. Un parc arboré qui peut à la fois vous permettre de vous détendre ou à la fois vous promenez tranquillement le temps d’un instant. Nous avons adoré les moulins présents. Un charme fou ! Puis juste après en route pour admirer la fameuse petite sirène de Copenhague. Bon qu’on se l’avoue on la pensait vraiment plus grande. Et le meilleur moyen de la rencontrer est de se balader le long des quais Kobenhavns Havn. 

IMG_20191003_135150.jpg

 

 

 

Cph_districts

 

Puis après nous profitions de la fin de la journée en arpentant diverses rues avant de rentrer dans notre airbnb.

IMG_20191003_141557.jpg

IMG_20191003_110415.jpg

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES. 

– MONNAIE.

Il s’agit de la couronne danoise. 1 euro = 7,47 DKK.

– TRANSFERT AEROPORT-CENTRE VILLE.

je vous recommande de prendre le métro car c’est le plus rapide et le moins cher. Environ 10€ le ticket (pour un taxi comptez environ 70€).

– SE DÉPLACER.
  • La tarification en métro dépend du nombre de zones traversées.
  • Le City pass est valable 24 h ou 72 heures. La Copenhague Card (de 24 à 120 heures) est valable pour tous les moyens de transport, toutes zones confondues. Elle donne également l’accès gratuit à de nombreuses attractions et musées ainsi qu’à des réductions dans certains restaurants.
  • Vous pouvez acheter une carte anonyme à créditer : La Rejsekort. Vous devrez ensuite la valider à chaque entrée et sortie de transport. 2 inconvénients : La carte est payante (80 DKK) et un minimum de 50 DKK doit être crédité pour utiliser les transports. Bref, pratique si vous comptez revenir à Copenhague, mais pas forcément économique dans le cas contraire.
  • L’application Mobilbilletter Hovedstaden permet d’acheter les tickets en ligne.

 

 

Copenhague est une ville agréable et super jolie, avec beaucoup de facettes différentes. Néanmoins, c’est une des villes les plus chers d’Europe, du coup vous devez impérativement prévoir un budget conséquent pour visiter cette ville. Mais, Copenhague vous séduira entre tranquillité et émerveillement.

 

 

 

 

 

 

STOCKHOLM, LA RAYONNANTE.

Stockholm est une capitale étrange, complexe, et pourtant fabuleusement attirante. Cette ville est un archipel de quatorze îles, mais les cinq quartiers incontournables sont concentrés, s’agissant de Gamla Stan, l’île de SkeppsholmenNorrmalmÖstermalmDjürgarden et Södermalm.

La Suède est l’un des états-membres de l’Union Européenne, mais n’est pas dans la zone euro donc à savoir avant de partie que la monnaie suédoise est la couronne, et le taux actuel de change est de 10 couronne (SEK) pour 1 euro.

Nous avons découvert Stockholm et ses charmes à pied, même si il sera parfois nécessaire de prendre les transports pour aller d’un point à un autre. A noter que pour un voyage de plus de trois jours, le plus économique sera d’acheter une carte magnétique rechargeable, la Turistkort SL. Elle est disponible aux guichets de certaines stations de métro, mais aussi dans les points de vente Pressbyrån.

 

GAMLA STAN.

IMG_20191001_145202.jpg

IMG_20191001_145405.jpg

Nous avons démarré notre découverte de Stockholm en 4 jours par Gamla Stan. C’est le vieux Stockholm, le quartier le plus ancien, mais aussi le plus touristique. Un conseil,  éloignez-vous des rues bondées, des boutiques de souvenirs et des circuits de visites tracés, et découvrez les placettes, les ruelles calmes et leurs façades orangées. Mais, nous ne doutons pas que Gamla Stan restera votre quartier préféré après la visite de cette jolie capitale nordique.

Nous arrivons sur Stortorget, la Grand-Place cernées de belles maisons colorées datant du XVIIe et XVIIIe siècle. On y observe également un musée dédié aux lauréats du prix Nobel. Non loin de là nous retrouvons le Château royal. Avec ses 600 pièces, c’est l’un des plus grand château au monde. La relève de la garde royale se déroule tous les jours dans la cour. Nous n’y assisterons pas non plus, préférant explorer chaque recoin de cette vieille ville.

IMG_20191001_145708.jpg

IMG_20191001_145819.jpg

IMG_20191001_144850.jpg

IMG_20191001_144258.jpg

IMG_20191001_145219.jpg

IMG_20191001_161053.jpg

IMG_20191001_144838.jpg

IMG_20191001_161928.jpg

IMG_20191001_160812.jpg

 

 

Ne manquez surtout pas Mårten Trotzigs Gränd, la ruelle la plus étroite de la ville. Elle ne mesure que 90 cm et compte 36 marches. Il n’est pas facile de s’y croiser ! C’est le lieu le plus insolite de Stockholm.

