JAKARTA, CAPITALE INDONÉSIENNE FRÉNÉTIQUE.

Souvent caractérisée comme inutile et déconseillée à visiter , la capitale indonésienne est en effet juste une halte de passage sur l‘île de Java. Néanmoins, Jakarta demeure la deuxième ville la plus peuplée du monde avec 31 689 592 habitants.

Nous sommes arrivés dans notre dernier pays asiatique depuis la Malaisie, en direction donc de Jakarta, où un jour plus tard, le meilleur ami d’Adam, Lionel nous rejoint pour cette folle aventure de 28 jours en Indonésie.

Nous sommes restés qu’une journée dans cette immense ville, et c’est vrai que culturellement parlant Jakarta n’est pas fascinante. Toutefois elle permet de voir l’Indonésie frénétique, authentique loin des attractions touristiques qui dénaturent ce pays. Le lendemain nous prenons notre premier train indonésien en direction Yogyakarta. Nous vous conseillons de vous y prendre en avance pour réserver vos billets de train, car vous risquez comme nous de tomber que sur des prix relativement cher.

IMG_20190718_132504.jpg

IMG_20190718_130819.jpg

IMG_20190718_133119.jpg

 

RÉSERVE DE SEMENGGOH, A LA DÉCOUVERTE DES ORANGS-OUTANS.

Apercevoir des Orangs-Outans, je pense que c’est le rêve de tout le monde. Et savoir, que nous avons cette possibilité là, c’est l’excitation maximale ! Pour cela, nous nous sommes donc rendus sur l’île de Bornéo où nous avons logé à Kuching.

Non loin de la ville à 24 km, il existe une réserve, du moins un centre de réhabilitation où de nombreux Orangs-Outans vivent. C’est l’un des rares endroits au monde où il est possible de voir des orangs-outans en semi-liberté dans leur habitat naturel. L’équivalent de Sepilok au Sabah, en plus rustique et moins commercial.

Le centre de réhabilitation recueille des orangs-outans sauvages retrouvés blessés, orphelins ou gardés illégalement en captivité. Malheureusement, l’espèce est au bord de l’extinction du fait de la déforestation et donc de la destruction de son habitat naturel (culture massive des palmiers à huile, exploitation forestière illégale et braconnage notamment). Selon les estimations de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), leur population totale est estimée entre 45 000 et 69 000 individus, dont 35 000 à Bornéo.

Heureusement, il existe des personnes magnifiques sur Terre, dont les rangers du Semenggoh Wildlife Center. Ils récupèrent des orangs-outans blessés ou les sauvent de la captivité pour leur réapprendre à s’adapter à la vie sauvage. Les premiers arrivants se sont reproduits et aujourd’hui, 22 orangs-outans peuplent cette réserve de 7 km², en totale liberté. L’objectif du centre est de les rééduquer afin de leur donner toutes les chances d’être relâchés dans la jungle et de vivre, un jour, à l’état sauvage sans l’aide de l’homme. Tout y passe : savoir grimper dans les arbres, construire son nid, trouver de la nourriture dans la forêt… C’est un processus long qui peut prendre des années.

C’est vrai que tout au long de notre voyage, nous mettons en avant de visiter des réserves ou centre de réhabilitation plutôt que des zoos. Donc cela nous tenait encore plus à cœur de découvrir ce centre. Toutefois, vous devez prendre conscience que voir des Orangs-Outans est une chance unique, et parfois malheureusement les singes ne se montrent pas.

 

Les rangers expliquent les consignes et les comportements à adopter, puis veillent à ce que tout le monde respecte :

  • ne pas parler fort ;
  • pas de flash d’appareil photo ;
  • ne pas tenter d’approcher un orang-outan à moins de 5 mètres (ils sont plutôt peace mais on ne sait jamais, vu la force qu’ils peuvent avoir…)
  • ne pas montrer du doigt un individu. Ils pourraient penser à un fusil et avoir peur ou devenir agressif…

 

IMG_20190823_152542.jpg

IMG_20190823_152640_1-1.jpg

IMG_20190823_153852.jpg

20190823_145643.jpg

IMG_20190823_155701.jpg

QUAND SE RENDRE AU CENTRE DE SEMENGGOH ? 

Deux fois par jour, le matin et l’après-midi, seulement 2 heures, les rangers distribuent de la nourriture pour ceux qui n’ont pas réussi à en trouver assez. C’est l’occasion d’aller voir ces merveilleux animaux d’assez près. Nous y sommes allés dans l’après-midi, en taxi (ou Grab). Les transports pour s’y rendre ne sont pas évidents, je pense donc que c’est la meilleure solution.

Heure de nourriture : De 9h à 10h puis de 15h à 15h30.

Prix d’entrée : 10 Ringits par personne.
Horaires d’ouverture : Lundi à vendredi : 8h – 17h
/ Fermé le samedi, dimanche et les vacances scolaires.

 

Ce moment au centre de réhabilitation de Semmengoh restera gravé à tout jamais, c’est fascinant de les observer et de voir nos similitudes. Un instant magique !

KUCHING, NOS PREMIER PAS A BORNEO.

Bornéo, 4e plus grande île du monde, est divisée en 3 : une partie Malaisienne au nord (avec les états de Sarawak et Sabah)une partie Indonésienne au sud (appelée Kalimantan, et représentant 73 % du pays) et enfin l’état indépendant de Brunéi (ou Sultanat de Brunéi, une monarchie de droit divin) qui se trouve entre les deux états malaisiens.

Kuching est la capitale de l’Etat du Sarawak. Située sur les rives de la rivière Sarawak, la ville compte environ 660 000 habitants, mélange de Malais, Chinois, Dayak et Indiens. Malgré sa taille importante, Kuching a cependant su préserver une ambiance de gros village entouré par une nature luxuriante. Kuching signifie  » chat  » en malais, mais l’origine de ce nom est obscure malgré les différentes interprétations qui ont traversé l’histoire. Les références aux chats, comme le Cat Museum ou les nombreuses statues de chats, font surtout partie d’une politique touristique, les chats n’évoquant rien de particulier pour la population locale.

Cette ville possède un charme indéniable et a su conserver son identité, dont les habitants sont d’ailleurs très fiers. Il n’est pas rare que les voyageurs prolongent leur séjour à Kuching pour s’y reposer, flâner le long de la rivière et profiter de cette ambiance indéfinissable. Et on vous l’affirme, Kuching est une ville totalement reposante et calme ! Nous y sommes restés 4 jours. Et nous avons adoré cette approche d’une des îles les plus célèbres de Malaisie.

IMG_20190823_104617.jpg

 

DECOUVERTE DE KUCHING.

Nous commençons donc notre promenade à travers le quartier chinois où nous logeons pour remonter jusqu’au water front. Il s’agit d’un remblais piétonnier et très bien entretenu, longeant la rivière Sarawak. Sur l’autre rive, nous apercevons un superbe bâtiment en forme d’étoile, qui n’est autre que le nouveau lieu qui abrite l’assemblée législative du Sarawak. Il se dresse entre le Golden Bridge et le Fort Margherita.

IMG_20190823_110846.jpg

IMG_20190823_105650.jpgIMG_20190823_110639.jpg

IMG_20190823_110054.jpg

IMG_20190823_111304.jpg

IMG_20190823_104948.jpg

 

 

météeo

QUAND SE RENDRE A KUCHING, BORNEO ? 

Il fait chaud toute l’année à Kuching. Les mois les plus pluvieux sont : février, décembre et janvier . Nous conseillons les mois d’avril, mai, juin, juillet, août, pour visiter Kuching et ses environs.

 

COMMENT REJOINDRE LE CENTRE VILLE DEPUIS L’AÉROPORT DE KUCHING ?

Pour rejoindre le centre-ville de Kuching depuis l’aéroport, il ne faut qu’une vingtaine de minutes lorsque la circulation est fluide. Nous utilisons l’application Grab, l’équivalent de Uber en Asie, et cela coûte deux fois moins cher qu’un taxi. Le wifi gratuit à l’aéroport vous permet de réserver votre trajet, pensez-y !

