RONDA, NOTRE COUP DE CŒUR ANDALOUSE.

Nous arrivons à Ronda en fin d’après-midi, et que dire, un splendide village perché et blanchi à la chaux, situé seulement à 1h30 de Malaga. C’est vraiment lorsque nous déambulons dans le centre ville que nous nous rendons compte de son côté vraiment séduisant et chaleureux. Ronda est une ville bâtie sur un plateau, le long d’une gorge de plus de 100 mètres de haut que forme la rivière Guadalevin. Elle fut l’un des derniers bastions mauresques durant la reconquête. Les chrétiens ne s’en emparèrent qu’en 1485.

IMG_20191011_173839.jpg

IMG_20191011_180208.jpg

IMG_20191011_175618.jpg

 

Cette ville de plus de 34 000 habitants, dont les origines remontent à la préhistoire, fut un important centre commercial sous les Romains, puis la capitale d’un petit émirat arabe dont elle conserve le tracé urbain. A 50 km de la Costa del Sol, Ronda conserve un centre historique charmant parsemé de palais et de lieux de culte, dont l’église de Santa María, mélangeant différents styles : empreintes arabes, touches gothiques et belles finitions Renaissance.

Ce sont sans doute les bandoleros, bandits, qui ont le plus concouru à donner une image légendaire à la ville et à sa région. Sans oublier tout de même que Ronda possède les arènes les plus anciennes et les plus élégantes d’Espagne, où naquit, entre les XVIIet XIXsiècles, l’école tauromachique à pied, stricte et classique, de Pedro Romero.

C’est donc tout naturellement que nous nous dirigeons vers El Puente Nuevo. Ce magnifique pont est vertigineux et captivant. Il a été construit au XVIIIe siècle permettant de relier les deux parties de la ville séparées par le Tajo, nom donné au ravin. Il offre une vue d’une part sur la vieille ville, centre historique, appelée la Ciudad et d’autre part sur le Mercadillo, partie plus récente où habitent la plupart des habitants. On pourra admirer el Puente Nuevo depuis plusieurs points de vue tout autour où nous vous conseillons vraiment de vous promener à travers les petites randonnées car la vue de l’autre côté offre une dimension sensationnelle.

IMG_20191011_175915.jpg

IMG_20191011_175404.jpg

IMG_20191011_175939.jpg

IMG_20191011_175840.jpg

IMG_20191011_180957.jpg

img_20191011_180931

IMG_20191011_175745.jpg

 

C’est vrai que l’exploration de Ronda fut un peu courte, chose que nous pouvons regretter totalement. Nous vous conseillons donc de passer au moins une journée entière à découvrir cette magnifique ville à la fois romantique et irréelle. Coup de coeur garanti !

 

PETRA, MERVEILLE DU MONDE N°4 !

IMG_20190922_055018.jpg

Cette visite là, comment ne pas se languir ?! Réveil matinal, nous partons rejoindre l’entrée du site de Pétra où nous garons la voiture sur le parking gratuit non loin de l’entrée. Nous avons attendu presque 40 minutes jusqu’à ce que les portes ouvrent avec peu de personne, et nous vous conseillons de faire exactement la même chose : y aller tôt le matin ! Pour apprécier le calme, la lumière et la fraîcheur, trois points très important à prendre en compte lors de votre visite.

Après les écrits de Lawrence d’Arabie, c’est sans aucun doute le film de Steven Spielberg de 1989 – mettant en scène l’immortel Indiana Jones – qui a contribué à faire connaitre le grandiose site de Pétra. Ignorée du grand public jusqu’au début des années 1930, en raison de l’absence de mention de cette cité antique du désert dans les textes bibliques, la majestueuse Pétra est depuis bientôt un siècle une inépuisable source de connaissance pour les archéologues, qui n’en ont jusqu’alors fouillé que le dixième.

Enfouie au creux des arides gorges du sud de la Jordanie, elle compte aujourd’hui parmi les incontournables points de visite du Moyen-Orient. Son histoire est très ancienne, puisqu’elle fut en son temps la capitale d’un peuple commerçant très influent, les Nabatéens, qui régnèrent en maîtres sur la région à partir du VIe siècle avant J.-C. et qui furent délogés par l’empire romain.