IMG_20191001_150239.jpg

IMG_20191001_150252.jpg

IMG_20191001_154700.jpg

 

 

 

CÔTE HORNSTULL.

De l’autre côté de la rive, nous explorons le quartier d’Hornstull, très calme et paisible, offrant un jolie point de vue sur Gamla Stan.

IMG_20191001_152029.jpg

IMG_20191001_152140-1.jpg

IMG_20191001_151425.jpg

IMG_20191001_152449.jpg

 

NORRMALM, LE STOCKHOLM MODERNE.

Après avoir fait le tour du vieux Stockholm, nous sommes allés explorer Norrmalm.  Nous logeons vraiment juste à côté de la grande artère principale, dans une auberge de jeunesse. A l’inverse de Gamla Stan, ce quartier est l’une des facettes modernes de la capitale. Il est l’un des hauts lieux du shopping de la ville, avec une artère piétonne très longue (Drottninggatan), plusieurs centres commerciaux et de nombreuses enseignes de décoration et prêt-à-porter. Puis, après nous sommes descendus du côté de Helgeandsholmen, un petit îlot juste en face de Gamla Stan. 

IMG_20191001_160655.jpg

IMG_20191002_101844.jpg

IMG_20191001_142042.jpg

IMG_20191001_144210.jpg

IMG_20191001_161103.jpg

 

 

 

 

L’ÎLE ALBERGET.

IMG_20191002_113527.jpg

IMG_20191002_113106.jpg

L’île d’Alberget est une extension de balade intéressante surtout après avoir arpenté les boulevards bruyants de Norrmalm. Cette petite île est un havre de tranquillité et de verdure. Et ça, cela fait du bien ! Malheureusement pour nous, la pluie fut au rendez vous cette journée-là à Stockholm du coup nos visites furent écourtées parfois par ce temps très capricieux. Du coup,  nous rentrons le longs des quais de Strandvägen, sur le quartier d’Östermalm.

IMG_20191002_112432.jpg

IMG_20191002_104218.jpg

IMG_20191002_103408.jpg

IMG_20191002_104911.jpg

 

CARTE QUARTIER TOURISTIQUE A VOIR / CARTE DES MÉTROS.

carte etsok

stockholm-map-metro-1

INFORMATIONS PRATIQUES.

– COMBIEN DE JOURS POUR VISITER STOCKHOLM ?

Au minimum 3 jours.

– TRAJET AEROPORT-CENTRE VILLE ?

L’aéroport d’Arlanda est très bien desservi par l’Arlanda Express. Une sorte de TGV très scandinave, avec du bois et du Wifi (fonctionne pour de vrai), qui file à 200 km/h pour rejoindre le centre-ville de Stockholm en 20 min. Son prix : entre 270 SEK et 300 SEK par trajet selon la saison. Départ toutes les 15 minutes.

Sinon, la solution petit budget, ce sont les autobus de la compagnie Flygbussarna (12€ par adulte) avec un temps de trajet de 45 mn environ. Départ toutes les 10 mn de 5h à 1h du matin.

 

Stockholm est une très jolie capitale, qui en fait rêver plus d’un. Je dirai que 3 jours suffisent à bien arpenter les rues et les différents quartiers de la ville. Toutefois, Stockholm fait parti de ces villes très très chère surtout quand on voyage en tant que backpackers, néanmoins je sais qu’un jour j’y retournerai afin de visiter les nombreux musées d’art et de design que j’ai pu rater.

 

 

 

PETRA, MERVEILLE DU MONDE N°4 !

IMG_20190922_055018.jpg

Cette visite là, comment ne pas se languir ?! Réveil matinal, nous partons rejoindre l’entrée du site de Pétra où nous garons la voiture sur le parking gratuit non loin de l’entrée. Nous avons attendu presque 40 minutes jusqu’à ce que les portes ouvrent avec peu de personne, et nous vous conseillons de faire exactement la même chose : y aller tôt le matin ! Pour apprécier le calme, la lumière et la fraîcheur, trois points très important à prendre en compte lors de votre visite.

Après les écrits de Lawrence d’Arabie, c’est sans aucun doute le film de Steven Spielberg de 1989 – mettant en scène l’immortel Indiana Jones – qui a contribué à faire connaitre le grandiose site de Pétra. Ignorée du grand public jusqu’au début des années 1930, en raison de l’absence de mention de cette cité antique du désert dans les textes bibliques, la majestueuse Pétra est depuis bientôt un siècle une inépuisable source de connaissance pour les archéologues, qui n’en ont jusqu’alors fouillé que le dixième.