 

Même si Kuching est trés agréable, on fait vite le tour de ces attractions touristiques. Néanmoins, on se rend à Kuching aussi et surtout pour profiter pleinement de ses alentours et découvrir plusieurs espèces de singes, tels que les Orang-Outans ou bien les nasiques.

KUALA LUMPUR, CAPITALE MULTICULTURELLE DE LA MALAISIE.

En 1850, un petit village se formait au sein de la jungle Malaisienne. Certainement peu inspirés, ses habitants décidaient de l’appeler « confluent boueux » : Kuala Lumpur. La métropole compte maintenant près de huit millions d’habitants. Changement surprenant !

La Malaisie est l’un des pays les moins connus d’Asie du Sud Est. Les voyageurs (hors chinois et indonésiens) ne se bousculent pas tellement et lui préfèrent la Thaïlande ou Singapour alors que c’est un pays culturellement très riche, avec une mixité incroyable.

Kuala Lumpur, sa capitale, est une ville cosmopolite combinant parfaitement modernité, tradition et histoire. Buildings futuristes, bâtiments de style mauresque, maisons traditionnelles ou coloniales dessinent le paysage urbain.

 

LES INCONTOURNABLES DE KUALA LUMPUR.

Nous vous conseillons de passer au moins 3 jours à visiter Kuala Lumpur et en priorité de visiter les célèbres tours Petronas, la KL Towerle quartier indien, Chinatown et enfin les très célèbres Batu caves (voir article Batu Caves), non loin de la capitale.

IMG_20190716_150619.jpg

IMG_20190716_150202.jpg

IMG_20190716_145316.jpg

IMG_20190716_150012.jpg

IMG_20190716_145648.jpg

Autre point important, on mange très bien à Kuala Lumpur, et pour pas cher. On peut y vivre des expériences culinaires éclectiques. On peut y manger de la cuisine du Monde entier, on vous conseille notamment les street foods ! 

IMG_20190712_203835.jpg

 

PETRONAS TOWER.

Je pense que les tours Petronas resteront mon plus bel émerveillement de Kuala Lampur, elles sont fascinantes. Puis c’est incontestablement le symbole de la ville et en plus une prouesse architecturale unique !

IMG_20190715_184154.jpg

IMG_20190715_191513.jpg

IMG_20190715_200715.jpg

Les tours Petronas ont été construites entre 1992 et 1998 sur les plans de l’architecte argentin Cesar Pelli. elles s’élèvent à 452 mètres de haut et possèdent 88 étages. La construction a dû supporter de nombreux problèmes : les édifices ont été construits uniquement en béton, ce qui a nécessité la création d’un béton spécial pouvant supporter la lourde charge. Au cours de la construction, les ingénieurs ont remarqué que l’un des étages avait été construit avec un béton non réglementaire, ce qui les a obligés à détruire l’étage, d’où un retard important dans la construction. La passerelle a dû être étudiée avec soin car le vent ne fait pas bouger les deux tours à l’unisson, d’où des problèmes de torsion. On a dû rectifier la verticalité de l’une des tours à partir du 60e étage, car la première partie n’était pas parfaitement verticale. Finalement la construction a tout de même été une prouesse technique. Puis pour la petite anecdote, la double tour a été pendant 6 ans l’édifice le plus haut au monde.

Les plus hautes tours jumelles du monde se visitent, mais seules 1 400 entrées sont autorisées chaque jour. Il est possible de faire la queue pour obtenir un ticket dès 8h30, nous vous conseillons d’arriver tôt le matin : l’après-midi, vous n’avez quasiment plus aucune chance de pouvoir monter dans les Twin Towers. Vous pourrez monter à 2 niveaux de paliers, le skybridge et le top. Pour le skybridge, il se situe au 41e étage et relie les deux tours, à 146 m de hauteur. Pour la montée dans l’un des 78 ascenseurs au 86e étage, l’ascension se fait facilement et rapidement en 90 secondes. La visite totale dure un peu plus de 45 minutes. Le billet coûte 80 MYR par personne (soit 18 euros).

Pour la petite histoire, nous voulions terminer notre tour de l’Asie en beauté, du coup nous avons dormi dans un des hôtels dont la vue donne sur les célèbres tours jumelles.

IMG_20190826_213744.jpg

 

 

météeo

QUAND VISITER KUALA LUMPUR ?

Le climat à Kuala Lumpur est chaud et humide toute l’année. Les habitants sortent généralement le soir et la nuit pour profiter de la relative fraîcheur. La meilleure période pour visiter Kuala Lumpur serait de juin à fin septembre. C’est la saison la moins pluvieuse et la plus ensoleillée dans cette région de la Malaisie.

 

COMMENT SE RENDRE DE KUALA LUMPUR A L’AÉROPORT ?

Voici 3 moyens relevés pour rejoindre le centre de Kuala Lumpur depuis l’aéroport KLIA, ainsi que depuis le terminal KLIA2 :

  • Train : Le moyen le plus rapide est de prendre un train express appelé « KLIA Ekspres » ou « KLIA Transit » (panneaux roses). Le train « KLIA Ekspres » relie directement l’aéroport KLIA à la gare « KL Sentral » de Kuala Lumpur (« KL Sentral Station ») en 28 min (9 EUR (35 MYR) l’aller simple). Le train « KLIA Transit » quant à lui, effectuera 3 stops avant d’arriver à « KL Sentral Station » en 34 min. Ces 2 trains sont également en partance du nouveau terminal appelé KLIA2, pour le même prix et en 5 min de plus. Les trains sont nombreux et il est rare de devoir attendre plus de 15 min.

 

  • Bus : Le moyen le moins cher est de prendre le bus. Un service régulier des bus « Aerobus » et « Skybus », en partance seulement du terminal KLIA2, vous permettent de vous rendre au centre de Kuala Lumpur et plus précisément, à la station « KL Sentral » d’où il est possible de prendre d’autres bus, des métros, des trains ou des taxis. Les départs se font pratiquement toutes les 1/2 heures et cela durant presque toute la journée. Le prix d’un aller simple est de 2,50 EUR (10 MYR) avec « Aerobus » et de 2,35 EUR (9,50 MYR) avec « Skybus ». L’achat des tickets se fait directement dans les bus. Le trajet jusqu’à l’aéroport dure environ 1h15, dans le cas d’une circulation sans encombrement.

 

  • Taxi : Il y a bien entendu les taxis à un tarif d’environ 20 EUR pour rejoindre le centre de Kuala Lumpur (75 MYR avec un compteur ; quelque soit le nombre de personnes). Si la route n’est pas encombrée, il faudra compter 45 min de trajet.

 

CIRCULER DANS KUALA LUMPUR ? 

Pour que toute la population puisse se déplacer, de nombreuses infrastructures ont été construites. Le choix des transports est varié (métro, bus, train, taxi) et ils sont plutôt efficaces, notamment pour nous, voyageurs. On peut dire qu’il y a pas mal de visites à faire et de beaux quartiers à découvrir. Entre Merdeka Square, Little india, les tours Petronas ou les Batu Caves, il vous faut trouver un moyen de locomotion.

Parfois, passer par les rails sera la solution la plus adaptée, car le trafic est très encombré en ville pendant les heures de pointe. La plupart des transports en commun conduisent à KL Sentral, un important lieu d’inter connexion.

C’est pourquoi, nous vous détaillons tous les moyens que Kuala Lumpur met à disposition pour se déplacer en ville.

metro kuala

 

Kuala Lumpur est une belle découverte, une capitale remplie de charme, de tendresse  avec une mixité culturelle hors-normes. C’est un véritable plaisir de se balader dans cette grande ville et ainsi arpenter ces petits bijoux. Elle restera aussi dans nos cœurs car elle marque à jamais la fin de notre tour en Asie qui aura durée 1 an.

GARDEN BY THE BAY, QUAND LA SUPERFICIALITÉ DEVIENT UN INSTANT FÉERIQUE.

Le magnifique Garden by the Bay est un incontournable de ta visite à Singapour, ce parc aux airs futuristes est notamment connu grâce à ses grands arbres illuminés, appelés Supertrees, qui semblent tout droit sorti de l’univers de Luc Besson. Situé derrière le Marina Bay Sands, il suffit de prendre une passerelle qui le relie pour changer complètement d’univers.

