ÉPHÈSE, LA OU LES RUINES ANTIQUES CAPTIVENT.

Depuis Pamukkale, nous arrivons à la tombée de la nuit sur Selçuk, un petit village proche du site d’Éphèse. C’est d’ailleurs au cœur de ce site que le lendemain nous décidons de nous rendre à pied, à 25 minutes du centre ville. Le site d’Éphèse fut redécouvert en 1869 et fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2015.

Malgré que le temple d’Artémis, l’une des sept anciennes merveilles du monde antique n’y est plus, la visite de l’une des plus prestigieuses villes de l’antiquité est toutefois incontournable. C’est vraiment une sensation d’un retour dans le passé vu la grandeur du site et les nombreuses ruines (parfois restaurées) restantes.

On retiendra notamment la somptueuse façade superbement restaurée de la bibliothèque Celsius aux airs de Petra et le deuxième plus grand amphithéâtre du monde antique après celui d’Epidaure en Grèce. A noter que la grandeur d’Éphèse reposait sur son port, dont l’ensablement au IIIe siècle entraîna le déclin. Puis, contrairement à d’autres temples de la Turquie actuelle oubliés au fil des siècles, le site a toujours été connu notamment en raison des textes d’Hérodote et de Pline l’Ancien. Ce fut également un lieu de pèlerinage des Chrétiens qui visitèrent la basilique St John.

IMG_20190906_100733.jpg

dav_soft

jhdr_soft

 

 

LA BIBLIOTHÈQUE DE CELSUS.

oznor_soft

cof_soft

frem

C’est le monument le plus beau du site ! La bibliothèque de Celsus était dans l’antiquité une des trois plus grandes bibliothèques au monde derrière celle d’Alexandrie et de Pergame. Construite au IIe siècle, elle contenait quelques 12 000 rouleaux. Elle fut détruite un siècle plus tard par un incendie allumé par les Goths lors de leur invasion.

cof_soft

jhdr_soft

cof_soft

jhdr_soft

 

Puis lors de votre visite, vous croiserez aussi les monuments suivants :

  • L’agora d’Ephèse (I siècle avant JC)
  • Les bains Varius (I siècle après JC)
  • La basilique au nord de l’agora (I siècle après JC)
  • La Rue de Courètes et l’Avenue de Marbres
  • La place de Dominitien (Isiècle après JC)
  • Le monument de Memnius (I siècle après JC)
  • L’arc de Triomphe (IV siècle après JC)
  • La bibliothèque de Celsus (II siècle après JC)
  • Les thermes de Scholastikia (I siècle après JC)
  • Le temple d’Hadrien (II siècle après JC)
  • Des maisons en terrasses, etc.

 

jhdr_soft

jhdr_soft

img_20190906_111129.jpg

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Il faut savoir que pour visiter les ruines Éphèse le site est construit tout en longueur (vous marcherez bien 3-4 km dans le site) et qu’il y a 2 entrées. Donc l’idéal c’est plutôt d’arriver d’un côté, traverser tout le site puis ressortir de l’autre pour s’éviter ainsi un retour inutile. toutefois, faire l’aller-retour n’est pas non plus insurmontable. L’entrée au site coûte quand même 60 tl/pers. ( Accès avec Pass Turquie compris )

Bon à savoir : prévoyez un chapeau, crème solaire et une bouteille d’eau pour profiter en toute tranquillité du site Éphèse sous le soleil. Les zones d’ombre y sont absentes.

 

Visiter Éphèse permet ainsi de découvrir une ancienne cité antique assez bien conservée, et donc s’émerveiller à chaque instant vécu.

NUSA PENIDA, ET CES ESPÈCES MARINES A EN PERDRE LA TÊTE.

Je pense que Nusa Penida est incontestablement une île très intéressante et diversifiée si l’on souhaite voir plusieurs espèces maritimes. Toutefois, nous les avons vu uniquement d’en haut des falaises, mais il existe de nombreux recoins où vous pouvez vous aventurez à la plongée, ou snorkelling. Je vous propose donc une petite carte de l’île avec tous les points où on peut voir certaines espèces maritimes, ainsi que les nombreux posts de plongée !

 

nusa

Puis voici quelques photos de ce que nous avons pu apercevoir de très haut, raies manta, requin à pointe noire, tortues, et dauphins !

IMG_20190807_104301-1.jpg

IMG_20190807_115902.jpg

IMG_20190807_092859.jpg

 

IMG_20190808_084612.jpg

IMG_20190808_084625_1.jpg

 

Nos quatre jours se terminent sur l’île de Nusa Penida, nous l’avons littéralement adoré ! Nous prenons le ferry direction PadangBai, afin de prendre notre avion sur Denpasar en direction de Jakarta, pour récupérer notre vol vers Singapour.

NUSA PENIDA, L’ÎLE AUX FALAISES CAPTIVANTES.

Nusa Penida a été un sacré coup de cœur lors de notre voyage à Bali ! On est littéralement tombé sur le charme. Cette île à 30 minutes en bateau de Bali est parfaite si vous rêvez d’aventure. En effet, ici, nous sommes loin du tourisme de masse, bienvenue sur une île autant sauvage que Lombok.

Autrefois très délaissée par les touristes, Nusa Penida commence à beaucoup intéresser les voyageurs. La preuve, dans pas longtemps la quasi-totalité des routes seront bétonnées, et des hôtels sont en construction… Cela dit, si nous sommes totalement transparent, les “routes” de Nusa Penida sont pour l’instant un peu chaotiques, donc si vous comptez louer un scooter faite attention, vraiment !

IMG_20190807_134033.jpg

IMG_20190805_135217.jpg

IMG_20190805_135101.jpg

IMG_20190805_175928_1.jpg

 

 

KELINGKING BEACH.

IMG_20190807_085450.jpg

Du coup, direction l’exploration et nous commençons par Kelingking Beach, vous l’avez sûrement déjà vu. Cette plage est rendue célèbre par les grands Instagrammers qui s’y sont rendus ! Kelingking Beach est un incontournable de Nusa Penida. La route pour s’y rendre est assez chaotique. Mais en scooter, c’est largement faisable, il faut juste faire attention. Puis pensez à faire le plein, car il est parfois difficile de trouver de l’essence au cœur de l’île.

IMG_20190807_095923.jpg

IMG_20190807_092408.jpg

Il y a un chemin étroit (enfin si on peut appeler ça un chemin) construit en bouts de bois, mis de travers, en guise de marches. Attention, c’est dangereux. La pente est raide et le chemin n’est pas adapté si vous avez deux pieds gauches… Si vous souhaitez descendre, prenez votre temps, des bonnes chaussures et surtout de l’eau. Il faut environ 20 minutes pour descendre et 30 minutes pour remonter.

BROKEN BEACH ET ANGEL’S BILLABONG.

IMG_20190807_114219.jpg

IMG_20190807_114605.jpg

IMG_20190807_114730.jpg

IMG_20190807_115245.jpg

Deux autres incontournables de Nusa Penida et au même endroit. Broken Beach, c’est  d’abord cette falaise trouée avec de l’eau en contrebas. Vous ne pourrez pas sauter ou vous baigner car premièrement, les courants sont très dangereux et deuxièmement, vous ne pourrez pas remonter. Toutefois, le cadre est vraiment joli, très idyllique malgré le monde !

Puis, Angel Billabong est très joli aussi et on peut se baigner si on ne s’approche pas trop du bord. Cette différence de couleur offre un petit tableau aux nuances bleutées envoûtantes. Un vrai plaisir pour les yeux !

IMG_20190807_122037.jpg

IMG_20190807_104513.jpg

IMG_20190807_120419.jpg

 

 

GUYANGAN WATERFALL.