De cette antique civilisation nous sont parvenues d’époustouflantes façades taillées dans le grès, abritant temples et tombes royales, dont les couleurs ondulent au gré des mouvements du soleil. Je ne vais pas vous donner de conseils pour comment visiter Pétra à part d’y aller tôt le matin car au cours de la journée l’ambiance n’est plus même. Donc perdez vous dans ce magnifique site et visitez tous les coins et recoins de cette empire grandiose.

Je dois avouer que la cité en elle même est encore plus impressionnante que ce que j’imaginais. Ne faites donc pas trop de recherche au préalable pour être encore plus surpris une fois sur place ! Nous avons découvert ces merveilles de nos propres yeux, sans appréhension, sans cette sensation d’avoir déjà vu. Bon d’accord, nous savons quand même à quoi ressemblait le Trésor, forcément, on vous l’accorde !

 

LA TRAVERSÉE DU SIQ.

IMG_20190922_062524.jpg

IMG_20190922_062920.jpg

IMG_20190922_063256.jpg

Lorsque l’on remonte le Siq pour la première fois en marchant dans ce long couloir entouré de gigantesques canyons nous nous attendons pas vraiment à apercevoir le Khazneh aussi vite. Toutefois, justement n’allez pas trop vite et prenez le temps d’admirer les détails de la roche, vous pourrez y trouver des pierres ressemblant à un poisson ou encore à un éléphant suivant l’angle de vue ! Puis c’est l’endroit le plus frais du site donc profitez au maximum !

De nombreuses représentations des divinités nabathéennes ou encore des mini temples sont à découvrir tout le long du Siq. Vous pourrez aussi admirer les anciennes gouttières à certains endroits et observer le travail et l’ingéniosité des civilisations qui étaient là, il y a plus de 2000 ans ! Les variations de couleurs sont superbes, le Siq aura un tout autre visage suivant l’heure à laquelle vous le traversez. Et même à la fin de nos 2 jours à Pétra le spectacle était toujours aussi magique !

IMG_20190922_063725.jpg

 

 

LE TRÉSOR.

Peu avant de sortir du Siq, apparaît ce qui est, pour bon nombre de visiteurs, le monument le plus exceptionnel de la cité antique de Pétra, le Khazneh Firaoun ou trésor du Pharaon.

IMG_20190922_063748.jpg

IMG_20190922_064906.jpg

IMG_20190922_064111.jpg

 

Cet édifice est extraordinairement bien conservé. Il doit son nom à une légende locale qui raconte qu’un pharaon aurait caché son trésor dans l’urne (tholos) coiffant le sommet du petit temple qui surmonte le fronton de l’édifice. Au siècle dernier, des chercheurs ont tenté de prouver ces faits mais ont vite été déçus d’apprendre qu’en fait cette urne n’était pas creuse et ne pouvait en aucun cas contenir quoi que ce soit.

Haut de 43 m et large de 33 m, le Khazneh a été taillé dans le grès rose de la montagne. On peut encore apercevoir les encoches qui ont servi à accrocher les échafaudages. Il comprend plusieurs éléments d’architecture hellénistique, par exemple le tholos, ou encore certaines sculptures.

Il est construit sur deux niveaux. Sur le premier, la façade de l’édifice est surmontée d’un fronton supporté par six colonnes terminées par des chapiteaux corinthiens. Remarquez les cornes typiquement nabatéennes, aux angles. Entre les colonnes sont disposés des reliefs très abîmés par l’érosion et les attaques humaines (balles de fusil) représentant deux cavaliers : les Diocures, Castor et Pollux, qui guident les âmes des défunts. Au centre du fronton, on devine un disque solaire entouré de cornes de bovin ainsi que d’épis de blé. Ce sont les symboles de la déesse égyptienne Isis, probablement assimilée à la déesse nabatéenne Al-Uzza. Puis, la partie supérieure se compose d’un édifice central circulaire, le tholos, où sont sculptées des divinités, et de panneaux latéraux composant un péristyle. On peut aussi voir deux victoires ailées.