IMG_20190812_135046.jpg

IMG_20190812_140000.jpg

Ce jardin a été ouvert en juillet 2012, s’étalant sur 101 ha en pleine zone urbaine. Le parc accueille chaque année environ 7 millions de visiteurs. Pour les pauvres Singapouriens autrefois dépourvus de nature, il est fini le temps où ils devaient franchir la frontière malaisienne pour admirer un brin de verdure, un champ de vraies fleurs, une forêt de vrais arbres… Plus d’un hectare de terrain a été aménagé pour les enfants et organisé en quatre sections : un parcours d’aventure, une aire de jeux aquatiques, un espace consacrée aux moins deux ans et un endroit plus petit avec des fontaines pour les plus jeunes. Il y a des vestiaires et des douches et même un café pour les parents. Cerise sur le gâteau : c’est gratuit !

Le côté superficiel de Singapour cède alors sa place à une nature mise en scène, mais aussi en valeur. Les arbres géants (Supertree Grove) en sont bien sûr le symbole, mais le jardin regroupe aussi des milliers de plantes différentes, des plants d’eau et des sculptures.

img_20190812_141223

img_20190812_134509

img_20190812_132901

IMG_20190812_132324.jpg

IMG_20190812_133529_1.jpg

IMG_20190812_135347.jpg

IMG-20190820-WA0007.jpg

Nous avons adoré cette promenade au coeur du jardin, où nous retrouvons plusieurs écosystèmes se référant à plusieurs pays tels que le Mexique avec les cactus, la Chine, L’Inde…

N’hésitez pas à lui consacrer quelques heures de ton après-midi. Il y a également une partie payante qui donne accès à la Skywalk au milieu des Supertrees et au 2 dômes. Nous avons fait le choix de pas les visiter en vu du prix un peu excessif pour notre budget, toutefois Lionel, notre ami qui nous avait rejoins en Indonésie a voulu découvrir ces deux dômes très fascinants, grandioses et beaux.

IMG-20190820-WA0010.jpg

IMG-20190820-WA0003.jpg

IMG-20190820-WA0009.jpg

IMG-20190820-WA0002.jpg

img_20190812_131911-1

 

Une fois que le soir approche tu peux tranquillement te diriger à l’endroit où le spectacle son et lumière a lieu et voir les Supetrees s’illuminer au rythme de musiques du monde. Un vrai moment de féérie et de poésie qu’il serait vraiment dommage de manquer. C’est beau, c’est grandiose, c’est photogénique et c’est gratuit, que demander de plus ? Ce spectacle s’appelle Garden Rhapsody et a lieu tous les jours à 7h45 et à 8h45.

IMG_20190812_194834.jpg

img_20190812_200259

IMG_20190812_195517.jpg

 

Garden by th Bay est une balade incontournable, l’instant à ne pas rater à Singapour entre une nature verdoyante et séduisante, des couleurs enivrantes et une magie opérant nul par ailleurs.

SINGAPOUR, VILLE CULTURELLE ET HARMONIEUSE.

Visiter Singapour en 2 jours, c’est partir dans un vrai concentré d’Asie tout propre, dans une ville réputée pour être la plus agréable au monde et se laisser enivrer autant par ces quartiers culturels séduisants que par sa modernité stupéfiante.

IMG_20190811_124454.jpg

Nous avons rejoins Singapour après notre aventure en Indonésie, avant de reprendre notre route pour la Malaisie. Nous savions que lorsque nous voyageons en Backpakers au sein d’un tour du Monde, certaines villes ne sont pas vraiment accessibles notamment pour le coût de la vie quotidienne. Et cela fut le cas avec Singapour, hébergement excessif, repas élevé lorsque nous comparons avec ces pays voisins, attractions touristiques chères… Néanmoins, visiter l’Asie c’est aussi mettre les pieds dans un pays riche en controverse de tout ce que nous avons pu voir jusqu’ici.

La première chose que l’on peut relever c’est cette dimension hors norme de l’aéroport et cette facilité à se rendre de l’aéroport au centre ville, desservi par le métro de la ligne verte. Toutefois, si vous recherchez un hébergement pas trop cher, nous vous conseillons de viser le quartier hindou, non loin de plusieurs centre d’intérêt, et surtout de vous y prendre à l’avance. Affaires déposées, c’est parti pour la découverte !

 

LE QUARTIER CHINOIS.

IMG_20190812_112105.jpg

Une fois que tu sors de la station de métro sur Pagoda Street, tu te croirais presque en Chine ! Bon en soi, ayant visité la Chine tout est relatif, mais l’atmosphère qui y règne en fait totalement parti. En déambulant dans Chinatown, tu découvriras plusieurs temples et une multitude de shophouses. Le quartier de Chinatown c’est animé, bruyant, mais de tous les Chinatown que nous avons pu faire dans d’autres villes, celui là reste notre préféré. Le charme des ces petites façades nous envoûte littéralement.

IMG_20190812_113304.jpg

IMG_20190812_111406.jpg

IMG_20190812_111912.jpg

IMG_20190812_111126.jpg

IMG_20190812_111108.jpg

IMG_20190812_111329.jpg

IMG_20190812_112828.jpg

 

J’ai également visité le musée d’art et civilisation chinoise, il y avait une exposition sur une célèbre créatrice de mode chinoise Guo Pei ! Passionnée de mode, inutile de vous préciser mon engouement à aller voir cette magnifique exposition.

20190811_140344.jpg

 

LITTLE INDIA.

L’authenticité, si il y a un quartier qui nous a bien conquis c’est celui-ci. Nous avons adoré l’ambiance qui règne dans le Little India, nous rappelant avec nostalgie nos moments en Inde, dans ce chaos charmant. Quelques endroits typiques à visiter comme le temple Sri Veeramakaliamman (dont le nom est imprononçable), d’autres shophouses très colorées et également la maison de Tan Teng Niah qui serait la plus colorée de Singapour.

IMG_20190811_190035.jpgIMG_20190811_190047.jpg

IMG_20190813_123147.jpg

LE QUARTIER MALAIS. 

IMG_20190813_114455.jpg

Le quartier malais de Singapour te transporte dans une ambiance Mille et une nuits, non loin de Little India. Et je pense que c’est ce que j’adore à Singapour d’être transporté dans des ambiances et civilisations totalement différentes en un rien de temps.

IMG_20190813_114020.jpg

IMG_20190813_113959.jpg

IMG_20190813_114311.jpg

IMG_20190813_114359.jpg

Tout d’abord l’emblème du quartier malais, l’énorme mosquée du Sultan Masjid et son énorme coupole dorée difficile à rater. Ensuite, la jolie rue colorée de Muscat Street rempli de graffitis super jolis, et sans oublier à quelques pas de là l’Arab Street avec ses shophouses très colorées qui complètent l’ambiance festive de ce quartier.

 

ESPLANADE MARINA BAY. 

IMG_20190811_121155.jpg

IMG_20190811_125341_1.jpg

IMG_20190811_152903.jpg

Marina Bay et Esplanade Theatres on the Bay sont des endroits très sympas, à l’air pur qui invitent à la balade, le nez en l’air. L’Esplanade Theatres on the Bay est l’endroit d’où tu pourras observer le mieux le Marina Bay Sands et toute son architecture si particulière et fascinante.

IMG_20190811_135607.jpg

IMG_20190811_152305.jpg

Il y a quelques ponts sur la baie très chouettes à traverser pour profiter des différents points de vue, comme l’Esplanade Bridge et le Helix Bridge. Tous très différents. C’est aussi l’endroit pour voir le Merlion (la fameuse sculpture de lion), symbole de Singapour. Cette esplanade est très agréable, toutefois marcher en pleine chaleur l’est moins. Évitez les heures chaudes car il y a peu de recoins à l’ombre durant le grand tour de cette baie.

IMG_20190811_132239_1.jpg

IMG_20190811_121330.jpg

 

MARINA BAY.

IMG_20190812_140105.jpg

IMG_20190812_130032.jpg

Marina Bay, c’est juste le plus célèbre hôtel de Singapour, connu pour sa forme architecturale unique qui ressemble à un navire, c’est également sur les toits de cet hôtel que se trouve une piscine à débordements, une des plus connues dans le monde. Un endroit qui fait rêvé autant par sa prouesse architecturale que par ce côté bling bling.