Malgré le nom, Guyangan n’est pas vraiment une cascade. Ce temple caché au bord de l’océan est insolite. Les escaliers bleus pour s’y rendre sont uniques et vous en fera perdre la tête, attention à ceux qui ont le vertige cela peut s’avérer parfois périlleux.  La remontée des marches est un peu sportive, munissez vous d’une bouteille d’eau !

IMG_20190806_141630.jpg

IMG_20190806_142520.jpg

Puis vous n’échapperez pas aux locaux à l’entrée du temple qui vous feront porter un sarong pour respecter les coutumes traditionnelles des  balinais. Il vous fera donc donner de l’argent.

 

DIAMOND BEACH.

IMG_20190806_104110-1.jpg

Pour s’y rendre, il faut retraverser toute l’île. Et le chemin pour y aller est assez long. Cette plage voisine d’Atuh Beach, est selon nous la plus belle plage de l’île avec celle de Kelingking. Une fois garé sur le parking en haut, vous devrez payer le droit d’entrée sur le site car c’est il est protégé. Il faut savoir que par ce chemin vous avez d’ailleurs la possibilité d’accéder à Atuh et Diamond Beach. Profitez en pour admirer la vue incroyable depuis les hauteurs des falaises de Nusa Penida. C’est absolument somptueux, et envoûtant !

IMG_20190806_110329.jpg

IMG_20190806_104852.jpg

IMG_20190806_104726.jpg

IMG_20190806_104239.jpg

 

Le chemin pour descendre à la plage est très abrupte. Les marches ont été taillées dans la roche et à certains endroits le passage n’est vraiment pas grand. Dès lors que vous arrivez sur la plage, comme pour toutes les autres plages de Penida, faites très attention au courant.

IMG_20190806_111656.jpg

IMG_20190806_113427.jpg

 

 

IMG_20190805_175010.jpg

 

 

météeo

QUAND PARTIR A NUSA PENIDA ?

  • Saison sèche : avril à octobre = haute saison
  • Saison des pluies : novembre à mars (mais c’est assez relatif car nous n’avons quasiment jamais eu de pluie en novembre et décembre)

 

COMBIEN DE TEMPS RESTER SUR L’ÎLE ?

Nous pensons qu’au moins 3 jours sont nécessaires pour visiter et découvrir la plupart des trésors cachés de l’île. Si vous souhaitez prendre votre temps pour vous détendre à certains endroits, alors prévoyez un séjour d’au moins 4-5 jours.

 

COMMENT S’Y RENDRE ?

Pour nous la solution la plus économique reste le ferry, le départ se fait depuis Pandang Bai vers Nusa Penida à 11h, mais à notez que les horaires changent souvent pour le départ du ferry.

Le prix du ticket pour un aller simple est de 31 000 IDR pour les adultes, et 26 000 IDR pour les enfants. L’avantage de partir en ferry est que vous pouvez prendre votre scooter, vélo ou moto sur le bateau. Pour prendre votre scooter sur le bateau, il faut payer un supplément de 50 000 IDR. Vous pouvez acheter votre ticket directement sur le port de PadangBai.

 

 

Nusa Penida est un véritable coup de cœur en Indonésie, les paysages sont vraiment somptueux, sauvage. On y ressent une certaine liberté d’autant plus de la visiter librement avec un scooter. Néanmoins, avec la construction des routes, le tourisme ne va pas tarder à croître de plus en plus vite sur Nusa Penida. Nous vous conseillons de vous y rendre au plus vite, avant que l’île ne perde son âme… Avant qu’il ne soit trop tard pour profiter de cette sensation d’être privilégié face à de tels paysages.

VANG VIENG, ENTRE TOURISME ET DEPAYSEMENT.

Nous arrivons à Vang Vieng depuis Vientiane, en mini van le trajet a duré environ 4 heures. Tu sais que tu es arrivé à Vang Vieng quand tu aperçois ces nombreux hostels, bar, restaurants, et agences de voyages, tout cela regroupés sur la même route. Tu sais également que tu es dans une ville touristique quant la majorité de la population est étrangère, enfin bref bienvenue à Vang Vieng.

La verdoyante région de Vang Vieng est baignée par la rivière Nam Song, que bordent de spectaculaires formations karstiques, truffées de grottes et flanquées de falaises abruptes faisant parfois penser aux motifs de la peinture chinoise sur soie ou sur porcelaine.

IMG_20190615_141023.jpg

Autrefois, Vang Vieng fut un vrai paradis terrestre au sein du Laos dans les années quatre-vingt dix mais malheureusement, à cause de l’arrivée d’investisseurs vietnamiens et chinois ce petit paradis a été transformé en enfer en moins de deux ans. Surnommé « le cancer du tourisme » dans les années 2000, les autorités Laotiennes ont sifflé la fin de ce calvaire en 2012. Depuis Vang Vieng est une ville libérée qui tente de se réinventer un futur, toujours du coté du tourisme.

Toutefois, notre séjour a Vang Vieng fut marqué par l’arrivée de la saison des pluies au Laos, nous n’avons pas eu un temps magnifique ou propice à la découverte, du coup nous avons un peu laissé tomber tout ce qui se référaient aux randonnées. A contre-coeur bien sûr, surtout lorsque nous connaissons les nombreux points de vue que cette région dispose. Et notamment le fameux panorama à 360°, le Piton Pha Ngeun.

IMG_20190615_165754.jpg

IMG_20190615_164520.jpg

IMG_20190615_175916.jpg

Concernant les grottes vous retrouverez Tham Chang, Tham Lusy et le Piton Phapouak, et enfin Tham Phoukham et le blue lagon. Les grottes sont toutes payantes, a vous de voir si vous voulez toutes les faire ou bien en sélectionner quelques unes. faites également attention au pont permettant d’accéder à l’autre rive, ils sont aussi payants.

IMG_20190615_170249.jpg

IMG_20190615_162502.jpg

Quant à nous, nous avons exploré tant bien que mal, en scooter la région de Vang Vieng, au coeur de ces nombreuses roches karstiques, les paysages malgré les nuages sont quand même impressionnants, un véritable envoûtement.

IMG_20190615_164917.jpg

IMG_20190615_162909.jpg

IMG_20190615_144324.jpg

IMG_20190615_171003.jpg

IMG_20190615_171155.jpg

IMG_20190615_174139.jpg

IMG_20190615_190639.jpg

 

Nous avons quand même réussi plus ou moins à nous rendre à une cascade Kaeng Nyui Waterfall, le moment fut agréable, et très apaisant. Toutefois, l’averse qui a suivi notre retour nous a valu une aventure hors norme au milieu de trombe d’eau. De plus, la route est en très mauvaise état, difficile à des moments de rouler parmi toutes ses pierres et trous présents sur le chemin, d’autant plus que notre scooter loué avait plus de freins, je ne vous explique même pas la galère que c’était. Pour cela, pensez vraiment à bien tout vérifier avant de partir en scooter quelque soit votre trajet.

IMG_20190615_121300.jpg

IMG_20190615_150917.jpg

L’INSTANT GASTRONOMIE.

Ensuite, chose que nous faisons très rarement, voir jamais, se rendre à une ferme bio-écologique pour goûter leur fromage de chèvre. Des voyageurs français que nous avons rencontré le matin même nous ont totalement convaincu, et après coup on ne le regrette pas du tout ! Manger un bon fromage après tant de mois passé en Asie, cela fait un bien fou ! L’endroit : Organic Mulberry Farm Café,  cette ferme bio est réputée hormis pour le fromage de chèvre, pour sa production de thé à base de feuilles de mûriers à soie. Puis elle a tout un projet éducatif autour des jeunes du village, dont des cours d’anglais et des projets sur la biodiversité.