IMG_20190922_080004.jpg

 

 

Puis, après ce fameux trésor direction le reste du site où de nombreux tombeaux royales se dressent face à nous. Même si le trésor est très bien conservés les autres tombeaux ne déméritent pas du tout.  Ils sont tout autant fascinant !

IMG_20190923_110420.jpg

IMG_20190922_071326.jpg

IMG_20190922_070451.jpg

IMG_20190922_070051.jpg

IMG_20190922_085138.jpg

 

Nous décidons par la suite de nous rentre au célèbre point de vue, la randonnée est assez dure d’autant plus sous la chaleur. Mais une fois arrivée, le spectacle est magique. De nombreux locaux sont implantés sous une tente pour vous faire payer la boisson afin de prendre une photo depuis leur tente. Les prix restent raisonnables. Si vous vous rendez tôt comme nous, les jordaniens dorment, du coup l’accès est libre. Et, sur cette randonnée vous serez jamais seul, de nombreux chiens pourront accompagner votre petit promenade d’1 heure.

IMG_20190922_073032.jpg

IMG_20190922_083044.jpg

IMG_20190922_080235.jpg

IMG_20190922_080034.jpg

IMG_20190922_075207-1.jpg

 

Ensuite, direction la partie la plus éloignée du site et son célèbre monastère, le chemin est très long mais cela vaut vraiment le coup de s’y rendre. La structure est autant jolie et impressionnante que celle du trésor, puis le lieu est vaste ce qui permet d’avoir cette sensation de « peu de monde ». Puis, en haut de nombreuses randonnées s’offriront à vous, et permettent ainsi d’accéder à de nombreux viewpoints.

IMG_20190922_072202.jpg

IMG_20190922_104721.jpg

IMG_20190922_104540.jpg

IMG_20190922_100202.jpg

IMG_20190922_101835.jpg

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES.

– Combien de temps faut-il prévoir pour visiter Pétra ?

Comptez au minimum 2 jours à Pétra si vous voulez voir les principaux sites sans trop vous presser. Bien sur si vous voulez en voir le plus possible il faudra y rester plus longtemps. Je pense qu’il faut au moins 5 jours pour voir tous les points d’intérêts de Pétra et faire la majorité de ses randonnées.

Quand nous y étions le site de Pétra ouvrait de 6h à 18h, mais les horaires peuvent changer en fonction des heures de levers et de couchers du soleil, renseignez vous avant.

– Pétra by night ?

Les lundis, mercredis et jeudis vous pouvez assister au « Petra by night » moyennant 17 JOD par personne. Au programme de ces deux heures : musique traditionnelle et surtout la fameuse vue du Trésor avec des bougies à ses pieds. Le départ se fait à 20h30 du visitor center avec un guide. Les places sont limitées, vous pouvez les acheter au visitor center de Pétra ou auprès de revendeur.

– Quand faut-il aller à Pétra ?

La haute saison à Pétra s’étend de mars à mai, le printemps est une des périodes idéale pour visiter la Jordanie. L’automne est aussi une période agréable, sans doute moins prise d’assaut que le printemps. Personnellement nous étions en pleine période d’été, une chaleur étouffante ! Prévoyez bouteille d’eau, crème solaire et casquette.

 

Les mots demeurent toutefois impuissants à décrire la beauté mystique de ce lieu classé au patrimoine mondial de l’Unesco, et ce n’est pas pour rien que ce site est aussi classé en tante que Merveilles du Monde. C’est de la magie, de la fascination à chaque recoins, les yeux grands ouverts du début jusqu’à la fin, Pétra envoûte et ça, ça fait du bien !

 

 

VIEWPOINT SUR LE RINJANI.

Pergasingan hill est sûrement l’alternative à l’ascension du Mont Rinjani. Cette colline se situe au coeur du village Sembalun. Et, nous avons choisi cette option pour une question de temps et de budget.

Normalement, pour monter au Pergasingan hill l’accès est gratuit, toutefois certains habitants s’octroient le passage et le font payer. Un conseil y aller tôt le matin pour échapper en quelque sorte aux locaux.