Oui, car même si pour beaucoup ce quartier est « surfait », il reste un des emblèmes de Singapour et à juste titre. Tout y est : luxe, démesure, architecture futuriste, Singapour c’est aussi ça et pour le coup ici c’est vraiment bien fait !

Je vous l’avoue nous nous sommes octroyés un petit plaisir bling bling, aller boire un cocktail que les toits du Marina Bay pour profiter de la vue sur Singapour et de son coucher de soleil, oui et aussi de voir de plus près cette fameuse piscine !

IMG_20190812_172924.jpg

IMG_20190812_190004.jpg

IMG_20190812_172711.jpg

IMG_20190812_185132.jpg

Pour cela, il suffit de se rendre à la troisième tour de l’hôtel au niveau de la réception du restaurant CE LA VI, et de payer 22$S l’entrée (somme minimum incluant cocktail à boire à la hauteur de 22$S). Puis passés l’ascenseur et les 57 ème étages, nous voilà arrivés tout en haut de ce somptueux hôtel. Admirant la vue, la piscine et savourant un cocktail face au soleil couchant. Ce moment est vraiment magnifique, puis nous permets une petite pause décontractée au coeur de nos 11 mois de voyages.

Si tu le souhaites, tu peux aussi monter sur le Sands SkyPark Observation Deck pour une vue complète sur la ville. C’est bien sûr payant et plus cher que si tu t’accordes un moment de détente avec un cocktail.

Le soir nous avons voulu assister au spectacle des lumières sur le Garden by the Bay, (voir article), un instant féerique qui met fin à ces deux jours magnifiques sur Singapour.

IMG_20190812_200340.jpg

 

 

Singapour, n’est pas une destination que l’on choisi dans un premier temps, historiquement elle n’est pas la plus intéressante non plus, ni la plus dépaysante. Néanmoins, c’est 2 jours à Singapour ont fait du bien, c’est une ville calme, agréable où l’on peut se promener tranquillement, loin de la frénésie de la circulation, loin du monde, du bruit, et du manque de propreté des autres villes. C’est une pause rempli de douceur, et d’émerveillement certes par toute une superficialité mais nos yeux ont été sincèrement envoûtés par cette magie offerte par Singapour.

 

 

 

 

 

PHONSAVAN, ET SA MYSTERIEUSE PLAINE DES JARRES.

La province montagneuse de Xieng Khouang, très éprouvée par les bombardements américains dans les années 60, a subi d’importantes modifications de sa population. Son ancienne capitale Xieng Khouang a été totalement détruite et remplacée alors par la  ville nouvelle de Phonsavan, peuplée de minorités Thaï et Hmong. Phonsavan, est une ville sans charme particulier, et très peu touristique, servant d’appui pour visiter la mystérieuse Plaine des Jarres, ou bien aussi passer au Vietnam par la frontière Nam Khan.

IMG_20190620_114003_1.jpg

Nous avons rejoins Phonsavan, depuis Luang Prabang avec un mini van, la route est assez sinueuse, et nous nous rendons compte que les laotiens ont l’estomac vraiment sensible.

IMG_20190620_141615.jpg

IMG_20190620_142848.jpg

IMG_20190620_143914.jpg

 

LES RAVAGES DE LA GUERRE.

IMG_20190620_151259.jpg

Une des raisons de se rendre à Phonsavan est son passé très chaotique concernant la guerre. Le Laos fut le pays le plus bombardé de l’histoire par habitant. Le sol regorge encore de ces munitions, environ 270 millions encore non désamorcées, faisant toujours des victimes chaque semaine parmi les agriculteurs, ouvriers et encore les enfants. Selon une estimation, la Plaine des Jarres contiendrait encore 80 millions de bombes à fragmentation non désamorcées. Un véritable fléau pour cette région, rongée par son passé.

 

LE MYSTERE DE LA PLAINE DES JARRES.

IMG_20190620_122929.jpg

Être sur un lieu encore jamais élucidé, apporte à la fois un sentiment d’excitation et curiosité et rend aussi l’exploration totalement unique. Les jarres sont ces nombreux récipients en pierre que vous apercevrez tout au long de votre escapade au coeur de la plaine. Elles sont de forme cylindrique et de taille variable. On ne les a pas datées avec précisions, mais on suppose que leur origine remonte au Ier s. av. J-C. Toutes les hypothèses ont été émises pour expliquer leur fabrication, et leur utilité, même des plus farfelues. Une légende locale prétend que les jarres auraient été non pas creusées mais moulées à partir d’un mélange de pierre écrasée, de canne à sucre et de peau de buffle. Elles auraient été ensuite cuites dans une grotte, située dans l’un des sites dont la voûte est percée d’une sorte de cheminée.

Tout le mystère réside également dont le fait que les jarres seraient construites en grès, une pierre que ne l’on trouve pas à proximité des sites. On en compte plusieurs centaines, leur poids varie de 500 kilos à 6 tonnes, oui rien que cela ! Ces dernières pouvant abriter 6 hommes. La plupart des jarres furent détruites par les bombardements américains, ou bien pillées.

En ce qui concerne leur fonction, l’hypothèse la plus probable serait une utilité funéraire. La plupart des sites où sont présentes les jarres sont des grosses buttes. Or, nous savons que les hommes des civilisations mégalithiques enterraient leurs morts dans des tumulus. Par ailleurs, d’après plusieurs expertises les jarres seraient fermées à la manière d’un sarcophage. Une première théorie raconte que les corps sans vie étaient brûlés à l’intérieur de la grotte puis, tout ce qui ne brûlait pas (ossements, bijoux, offrandes…) était déposé dans les jarres. La seconde théorie raconte que les corps étaient directement déposés à l’intérieur de celles-ci. Toutefois, il ne s’agit que d’hypothèses car ce mystère là est loin d’être élucidé.

 

LA PETITE MINUTE SENSIBLE.

Comme je l’ai mentionnée tout en haute de l’article, lors de la guerre du Vietnam, afin de couper un axe stratégique, les Américains ont violemment bombardé le Laos (qui lui n’avait rien à voir avec cette guerre). Ainsi, le Laos a reçu à lui seul plus de bombes qu’il n’en a été larguées pendant le Seconde Guerre Mondiale, soit une mission de bombardement toutes les 8 minutes 24h/24h pendant 9 ans ! Cette image est non seulement hallucinante mais aussi alarmante.

Concrètement cela représente 260 millions de bombes. Triste record, mais le pire est ailleurs. Il s’agissait de bombe à fragmentation (soit une grosse bombe contenant plusieurs centaines de petites bombes). On estime à 30% le nombre de bombes n’ayant donc pas explosé.

Des victimes sont dénombrées tous les jours et les plus chanceux s’en sortent avec de graves séquelles (40% des accidents se produisent sur les enfants). Cela explique également pourquoi le pays est aussi pauvre. Les Laotiens ne peuvent pas subvenir à leurs besoins alimentaires, car ils ne peuvent pas travailler leur terre.

Il y a donc différentes organisations qui s’occupent de sensibiliser la population au sujet des bombes, afin d’éviter des drames. Le soucis principal étant que les gens essayent d’ouvrir les bombes pour revendre le métal qui a une valeur marchande certaine.

IMG_20190620_131504.jpg

 

L’EXPLORATION.

Il existe de nombreux sites dans la région avec des jarres, mais seuls trois sont accessibles car entièrement déminés. (Site n°1, site n°2, et site n°3)

Le matin nous avons effectué une randonnée sur un site où quelques jarres étaient présentes malheureusement pour moi je n’ai plus en tête le nom de cet endroit. La randonnée a durée bien une grosse heure, sous l’humidité et une montée assez raide. Le point de vue arrivé au sommet en valait toutefois la peine.