IMG_20190615_143007.jpg

IMG_20190615_142954.jpg

 

Même si la météo n’a pas été au rendez vous, et que nous n’avons pas pu profiter pleinement de tous les trésors dont regorgent cette région, Vang vieng reste une escapade à faire lors d’un séjour au Laos. Fermez les yeux sur l’aspect touristique qui l’habite, et partez à la découverte de ses alentours captivants.

LOOP DE THAKHEK, UNE AVENTURE UNIQUE.

Nous sommes arrivés à Thakhek depuis Paksé. La route en bus local a été énormément lente, un véritable petit calvaire dont notre patience se souvient encore. Le trajet nous à coûté 60 000 Kips par personne. Nous arrivons à la tombée de la nuit en gare extérieur, où nous marcherons 45 minutes pour rejoindre notre joli hôtel.

IMG_20190606_184344.jpg

Nous profitons pour reserver de suite notre scooter semi-automatique pour 3 jours afin de partir à l’aventure au coeur de la Loop de Thakhek. Le prix était de 50 000 Kips la journée.

Le lendemain, petit-déjeuner pris nous voilà prêts à partir à la découverte de cette région réputée pour les Karsts de Khammouane. Nous avons laissé un bagage à l’hôtel afin de voyager plus léger durant ces trois jours.

 

 LES KARSTS DE KHAMMOUANE.

IMG_20190607_125858.jpg

IMG_20190608_163521.jpg

Il ne faut que quelques kilomètres pour entrer dans la région et apercevoir les karsts de la province de Khammouane. Formant une ceinture de 270 Km de long sur environ 40 km de large, coincés entre le Mékong et la cordillère Annamitique, les karsts donnent naissance à des paysages remarquables, fascinants et variés : amples panoramas dominés au loin par les moutonnements de collines et de pics calcaires, vallées perdues et cols entortillés, engoncés dans des forêts de pierre, dense comme des murailles, grottes à profusion, rivières souterraines, forêts et jungles encore bien présentes malgré l’inévitable problème de déforestation.

 

AVANT DE PARTIR, NOS CONSEILS :

Après coup, voici quelques petits conseils qui peuvent être assez utiles lorsque vous partirez pour la Loop de Thakhek :

– Tester son casque avant le départ et veiller à ce qu’il ait une visière car sinon on mange pas mal de poussières. C’est vraiment le point important, car de nombreux camions sont présents sur la Loop et cela peut rendre la route très désagréable et fatiguante.
– Prendre un masque en plus ou des lunettes, surtout si l’on n’a pas de visière.
– Emporter des vêtements chauds car il y a certains coins où il peut faire vraiment froid.
– Le produit moustique.
– Un maillot de bain (et un débardeur pour les filles pour ne pas choquer les Laotiens) ET des tongs (ou mieux : des chaussures d’eau) car pour traverser des grottes c’est parfois bien pratique.
– Une trousse de secours.
– Une lampe frontale pour arpenter les grottes et y voir plus clair.

– Faites aussi attention aux nombreux papillons que vous croiserez en chemin ! vous allez être surpris par le nombre !

Point très important, prendre en photographie le contrat de votre location de scooter, prendre des photos avant votre départ devant l’enseigne, et noter le numéro de téléphone de votre loueur en cas de problème.

 

COMBIEN DE TEMPS POUR REALISER LA BOUCLE ?

Je dirai, cela depend de votre rythme. Nous avons fait cette boucle en 3 jours et demi. Nous vous conseillons de faire tous les stops possibles à l’aller car pour le retour il existe deux chemins, soir reprendre le chemin de l’aller soit prendre la grande route qui rejoint Thakhek.

Toutefois, conduire une moto quand on en n’a pas l’habitude peut s’avérer épuisant, donc prenez votre temps afin de profiter pleinement des moments sublimes que cette boucle a à vous donner. Rien ne vous presse !

 

LA LOOP.

IMG_20190607_095048.jpg

Durant votre boucle, vous pourrez explorer de nombreuses caves, nous avons commencé avec Tham Pha Fa Cave, cela a été une petite deception, rien de très interessant et de l’argent gaspillé pour pas grand chose. A l’entrée, des femmes vous forceront à porter un sarong afin d’entrer dans la cave (Donation 5 000 kips). L’entrée au Bouddha Cave est de 5 000 Kips par personne et de 2 000 Kips pour la moto.

IMG_20190607_101954.jpg

Ensuite, direction Tham Pha Inn, sur le chemin vous pouvez faire une halte à Xiang Liap Cave qui est plutôt sympa et gratuite. La Tham Pha Inn vaut vraiment le détour, nous avons été envoûté par cette petite grotte et son reflet de l’eau, captivant !

IMG_20190608_144846.jpg

IMG_20190607_113352.jpg

IMG_20190607_113355.jpg

Puis après nous avons exploré les petites rues cachés par ci par la, et avons découvert ce petit village tout mignon, avec cette école très loin de nos infrastructures européènnes.

IMG_20190608_163552.jpg

IMG_20190607_130315.jpg

IMG_20190607_130746.jpg

IMG_20190607_130737.jpg

IMG_20190608_171412.jpg

Puis direction le village de Thalang, qui marquera la fin de notre journée, mais avant n’oubliez pas de vous arrêtez a cette chute d’eau, un petit coin de paradis dans cette boucle. Peu de monde, le parking coûte 2 000 Kips. Son nom : cascade Tad Song Souk.

IMG_20190607_143235.jpg

IMG_20190607_143239.jpg

Je pense que notre arrêt à Thalang fût le meilleur endroit où nous pouvons nous arrêter, barbecue à 50 000 kips par personne, terrain de pétanque, convivialité unique ! Le parfait petit coin de paradis. Puis cela nous a permis de rencontrer plein de voyageurs, notamment F-X et Milk, ce couple Franco-Thaï avec qui nous avons partagé la suite de notre boucle.

En nous dirigeons vers Thalang nous avons été très surpris de certains paysages, cela nous a beaucoup attristé de voir ce que l’homme est capable de faire. Toute cette nature morte est détruite à cause de la création de lacs artificiels. N’oublions pas que nous sommes Homme de la nature, avant d’être celui de la société.

IMG_20190607_161134.jpg

IMG_20190607_161527.jpg

Le lendemain, nous reprenons la route en compagnie de nos amis, en route vers la cool spring, une petite piscine naturelle au milieu des montagnes, dont l’eau turquoise est terriblement fraîche ! L’entrée est de 10 000 Kips par personne, cela inclu le parking.

IMG_20190609_122830.jpg

IMG_20190609_122810.jpg

IMG_20190608_105026.jpg

IMG_20190608_105214.jpg

 

KONGLOR CAVE. 

Puis direction Konglor Cave, la plus merveilleuse grotte que nous avons fait dans notre vie, non je n’exagère pas. Cette cave nous a littéralement envoûté, captivante, surprenante, irréelle. Des yeux d’enfants, grands ouverts dans ce paysage naturel exceptionnel.

Cette merveille de la nature ressemble à un tunnel d’environ 30 mètres de large, 20 à 100 mètres de haut, et 7,5 km de long, où coule une rivière et quelques petits rapides. Située dans le secteur des pistes Ho Chi Minh, cette cave est utilisée comme planque pendant la deuxième guerre d’Indochine (1955-75).

IMG_20190608_161341.jpg

IMG_20190608_153710.jpg

La visite se fait en barque, comptez 100 000 kips pour une barque à 2. 45 minutes dans la pénombre incluant une petite marche au coeur de stalagmites et stalactites du Palais de Naga, puis retour à la lumière dans le paysage féerique entre faune et flore.