L’ascension de cette colline est pas évidente, mais elle demeure pas longue. Au fur et à mesure de l’avancement notre vue sur le Rinjani devient beaucoup plus belle et saisissante. Cette randonnée a été très appréciable, et nos yeux sur le volcan n’ont pu se décrocher. Les plaines du village sont aussi très intéressantes à regarder, on admet que les alentours sont très agricoles, de nombreuses plantations y figurent. cela apporte à notre vue d’ensemble un joli quadrillage coloré.

La randonnée dure quatre heures, toutefois la vue sur le volcan arrive de suite lors de votre petite ascension. Faites tout de même attention aux singes qui sont présents lors de votre randonnée. Puis, très peu de touristes occupent cette ascension car beaucoup d’entre eux prennent le chemin du trek du Rinjani. Ce qui reste très appréciable.

IMG_20190730_094633.jpg

IMG_20190730_103436.jpg

IMG_20190730_102950.jpg

IMG_20190730_110846.jpg

IMG_20190730_113517.jpg

 

 

 

 

 

LUANG PRABANG, UNE DÉLICATESSE ADULÉE.

S’il y a bien une ville que nous avons littéralement adoré au Laos, c’est bien Luang Prabang. Un vrai petit bijou !

Des collines verdoyantes et des monts couverts de forêts forment le cadre naturel de cette ville, troisième du pays par sa taille, et première pour sa beauté selon tous les sites de voyageurs reconnus. Luang Prabang s’étend sur une langue de terre, tout en longueur, au confluent du fleuve Mékong et de la rivière Nam Khan. Le climat est aussi un atout, située à 600 mètres d’altitude cette ville offre un air et une douceur agréable qui font du bien.

Puis Luang Prabang possède des normes architecturales mettant en avant l’architecture locale, peu de bâtiments modernes et pas du tout en hauteur. Une ville totalement en horizontale, une vraie splendeur qui fait d’elle une ville classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 1995.

IMG_20190616_142949.jpg

IMG_20190616_143948.jpg

Nous sommes arrivés à Luang Prabang depuis Vang Vieng, la route pour accéder à cette nouvelle ville est très jolie, vos yeux vont être submergés de beauté.

IMG_20190616_113450.jpg

 

CÔTE HISTOIRE.

Son nom originel était Jawa, désignant un endroit « indianisé » ou « entouré de jungle ou d’eau« . La ville ne prit son nom définitif qu’en 1491, en l’honneur du grand bouddha d’or, arrivé deux ans auparavant. Luang signifie « grand » et Prabang « statue d’or sacrée« . Elle devient capitale du Laos jusqu’en 1563, date à laquelle le roi Setthathirat décida de s’établir à Vientiane.

Luang Prabang est une ville d’histoire et un haut lieu du bouddhisme en Asie avec 66 temples occupants 33% de la surface de la ville ! Aujourd’hui, la ville compte des milliers de moines bouddhistes vêtus de leurs robes orange qui donnent à la ville une image presque mystique. Dans l’ancien temps Luang Prabang fut Capitale du Royaume du «Million d’éléphants »du XIV à 1946 (ici je parle bien de capitale royale car la capitale effective fut Vientiane dès 1563). Les deux villes se disputaient le titre de capitale suprême.

 

LE MONT PHOUSI.

Dès lors de notre arrivée en fin de journée, nous sommes partis directement en direction du Mont Phousi, en plein coeur du centre ville. Non loin du palais royal, repérez l’escalier qui monte vers le sommet,  faites-vous violence pour y aller tôt le matin ou tard le soir : vous pourrez profiter d’un lever ou coucher du soleil à l’abri de la chaleur et surtout des touristes. C’est l’un des incontournables à faire à Luang Prabang.

IMG_20190616_144911.jpg

IMG_20190616_145612.jpg

Au sommet, on y retrouve un point de vue superbe sur Luang Prabang et la végétation luxuriante tout autour. On peut apercevoir également le That Wat Chomsi, un stupa de 20 mètres érigé sur une pyramide à trois gradins.

