NUSA PENIDA, ET CES ESPÈCES MARINES A EN PERDRE LA TÊTE.

Je pense que Nusa Penida est incontestablement une île très intéressante et diversifiée si l’on souhaite voir plusieurs espèces maritimes. Toutefois, nous les avons vu uniquement d’en haut des falaises, mais il existe de nombreux recoins où vous pouvez vous aventurez à la plongée, ou snorkelling. Je vous propose donc une petite carte de l’île avec tous les points où on peut voir certaines espèces maritimes, ainsi que les nombreux posts de plongée !

 

nusa

Puis voici quelques photos de ce que nous avons pu apercevoir de très haut, raies manta, requin à pointe noire, tortues, et dauphins !

IMG_20190807_104301-1.jpg

IMG_20190807_115902.jpg

IMG_20190807_092859.jpg

 

IMG_20190808_084612.jpg

IMG_20190808_084625_1.jpg

 

Nos quatre jours se terminent sur l’île de Nusa Penida, nous l’avons littéralement adoré ! Nous prenons le ferry direction PadangBai, afin de prendre notre avion sur Denpasar en direction de Jakarta, pour récupérer notre vol vers Singapour.

NUSA PENIDA, L’ÎLE AUX FALAISES CAPTIVANTES.

Nusa Penida a été un sacré coup de cœur lors de notre voyage à Bali ! On est littéralement tombé sur le charme. Cette île à 30 minutes en bateau de Bali est parfaite si vous rêvez d’aventure. En effet, ici, nous sommes loin du tourisme de masse, bienvenue sur une île autant sauvage que Lombok.

Autrefois très délaissée par les touristes, Nusa Penida commence à beaucoup intéresser les voyageurs. La preuve, dans pas longtemps la quasi-totalité des routes seront bétonnées, et des hôtels sont en construction… Cela dit, si nous sommes totalement transparent, les “routes” de Nusa Penida sont pour l’instant un peu chaotiques, donc si vous comptez louer un scooter faite attention, vraiment !

IMG_20190807_134033.jpg

IMG_20190805_135217.jpg

IMG_20190805_135101.jpg

IMG_20190805_175928_1.jpg

 

 

KELINGKING BEACH.

IMG_20190807_085450.jpg

Du coup, direction l’exploration et nous commençons par Kelingking Beach, vous l’avez sûrement déjà vu. Cette plage est rendue célèbre par les grands Instagrammers qui s’y sont rendus ! Kelingking Beach est un incontournable de Nusa Penida. La route pour s’y rendre est assez chaotique. Mais en scooter, c’est largement faisable, il faut juste faire attention. Puis pensez à faire le plein, car il est parfois difficile de trouver de l’essence au cœur de l’île.

IMG_20190807_095923.jpg

IMG_20190807_092408.jpg

Il y a un chemin étroit (enfin si on peut appeler ça un chemin) construit en bouts de bois, mis de travers, en guise de marches. Attention, c’est dangereux. La pente est raide et le chemin n’est pas adapté si vous avez deux pieds gauches… Si vous souhaitez descendre, prenez votre temps, des bonnes chaussures et surtout de l’eau. Il faut environ 20 minutes pour descendre et 30 minutes pour remonter.

BROKEN BEACH ET ANGEL’S BILLABONG.

IMG_20190807_114219.jpg

IMG_20190807_114605.jpg

IMG_20190807_114730.jpg

IMG_20190807_115245.jpg

Deux autres incontournables de Nusa Penida et au même endroit. Broken Beach, c’est  d’abord cette falaise trouée avec de l’eau en contrebas. Vous ne pourrez pas sauter ou vous baigner car premièrement, les courants sont très dangereux et deuxièmement, vous ne pourrez pas remonter. Toutefois, le cadre est vraiment joli, très idyllique malgré le monde !

Puis, Angel Billabong est très joli aussi et on peut se baigner si on ne s’approche pas trop du bord. Cette différence de couleur offre un petit tableau aux nuances bleutées envoûtantes. Un vrai plaisir pour les yeux !

IMG_20190807_122037.jpg

IMG_20190807_104513.jpg

IMG_20190807_120419.jpg

 

 

GUYANGAN WATERFALL.