IMG_20190620_110718.jpg

IMG_20190620_105526.jpg

IMG_20190620_101809.jpg

IMG_20190620_104955.jpg

Ensuite, nous avons visité uniquement le site n°1, « Ban Ang », c’est le site le plus vaste et le plus important, puisqu’on y dénombre 344 jarres. L’entrée coûte 15 000 kips par personne, incluant une petite navette qui vous accompagne un peu plus loin, à l’entrée du site. Nous avons également pu voir la fameuse jarre de 6t, située juste en haut de la plus grosse butte.

IMG_20190620_122228.jpg

IMG_20190620_125234.jpg

IMG_20190620_130420.jpg

IMG_20190620_122222.jpg

IMG_20190620_125917.jpg

IMG_20190620_125838.jpg

IMG_20190620_122414.jpg

IMG_20190620_130435.jpg

 

La plaine des jarres est en endroit rempli de mystère et de curiosité. Toutefois, peu de personnes viennent la visiter, et souvent elle fait débat de discussion sur le trajet envisagé par rapport à la découverte du Laos. Même si en soit, le lieu ne paraît pas si attrayant que cela, je trouve ça excitant d’être dans un endroit où le mystère plane à 100%. Nous nous sentons alors comme des chercheurs à essayer de trouver une raison valable. Et paradoxalement même pour l’histoire de la guerre du Vietnam et du massacre du Laos, cette région est intéressante à explorer et à comprendre. Puis la région de Phonsavan offre de joli paysage entre jungle, rizière et nature verdoyante.

LUANG PRABANG, UNE DÉLICATESSE ADULÉE.

S’il y a bien une ville que nous avons littéralement adoré au Laos, c’est bien Luang Prabang. Un vrai petit bijou !

Des collines verdoyantes et des monts couverts de forêts forment le cadre naturel de cette ville, troisième du pays par sa taille, et première pour sa beauté selon tous les sites de voyageurs reconnus. Luang Prabang s’étend sur une langue de terre, tout en longueur, au confluent du fleuve Mékong et de la rivière Nam Khan. Le climat est aussi un atout, située à 600 mètres d’altitude cette ville offre un air et une douceur agréable qui font du bien.

Puis Luang Prabang possède des normes architecturales mettant en avant l’architecture locale, peu de bâtiments modernes et pas du tout en hauteur. Une ville totalement en horizontale, une vraie splendeur qui fait d’elle une ville classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 1995.

IMG_20190616_142949.jpg

IMG_20190616_143948.jpg

Nous sommes arrivés à Luang Prabang depuis Vang Vieng, la route pour accéder à cette nouvelle ville est très jolie, vos yeux vont être submergés de beauté.

IMG_20190616_113450.jpg

 

CÔTE HISTOIRE.

Son nom originel était Jawa, désignant un endroit « indianisé » ou « entouré de jungle ou d’eau« . La ville ne prit son nom définitif qu’en 1491, en l’honneur du grand bouddha d’or, arrivé deux ans auparavant. Luang signifie « grand » et Prabang « statue d’or sacrée« . Elle devient capitale du Laos jusqu’en 1563, date à laquelle le roi Setthathirat décida de s’établir à Vientiane.

Luang Prabang est une ville d’histoire et un haut lieu du bouddhisme en Asie avec 66 temples occupants 33% de la surface de la ville ! Aujourd’hui, la ville compte des milliers de moines bouddhistes vêtus de leurs robes orange qui donnent à la ville une image presque mystique. Dans l’ancien temps Luang Prabang fut Capitale du Royaume du «Million d’éléphants »du XIV à 1946 (ici je parle bien de capitale royale car la capitale effective fut Vientiane dès 1563). Les deux villes se disputaient le titre de capitale suprême.

 

LE MONT PHOUSI.

Dès lors de notre arrivée en fin de journée, nous sommes partis directement en direction du Mont Phousi, en plein coeur du centre ville. Non loin du palais royal, repérez l’escalier qui monte vers le sommet,  faites-vous violence pour y aller tôt le matin ou tard le soir : vous pourrez profiter d’un lever ou coucher du soleil à l’abri de la chaleur et surtout des touristes. C’est l’un des incontournables à faire à Luang Prabang.

IMG_20190616_144911.jpg

IMG_20190616_145612.jpg

Au sommet, on y retrouve un point de vue superbe sur Luang Prabang et la végétation luxuriante tout autour. On peut apercevoir également le That Wat Chomsi, un stupa de 20 mètres érigé sur une pyramide à trois gradins.

IMG_20190616_150354.jpg

IMG_20190616_150045.jpg

IMG_20190616_145724.jpg

IMG_20190616_150217.jpg

IMG_20190616_145854.jpg

IMG_20190616_150620.jpg

IMG_20190616_150732.jpg

IMG_20190616_150944.jpg

Cette vue panoramique sur Luang Prabang est vraiment formidable et l’ascension du Mont Phousi est à la fois rapide et facile où se déroule sous vos yeux un paysage superbe, qui vous rappelle que le cœur du Laos bat bien à Luang Prabang. L’entrée coûte 20 000 kips par personne, une tenue adaptée est formellement conseillée.

 

LE PALAIS ROYAL.

IMG_20190616_144817.jpg

Visiter Luang Prabang, c’est aussi faire un plongeon dans l’histoire moderne laotienne en visitant le palais royal (Haw Kham en lao). Construit au début du XXe siècle pour abriter la famille royale sous le protectorat français, le palais royal a été transformé en musée à la fin de la monarchie au Laos. Il renferme des pièces de collections précieuses, telles que des statues, des peintures ou des objets du quotidien. Chaque pièce a été construite pour un but précis et chacune est décorée en fonction.

La visite du palais royal est un excellent moyen de s’intéresser au passé du Laos et d’en savoir plus sur les événements tragiques qui ont marqué son histoire récente. L’entrée du palais est payante, mais vous pouvez vous promener dans les jardins, si la visite de l’édifice ne vous tente pas plus que ça. L’entrée au Palais Royal coûte 30 000 kips par personne, attention ici aussi à votre tenue vestimentaire.

IMG_20190616_144813.jpg

IMG_20190617_184358.jpg

 

Le soir, direction le petit marché de nuit, où nous retrouvons ce couple de deux français rencontrés à Vang Vieng autour d’une bière laotienne qui pour information est vraiment très bonne. Le lendemain nous décidons de nous rendre à la fameuse cascade Kuang Si, (voir article), ce fut invraisemblablement l’un des meilleurs moments vécus au Laos, entre paradis naturel et hors du temps.

IMG_20190618_115018.jpg

Cela dit, aux alentours de Luang Prabang, il existe de nombreuses cascades plus ou moins touristiques, mais la plus belle reste Kuang si.

  • Tad sae
  • Tad Thong
  • Nahm Dong Park

 

Pour les plus lève-tôt d’entre vous, tous les matins vous pouvez retrouver la cérémonie du Tak Bat. C’est une cérémonie multiséculaire où les laotiens viennent faire offrande de nourriture aux moines qui marchent en procession dans la rue. Les moines passent devant les gens en méditant et recueillant ainsi leurs dons.

 

Luang Prabang a été une découverte séduisante et tout autant paisible, où vous ne devez faire l’impasse sous aucun prétexte. Coup de coeur assuré !

VANG VIENG, ENTRE TOURISME ET DEPAYSEMENT.

Nous arrivons à Vang Vieng depuis Vientiane, en mini van le trajet a duré environ 4 heures. Tu sais que tu es arrivé à Vang Vieng quand tu aperçois ces nombreux hostels, bar, restaurants, et agences de voyages, tout cela regroupés sur la même route. Tu sais également que tu es dans une ville touristique quant la majorité de la population est étrangère, enfin bref bienvenue à Vang Vieng.

La verdoyante région de Vang Vieng est baignée par la rivière Nam Song, que bordent de spectaculaires formations karstiques, truffées de grottes et flanquées de falaises abruptes faisant parfois penser aux motifs de la peinture chinoise sur soie ou sur porcelaine.

IMG_20190615_141023.jpg

Autrefois, Vang Vieng fut un vrai paradis terrestre au sein du Laos dans les années quatre-vingt dix mais malheureusement, à cause de l’arrivée d’investisseurs vietnamiens et chinois ce petit paradis a été transformé en enfer en moins de deux ans. Surnommé « le cancer du tourisme » dans les années 2000, les autorités Laotiennes ont sifflé la fin de ce calvaire en 2012. Depuis Vang Vieng est une ville libérée qui tente de se réinventer un futur, toujours du coté du tourisme.