IMG_20190616_150354.jpg

IMG_20190616_150045.jpg

IMG_20190616_145724.jpg

IMG_20190616_150217.jpg

IMG_20190616_145854.jpg

IMG_20190616_150620.jpg

IMG_20190616_150732.jpg

IMG_20190616_150944.jpg

Cette vue panoramique sur Luang Prabang est vraiment formidable et l’ascension du Mont Phousi est à la fois rapide et facile où se déroule sous vos yeux un paysage superbe, qui vous rappelle que le cœur du Laos bat bien à Luang Prabang. L’entrée coûte 20 000 kips par personne, une tenue adaptée est formellement conseillée.

 

LE PALAIS ROYAL.

IMG_20190616_144817.jpg

Visiter Luang Prabang, c’est aussi faire un plongeon dans l’histoire moderne laotienne en visitant le palais royal (Haw Kham en lao). Construit au début du XXe siècle pour abriter la famille royale sous le protectorat français, le palais royal a été transformé en musée à la fin de la monarchie au Laos. Il renferme des pièces de collections précieuses, telles que des statues, des peintures ou des objets du quotidien. Chaque pièce a été construite pour un but précis et chacune est décorée en fonction.

La visite du palais royal est un excellent moyen de s’intéresser au passé du Laos et d’en savoir plus sur les événements tragiques qui ont marqué son histoire récente. L’entrée du palais est payante, mais vous pouvez vous promener dans les jardins, si la visite de l’édifice ne vous tente pas plus que ça. L’entrée au Palais Royal coûte 30 000 kips par personne, attention ici aussi à votre tenue vestimentaire.

IMG_20190616_144813.jpg

IMG_20190617_184358.jpg

 

Le soir, direction le petit marché de nuit, où nous retrouvons ce couple de deux français rencontrés à Vang Vieng autour d’une bière laotienne qui pour information est vraiment très bonne. Le lendemain nous décidons de nous rendre à la fameuse cascade Kuang Si, (voir article), ce fut invraisemblablement l’un des meilleurs moments vécus au Laos, entre paradis naturel et hors du temps.

IMG_20190618_115018.jpg

Cela dit, aux alentours de Luang Prabang, il existe de nombreuses cascades plus ou moins touristiques, mais la plus belle reste Kuang si.

  • Tad sae
  • Tad Thong
  • Nahm Dong Park

 

Pour les plus lève-tôt d’entre vous, tous les matins vous pouvez retrouver la cérémonie du Tak Bat. C’est une cérémonie multiséculaire où les laotiens viennent faire offrande de nourriture aux moines qui marchent en procession dans la rue. Les moines passent devant les gens en méditant et recueillant ainsi leurs dons.

 

Luang Prabang a été une découverte séduisante et tout autant paisible, où vous ne devez faire l’impasse sous aucun prétexte. Coup de coeur assuré !

CAT BA, PETITE DESILLUSION AU COEUR DE LA BAIE D’HALONG.

Nous sommes partis deux jours à Cat Ba, depuis Hanoï, nous avons réservé nos tickets de bus dans une agence de voyage où tout était compris (Bus-Ferry-Bus). Cat Ba est la plus grande île de cet archipel composés de 366 îles et îlots. Située à une quinzaine de kilomètres au sud de la baie d’Halong, elle est une petite alternative moins chère que la Baie d’Halong.

IMG_20190708_182417.jpg

IMG_20190709_134857.jpg

Une fois arrivés sur l’île, nous avons été assez surpris par toutes les infrastructures touristiques que le centre ville disposent. Multitude d’hôtels, de restaurants, d’agences de voyages, mais surtout le monde ! Non loin d’hanoï, Cat Ba est l’endroit préféré des Vietnamiens lors de leurs week-ends, ou bien encore de leurs vacances. Nous avons très vite désenchantés.

En amont, nous avons lu plusieurs blogs où les voyageurs ont pu parcourir la baie d’halong en canoe, du moins une partie. Sauf qu’aujourd’hui cela n’est plus possible, il faut prendre une excursion organisée, et aller dans une zone spécifique au canoe. Voilà la deuxième petite déception de la soirée. Pour notre part, nous n’avons pas trop envie d’être avec plusieurs personnes, on savait d’avance que cela nous plairait pas quitte à renoncer à l’exploration de la baie d’Halong.