IMG_20190608_144424.jpg

IMG_20190608_143037.jpg

IMG_20190608_144745.jpg

IMG_20190608_151538.jpg

IMG_20190608_143252.jpg

 

Tout au long de cette escapade au coeur de Konglor Cave, la magie s’empare de nous, et nous venons de prendre conscience que nous venons de vivre un moment unique, sans doute le plus beaux ici au Laos.

Notre deuxième nuit se fera dans le village juste avant la Konglor Cave, à Konglor, dans une petite homestay que connaisait F-X. Nous les avons retrouvés juste après notre visite de la cave qui feront le lendemain matin, nous avons mangé dans un petit restaurant local où nous avons été invité à une petite fête du village en l’honneur du départ de trois français venus apporter leur connaissance à l’aide d’une ONG dans ce petit village du Laos. Danse, bière, et chant un moment de partage agréable au sein des laotiens.

IMG_20190608_203321.jpg

IMG_20190608_204747.jpg

IMG_20190608_212230.jpg

 

Le lendemain nous quittons Milk et Fx, et nous reprenons la route en sens inverse, la grande route nationale pour rentrer sur Thakhek nous interressait pas. Avec quelques pauses notamment au temple de Laksao, nous avons fait d’un trait le retour Konglor-Thakhek.

IMG_20190609_113929.jpg

IMG_20190609_114307.jpg

 

thakeh

Cette boucle a été un véritable coup de coeur, autant pour les paysages que nous avons vu, que pour sa grotte finale extraordinaire et pour les rencontres que nous avons faites. Un conseil, foncez ! Des souvenirs ancrés en nous, une aventure unique et authentique, l’exploration à l’état pur !

 

 

PAKSE,ENTRE PAYSAGE NATUREL ET CULTUREL.

C’est au départ de Savannakhet, que nous nous sommes rendus à Paksé, situé à 265 km de notre première ville Laotienne. Cette nouvelle ville que nous découvrons est le chef-lieu de la Province de Champasak. 

Les Français fondent Paksé au début du XX ème siècle, pour servir de centre administratif du Sud et de point de contrôle de la navigation. C’est de nos jours un pôle économique majeur et une plaque tournante des importations du pays.

Notre arrivée à Paksé fut marquée par une petite péripétie, notre bus local nous a arrêté à la gare à l’extérieur de la ville (alors que pour les locaux, le bus continuaient au centre ville), ceci est une arnaque fréquente obligeant ainsi les touristes à prendre un taxi pour nous rendre dans le centre-ville. Même avec obstinence, nous avons été contraints de prendre un taxi un peu plus loin de la gare, car nous refusons de prendre les taxis de ceux qui participaient à cette petite magouille.

IMG_20190606_114911.jpg

IMG_20190605_171617.jpg

IMG_20190604_181748.jpg

 

Nous nous sommes arrêtés à un petit streetfood et avons goûté à la soupe de nouilles de riz avec des boulettes de poulet. Super bon !

IMG_20190604_175550.jpg

 

Le lendemain, nous avons loué un scooter semi-automatique, il y en a beaucoup au Laos, à 60 000 Kips la journée. Puis, nous sommes partis explorer les alentours de Paksé. Direction le site de Champasak, (voir article), la route pour s’y rendre est super agréable même si les paysages et les petits villages nous montrent autant la pauvreté du pays, que son authenticité pure.

IMG_20190605_114757.jpg

 

 

LE GOLDEN BOUDDHA.

IMG_20190605_130652.jpg

Ce bouddha dorée se trouve sur la colline, juste après le fameux pont japonais (Nippon Bridge). On l’aperçoit de loin, sans se rendre vraiment compte de sa taille impressionnante. Haut de ses 25 mètres il domine le Mékong et surplombe la ville. Pendant la montée, vous aurez l’occasion de voir de nombreuses autres statues.

Après avoir atteint le sommet, vous verrez le Bouddha doré, assis sur une fleur de lotus. Depuis le sommet de la colline, vous pourrez admirer la paisible ville de Paksé et le fleuve du Mékong. C’est tout autatnt l’endroit agréable pour un coucher de soleil. 

 

TAD FANE WATERFALL.

IMG_20190605_150144.jpg

IMG_20190605_150433.jpg

Je pense que cette chute d’eau fait partie des plus jolies et incroyables que j’ai pu voir durant notre voyage. Elle se trouve au commencement du plateau des bolavens, à 1h en scooter de Paksé. Cette chute d’eau est composée de deux cascades, on les appelle même « les jumelles » , situé dans la zone nationale protégée de Dong Hua Sao. Leurs hauteurs 120 mètres de haut ! Surprenant !

Il existe plusieurs cascades dans les alentours :

  • Tad Lo
  • Tad Yuang
  • Tad Phasum

 

 

LE PLATEAU DES BOLAVENS.

La ville de Paksé est le point de départ de la Loop du plateau des Bolavens. Il existe deux boucles à faire en moto au Laos, celle des bolavens et celle de Thakhek. Le plateau des Bolavens est une région situé à 50 km de Paksé, il est réputé pour son climat agréable, ses plantations de cafés et ses nombreuses chutes d’eau. Nous concernant, nous avons plutôt opté pour la boucle de Thakhek.

Si la Loop des Bolavens vous interesse, vous pouvez louer vos scooter semi-automatique chez MissNoi, cette entreprise est tenue par un belge il vous donnera tous les conseils utiles pour partir à l’aventure. Sachez que pour les trois jours le prix est de 150 000 kips.

 

 

Paksé est une ville agréable à découvrir, ces alentours naturels et culturels séduits et nous transportent au coeur d’un Laos authentique et sublime.

 

 

 

CAT BA, PETITE DESILLUSION AU COEUR DE LA BAIE D’HALONG.

Nous sommes partis deux jours à Cat Ba, depuis Hanoï, nous avons réservé nos tickets de bus dans une agence de voyage où tout était compris (Bus-Ferry-Bus). Cat Ba est la plus grande île de cet archipel composés de 366 îles et îlots. Située à une quinzaine de kilomètres au sud de la baie d’Halong, elle est une petite alternative moins chère que la Baie d’Halong.

IMG_20190708_182417.jpg

IMG_20190709_134857.jpg

Une fois arrivés sur l’île, nous avons été assez surpris par toutes les infrastructures touristiques que le centre ville disposent. Multitude d’hôtels, de restaurants, d’agences de voyages, mais surtout le monde ! Non loin d’hanoï, Cat Ba est l’endroit préféré des Vietnamiens lors de leurs week-ends, ou bien encore de leurs vacances. Nous avons très vite désenchantés.

En amont, nous avons lu plusieurs blogs où les voyageurs ont pu parcourir la baie d’halong en canoe, du moins une partie. Sauf qu’aujourd’hui cela n’est plus possible, il faut prendre une excursion organisée, et aller dans une zone spécifique au canoe. Voilà la deuxième petite déception de la soirée. Pour notre part, nous n’avons pas trop envie d’être avec plusieurs personnes, on savait d’avance que cela nous plairait pas quitte à renoncer à l’exploration de la baie d’Halong.

Nous avons donc décidé de louer un scooter et d’explorer l’île avec ces quelques points de vues. Puis avec le drone, nous avons réussi à avoir un petit aperçu de la baie d’Halong où l’on peut apercevoir les nombreux petits villages de pêcheurs.

IMG_20190709_134859.jpg

IMG_20190709_152619.jpg

received_363001501078499.jpeg

received_387890818510881.jpeg

IMG_20190709_152652.jpg

 

Je pense que vous l’aurez compris que Cat Ba fut une petite déception pour nous, envahi par le tourisme, et les excurions à tout va. Cette île fut notre dernière étape au Vietnam, il est temps pour nous de rejoindre la Malaisie pour de nouvelles aventures !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MU CANG CHAI, UNE BALADE EPOUSTOUFLANTE AU COEUR DES RIZIERES.