Enfouie au creux des arides gorges du sud de la Jordanie, elle compte aujourd’hui parmi les incontournables points de visite du Moyen-Orient. Son histoire est très ancienne, puisqu’elle fut en son temps la capitale d’un peuple commerçant très influent, les Nabatéens, qui régnèrent en maîtres sur la région à partir du VIe siècle avant J.-C. et qui furent délogés par l’empire romain.

De cette antique civilisation nous sont parvenues d’époustouflantes façades taillées dans le grès, abritant temples et tombes royales, dont les couleurs ondulent au gré des mouvements du soleil. Je ne vais pas vous donner de conseils pour comment visiter Pétra à part d’y aller tôt le matin car au cours de la journée l’ambiance n’est plus même. Donc perdez vous dans ce magnifique site et visitez tous les coins et recoins de cette empire grandiose.

Je dois avouer que la cité en elle même est encore plus impressionnante que ce que j’imaginais. Ne faites donc pas trop de recherche au préalable pour être encore plus surpris une fois sur place ! Nous avons découvert ces merveilles de nos propres yeux, sans appréhension, sans cette sensation d’avoir déjà vu. Bon d’accord, nous savons quand même à quoi ressemblait le Trésor, forcément, on vous l’accorde !

 

LA TRAVERSÉE DU SIQ.

IMG_20190922_062524.jpg

IMG_20190922_062920.jpg

IMG_20190922_063256.jpg

Lorsque l’on remonte le Siq pour la première fois en marchant dans ce long couloir entouré de gigantesques canyons nous nous attendons pas vraiment à apercevoir le Khazneh aussi vite. Toutefois, justement n’allez pas trop vite et prenez le temps d’admirer les détails de la roche, vous pourrez y trouver des pierres ressemblant à un poisson ou encore à un éléphant suivant l’angle de vue ! Puis c’est l’endroit le plus frais du site donc profitez au maximum !

De nombreuses représentations des divinités nabathéennes ou encore des mini temples sont à découvrir tout le long du Siq. Vous pourrez aussi admirer les anciennes gouttières à certains endroits et observer le travail et l’ingéniosité des civilisations qui étaient là, il y a plus de 2000 ans ! Les variations de couleurs sont superbes, le Siq aura un tout autre visage suivant l’heure à laquelle vous le traversez. Et même à la fin de nos 2 jours à Pétra le spectacle était toujours aussi magique !

IMG_20190922_063725.jpg

 

 

LE TRÉSOR.

Peu avant de sortir du Siq, apparaît ce qui est, pour bon nombre de visiteurs, le monument le plus exceptionnel de la cité antique de Pétra, le Khazneh Firaoun ou trésor du Pharaon.

IMG_20190922_063748.jpg

IMG_20190922_064906.jpg

IMG_20190922_064111.jpg

 

Cet édifice est extraordinairement bien conservé. Il doit son nom à une légende locale qui raconte qu’un pharaon aurait caché son trésor dans l’urne (tholos) coiffant le sommet du petit temple qui surmonte le fronton de l’édifice. Au siècle dernier, des chercheurs ont tenté de prouver ces faits mais ont vite été déçus d’apprendre qu’en fait cette urne n’était pas creuse et ne pouvait en aucun cas contenir quoi que ce soit.

Haut de 43 m et large de 33 m, le Khazneh a été taillé dans le grès rose de la montagne. On peut encore apercevoir les encoches qui ont servi à accrocher les échafaudages. Il comprend plusieurs éléments d’architecture hellénistique, par exemple le tholos, ou encore certaines sculptures.

Il est construit sur deux niveaux. Sur le premier, la façade de l’édifice est surmontée d’un fronton supporté par six colonnes terminées par des chapiteaux corinthiens. Remarquez les cornes typiquement nabatéennes, aux angles. Entre les colonnes sont disposés des reliefs très abîmés par l’érosion et les attaques humaines (balles de fusil) représentant deux cavaliers : les Diocures, Castor et Pollux, qui guident les âmes des défunts. Au centre du fronton, on devine un disque solaire entouré de cornes de bovin ainsi que d’épis de blé. Ce sont les symboles de la déesse égyptienne Isis, probablement assimilée à la déesse nabatéenne Al-Uzza. Puis, la partie supérieure se compose d’un édifice central circulaire, le tholos, où sont sculptées des divinités, et de panneaux latéraux composant un péristyle. On peut aussi voir deux victoires ailées.