Toutefois, notre séjour a Vang Vieng fut marqué par l’arrivée de la saison des pluies au Laos, nous n’avons pas eu un temps magnifique ou propice à la découverte, du coup nous avons un peu laissé tomber tout ce qui se référaient aux randonnées. A contre-coeur bien sûr, surtout lorsque nous connaissons les nombreux points de vue que cette région dispose. Et notamment le fameux panorama à 360°, le Piton Pha Ngeun.

IMG_20190615_165754.jpg

IMG_20190615_164520.jpg

IMG_20190615_175916.jpg

Concernant les grottes vous retrouverez Tham Chang, Tham Lusy et le Piton Phapouak, et enfin Tham Phoukham et le blue lagon. Les grottes sont toutes payantes, a vous de voir si vous voulez toutes les faire ou bien en sélectionner quelques unes. faites également attention au pont permettant d’accéder à l’autre rive, ils sont aussi payants.

IMG_20190615_170249.jpg

IMG_20190615_162502.jpg

Quant à nous, nous avons exploré tant bien que mal, en scooter la région de Vang Vieng, au coeur de ces nombreuses roches karstiques, les paysages malgré les nuages sont quand même impressionnants, un véritable envoûtement.

IMG_20190615_164917.jpg

IMG_20190615_162909.jpg

IMG_20190615_144324.jpg

IMG_20190615_171003.jpg

IMG_20190615_171155.jpg

IMG_20190615_174139.jpg

IMG_20190615_190639.jpg

 

Nous avons quand même réussi plus ou moins à nous rendre à une cascade Kaeng Nyui Waterfall, le moment fut agréable, et très apaisant. Toutefois, l’averse qui a suivi notre retour nous a valu une aventure hors norme au milieu de trombe d’eau. De plus, la route est en très mauvaise état, difficile à des moments de rouler parmi toutes ses pierres et trous présents sur le chemin, d’autant plus que notre scooter loué avait plus de freins, je ne vous explique même pas la galère que c’était. Pour cela, pensez vraiment à bien tout vérifier avant de partir en scooter quelque soit votre trajet.

IMG_20190615_121300.jpg

IMG_20190615_150917.jpg

L’INSTANT GASTRONOMIE.

Ensuite, chose que nous faisons très rarement, voir jamais, se rendre à une ferme bio-écologique pour goûter leur fromage de chèvre. Des voyageurs français que nous avons rencontré le matin même nous ont totalement convaincu, et après coup on ne le regrette pas du tout ! Manger un bon fromage après tant de mois passé en Asie, cela fait un bien fou ! L’endroit : Organic Mulberry Farm Café,  cette ferme bio est réputée hormis pour le fromage de chèvre, pour sa production de thé à base de feuilles de mûriers à soie. Puis elle a tout un projet éducatif autour des jeunes du village, dont des cours d’anglais et des projets sur la biodiversité.

IMG_20190615_143007.jpg

IMG_20190615_142954.jpg

 

Même si la météo n’a pas été au rendez vous, et que nous n’avons pas pu profiter pleinement de tous les trésors dont regorgent cette région, Vang vieng reste une escapade à faire lors d’un séjour au Laos. Fermez les yeux sur l’aspect touristique qui l’habite, et partez à la découverte de ses alentours captivants.

VIENTIANE, CAPITALE PAISIBLE DU LAOS.

Même si Vientiane n’arrive pas en tête des sites à visiter au Laos, c’est la capitale où règne une athmosphère paisible, presque engourdie où le temps semble s’étirer avec indolence, tranche radicalement avec la frénésie des autres capitales de ses pays voisins.  Cela dit, Vientiane n’a que très peu de sites touristiques à visiter. C’est le moins que l’on puisse dire. Ici pas de temple grandiose, pas de muraille, ni de rue splendide.

 

CÔTE HISTOIRE.

Le nom laotien de Vientiane est Vieng Chan, signifiant « Ville du Santal » ou « Ville de la lune« , le Mékong réalisant ici un méandre généreux en forme de croissant de lune. Viang signifie quant à lui à la fois « Ville » et « Forteresse« , c’est pourquoi le roi Setthathirat aurait fortifié l’ancien Muang qui existe ici depuis le X ème siècle, et en a  fait sa capitale en 1563 à la place de Luang Prabang, jusque là ville principale du Pays.

Prospère au VXIII ème s., Vientiane est presque totalement détruite au XIX ème s. par les Thaïlandais emportant avec eux le fameux bouddha d’Emeraude. L’arrivée des Français marque alors le renouveau de la ville, dont plusieurs bâtiments coloniaux subsistent encore. Après la révolution de 1975, le nouveau régime, soucieux de limiter l’exode rural, n’entreprend rien pour développer la capitale.

 

UNE JOURNÉE DE VISITE.

Notre séjour à Vientiane fut très court, non pas parce qu’elle n’est pas assez attrayante mais plutôt parce que nous avons du prendre le bus pour rejoindre Vang Vieng assez tôt en fonction des horaires proposées. Du coup, une fois arrivée sur place en fin d’après-midi, nous voilà vite ressorti à la conquête de cette capitale discrète. Voici les monuments que nous avons exploré, rassurez vous il y a quand même 2-3 choses qui valent le coup !

IMG_20190613_174048.jpg

Nous avons adoré Patuxai, ce curieux arc de triomphe érigé vaguement à l’image de celui de la Place de l’étoile à Paris, mais dont la décoration est inspirée de la mythologie laotienne. C’est un monument commémoratif en l’honneur des morts des différentes guerres, toutes confondues.

IMG_20190613_173702.jpg

IMG_20190613_173941.jpg

 

IMG_20190613_174251.jpg

IMG_20190613_174121.jpg

IMG_20190614_113432.jpg

IMG_20190614_094549.jpg

IMG_20190613_183230.jpg

IMG_20190614_114519.jpg

IMG_20190614_094708.jpg

 

Nous avons également vu le Temple Wat Ong Teu, dont sa façade verte et or me fascine toujours autant. Ce temple est situé au centre d’un ensemble de cinq monastères, disposés en croix selon les quatre points cardinaux (Wat Inpeng, Ouest/ Wat Mixay, Est/ Wat Chanh, Sud/ et enfin Wat Haysok, Nord). C’est également le temple du « Bouddha lourd« , car il abrite le bouddha en bronze le plus important de Vientiane.

IMG_20190614_095351.jpg

IMG_20190614_095416.jpg

 

Le Temple Wat Simuang est le temple le plus vénéré de la ville parce qu’il abrite le Lak Muang (pilier tutélaire), qui selon la légende cette lourde pierre aurait été plantée en écrasant une jeune femme enceinte. Elle s’était, parait-il offerte en sacrifice. (Un peu glauque et irréel, on vous l’accorde). Néanmoins ce temple est très décoré, nous ramenant par ces couleurs, ces statues et ces détails aux temples Hindous.  Aujourd’hui le temple Wat Simuang est le temple de la chance et de la divination.

IMG_20190614_113225.jpg

IMG_20190614_113139.jpg

IMG_20190614_113141.jpg

 

Ne passez pas à côté du Stupa Noir, le That Dam, malgré qu’il doit son nom à toutes ses moisissures clairsemés de végétation, selon la légende, il serait le gardien d’un dragon à sept têtes qui aurait protégé la ville lors des invasions siamoises. Quant on connaît cet époque tragique de l’histoire du Laos, nous pouvons nous dire que sa protection a été guère efficace.

IMG_20190613_171236.jpg

 

COMMENT SE RENDRE DE LA GARE DE BUS NORD AU CENTRE VILLE ?

Ne vous fiez pas à tout ces taxis et songtheos (taxis collectifs) qui vous diront qu’il n’y a aucun autre moyen de transport pour se rendre au centre-ville. Il existe bien un bus qui se prend juste devant la gare centrale où de nombreux locaux attendent. C’est le bus n°29, le ticket coûte 5 000 kips.