Mu Cang Chai, c’est incontestablement notre plus beau souvenir du Vietnam, loin du tourisme et de la frénésie des grandes villes. Mu Cang Chai est située dans la chaîne de montagnes Hoang Lien Son. Cette dernière commence à la province de Yen Bai et se termine dans les provinces de Lao Cai et de Lai Chau, dans le nord-ouest du Vietnam.

C’est juste après notre exploration des rizières de Sa Pa que nous décidons de nous rendre dans ce village authentique, connu également pour ces rizières. Nous prenons un bus local depuis la gare centrale de Sa Pa, puis c’est partie 4 heures de route avec des arrêts pour nous rendre dans ce petit village.

Une fois arrivés, nous sommes dépaysés et surtout heureux de voir qu’il y a aucune infrastructure touristique, que quelques homestay et des petits restaurants locaux. Enfin seuls voyageurs dans ce petit village, les locaux sont étonnés de nous voir, les sourires sont de retour. Nous marchons 15 minutes vers notre Homestay, puis sans perdre une seconde et parce que le ciel bleu est au rendez-vous, nous louons un scooter et direction l’aventure.

IMG_20190628_152306.jpg

IMG_20190628_170305.jpg

IMG_20190628_164540.jpg

IMG_20190628_164820.jpg

IMG_20190628_163023.jpg

IMG_20190628_150507.jpg

IMG_20190628_150005.jpg

Sur Maps me, vous trouverez de nombreux points de vue pour admirer ces rizières dont nous nous lasserons jamais. Parmis ces points de vue, vous trouverez cette fameuse rizière en terrasses, que de nombreuses agences exploitent lors de leur tour organisé pour Sa Pa. Et rien que de vivre ce moment magique seul, au final ce petit détail nous dérange absolument pas.

IMG_20190628_160326.jpg

IMG_20190628_160341.jpg

IMG_20190628_160448.jpg

 

QUAND SE RENDRE A MU CANG CHAI ?

Le meilleur moment pour visiter Mu Cang Chai est de mi-septembre à mi-octobre pendant la saison où les rizières deviennent jaunes et prêtes pour la récolte. Les paysages sont aussi très impressionnants de mai à septembre lorsque les rizières sont teintées de vert. Nous concernant, nous nous sommes rendus à Mu Cang Chai en Juin, et le spectacle fut au rendez-vous !

 

 

Mu Cang Chai est la destination rêvée entre émerveillement, émotions et tranquillité. Même si nous avons conscience que d’ici quelques années ce petit village ressemblera à Sa Pa, nous avons été chanceux de le découvrir maintenant, tellement authentique, séduisant, et hors du temps.

SA PA, L’INSTANT FEERIQUE DE SES NOMBREUSES RIZIERES.

Sa Pa, (Chapa en français) petite cité perchée à 1 650 mètres au coeur d’un magnifique cirque de montagnes, toutes sculptées par une multitude de rizières en terasses. Les environs de cette petite ville reconnue sont parsemés de nombreux villages authentiques, habités par des minorités ethniques Hmong, Dazo… d’origine non-vietnamienne.

IMG_20190626_154503.jpg

IMG_20190626_150843.jpg

IMG_20190626_111755_1.jpg

IMG_20190626_153304.jpg

 

LE POINT HISTORIQUE.

Il faut savoir que la ville a tout d’abord été un site militaire en 1915 : Sanatorium et Station Météorologique, puis elle est devenue une station climatique fondée par les coloniaux en 1922. Quelques rares villas coloniales témoignent toujours de cette époque. Désormais ouverte aux tourismes, avec ses nouvelles infrastructures routières plus accessibles, Sa Pa connaît une affluence économique très intéressante, même si le tourisme de masse dénature ce lieu incroyable.

 

C’est pourquoi en vu de cet aspect touristique, les différents avis sur Sa Pa sont assez mitigés,un endroit bondé de touristes qui se suivent pendant 2 jours, suivant le même trek dont la sortie « authentique » qui se transforme en marche militaire accompagnée de quelques Vietnamiennes et surtout des enfants qui vous suivent sans relâche pour tenter de vous vendre des bijoux. Cela peut être parfois un peu agaçant, mais il ne faut pas oublier que ces minorités vivent humblement et que leur artisanat est leur gagne-pain. De plus, elles sont pour la plupart, bien que très insistantes, plutôt sympathiques.

 

Nous avons décidé ne pas faire de Trek organisé dans les rizières de Sa Pa mais d’y aller seuls. Oui, c’est possible mais à condition de le faire que sur une journée (aller-retour), car seulement avec la présence d’un guide, vous pouvez dormir chez les locaux.

IMG_20190626_113231.jpg

Pour cela, il suffit juste de prendre le chemin de randonnée que tout le monde prend direction Ta Van, payer les droits d’entrée de 40 000 Dongs par personne pour Ta Phin, et 70 000 Dongs pour Lao Chai, puis d’explorer les environs selon vos envies.

IMG_20190626_121208.jpg

IMG_20190626_130855.jpg

IMG_20190626_125545.jpg

IMG_20190626_130708.jpg

IMG_20190626_130938.jpg

IMG_20190626_131417.jpg

IMG_20190626_122352.jpg

IMG_20190626_134758.jpg

IMG_20190626_114214.jpg

IMG_20190626_133409.jpg

IMG_20190626_133618.jpg

IMG_20190626_120308.jpg

Nous nous sommes promenés 6 heures à travers des paysages magnifiques, à chaque parcelle on en prend plein les yeux. Les étendues de rizières sont immenses, pratiquement plantées et inondées, à ce moment-là nous sommes vraiment chanceux d’assister à un tel spectacle naturel merveilleux.

 

LES MINORITES ETHNIQUES.

Le Vietnam compte 54 minorités ethniques. Celles du Nord sont originaires de la Myanmar, Chine et du Tibet. Tandis que les minorités du Hauts Plateaux proviennent du monde Austro-Mélanésien (Indonésie/Pacifique).

Les minorités de la région de Sa Pa ont importé au Vietnam les rizières en terrasses. C’est leur génie.

Dans la région de Sa Pa on retrouve principalement les :

  • Hmong Noir : Ils sont aussi appelés les Miao, ce qui signifie « riz cru » et désigne depuis longtemps des populations nomades peu intégrées. Les Hmong eux-mêmes emploient souvent la dénomination « montagnards ». Autrefois, ils habitaient le long du fleuve Yangtsé (en Chine), suite à un conflit ethnique sous la dynastie Han, la majorité d’entre eux ont migré vers le sud et divisés en petits groupes. Les Hmongs premiers sont arrivés à Sapa il y a environ 300 ans, dans la chaîne de Hoang Lien Son.

32a8eff1d151ec6da23e5c1c07df3341

(*Image récupérée sur Pinterest) La femme s’habille en noir, avec une coiffure en forme d’un haut turban noir. Elle porte à l’extérieur une longue chemise sans manche, assez similaire au gilet de l’homme, reconnaissable par les motifs du batik, une confection traditionnelle originale. Notons que les femmes Hmong Sapa arborent les pantalons, non pas les jupes comme les consœurs d’autres clans. Le pantalon descend jusqu’aux genoux qui sont entourés avec habileté des guêtres.

La plus grande fête traditionnelle des Hmong est « Gau tao » qui vise à invoquer la pluie et généralement, les conditions naturelles favorables aux travaux champêtres. Tenue tous les ans au 1er mois lunaire, elle dure pendant trois jours où se déroulent de nombreuses manifestations folkloriques et jeux traditionnels.