IMG_20190922_080004.jpg

 

 

Puis, après ce fameux trésor direction le reste du site où de nombreux tombeaux royales se dressent face à nous. Même si le trésor est très bien conservés les autres tombeaux ne déméritent pas du tout.  Ils sont tout autant fascinant !

IMG_20190923_110420.jpg

IMG_20190922_071326.jpg

IMG_20190922_070451.jpg

IMG_20190922_070051.jpg

IMG_20190922_085138.jpg

 

Nous décidons par la suite de nous rentre au célèbre point de vue, la randonnée est assez dure d’autant plus sous la chaleur. Mais une fois arrivée, le spectacle est magique. De nombreux locaux sont implantés sous une tente pour vous faire payer la boisson afin de prendre une photo depuis leur tente. Les prix restent raisonnables. Si vous vous rendez tôt comme nous, les jordaniens dorment, du coup l’accès est libre. Et, sur cette randonnée vous serez jamais seul, de nombreux chiens pourront accompagner votre petit promenade d’1 heure.

IMG_20190922_073032.jpg

IMG_20190922_083044.jpg

IMG_20190922_080235.jpg

IMG_20190922_080034.jpg

IMG_20190922_075207-1.jpg

 

Ensuite, direction la partie la plus éloignée du site et son célèbre monastère, le chemin est très long mais cela vaut vraiment le coup de s’y rendre. La structure est autant jolie et impressionnante que celle du trésor, puis le lieu est vaste ce qui permet d’avoir cette sensation de « peu de monde ». Puis, en haut de nombreuses randonnées s’offriront à vous, et permettent ainsi d’accéder à de nombreux viewpoints.

IMG_20190922_072202.jpg

IMG_20190922_104721.jpg

IMG_20190922_104540.jpg

IMG_20190922_100202.jpg

IMG_20190922_101835.jpg

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES.

– Combien de temps faut-il prévoir pour visiter Pétra ?

Comptez au minimum 2 jours à Pétra si vous voulez voir les principaux sites sans trop vous presser. Bien sur si vous voulez en voir le plus possible il faudra y rester plus longtemps. Je pense qu’il faut au moins 5 jours pour voir tous les points d’intérêts de Pétra et faire la majorité de ses randonnées.

Quand nous y étions le site de Pétra ouvrait de 6h à 18h, mais les horaires peuvent changer en fonction des heures de levers et de couchers du soleil, renseignez vous avant.

– Pétra by night ?

Les lundis, mercredis et jeudis vous pouvez assister au « Petra by night » moyennant 17 JOD par personne. Au programme de ces deux heures : musique traditionnelle et surtout la fameuse vue du Trésor avec des bougies à ses pieds. Le départ se fait à 20h30 du visitor center avec un guide. Les places sont limitées, vous pouvez les acheter au visitor center de Pétra ou auprès de revendeur.

– Quand faut-il aller à Pétra ?

La haute saison à Pétra s’étend de mars à mai, le printemps est une des périodes idéale pour visiter la Jordanie. L’automne est aussi une période agréable, sans doute moins prise d’assaut que le printemps. Personnellement nous étions en pleine période d’été, une chaleur étouffante ! Prévoyez bouteille d’eau, crème solaire et casquette.

 

Les mots demeurent toutefois impuissants à décrire la beauté mystique de ce lieu classé au patrimoine mondial de l’Unesco, et ce n’est pas pour rien que ce site est aussi classé en tante que Merveilles du Monde. C’est de la magie, de la fascination à chaque recoins, les yeux grands ouverts du début jusqu’à la fin, Pétra envoûte et ça, ça fait du bien !

 

 

LE PASS MUSEUM EN TURQUIE, LEQUEL CHOISIR ?

CONCERNANT ISTANBUL ?

istanbul-museum-pass

Qu’est-ce que le Istanbul Museum Pass, et dois-je en acheter un ? Beaucoup de gens qui envisagent de visiter la métropole turque se posent cette question. Tout dépend bien évidemment du séjour que vous envisagez. Si vous prévoyez une visite de tous les lieux et monuments célèbres d’Istanbul, ce pass vous permettra d’éviter les longues files d’attente et de faire surtout des économies.

  • Qu’est-ce que le Museum Pass Istanbul ?

Le Museum Pass est une carte qui vous donne accès à plus de 300 musées historiques et aux points d’intérêt culturels appartenant au ministère de la Culture et du Tourisme de la République de Turquie. Il existe deux types de pass : le Museum Pass Istanbul qui permet de visiter tous les monuments et musées conventionnés d’Istanbul, et le Museum Pass Turquie qui permet de visiter tous les monuments et musées conventionnés de Turquie.  Les deux sont valables pendant un certain nombre de jours, à partir du moment où vous l’utilisez pour la première fois (et non à partir du moment où vous l’avez acheté).