 

Vientiane est un arrêt rapide dans l’exploration du Laos, toutefois de nombreux voyageurs y passent plus de temps afin de faire des démarches administratives pour des visas des pays voisins, même si elle n’est pas si attrayante et jolie que sa voisine Luang Prabang par exemple, elle reste la capitale du Vientiane, une capitale des plus paisibles en Asie et rien que pour ça, cela fait un bien fou.

 

 

 

MERVEILLE N°1, LE TAJ MAHAL.

 » Shah Jahan lui ferma les lèvres d’un baiser. Dans un dernier effort, Munmtaz Mahal le regarda, avec cette façon qu’elle avait de lui donner son âme, et l’empereur détourna la tête pour pleurer. Il comprit qu’elle était morte. L’empereur allait honorer ses deux promesses: ne se remarier jamais et lui construire la plus belle tombe du monde.

Ce fut le Taj Mahal « .

Catherine Clément, « Le roman du Taj Mahal« 

 

IMG_20190312_171043_243.jpg

IMG_20190312_070034.jpg

Le Taj Mahal, ou bien « Palais de la Couronne », est situé à Agra, au bord de la rivière Yamuna dans l’État de l’Uttar Pradesh en Inde. Chaque jour, pas moins de 15 000 personnes la visite, succombant alors à cette prouesse architecturale unique. C’est un mausolée de marbre blanc construit par l’empereur moghol Shah Jahan en mémoire de son épouse Mumtaz Mahal, qui signifie en persan « la lumière du palais ».

 

CHAPITRE 1 : UN AMOUR TEL UN CONTE DE FÉE.

IMG_20190312_090321.jpg

IMG_20190312_064442.jpg

Selon une légende, Shah Jahan et Mumtaz Mahal se seraient rencontrés jeunes et seraient tout de suite tombés amoureux. Le Maharaja ayant des obligations vis-à-vis de sa famille et de son peuple lui promis fidélité secrètement tout en se remettant à ses obligations de souverain.
Cependant, son père lui trouva alors une femme belle, intelligente et de bonne famille. Il obéit à son père et épousa cette demoiselle. Néanmoins, ils ne consommeront jamais le mariage, et Shah Jahan ne rompit pas promesse faîte à Mumtaz Jahan. Son père, déçu de ne pas voir d’héritier naître lors de la première année du mariage demanda à son épouse ce qu’il se passait. Celle-ci lui expliqua alors que Shah Jahan était très gentil avec elle mais qu’elle ne pourra jamais engendrer d’enfant car il refuse d’avoir tout acte intime avec elle.
Le père fou de rage décida de trouver une seconde épouse, encore plus belle, plus riche et plus intelligente. Le Maharaja fou d’amour ne remarquera même pas cette extraordinaire beauté. Encore une fois, il écouta son père et la prendra pour deuxième femme, mais ne consommera jamais le mariage.
A la mort de son père, il put enfin être libre de choisir son épouse. Sans hésitation il épousa sa bien aimé. Leur mariage fut comme un rêve et leur apporta 14 enfants, dont 3 survivent. Mumtaz Mahal mourut en donnant naissance à leur quatorzième enfant, une petite fille. Mais avant de mourir, elle lui fit promettre deux choses : la première est qu’il conserve sa promesse de fidélité et ne se remarie pas, la seconde est de lui édifier un petit mausolée. Shah Jahan, désemparé et dévasté par la mort de sa femme fit alors construire un batîment fantastique. Il voulut que le monde entier sache combien il l’aimait.

 

CHAPITRE 2 : A LA RECHERCHE D’ UN ARCHITECTE.

Shah Jahan décida de faire appel à neuf architectes afin de construire ce qui pour lui serait la représentation la plus proche du paradis sur Terre. N’étant pas satisfait par les architectes de son pays, il ira jusqu’en perse pour trouver celui qui, à ses yeux était le meilleur architecte au monde : Ustad Ahmed Lahori.

Et comme aucun architecte était capable de concevoir un projet à la dimension de la douleur de l’empereur, il aurait convoqué l’architecte perse et tué sa fiancée. Comprenant alors la terrible peine du sultan, l’architecte fut capable d’imaginer le Taj Mahal.

IMG_20190312_080716.jpg

IMG_20190312_115949.jpg

IMG_20190312_091224.jpg

IMG_20190312_071511.jpg

CHAPITRE 3 : LA CONSTRUCTION DU PALAIS.

IMG_20190312_075303.jpg

Débuté en 1632, il a fallu pas moins de 22 ans de construction pour le bâtiment principal et quelques années de plus pour les jardins et la cour intérieure. Cette construction est encore aujourd’hui considérée comme un chef d’œuvre d’architecture. En effet, malgré le peu de moyens technologiques disponibles à l’époque de la construction, celle-ci respecte toutes les conditions de solidité et de résistance contre les séismes. C’est pourquoi, en regardant le mausolée de face, il est facile de s’apercevoir que les quatre minarets entourant le Taj Mahal ne sont pas droits. Elles sont en effet légèrement penchés vers l’extérieur, ce qui les empêchera de tomber sur le bâtiment principal en cas de séisme.

Le sultan avait une idée très précise de ce qu’il voulait pour le mausolée de sa défunte femme. Il imagina un grand jardin fleuri, un bâtiment tout en blanc, la couleur du paradis et surtout la perfection. Pour ce faire, tout dans les environs du Taj Mahal est construit de façon symétrique : ses jardins, les bâtiments qui l’entoure, les petites statuettes à l’entrée représentant les vingt-deux années de construction…

IMG_20190312_083835.jpg

A savoir que seul le lieu dans laquelle la symétrie n’est pas respectée est l’intérieur du mausolée. Le Taj Mahal a été construit pour accueillir uniquement un cercueil. Peu de temps avant de mourir, Shah Jahan a demandé à sa première fille d’être l’enterré aux côtés de son véritable amour.

IMG_20190312_074906.jpg

 

CHAPITRE 4 : LA VISITE.

Combinant éléments architecturaux perses, islamiques et d’Asie centrale, le fastueux mausolée est coiffé d’un puissant dôme en bulbe, encadré par quatre minarets graciles détachés, d’une splendeur inouïe. La forme du dôme en bouton de lotus inversé est surmontée d’un pinacle en bronze décoré d’un kalash, symbole hindouiste, et d’un croissant de lune, symbole islamique lui-même surmonte d’une plaque estampée du nom d’Allah. L’ensemble a été bâtie dans un magnifique marbre blanc du Rajasthan et enluminé de mille et une inscriptions calligraphiques, motifs végétaux et bandeaux décoratifs en pierre polychrome marquetée.

IMG_20190312_073248.jpg

IMG_20190312_071333.jpg

Les tombeaux des deux souverains, voilés par une délicate dentelle de marbre, sont vides. Les époux reposent en fait dans une crypte en sous-sol. Malheureusement celle-ci aurait pris l’eau, c’est pourquoi elle n’est plus visitable.

Dans le parc, de nombreux bancs s’offrent aux âmes romantiques. Le traditionnel charbâgh persan (quatre jardins) planté d’arbres, où poussaient des fleurs en abondance, a été remplacé par des pelouses typiquement britanniques à l’instigation du vice-roi britannique, Lord Curzon.

 

IMG_20190312_071241.jpg

IMG_20190312_075022.jpg

 

Visiter le Taj Mahal, c’est bien plus qu’une simple exploration, c’est toucher d’un peu plus près un chef d’oeuvre, admirer une pureté indétrônable, et se laisser guider par cette ode à l’amour…  

 

 

LOOP DE THAKHEK, UNE AVENTURE UNIQUE.

Nous sommes arrivés à Thakhek depuis Paksé. La route en bus local a été énormément lente, un véritable petit calvaire dont notre patience se souvient encore. Le trajet nous à coûté 60 000 Kips par personne. Nous arrivons à la tombée de la nuit en gare extérieur, où nous marcherons 45 minutes pour rejoindre notre joli hôtel.

IMG_20190606_184344.jpg

Nous profitons pour reserver de suite notre scooter semi-automatique pour 3 jours afin de partir à l’aventure au coeur de la Loop de Thakhek. Le prix était de 50 000 Kips la journée.