C’est dans le village de Cat Cat situé dans la commune San Sa Ho à deux kilomètres de Sapa que les Hmong sont le plus nombreux. Vous pourrez les croiser également dans d’autres hameaux de Sa Pa, Lao Chai, Seo Mi Ty et Ta Giang Phinh. Les plats typiques de Sapa comme « thang co », alcool du maïs, gâteau à base du mais, soupe de sang de vaches, grenouilles aux jeunes bambous…vous font vivre une expérience culinaire inédite.

 

 

  • Dao Rouge : forment la 2e plus importante minorité après les Hmong à Sapa. Également originaire du Yunnan, ils constituent un petit groupe des Dao qui se réfugient dans le territoire vietnamien entre le XIIIe siècle et les années 40 du siècle passé. Ce clan se concentre dans les communes de Ta Phin, Nam Cang, Thanh Kim, Suoi Thau et Trung Chai de Sapa.

4e23b97725597d2abd034ac00ed89c0b(*Image récupérée sur Pinterest) On compte plusieurs sous-groupes des Dao dont ceux habitant à Sapa sont majoritairement Dao rouge. C’est la vive couleur de leur coiffure et turban des femmes qui est à l’origine de cette appellation. Les femmes de Dao rouge portent une veste indigo avec des motifs rouges et blancs magnifiquement cousus sur le col et les pans. Cette tunique est considérée comme la plus chatoyante qu’on retrouve dans les marchés hebdomadaires de Sapa. Selon leur norme de beauté, nombre d’entre elles se rasent les sourcils et une partie de cheveux.

Les Dao à Sapa préservent leur propre écriture démotique sino-vietnamienne qui n’est praticable qu’actuellement par les personnes âgées. Selon leur croyance, le chien est l’ancêtre des Dao et mérite donc une distinction particulière dans leur vie spirituelle. L’homme de Dao, quant à lui, devient adulte une fois reconnu par un rite obligatoire « cap sac », marquant le passage à la maturité comme veut la tradition. Veillez à ne pas toucher la tête de jeunes enfants lorsque vous les rencontrez. Ces derniers ont toujours un toupet qui est censé garder l’âme et aussi la clé de leur santé. Les jeunes amoureux évitent d’apparaître sur la même photo avant leur mariage. Voilà quelques-unes des règles de vie à prendre en compte lors de votre passage à un village des Dao rouge.

 

Côté histoire, il existe de strictes relations entre les Dao rouge et les Hmong, selon les chercheurs. Malgré leurs caractères distincts, ils présentent initialement l’homogénéité au niveau de la source. De nos jours, deux tribus se différencient l’une de l’autre par leurs coutumes culturelles et vestimentaires, tout en vivant sur le même terroir. Si les Hmong ciblent généralement la haute montagne pour s’établir, les Dao s’installent principalement dans les contrées vallonnées ou à flanc de montagne pour pratiquer les cultures du riz, du maïs et de l’amomum tsao-ko.

 

 

météeo

 

QUAND VISITER SA PA ? 

Rythmé par les saisons, le cadre naturel de Sapa a de quoi ravir les voyageurs par la particularité de chaque période. Les deux meilleures périodes pour visiter Sapa sont de septembre à novembre et de mars à mai. En fait, la météo de Sapa connait une stabilité appréciable pendant ce temps. S’il fait froid la nuit, c’est un beau soleil au rendez-vous en journée.

 

ET AU NIVEAU DES RIZIERES ?

IMG_20190626_131112.jpg

C’est le point important de votre passage à Sa Pa, rythmée par la culture des rizières. La saison des pluies à Sapa varie entre mai et août ou début septembre. Nous étions pendant le mois de Juin, le temps fût nuageux, les rizières plantées et parfois remplies d’eau.

  • Entre avril – mai, les rizières en terrasses inondées s’offrent aux visiteurs un décor tellement sauvage.
  • Entre septembre  – octobre : saison de récolte de riz. Les montagnes déploient un manteau étincelant qui est le plus beau en milieu ou fin de septembre.
  • Entre décembre – février: il fait un froid piquant avec de la neige et de la glace pour certains jours. C’est aussi le temps de floraison du rhododendron et de pêcher.

 

COMMENT VISITER SA PA ?

Cela dépendra du temps que vous voulez accorder à votre visite.

  • 1 jour : Possibilité de faire la randonnée seul (aller-retour) / Avec Guide / Avec Femme Hmong.
  • + de 1 jour : Seulement avec guide ou femme Hmong.

 

Toutefois, vous devez savoir que partir en Trek avec une femme Hmong est illégale, et interdite par la police même si cette pratique est très populaire. Les femmes Hmong ne sont pas homologuées et diplômées comme les guides.

 

Sa Pa, n’est pas forcément l’endroit idéal pour profiter pleinement de ces paysages uniques et merveilleux. Néanmoins, c’est la destination la plus facile pour voir des rizières au Vietnam. Faites donc l’impasse sur le tourisme et concentrez-vous sur ces nombreuses rizières à couper le souffle.

 

 

HUE, ANCIENNE CITE IMPERIALE DU VIETNAM.

Située au centre du Vietnam, à une vingtaine de kilomètres de la mer, Hué s’épanouit au bord de la rivière des Parfums. Attachée aux empereurs Nguyen depuis la fin du XVIIème, cette cité est réputée pour sa vie culturelle, et occupe une place importante dans le paysage Vietnamien.

Sa magnifique citadelle est inspirée de la cité interdite de Pékin, accompagnés de fastueux tombeaux royaux disséminés dans la campagne alentour, entre rizières et colline, qui lui ont valu d’être inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

 

UN PEU D’HISTOIRE. 

Si l’on remonte un peu dans l’histoire, il faut noter qu’Hué a été occupée par les Chinois du III ème siècle av J-C au III ème siècle ap J-C, puis la région entre alors dans la sphère Cham (groupe ethnique Cambodge/Centre Vietnam essentiellement musulman). Marquant la frontière Nord du Royaume, elle s’appelle successivement Kiusu et Kandarpapura. Puis en 1306, la ville passe entre les mains du Royaume Vietnamien, et est rebaptisée Thuan Hoa sous les règnes des seigneurs Nguyen.

Toutefois, cette ville devient importante à la fin du XVII ème siècle lorsqu’un seigneur Nguyen fait d’elle sa capitale. Puis s’en suit une guerre civile, qui s’achève en 1777 par la prise de l’empereur Nguyen Hué. Elle conservera alors, aujourd’hui encore, le nom de cet empereur.

 

HUE, CAPITALE DU TRES CELEBRE CHAPEAU CONIQUE. 

IMG_20190524_140656.jpg

A Hué deux quartiers sont spécialisés dans la conception de ce fameux chapeau vietnamien : Phu’oc Vinh et Vinh Loi. Cette tradition remonte plus de 4 siècles, impossible pour vous de rater ça, pratiquement tous les Vietnamiens en portent et de nombreuses boutiques à l’entrée des sites touristiques vous en proposeront.

Le chapeau conique est un couvre-chef très utilisé à la campagne pour se protéger des rayons de soleil et de la pluie. Il ne faut pas cependant mélanger cet accessoire indispensable des paysans vietnamiens avec les chapeaux chinois le « lìmào » et japonais le « sugegasa ». Ce chapeau vietnamien présente ses qualités propres.

C’est surtout au niveau des techniques de fabrication et des matières premières adoptées qui fait la différence du nón lá avec les autres variantes de chapeau conique. Le chapeau vietnamien utilise comme matériaux des feuilles de latanier; une espèce de palmier qui pousse en abondance au coeur du Vietnam, dans ses forêts de moyenne altitude. C’est la raison pour laquelle, ce couvre-chef est dénommé nón lá qui est littéralement traduit en français par « chapeau de feuilles ».