Le Museum Pass Istanbul comprend l’accès gratuit aux monuments suivants :

  • La Basilique Sainte-Sophie / Hagia Sophia
  • Le Palais de Topkapi (y compris le harem)
  • Le Musée archéologique d’Istanbul
  • Le Musée de la mosaïque d’Istanbul
  • Musée des arts turcs et islamiques
  • Musée des sciences et technologies de l’Islam
  • Église de Chora
  • Musée de la maison Galata Mevlevi
  • Musée du palais Yıldız
  • Musée Rumeli Hisar
  • Musée Fethiye
  • Hagia Irene

 

Le Museum Pass Istanbul coûte 220 TL (35€) par personne. La carte est valable 5 jours à compter de sa première utilisation. Cependant, vous ne pouvez visiter qu’une seule fois chaque musée inclus dans le Pass Museum. Le nom du demandeur est inscrit sur chaque carte. Il peut vous être demandé de fournir une pièce d’identité lors de la saisie.
Les enfants de moins de 12 ans entrent gratuitement dans les sites inclus. Inutile de leur acheter une carte.

 

CONCERNANT LA TURQUIE ?

images

Le Museum Pass Turquie coûte 375 TL (60€) par personne. La carte est valable 15 jours à compter de sa première utilisation. Elle donne accès à presque tous les sites visitables de la Turquie et vous permet de faire pas mal d’économies. C’est ce que nous avons choisi par rapport à la durée de notre voyage et aux sites que nous voulions explorer.

*A savoir que plusieurs régions proposent une carte Pass museum.

TEL AVIV, VILLE DÉCONTRACTÉE D’ISRAËL.

Bon, commençons cet article par une petite anecdote, après notre visite de la Turquie nous voulions nous rendre en Israël quelques jours, afin de nous rendre à Jérusalem, berceau de toutes religions. Du coup c’est avec excitation que nous réservons nos billets d’avion Antalya-Tel Aviv, sans forcément faire attention aux dates et au jour, on vous l’accorde ! Et bien évidemment, après billets réservés nous nous apercevons que nous tombons pile poil lors du week-end de Shabbat. Oui cela fera rire plus d’un !

Du coup notre arrivée à Tel Aviv fût un peu chaotique, nous cherchons en amont toutes les solutions possibles et envisageables revenant le moins cher possible ! Car faut se l’avouer l’Israël est un pays très cher et pas du tout adapté aux globe-trotters. Du coup, après 1 heure d’attente nous avons partagé notre taxi avec un couple de français (20 euros par couple), et marcher 40 minutes jusqu’à notre hôte couchsurfers ( oui pensait à cette astuce en Israël, pour éviter de payer très cher l’hébergement ).

Tel aviv nous fait beaucoup penser à Marseille, par ses longues côtes où nous pouvons marcher tranquillement, tout comme sur la corniche. Nous vous conseillons le soir de faire une petite pause pour admirer le coucher de soleil sur la plage, nous avons adoré nous poser sur ses « bancs transat« , tout comme les israéliens. Nous avons ressenti les habitants de Tel aviv très libre, festif et joyeux, et surtout une population très jeune et dynamique.

 

IMG_20190916_100834.jpg

 

LA VIEILLE VILLE.

IMG_20190916_092934.jpg

IMG_20190916_095351.jpg

IMG_20190916_095049.jpg

IMG_20190916_100111.jpg

 

Le lendemain de notre arrivée, direction la vieille ville de Tel Aviv « Old Jaffa » aux couleurs des belles pierres de Jérusalem. (Tel Aviv et Jérusalem sont des villes très lumineuses, en partie grâce à ses pierres de calcaire.) C’est un peu le quartier artistique et authentique de Tel Aviv.

IMG_20190916_095712.jpg

IMG_20190916_095018.jpg

IMG_20190916_094327.jpg

IMG_20190916_094520.jpg

La vieille ville est superbe, lumineuse et pleine de jolies couleurs, calme par endroit, hyper active à d’autres. Puis, elle offre un point de vue superbe sur la côte de Tel Aviv, où on peut apercevoir la longueur presque infinie de ses plages.

IMG_20190916_093847.jpg

 

 

IMG_20190916_101822.jpg

Nous nous sommes déplacé uniquement à pied pour visiter Tel Aviv, et nous l’avons jamais regretté, nous avons adoré nous perdre dans les rues, découvrir le marché carmel, tellement authentique et saisissant.

IMG_20190916_085516.jpg

IMG_20190916_090058.jpg

IMG_20190916_090231.jpg

 

Tel Aviv est si différente de Jérusalem, c’est vraiment une ville moderne où on peut s’amuser, profiter, flâner et en même temps visiter. C’est un peu la Dolce Vita israélienne.