Nous avons donc décidé de louer un scooter et d’explorer l’île avec ces quelques points de vues. Puis avec le drone, nous avons réussi à avoir un petit aperçu de la baie d’Halong où l’on peut apercevoir les nombreux petits villages de pêcheurs.

IMG_20190709_134859.jpg

IMG_20190709_152619.jpg

received_363001501078499.jpeg

received_387890818510881.jpeg

IMG_20190709_152652.jpg

 

Je pense que vous l’aurez compris que Cat Ba fut une petite déception pour nous, envahi par le tourisme, et les excurions à tout va. Cette île fut notre dernière étape au Vietnam, il est temps pour nous de rejoindre la Malaisie pour de nouvelles aventures !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MU CANG CHAI, UNE BALADE EPOUSTOUFLANTE AU COEUR DES RIZIERES.

Mu Cang Chai, c’est incontestablement notre plus beau souvenir du Vietnam, loin du tourisme et de la frénésie des grandes villes. Mu Cang Chai est située dans la chaîne de montagnes Hoang Lien Son. Cette dernière commence à la province de Yen Bai et se termine dans les provinces de Lao Cai et de Lai Chau, dans le nord-ouest du Vietnam.

C’est juste après notre exploration des rizières de Sa Pa que nous décidons de nous rendre dans ce village authentique, connu également pour ces rizières. Nous prenons un bus local depuis la gare centrale de Sa Pa, puis c’est partie 4 heures de route avec des arrêts pour nous rendre dans ce petit village.

Une fois arrivés, nous sommes dépaysés et surtout heureux de voir qu’il y a aucune infrastructure touristique, que quelques homestay et des petits restaurants locaux. Enfin seuls voyageurs dans ce petit village, les locaux sont étonnés de nous voir, les sourires sont de retour. Nous marchons 15 minutes vers notre Homestay, puis sans perdre une seconde et parce que le ciel bleu est au rendez-vous, nous louons un scooter et direction l’aventure.

IMG_20190628_152306.jpg

IMG_20190628_170305.jpg

IMG_20190628_164540.jpg

IMG_20190628_164820.jpg

IMG_20190628_163023.jpg

IMG_20190628_150507.jpg

IMG_20190628_150005.jpg

Sur Maps me, vous trouverez de nombreux points de vue pour admirer ces rizières dont nous nous lasserons jamais. Parmis ces points de vue, vous trouverez cette fameuse rizière en terrasses, que de nombreuses agences exploitent lors de leur tour organisé pour Sa Pa. Et rien que de vivre ce moment magique seul, au final ce petit détail nous dérange absolument pas.

IMG_20190628_160326.jpg

IMG_20190628_160341.jpg

IMG_20190628_160448.jpg

 

QUAND SE RENDRE A MU CANG CHAI ?

Le meilleur moment pour visiter Mu Cang Chai est de mi-septembre à mi-octobre pendant la saison où les rizières deviennent jaunes et prêtes pour la récolte. Les paysages sont aussi très impressionnants de mai à septembre lorsque les rizières sont teintées de vert. Nous concernant, nous nous sommes rendus à Mu Cang Chai en Juin, et le spectacle fut au rendez-vous !

 

 

Mu Cang Chai est la destination rêvée entre émerveillement, émotions et tranquillité. Même si nous avons conscience que d’ici quelques années ce petit village ressemblera à Sa Pa, nous avons été chanceux de le découvrir maintenant, tellement authentique, séduisant, et hors du temps.

TAM COC/NIN BINH, LE PARADIS TERRESTRE DU VIETNAM.

A 100 km au sud de Hanoi, celle qui est nommée la « baie d’HaLong terrestre » présente un merveilleux paysage envoûtant. Le site occupe de nombreuses plaines rizicoles, plantée d’une forêt de pains rocheux. Pour s’y rendre, il faut aller en direction de Ninh Binh, ville très peu attractif, cependant ses alentours sont des petits bijoux !

Ninh Binh est seulement la grosse ville principale dans la région de la baie d’Halong terrestre. Faites bien attention à ne pas réserver votre hôtel dans cette ville car c’est tout simplement un endroit assez moche, même si les prix sont relativement moins chers qu’à Tam Coc.