Le lendemain, petit-déjeuner pris nous voilà prêts à partir à la découverte de cette région réputée pour les Karsts de Khammouane. Nous avons laissé un bagage à l’hôtel afin de voyager plus léger durant ces trois jours.

 

 LES KARSTS DE KHAMMOUANE.

IMG_20190607_125858.jpg

IMG_20190608_163521.jpg

Il ne faut que quelques kilomètres pour entrer dans la région et apercevoir les karsts de la province de Khammouane. Formant une ceinture de 270 Km de long sur environ 40 km de large, coincés entre le Mékong et la cordillère Annamitique, les karsts donnent naissance à des paysages remarquables, fascinants et variés : amples panoramas dominés au loin par les moutonnements de collines et de pics calcaires, vallées perdues et cols entortillés, engoncés dans des forêts de pierre, dense comme des murailles, grottes à profusion, rivières souterraines, forêts et jungles encore bien présentes malgré l’inévitable problème de déforestation.

 

AVANT DE PARTIR, NOS CONSEILS :

Après coup, voici quelques petits conseils qui peuvent être assez utiles lorsque vous partirez pour la Loop de Thakhek :

– Tester son casque avant le départ et veiller à ce qu’il ait une visière car sinon on mange pas mal de poussières. C’est vraiment le point important, car de nombreux camions sont présents sur la Loop et cela peut rendre la route très désagréable et fatiguante.
– Prendre un masque en plus ou des lunettes, surtout si l’on n’a pas de visière.
– Emporter des vêtements chauds car il y a certains coins où il peut faire vraiment froid.
– Le produit moustique.
– Un maillot de bain (et un débardeur pour les filles pour ne pas choquer les Laotiens) ET des tongs (ou mieux : des chaussures d’eau) car pour traverser des grottes c’est parfois bien pratique.
– Une trousse de secours.
– Une lampe frontale pour arpenter les grottes et y voir plus clair.

– Faites aussi attention aux nombreux papillons que vous croiserez en chemin ! vous allez être surpris par le nombre !

Point très important, prendre en photographie le contrat de votre location de scooter, prendre des photos avant votre départ devant l’enseigne, et noter le numéro de téléphone de votre loueur en cas de problème.

 

COMBIEN DE TEMPS POUR REALISER LA BOUCLE ?

Je dirai, cela depend de votre rythme. Nous avons fait cette boucle en 3 jours et demi. Nous vous conseillons de faire tous les stops possibles à l’aller car pour le retour il existe deux chemins, soir reprendre le chemin de l’aller soit prendre la grande route qui rejoint Thakhek.

Toutefois, conduire une moto quand on en n’a pas l’habitude peut s’avérer épuisant, donc prenez votre temps afin de profiter pleinement des moments sublimes que cette boucle a à vous donner. Rien ne vous presse !

 

LA LOOP.

IMG_20190607_095048.jpg

Durant votre boucle, vous pourrez explorer de nombreuses caves, nous avons commencé avec Tham Pha Fa Cave, cela a été une petite deception, rien de très interessant et de l’argent gaspillé pour pas grand chose. A l’entrée, des femmes vous forceront à porter un sarong afin d’entrer dans la cave (Donation 5 000 kips). L’entrée au Bouddha Cave est de 5 000 Kips par personne et de 2 000 Kips pour la moto.

IMG_20190607_101954.jpg

Ensuite, direction Tham Pha Inn, sur le chemin vous pouvez faire une halte à Xiang Liap Cave qui est plutôt sympa et gratuite. La Tham Pha Inn vaut vraiment le détour, nous avons été envoûté par cette petite grotte et son reflet de l’eau, captivant !

IMG_20190608_144846.jpg

IMG_20190607_113352.jpg

IMG_20190607_113355.jpg

Puis après nous avons exploré les petites rues cachés par ci par la, et avons découvert ce petit village tout mignon, avec cette école très loin de nos infrastructures européènnes.

IMG_20190608_163552.jpg

IMG_20190607_130315.jpg

IMG_20190607_130746.jpg

IMG_20190607_130737.jpg

IMG_20190608_171412.jpg

Puis direction le village de Thalang, qui marquera la fin de notre journée, mais avant n’oubliez pas de vous arrêtez a cette chute d’eau, un petit coin de paradis dans cette boucle. Peu de monde, le parking coûte 2 000 Kips. Son nom : cascade Tad Song Souk.

IMG_20190607_143235.jpg

IMG_20190607_143239.jpg

Je pense que notre arrêt à Thalang fût le meilleur endroit où nous pouvons nous arrêter, barbecue à 50 000 kips par personne, terrain de pétanque, convivialité unique ! Le parfait petit coin de paradis. Puis cela nous a permis de rencontrer plein de voyageurs, notamment F-X et Milk, ce couple Franco-Thaï avec qui nous avons partagé la suite de notre boucle.

En nous dirigeons vers Thalang nous avons été très surpris de certains paysages, cela nous a beaucoup attristé de voir ce que l’homme est capable de faire. Toute cette nature morte est détruite à cause de la création de lacs artificiels. N’oublions pas que nous sommes Homme de la nature, avant d’être celui de la société.

IMG_20190607_161134.jpg

IMG_20190607_161527.jpg

Le lendemain, nous reprenons la route en compagnie de nos amis, en route vers la cool spring, une petite piscine naturelle au milieu des montagnes, dont l’eau turquoise est terriblement fraîche ! L’entrée est de 10 000 Kips par personne, cela inclu le parking.

IMG_20190609_122830.jpg

IMG_20190609_122810.jpg

IMG_20190608_105026.jpg

IMG_20190608_105214.jpg

 

KONGLOR CAVE. 

Puis direction Konglor Cave, la plus merveilleuse grotte que nous avons fait dans notre vie, non je n’exagère pas. Cette cave nous a littéralement envoûté, captivante, surprenante, irréelle. Des yeux d’enfants, grands ouverts dans ce paysage naturel exceptionnel.

Cette merveille de la nature ressemble à un tunnel d’environ 30 mètres de large, 20 à 100 mètres de haut, et 7,5 km de long, où coule une rivière et quelques petits rapides. Située dans le secteur des pistes Ho Chi Minh, cette cave est utilisée comme planque pendant la deuxième guerre d’Indochine (1955-75).

IMG_20190608_161341.jpg

IMG_20190608_153710.jpg

La visite se fait en barque, comptez 100 000 kips pour une barque à 2. 45 minutes dans la pénombre incluant une petite marche au coeur de stalagmites et stalactites du Palais de Naga, puis retour à la lumière dans le paysage féerique entre faune et flore.

IMG_20190608_144424.jpg

IMG_20190608_143037.jpg

IMG_20190608_144745.jpg

IMG_20190608_151538.jpg

IMG_20190608_143252.jpg

 

Tout au long de cette escapade au coeur de Konglor Cave, la magie s’empare de nous, et nous venons de prendre conscience que nous venons de vivre un moment unique, sans doute le plus beaux ici au Laos.

Notre deuxième nuit se fera dans le village juste avant la Konglor Cave, à Konglor, dans une petite homestay que connaisait F-X. Nous les avons retrouvés juste après notre visite de la cave qui feront le lendemain matin, nous avons mangé dans un petit restaurant local où nous avons été invité à une petite fête du village en l’honneur du départ de trois français venus apporter leur connaissance à l’aide d’une ONG dans ce petit village du Laos. Danse, bière, et chant un moment de partage agréable au sein des laotiens.

IMG_20190608_203321.jpg

IMG_20190608_204747.jpg

IMG_20190608_212230.jpg

 

Le lendemain nous quittons Milk et Fx, et nous reprenons la route en sens inverse, la grande route nationale pour rentrer sur Thakhek nous interressait pas. Avec quelques pauses notamment au temple de Laksao, nous avons fait d’un trait le retour Konglor-Thakhek.

IMG_20190609_113929.jpg

IMG_20190609_114307.jpg

 

thakeh

Cette boucle a été un véritable coup de coeur, autant pour les paysages que nous avons vu, que pour sa grotte finale extraordinaire et pour les rencontres que nous avons faites. Un conseil, foncez ! Des souvenirs ancrés en nous, une aventure unique et authentique, l’exploration à l’état pur !