Malgré le nom, Guyangan n’est pas vraiment une cascade. Ce temple caché au bord de l’océan est insolite. Les escaliers bleus pour s’y rendre sont uniques et vous en fera perdre la tête, attention à ceux qui ont le vertige cela peut s’avérer parfois périlleux.  La remontée des marches est un peu sportive, munissez vous d’une bouteille d’eau !

IMG_20190806_141630.jpg

IMG_20190806_142520.jpg

Puis vous n’échapperez pas aux locaux à l’entrée du temple qui vous feront porter un sarong pour respecter les coutumes traditionnelles des  balinais. Il vous fera donc donner de l’argent.

 

DIAMOND BEACH.

IMG_20190806_104110-1.jpg

Pour s’y rendre, il faut retraverser toute l’île. Et le chemin pour y aller est assez long. Cette plage voisine d’Atuh Beach, est selon nous la plus belle plage de l’île avec celle de Kelingking. Une fois garé sur le parking en haut, vous devrez payer le droit d’entrée sur le site car c’est il est protégé. Il faut savoir que par ce chemin vous avez d’ailleurs la possibilité d’accéder à Atuh et Diamond Beach. Profitez en pour admirer la vue incroyable depuis les hauteurs des falaises de Nusa Penida. C’est absolument somptueux, et envoûtant !

IMG_20190806_110329.jpg

IMG_20190806_104852.jpg

IMG_20190806_104726.jpg

IMG_20190806_104239.jpg

 

Le chemin pour descendre à la plage est très abrupte. Les marches ont été taillées dans la roche et à certains endroits le passage n’est vraiment pas grand. Dès lors que vous arrivez sur la plage, comme pour toutes les autres plages de Penida, faites très attention au courant.

IMG_20190806_111656.jpg

IMG_20190806_113427.jpg

 

 

IMG_20190805_175010.jpg

 

 

météeo

QUAND PARTIR A NUSA PENIDA ?

  • Saison sèche : avril à octobre = haute saison
  • Saison des pluies : novembre à mars (mais c’est assez relatif car nous n’avons quasiment jamais eu de pluie en novembre et décembre)

 

COMBIEN DE TEMPS RESTER SUR L’ÎLE ?

Nous pensons qu’au moins 3 jours sont nécessaires pour visiter et découvrir la plupart des trésors cachés de l’île. Si vous souhaitez prendre votre temps pour vous détendre à certains endroits, alors prévoyez un séjour d’au moins 4-5 jours.

 

COMMENT S’Y RENDRE ?

Pour nous la solution la plus économique reste le ferry, le départ se fait depuis Pandang Bai vers Nusa Penida à 11h, mais à notez que les horaires changent souvent pour le départ du ferry.

Le prix du ticket pour un aller simple est de 31 000 IDR pour les adultes, et 26 000 IDR pour les enfants. L’avantage de partir en ferry est que vous pouvez prendre votre scooter, vélo ou moto sur le bateau. Pour prendre votre scooter sur le bateau, il faut payer un supplément de 50 000 IDR. Vous pouvez acheter votre ticket directement sur le port de PadangBai.

 

 

Nusa Penida est un véritable coup de cœur en Indonésie, les paysages sont vraiment somptueux, sauvage. On y ressent une certaine liberté d’autant plus de la visiter librement avec un scooter. Néanmoins, avec la construction des routes, le tourisme ne va pas tarder à croître de plus en plus vite sur Nusa Penida. Nous vous conseillons de vous y rendre au plus vite, avant que l’île ne perde son âme… Avant qu’il ne soit trop tard pour profiter de cette sensation d’être privilégié face à de tels paysages.

GILI AIR, JOURNÉE FARNIENTE.

Après notre petit tour en scooter sur Lombok, nous décidons de rejoindre une des trois îles proche : Gili Nemo, Gili Air et Gili Trawagan. Les trois îles ont des caractéristiques bien évidente, Trawagan pour les fiestas, Nemo pour le calme et Air pour le snorkelling.

De ce fait, nous avons choisi Gili Air le temps d’une journée, car les hébergements sur l’île étaient hyper excessifs. Nous voilà donc sur le bateau des locaux, en direction de Gili Air.