 

TAM COC, ENTRE GROTTES ET BAIE TERRESTRE.

 

IMG_20190624_114755.jpg

IMG_20190624_131254.jpg

IMG_20190624_100004.jpg

IMG_20190624_110920.jpg

IMG_20190624_111121.jpg

Réputée pour sa baie aux allures des paysages karstiques de l’île de Cat Ba, la baie d’HaLong terrestre est une destination phare à explorer voire même un incontournable. Néanmoins, ses atouts font de Tam Coc une destination très touristique, du coup ne vous étonnez pas de voir certains prix plus élevés que dans d’autres villes vietnamiennes.

 

Durant notre séjour à Tam Coc, nous avons loué un scooter puis direction le site de l’ancienne capitale de Hoa Lu. L’entrée au site coûte 20 000 Dongs par personne.  Hoa Lu fut la capitale du Vietnam indépendant sous plusieurs dynasties, dont une citadelle s’élevait dans ce cadre paisible et magnifique, malheureusement aujourd’hui il ne reste plus rien. Subsistent seuls deux temples reconstruits au XVII ème siècle. Vous retrouverez donc le temple de Dinh Tien Hoang, et le temple Le Dai Hanh. 

IMG_20190624_102654.jpg

IMG_20190624_103336.jpg

IMG_20190624_102604.jpg

IMG_20190624_103050.jpg

IMG_20190624_102754.jpg

IMG_20190624_102542.jpg

IMG_20190624_103809.jpg

 

Puis, nous nous sommes dirigés vers le Mont Hang Mùa. Quand vous arrivez sur le chemin en direction des caves, un premier parking s’offrira à vous, cela dit sachez qu’il y en a plein d’autre qui suivent. Tous à 20 000 Dongs, toutefois vous pouvez demander 10 000 Dongs. Les caves ont très peu d’intêret, ce site est surtout visité pour ce pain de sucre que l’on peut gravir, plus de 450 marches accompagneront votre ascension. Faites tout de même attention à la chaleur, la montée peut s’avérer très humide et difficile.

IMG_20190624_143500.jpg

IMG_20190624_150414.jpg

IMG_20190624_145556.jpg

Il y a deux côtés très intéressants à explorer, à gauche, on peut trouver une sculpture d’un dragon très impressionnant avec une somptueuse vue sur les rizières de Tam Coc. A droite, au sommet vous apercevrez une jolie petite pagode surplombant les paysages karstiques. les photos avec ce panorama sont époustouflantes !

IMG_20190624_145701.jpg

IMG_20190624_150808.jpg

IMG_20190624_144135.jpg

IMG_20190624_150726.jpg

IMG_20190624_151307.jpg

IMG_20190624_152326.jpg

 

Le lendemain nous avons visité les Pagodes de Jade, Il s’agit de trois petites pagodes nichées dans la montagne de Jade: pagode inférieure, celle moyenne et celle supérieure. Une centaine de marches nous emmènent à la pagode supérieure, où on peut jouir de l’air frais et bénéficier d’une belle vue sur les alentours. Le site est gratuit, seul le parking coûte 10 000 Dongs.

IMG_20190624_133600.jpg

IMG_20190624_133538.jpg

IMG_20190624_133800.jpg

IMG_20190624_134134.jpg

 

Puis nous avons longtemps hésité au fameux tour de barque dans la baie terrestre, malheursement nous l’avons pas fait, notre bus réservé en direction de Sa Pa à eu un impact important sur le temps de notre dernière journée. Toutefois, regardez bien de quels embarcadères vous voulez partir, il y a le plus touristique, le plus sauvage… Les prix peuvent être négociés sur place à chaque embarcadère.

Il existe quatre embarcadères :

  • Vallée du soleil – Sun Valley. 
  • Trang An.
  • Centre Ville Tam Coc. 
  • Van Long. 

 

Une halte à Tam Coc d’au moins deux jours est incontournable, entre rizières, caves et temples, ces petits moments vous charmeront, rendant votre séjour autant agréable qu’incroyable.

 

 

 

 

 

KOTOR, PETITE CITÉ MÉDIÉVALE.