 

 

VISITE DE LA CITADELLE ROYALE, ENTRE CITE IMPERIALE ET CITE POURPRE. 

 

IMG_20190531_131914.jpg

IMG_20190531_132241.jpg

Cette citadelle est le seul exemple d’une ville impériale du Vietnam, existant encore aujourd’hui. Elle est construite de 1804 à 1833 sous l’initiative de Gia Long, fondateur de la dynastie Nguyen. Hué s’étend sur une dizaine de kilomètres, s’inspirant de l’architecture des palais impériaux chinois. Jusqu’à 80 000 habitants de la région participèrent à son édification.

C’est vrai que comparé à sa superficie initiale, carrément immense, il ne reste plus beaucoup de bâtiments debout, bombardés pendant la guerre du Vietnam, dans les années 70, mais nous avons beaucoup apprécié s’y promener tranquillement. La visite en totalité avec les deux cités ci-dessous, dure à peu près deux heures. Le temps d’explorer pleinement ce lieu rempli de charme.

IMG_20190531_141656.jpg

IMG_20190531_133928.jpg

IMG_20190531_133501.jpg

Il reste encore quelques beaux monuments d’autrefois : palais, temples, bibliothèques, opéra… Difficile d’imaginer que la citadelle était splendide et pleine de vie jusqu’en 1945, date d’abdication du dernier empereur Nguyen. 

IMG_20190531_140619.jpg

IMG_20190531_134437.jpg

IMG_20190531_135703.jpg

Pour se rendre à la cité impériale, l’accès se fait uniquement par la Porte du Midi, et sortie par la Porte de l’Humanité. Le billet coûte 150 000 Dongs, et pour le billet combiné avec les tombeaux dans les alentours de la région comptez 280 000 Dongs. L’accès à la citadelle est ouvert tous les jours de 7h à 17h.

Les lieux à retenir durant cette visite sont : la porte du midi, le palais du trône, le temple du culte des empereurs Nguyen, la porte de la vertu, le palais de la reine mère et celui de la longue vie. 

 

LA PAGODE DE DAME CELESTE.

IMG_20190601_135354.jpg

IMG_20190601_135454.jpg

Nous continuons notre visite en fin de journée par la pagode de Dame Céleste. Cette pagode est la plus connue de Hué, fondé en 1601, elle se démarque par une tour octagonale de 7 étages, évoquant les 7 réincarnations de Bouddha. Cette place est l’endroit agréable pour observer un coucher de soleil.

 

LES TOMBEAUX MAJESTUEUX DES ALENTOURS. 

Le lendemain, nous consacrons notre journée aux fastueux tombeaux, néamoins nous décidons dans un premier temps d’aller explorer le fameux parc aquatique abandonné. Son accès est fermé, toutefois vous pouvez trouver un chemin pour accéder à l’interieur du site où il vous faudra glisser un petit billet au personnel de sécurité si vous les croisez. Pour notre part, nous nous sommes un peu éloignés du site et avons fait voler notre drone pour avoir un point de vue sur ce parc désert.

 

 

 

DJI_0199 - Copie

 

Par la suite, direction les tombeaux Gia Long et Minh Mang, qui sont tous au sud de Hué. En effet, les empereurs de la dynastie des Nguyen faisaient construire d’immenses et magnifiques tombeaux de leur vivant, tout comme ont pu le faire les pharaons en Egypte.

IMG_20190601_115508.jpg

IMG_20190601_115006.jpg

IMG_20190601_115301.jpg

IMG_20190601_115600.jpg

IMG_20190601_110441.jpg

IMG_20190601_110530.jpg

IMG_20190601_110700.jpg

IMG_20190601_111142.jpg

 

Hué est une de mes destinations favorites au Vietnam, rempli de charme et d’histoire. Les couleurs de la cité impériale sont magnifiques, et parfois même poétiques. Nous nous sommes laissés envoûter par ce lieu, et par les alentours paisibles et enrichissants de cette ancienne capitale impériale.

MUI NE, ENTRE CORRUPTION ET FARNIENTE.

Mui Ne est une station balnéaire se trouvant à 200 km de Ho Chi Minh. C’est en partant de cette grande ville, que nous sommes arrivés dans cette petite ville très prisée par la clientèle Russe.

La plage de Mui Né est l’un des sites balnéaires les plus attractifs du Sud du Vietnam, cependant c’est aussi le haut lieu de la corruption vietnamienne notamment envers la location de scooter et les attractions touristiques, je vous explique tout plus bas ! Toutefois, passer quelques jours à Mui Né c’est se laisser tenter à la farniente, et découvrir quelques petits paysages charmants malgré l’affluence touristique débordante.

 

LES DUNES DE SABLES DE MUI NE.

 

IMG_20190527_051135.jpg

Nous avons découvert les dunes de sable à travers une excursion organisée réservée à notre hôtel. Nous n’avons pas eu le choix car louer un scooter est vraiment déconseillé dans cette ville. L’excursion comprenait les dunes de sable, un village de pêcheurs, et le fairy Stream, elle dure pratiquement toute la matinée.

Lever matinal, nous partons avec le mini-van direction les dunes de sable, plus ou moins chanceux, nous étions juste une dizaine de personnes au sein de cette excursion. Arrivés au niveau des dunes nous marchons sur le sable afin de contempler un lever de soleil envoûtant.

Le désert de Mui né n’est pas un désert assez grand et vous n’avez aucune difficulté pour vous retrouver seule. Ce désert nous fait penser au désert du Sahara pour la couleur du sable mais aussi par les décors de dune et l’absence de végétation.

IMG_20190527_052711.jpg

IMG_20190527_052913.jpg

IMG_20190527_051951.jpg

IMG_20190527_052641.jpg

IMG_20190527_052357.jpg

Les couleurs du lever de soleil sont vraiment incroyables, apportant une émotion douce à ce moment magique. Malheureusement qui dit sites touristiques dit attractions touristiques, plusieurs jeeps circulent sur les dunes pour amener les touristes sur les dunes de sable les plus loin et les plus hautes… Le bruit au coeur de ce moment est juste énervant.

 

 

LE FAIRY STREAM.

C’est vraiment l’atout charme de Mui Né, cours d’eau que l’on remonte à pied jusqu’à une petite chute d’eau, tout au long du chemin les paysages sont très beaux, de grosses roches similaires à de petits canyons de couleurs ocre et argile. Un moment paisible, bercé par ce paysage naturel, malgré que la formation de ce cours d’eau soit artificiel.

IMG_20190527_075257.jpg

IMG_20190527_073822.jpg

IMG_20190527_073636.jpg

IMG_20190527_073609.jpg

 

Entre ces deux visites, notre chauffeur s’est arrêté au niveau d’un village de pêcheurs, nous sommes descendus à leur rencontre. Les habitants étaient en train de trier la pêche du matin. Leurs petites barques sont vraiment trop charmantes.

IMG_20190527_070821.jpg

IMG_20190527_071140.jpg

 

 

LE POINT CORRUPTION.

Comme pratiquement à chaque arrivée dans une ville, nous louons un scooter pour avoir une liberté totale de découvrir, d’explorer les alentours.

Cependant, ici à Mui Né, cela se s’avère très compliqué, la police n’est pas franchement accueillante à Mui Né et arrête TOUS les touristes (facile, il n’y a qu’une route) à qui elle trouve toujours des « amendes » à donner (même en étant en règle) demandant systématiquement un million de dongs, soit 40€… sans donner de justificatif bien sûr !