 

 

 

BAKO NATIONAL PARC, A LA DÉCOUVERTE DES NASIQUES.

Outre la réserve de Semenggoh, il existe un parc national non loin de Kuching où en plus d’apercevoir une faune et flore luxuriante et totalement sauvage. Il est également possible d’apercevoir une espèce très rares de singes, appelés les nasiques ou singes proboscis.

Bako, fondé en 1957, est le parc le plus ancien de Sarawak. Entouré par la mer de Chine et bien qu’il soit tout petit par rapport à d’autres parcs asiatiques (27 km2),c’est l’endroit idéal pour admirer toute la flore de Bornéo.

Il offre aussi la possibilité de faire plusieurs trekkings au milieu de la jungle (16 sortes de sentiers bien entretenus, chacun balisé avec une couleur), de longueur et de difficulté différentes pour tous le monde. Le parc propose aussi des hébergements afin de passer au moins une nuit au milieu de la jungle et ainsi vivre une expérience inédite si vous le désirez.

Nous sommes partis à la découverte du Bako National Parc, tôt le matin. Il y a le bus numéro 1 qui passe dans la ville et vous emmène à l’entrée du petit port pour prendre une barque et ainsi vous rendre au Parc. Toutefois, il existe aussi des petits bus locaux blancs qui vous proposent le même trajet au même prix. Ce n’est pas une arnaque vous pouvez monter dans ces bus en toute sérénité.

jhdr_soft

Le bus nous emmène alors à un débarcadère à Kampung Bako où nous prenons nos tickets d’entrée au Parc. De là nous montons dans un petit bateau qui fait la navette jusqu’au «camp » (headquarters) du parc sur la plage de Telok Assam en une vingtaine de minutes. Le trajet est très agréable, puis nous permet direct de s’immerger dans la nature luxuriante et sauvage du parc Bako.

La première chose à faire c’est de vous rendre au bureau du parc qui fait notamment épicerie/ restaurant, vous devez impérativement vous enregistrer auprès des autorités du parc et remplir ainsi les formalités demandées. Pareil quand vous repartirez !

oznor_soft

oznor_soft

oznor_soft

Nous avons eu vraiment une chance unique d’apercevoir tout de suite dans les arbres devant le bureau du parc, un nasique. Ils sont généralement ici.  De l’agitation dans les arbres en lisière de forêt, ouvrez bien grands vos yeux, ces singes avec un grand nez sont somptueux ! Les nasiques font leur vie sans se soucier de nous, nous, on les observe avec grand plaisir.

Par la suite nous sommes partis explorer ce parc immense, de la végétation à outrance, des singes présents, des paysages merveilleux. Plusieurs chemins de trails s’offriront à vous, choisissez celui qui bien évidemment vous convient le mieux.

cof_soft

jhdr_soft

oznor_soft

oznor_soft

oznor_soft

oznor_soft

oznor_soft

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES.

La visite du parc peut se faire avec une agence qui vous emmènera jusqu’au parc et vous aidera dans la visite du site. Mais si vous souhaitez le faire en indépendant, cela est totalement possible, c’est ce que nous avons fait.

Le tarif d’entrée est de 20 RM (4 €) par personne pour les étrangers. 7 RM pour les enfants.

Il est possible de loger dans le parc de Bako pour profiter pleinement du lieu et observer la faune au coucher et au lever du soleil, moment où les animaux sont plus actifs. Quelques chambres et chalets sont disponibles, ainsi qu’un camping mais il vous faudra réserver à l’avance auprès de l’office national des parcs naturels à Kuching.

National Parks Booking Office, visitors information centre,
Jalan Tun Abang Haji Openg,
93000 Kuching Sarawak,
Tel: (+6) 082 248088

 

Si vous êtes de passage sur l’île de Bornéo, prenez vraiment le temps de découvrir ce parc national, d’une part pour sa nature d’autre part pour observer une autre espèce extraordinaire de singes dans son habitat naturel.

 

YOGYAKARTA, QUE L’AVENTURE INDONÉSIENNE COMMENCE.

Nous arrivons à Yogyakarta (à prononcer « Djodjakarta ») depuis Jakarta avec un train de nuit. Il est 5h30 du matin, nous commandons un Grab, l’application équivalente à Uber en Asie, puis nous prenons la direction de notre maison d’hôte. Une fois arrivée sur place, nous décidons de partir directement à la découverte de cette jolie ville où nous retrouverons deux temples somptueux, classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Nous louons le scooter pour 4,50 euros la journée. (environ en moyenne 70 000 à 90 000 roupies indonésienne)

Yogyakarta est une ville très dynamique, c’est un peu la capitale culturelle de l’île de Java, avec beaucoup d’étudiants et d’artistes. Des palais historiques aux œuvres modernes de street-art, en passant par l’artisanat traditionnel du batik, sans oublier les temples Borobudur et Prambanan.