Après Dubrovnik, nous prenions la route pour Kotor, ville du Monténégro. (Comptez environ 2 heures de routes).

Nous étions très curieux face à cette destination et ce pays quasiment jamais entendu ou bien évoqué.  On était loin d’imaginer que le Monténégro puisse livrer des paysages aussi magnifiques. Ainsi, pour rejoindre Kotor, nous avons alors emprunté une petite route sinueuse coincée entre les sommets et le littoral dont les hauteurs nous ont offerts un panorama mémorable.

IMG_20180326_194350_918.jpg

Ce fjord méridional forme une côte dentelée pénétrant à l’intérieur des terres sur des km, le tout blotti à l’abri d’immenses montagnes.

Kotor est considérée comme la plus belle rencontre entre terre et mer. Cette rencontre prend tout son sens dans les Bouches de Kotor, le site le plus spectaculaire du pays classé au Patrimoine Mondiale de l’UNESCO qui voit la mer s’enfoncer dans la montagne sur plus de 28 Km ! C’est un peu la  » petite fjord « de la Mer Adriatique.

Sur votre chemin, et situé à seulement 15-20 minutes de Kotor, Perast est une petite ville sur les bords de la baie possédant un charme certain. Beaucoup de personne place « Notre Dame du Rocher » comme un incontournable, malheureusement nous l’avons pas fait. Attrape-touriste ou pas cela reste un endroit magique à mon sens.

IMG_20180326_195841_862.jpg

 

Avant de prendre notre air B&B, nous sommes allés arpenter l’arrière pays à travers le Mont Lovcen. Nous vous conseillons vraiment de vous laissez vous guider par les routes pour découvrir de nombreux points de vue inébranlable, de villages désertés, et d’une végétation très dense. La proximité géographique de la côte monténégrine peuplée et la beauté des montagnes désertiques permettent de profiter d’un contraste unique en Europe.

IMG_20180326_114714_719.jpg

IMG_20180326_194329_063.jpg

 

LA VIEILLE VILLE MÉDIÉVALE. 

Difficile de ne pas tomber sous le charme de la ville médiévale de Kotor. A l’intérieur de la vieille ville, nous avons visité la Cathédrale Saint-Tryphon, puis nous avons pris le chemin des fortifications, et ainsi visiter l’Eglise de Notre-Dame de la Santé.  La montée au sein des fortifications malgré sa difficulté est à faire, la vue sur Kotor est magnifique, et le côté abrupt du fort rend cette randonnée merveilleuse.

IMG_20180326_114903_745.jpg

IMG_20180326_115124_464.jpg       IMG_20180326_115316_394.jpg

20160902_113900.jpg

D’origine byzantine mais en grande partie renforcées par les Vénitiens, ces fortifications ont grandement contribué à protéger la ville des assauts turcs aux XVIe et XVIIe siècles. La forteresse de Saint-Jean, qui domine la ville à près de 260 m d’altitude, fut abandonnée en 1918.
Aujourd’hui en ruine, elle est accessible par un peu plus de 1 000 marches d’escaliers. Accès payant seulement en été (3 € par personne). Compter une bonne demi-heure, 45 min de marche pour arriver au sommet.

Notre petit conseil : Pour la visite du fort, prévoyez de bonnes chaussures adéquates  car certaines pierres peuvent être glissante. Prenez également de l’eau avec vous même si beaucoup de vendeurs d’eau fraîche se positionnent tout au long de votre randonnée.

IMG_20180326_115013_817.jpg

IMG_20180326_115208_012.jpg

IMG_20180326_115058_904.jpg

Un soir, à notre appartement après la pluie nous avons pu assister à un ciel sublime de couleur rose orangé, à nous en mettre pleins les yeux.

IMG_20180326_114828_967.jpg

IMG_20180326_115445_620.jpg

20160903_091933.jpg

La petite photo du départ en rejoignant Mostar, en Bosnie Hérzégovine par les routes montagnardes.

Kotor est une découverte remplie d’émerveillement, cette ville nous a totalement étonnés et conquis. Un petit paradis malgré l’affluence touristique qui l’aborde.