Dans tous les cas, soyez conscient que : Vous pouvez facilement louer un scooter au Vietnam (comme presque partout en Asie), mais cela ne veut pas dire que c’est légal. C’est à vos risques et périls car vous n’êtes pas assurés et vous aurez toujours tort en cas de pépin. Dans tous les cas, munissez-vous de votre permis national, international et faites y spécifier si vous pouvez conduire les scooters jusqu’à 125 cm3.

Bref, Mui Né est une petite déception, même si la corruption existe dans chaque pays cela détruit un peu le charme de cette station balnéaire, pourtant paisible. Les paysages séduits, cela dit si dans votre itinéraire Mui Né n’est pas une étape où vous comptez vous arrêter, restez dans cette perspective-là, cela ne vaut pas un arrêt obligé, nous il nous a permis de couper notre trajet Ho Chi Minh-Da Lat en deux.

ANURADHAPURA, PREMIÈRE EVASION SRI LANKAISE.

Anuradhapura, ville sainte du bouddhisme cinghalais, chaque monument, même en ruine impose le respect. Le site, déjà habité quatre siècles avant notre ère, devint le cœur d’un puissant royaume en conservant jusqu’au XIe siècle son statut de capitale, remplacée ensuite par Polonnaruwa. Le site a été classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 1982. Anuradhapura se divise en deux entités distinctes, la cité ancienne et la ville moderne.

IMG_20190419_063418.jpg

IMG_20190419_113033.jpg

IMG_20190419_160732.jpg

IMG_20190419_130453.jpg

Aux abords de la ville nouvelle, les multiples vestiges de l’ancienne capitale du Sri Lanka (entre le IVe et le Xe siècle) se dressent fièrement sur des kilomètres de verdure. On s’y promène à vélo, à pied ou en tuk tuk à la recherche des stupas les plus impressionnantes, les temples les plus sacrés ou bien encore les ruines les plus adulées.

Nous avons choisis l’option à pied, pour profiter pleinement de ce véritable voyage dans le temps qui permet de toucher du doigt la splendeur passée de cette ville. La promenade est agréable car la Ville Sainte ne ressemble en fait pas à une ville mais plutôt à un immense parc arboré, il est même assez difficile d’imaginer qu’il s’agissait d’une ville.

Archéologues et historiens, estiment qu’autrefois cette cité florissante de plus de 50 km² pouvait compter plusieurs dizaines de milliers d’habitants vivant dans des maisons à étages. Le roi quant à lui vivait dans un palais d’à peu près 1 000 pièces, (oui rien que ça ! ), entourés de temples, sanctuaires, et de nombreux réservoirs d’eau. C’est vrai que pour comprendre une tel ampleur digne des grandes civilisations anciennes il faut s’imaginer dans le contexte d’autrefois.

En effet, c’est au cours du IVe siècle avant J-C que la ville fut fondée, mais c’est sous le règne du grand roi Dewanampiya Tissa, que la plupart des fastueux et somptueux palais, aujourd’hui en ruine, furent édifiés. Ce fut également un moment clé pour le pays, car c’est grâce à une rencontre celle avec le moine Mahinda que le bouddhisme entre au Sri Lanka, le roi alors convertit emmène son peuple dans sa nouvelle foi. 

 

COMBIEN DE TEMPS PRÉVOIR DANS LA VISITE DE LA VILLE SAINTE ?

Cela dépend de votre soif de découverte, je dirai qu’un jour suffit à s’imprégner de cette culture, de son histoire et de ces lieux. Cela dit si vous voulez tout voir alors comptez plutôt deux jours. L’option guide n’est pas indispensable pour parcourir les lieux, nous nous avons toujours le guide du routard en version numérique pour nous imprégner  et nous enrichir encore plus.

 

COMBIEN COÛTE L’ENTRÉE AU SITE ARCHÉOLOGIQUE ?

Le billet d’entrée du site s’achète au Jetavanarama Museum ou au kiosque à l’entrée principale du Musée Archéologique de la ville sainte. Le billet coûte environ 25$ par personne ce qui est vraiment pas donné. Toutefois, en plus du billet, l’Isurumuniya Temple coûte 200 roupies en plus par personne.

Cependant de nombreux lieux sont gratuits, nous avons donc pris le risque de nous passer du ticket en visitant seulement quelques temples qui ne l’exigeaient pas, hormis l’Isurumuniya Temple.

 

COMMENT VISITER LE SITE ?

Plusieurs option s’offre à vous :

  • En Tuk-Tuk : 2 500 roupies la journée.
  • En vélo : 500 roupies la journée.
  • A pied.

 

 

QUELS SONT LES MONUMENTS A VISITER ?

 

IMG_20190419_114930.jpg

 

IMG_20190419_140955.jpg

 

IMG_20190419_135708.jpg

 

Jaya Sri Maha Bodhi. 

Pour la petite histoire, Theri Sangamiththa, femme moine bouddhiste fille de l’Empereur Ashoka, serait arrivée d’Inde au Sri Lanka avec une branche de l’Arbre de la Bodhi (l’arbre de l’éveil, c’est à dire l’arbre sacré sous lequel Bouddha aurait médité et atteint l’illumination). Cette branche a été plantée à Anuradhapura et l’arbre peut être admiré au temple Jaya Sri Maha Bodhi, soutenu par un échafaudage.

Une grande ferveur religieuse entoure ce temple, avec de nombreux fidèles, des offrandes, des moines, des familles qui s’assoient pour prier ensemble…

IMG_20190419_132243.jpg

IMG_20190419_132221.jpg

 

 

Jethawanaramaya.

Un autre temple très important pour les Bouddhistes, et sacré car abritant également une relique de Bouddha. Le Jethawanaramaya fut lors de sa construction dès le IIIe siècle le plus grand monument du site, s’élevant à plus de 120 mètres, ce qui le classe troisième parmi la prestigieuse liste des monuments de son époque les plus hauts. 93,4 millions de briques aurait été utilisées ! Aujourd’hui en partie détruit, le stupa mesure 70 mètres de hauteur, toutefois on imagine très bien sa grandeur d’autrefois une fois face à lui.

IMG_20190419_140135.jpg

IMG_20190419_140317.jpg

 

 

Stupa Mirisaweti.

La raison de la construction de ce stupa est assez particulière. Le roi Dutugemunu bâti ce stupa en expiation (pardon des péchés) d’une faute. Il avait en effet consommé un mets sans avoir eu une seule pensée fraternelle pour ceux qui souffrent et qui ont faim. Toutefois, construire un stupa ne rempli pas l’estomac des pauvres mais cela donner bonne conscience, ce qui est totalement improbable quand on y pense. A l’intérieur du stupa tout blanc on retrouverait son sabre, sa lance et un bol de riz.

IMG_20190419_125821.jpg

 

 

Mahaviyara.

IMG_20190419_134142.jpg

IMG_20190419_134348.jpg

 

 

Temple d’Isurumuniya.

Le temple Isurumuniya est très différent des autres et est aussi un bel endroit, avec ses bassins et ses constructions intégrées dans la roche. Il s’agit d’un sanctuaire rupestre du IIIe siècle avant notre ère, qui faisait partie d’un vaste ensemble monastique surmonté d’un stupa blanc contenant une relique de Bouddha. Ce temple est idéal pour aller assister à un coucher de soleil.

IMG_20190419_121219.jpg

IMG_20190419_122100.jpg

IMG_20190419_122009.jpg

IMG_20190419_122216.jpg

 

 

Anuradhapura est l’approche idéale pour s’imprégner de la culture et de l’histoire du Sri Lanka, malgré son site historique très vaste et la chaleur dominante, c’est une halte incontournable lors de votre séjour sur cette île.