BOROBUDUR, AUX HEURES MATINALES.

De Yogyakarta à Borobudur, il faut comptez environ 1 heure de route. Le chemin est bien indiqué. Une fois arrivé devant le site, des petits parkings payants s’offriront à vous.

IMG_20190719_080323.jpg

jhdr_soft

Borobudur est un temple bouddhiste, réminiscence de cette religion qui se partageait l’île de Java avec l’hindouisme, avant que l’islam n’arrive. Aujourd’hui, l’immense majorité des habitants de l’île de Java sont musulmans et le nombre de mosquées est impressionnant, très colorées par rapport aux mosquées européennes.

Borobudur est le temple que nous voulions à tout prix visiter en Indonésie. C’est en effet, le plus grand monument bouddhiste au monde. Ce monument a été construit entre la fin du VIIIe et le début du IXe siècle par Smaragunta, un souverain de la dynastie Sailendra qui a régné sur l’île de Java du VIe au Xe siècle. Un siècle après la construction, soit vers l’an 950, il fut abandonné comme la plupart des monuments qui se trouvaient dans le centre de l’île de Java. À la même époque, l’éruption du Merapi (volcan) ainsi que la jungle environnante ont dissimulé le temple qui fut complètement oublié pendant des siècles.

Ce n’est qu’au XIXe siècle que le Candi Borobudur fut redécouvert par le gouverneur général de l’île Sir Thomas Stamford Raffles. Ce dernier, qui était un grand passionné de l’histoire de Java, fut informé de la présence d’un grand monument enseveli dans la jungle près du village de Bumisegoro. Au début du XXe siècle, un administrateur néerlandais du nom de Hartmann, pris conscience de la valeur de ce temple et entrepris de le reconstruire. Les premiers travaux de construction se heurtèrent à des problèmes techniques et les résultats peinèrent à convaincre. De plus, le tremblement de terre suite à l’éruption du Merapi au début des années 60 retarda également les travaux de restauration qui furent complètement interrompus pour des raisons financières.

Et en 1973, sous la tutelle de l‘UNESCO, que la restauration put reprendre. Après 10 ans de travaux titanesques, le site de Borobudur a pu être ré-ouvert au public.

jhdr_soft

cof_soft

IMG_20190719_084959.jpg

jhdr_soft

jhdr_soft

L’entrée au temple Borobudur est très cher, toutefois il est indispensable de visiter et de prendre dans ce cas le billet combiné pour Borobudur et Prambanan. Comptez 45$ dollar par personne. 

 

PRAMBANAN, TEMPLE HINDOU.

 

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

Nous reprenons le scooter en direction du temple Prambanan, connu également sous le nom de Candi Lara Jonggrang, n’est pas un temple à proprement parlé, mais un ensemble de 240 temples shivaïtes. C’est le plus grand temple au monde dédié au Dieu hindou « Shiva le destructeur ». Après des centaines d’années de négligence, ce temple a été redécouvert par C. A. Lons, un Hollandais, en 1733. Depuis lors, il a été revitalisé et est aujourd’hui considéré comme l’un des plus beaux et gracieux temples hindou en Indonésie. La grandeur, la complexité ainsi que le concept architectural intégré de Prambanan rendent cette structure vraiment incroyable. D’ailleurs, en 1991, Prambanan a été déclaré site du patrimoine mondial par l’UNESCO.

Ce complexe, construit entre 835 à 856, abrite les restes du roi de Mataram Balitung qui prétendait être une réincarnation de Shiva. C’est un spectacle magnifique et une icône du patrimoine culturel de l’Indonésie. Tout au long de son histoire, ce site a connu plusieurs destructions : incendies, tremblements de terre, etc., mais c’est probablement le tremblement de terre de 2006 qui a laissé le plus de séquelles. Actuellement, il est encore en restauration et de nombreux petits temples sont toujours éboulés.

jhdr_soft

cof_soft

 

YOGYAKARTA ET CES ALENTOURS.

Nous avons adoré nous promener dans les alentours de cette grande ville de l’île de Java. Entre cascades, rizières, volcan, un dépaysement total ! Prenez votre scooter et partez à l’aventure, promis vous ne le regretterez pas.

oznor_soft

cof_soft

IMG_20190720_125232.jpg

IMG_20190720_125039.jpg

Yogyakarta est obligatoire lors de votre passage sur Java, toutefois il ne faut pas juste visiter les deux temples incontournables mais justement prendre le temps de se perdre dans la région.