IMG_20190802_101321.jpg

IMG_20190802_101456.jpg

IMG_20190802_100718.jpg

 

Les habitants de Gili Air ne sont pas du genre à se tracasser. Sinon, à quoi bon vivre sur une île tropicale ? Ils sont joyeux, souriants, zen, aiment le reggae et se déplacent à vélo. Ça, c’est parce que les véhicules à moteur sont interdits sur l’île. Une excellente idée ! Nous nous déplaçons à pied sur la petite île, où le tour dure a peu près 1 heure.

IMG_20190802_101326.jpg

20190802_114755

Toutefois nous partons à la recherche de petit coin dédié au snorkelling. Ce fut un peu un échec, car les plages de l’île sont remplis de coraux morts, et les fonds sont honnêtement très peu intéressant. Néanmoins, je pense que si vous prenez des excursions directement sur l’île, les bateaux vous emmèneront aux points d’intérêts propices pour la plongée. Du coup, nous voila au sein d’un petit bar reggae, sirotant notre jus de fruits très frais ! Petit moment de détente et de rigolade, sans stress qui fait du bien !

 

COMMENT REJOINDRE LES ÎLES GILI.

Pour les petits budgets et ceux qui ont le temps, il y a l’option du ferry public qui relie Padang Bai Bali à Lembar Lombok toutes les heures, 24h/24. Le temps de trajet est de 4 heures minimum mais peut durer beaucoup plus longtemps si la météo est mauvaise. Aucun confort et prévois de manger avant et d’emporter des en-cas avec toi. On te conseille de partir tôt le matin pour être sûr d’arriver à ta destination finale dans la journée.

Les billets s’achètent sur place. Scooters, voitures et mini-vans peuvent embarquer à bord.

  • Prix adulte : 43 000 Rps
  • Prix enfant : 28 000 Rps

Une fois arrivé à Lembar à Lombok, il te faudra prendre un taxi pour rejoindre Bangsal ou bien louer un scooter. Et là, c’est à toi de négocier le prix de la course. 200 000 Rps est un prix correct. A savoir que le trajet en voiture dure environ 1h30.

Enfin, il te reste à rejoindre les îles Gili depuis Bangsal. Pour embarquer dans le bateau, mieux ne pas avoir de grosses valises à transporter mais plutôt un sac-à-dos et tu vas vite comprendre pourquoi. Le taxi n’a pas le droit de te déposer près de l’embarcadère. En effet, il y a un business qui existe depuis des années autour de ça. C’est pour « obliger » les touristes à monter sur une carriole tirée par un cheval pour ne faire en fait que 50 mètres pour atteindre le petit port. Donc, trace ta route à pied, ne répond à aucune sollicitation et va directement au guichet officiel pour acheter ton précieux billet. Il coûte moins de 1 € mais attention, beaucoup de personnes tenteront de t’escroquer jusqu’à te proposer le même billet jusqu’à 10 fois plus cher.

 

VIEWPOINT SUR LE RINJANI.

Pergasingan hill est sûrement l’alternative à l’ascension du Mont Rinjani. Cette colline se situe au coeur du village Sembalun. Et, nous avons choisi cette option pour une question de temps et de budget.

Normalement, pour monter au Pergasingan hill l’accès est gratuit, toutefois certains habitants s’octroient le passage et le font payer. Un conseil y aller tôt le matin pour échapper en quelque sorte aux locaux.

L’ascension de cette colline est pas évidente, mais elle demeure pas longue. Au fur et à mesure de l’avancement notre vue sur le Rinjani devient beaucoup plus belle et saisissante. Cette randonnée a été très appréciable, et nos yeux sur le volcan n’ont pu se décrocher. Les plaines du village sont aussi très intéressantes à regarder, on admet que les alentours sont très agricoles, de nombreuses plantations y figurent. cela apporte à notre vue d’ensemble un joli quadrillage coloré.

La randonnée dure quatre heures, toutefois la vue sur le volcan arrive de suite lors de votre petite ascension. Faites tout de même attention aux singes qui sont présents lors de votre randonnée. Puis, très peu de touristes occupent cette ascension car beaucoup d’entre eux prennent le chemin du trek du Rinjani. Ce qui reste très appréciable.

IMG_20190730_094633.jpg

IMG_20190730_103436.jpg

IMG_20190730_102950.jpg

IMG_20190730_110846.jpg

IMG_20190730_113517.jpg

 

 

 

 

 

KUTA LOMBOK, LE PETIT COIN PARADISIAQUE DE L’ÎLE.