 

MELAKA, QUAND LE PASSE COLONIAL SUBLIME.

Je pense qu’au même titre que Penang, Melaka est l’atout charme de la Malaisie. Nous avons passé plusieurs jours dans cette ville, d’une part pour la visiter, puis d’autre part pour se reposer et planifier un peu la suite de notre itinéraire de notre voyage.

L’histoire de Melaka est un condensé de l’histoire de Malaisie. Melaka a été le port le plus ancien de Malaisie, et surtout le 1er port influent et stratégique d’Asie du sud-est puisque il était situé au centre des routes commerciales allant d’Inde et du Moyen-Orient à la Chine et aux Molluques. Abritant le siège du sultanat de 1403 à 1511, Melaka joue un rôle important dans la diffusion de l’Islam qui se répand grâce aux marchands musulmans.

La ville vit son âge d’or aux XVème et XVIème siècles, 84 langues y sont parlées, 2 000 vaisseaux peuvent accoster au port et on y trouve des marchands arabes, perses, indiens, chinois, philippins, ou encore de l’empire du Siam (comprenant l’actuelle Thaïlande). En 1511, Melaka est prise par les Portugais, menés par Alfonso de Albuquerque ; 1 400 soldats sont capturés, une lutte armée est lancée, des maisons sont brûlées et on compte de nombreuses destructions. On parle alors d’une “Asie portugaise”. Les Portugais transforment Melaka, y construisant une forteresse, des églises, une prison, des écoles, des batiments administratifs et des hôpitaux. Néanmoins la forteresse de la ville est souvent attaquée. Les Hollandais arrivent à Melaka en 1602 et tentent à plusieurs reprises de conquérir la ville, avec l’accord du sultanat. Ils lancent l’assaut en 1641 et après leur victoire, s’installent en maîtres dans la ville. Plus tard, en 1795, ce sera au tour des Britanniques de prendre Melaka ; le protectorat britannique sera instauré en 1824 et durera jusqu’à l’indépendance de la Malaisie, en 1957. Melaka aura donc été malaise, portugaise, hollandaise, britannique puis malaisienne. Elle aura aussi été hindoue, musulmane, catholique, protestante puis de nouveau musulmane !

Melaka renaîtra grâce au tourisme. En 1985, le docteur Mahathir décide d’en faire la ville historique de Malaisie et en 2008, elle est inscrite, avec Penang, au patrimoine mondial de l’UNESCO.

IMG_20190814_111436.jpg

IMG-20190821-WA0020.jpg

 

LE CENTRE HISTORIQUE DE MELAKA.

Melaka est donc célèbre pour son héritage colonial Dutch qui se retrouve uniquement dans une petite portion de la vieille ville au demeurant. Plusieurs vestiges du passé et quelques rues autour de l’eau nous rappellent la présence des Pays-Bas en Malaisie, le tout mixé aujourd’hui avec le petit marché nocturne de Chinatown et des sortes de pouss pouss kawai/boites de nuit pour touristes asiatiques principalement.

Nos incontournables :

  • Dutch Square, célèbre place où les monuments sont de couleur rouge avec notamment la Clocktower et Christ Church (dont l’intérieur est très sobre)
  • L’église Saint Paul sur la colline éponyme et devant laquelle trône une statue de Saint François Xavier : cette église catholique est la plus ancienne d’Asie du Sud Est ! Il n’en reste que les vestiges avec de très belles pierres et gravures dont la visite se fait à ciel ouvert.
  • A Famosa, la seule porte restant de l’ancienne forteresse portugaise.
  • Le bateau au musée de la marine. Somptueux !

 

IMG_20190817_161719.jpg

IMG_20190814_111707.jpg

IMG_20190814_111526.jpg

IMG_20190814_111835.jpg

IMG_20190814_111308.jpg

IMG_20190814_174728.jpg

IMG_20190814_180354.jpg

IMG_20190814_180556.jpg

IMG_20190814_111142.jpg

 

Toutefois, n’hésitez pas à aller voir la mosquée flottante de Melaka, ne faites pas comme nous en l’oubliant complètement..

 

COMMENT SE RENDRE A MELAKA DEPUIS KUALA LUMPUR ?

Bus Kuala Lumpur – Malacca : 2h de trajet, 10 RM / personne (départ de la gare routière TBS – arrivée à la gare routière Melaka Sentral).

 

 

Melaka est une destination à ne pas rater lors de votre séjour en Malaisie. C’est une ville chargée d’histoire, marquée par des influences architecturales très diversifiées. Un vrai petit trésor !