Kuta lombok est à la fois paradisiaque et à la fois le coin le plus touristique de l’île. Nous sommes restés quelques jours, plages désertes idylliques, eau transparente et turquoise, falaises à en perdre la tête, tous ces attributs auront eu raison de nous. Je pense que pour visiter Kuta Lombok, il faut vous déplacer en scooter afin d’atteindre des petits coins isolés de la côte. Et c’est ce que nous avons fait ! Les photos parleront d’eux même, mais nous voila satisfait de l’Indonésie et des photographies de cartes postales.

IMG_20190731_125844.jpg

IMG_20190731_130356.jpg

IMG_20190731_130358.jpg

IMG_20190731_110709.jpg

IMG_20190731_110747.jpg

IMG_20190731_110911.jpg

IMG_20190731_143610.jpg

IMG_20190731_150255.jpg

IMG_20190731_105312_1.jpg

IMG_20190730_180153.jpg

 

UBUD, ET CES RIZIÈRES TEGALALANG ABSORBÉES LE TOURISME.

Nouvelle journée, nous prenons la direction des rizières de Tegalalang, non loin d’Ubud. En toute honnêteté, nous avons été fortement déçu pars ces rizières, totalement conquises par les touristes.  Puis nous avons trouvé le lieu hyper petit contrairement aux rizières de Jatiluwih.

De plus, les rizières d’Ubud sont devenus hélas un piège à touriste où chaque partie devient payante, en plus de vous faire payer parfois l’entrée. Puis manque de chance, les rizières étaient remplis d’eau. Ce qui peut donner un charme fou on vous l’accorde. Néanmoins, se promener à travers ces rizières nous emportent dans une ambiance d’exploration à travers une jungle humide. Un décor très différent des rizières vues près de Bedugul.

IMG_20190726_134559.jpg 

IMG_20190726_121205.jpg

IMG_20190726_125126.jpg

IMG_20190726_120949.jpg

IMG_20190726_120305.jpg

 

 

 

TEMPLE GUNUNG KAWI, PETITE PERLE D’UBUD.

Non loin des rizières de Telalalang, nous retrouvons le Temple Gunung Kawi. Tout d’abord, à l’entrée des balinais vous passeront un sarong afin de recouvrir vos jambes. Cela n’est pas payant mais à la fin de votre visite vous pouvez faire alors un don. L’exploration commence par une grande allée où vous retrouverez de nombreuses boutiques et ateliers de souvenirs. C’est assez plaisant de voir le savoir-faire balinais.

Le Temple Gunung Kawi est à proximité de la rivière Pakrisan, on y accède en traversant de superbes rizières en terrasse après voir descendu un escalier d’une centaine de marches. En bas, la jungle, des lianes, des cascades d’eau, et un temple construit il y a 1000 ans mais qui demeure toujours en activité.

IMG_20190726_142044.jpg

IMG_20190726_134602.jpg

 

UN DES PLUS VIEUX TEMPLE DE BALI.

La construction du temple date du Xe siècle mais son histoire est peu connue. L’explication la plus vraisemblable serait qu’il soit dédié au roi Udayana et à ses épouses. Une légende raconte toutefois une toute autre histoire. C’est Kebo Iwa (légende balinaise) qui aurait taillé le temple de Gunung Kawi. Ce géant de pierres possédant des pouvoirs magiques est très connu à Bali, où il suscite à la fois respect et crainte.

IMG_20190726_135005.jpg

IMG_20190726_135704.jpg

Vous verrez à travers votre découverte que le site comprend plusieurs parties. La première se compose de deux rangées de cinq pagodes taillées dans la roche. Chacune mesure près de 7 m de haut. Les deux rangées se font face et au milieu coule la rivière Pakrisan. Un petit pont de pierre vous permet de la traverser pour aller d’une rangée à l’autre. La deuxième partie abrite ce qu’on imagine aisément comme étant un tombeau. C’est la partie la plus sacrée de l’ensemble du site. Il faudra donc vous déchausser pour y pénétrer. Enfin, une source constitue la dernière partie. Mais attention, elle est sacrée, il est donc interdit d’aller vous y rafraîchir..

Si l’on retient l’idée que le temple est dédié au roi de Bali, Udayana (hindouiste) et à sa femme Mahendradatta et à la Princesse de Java (bouddhiste), alors le temple revêt un symbole encore plus important : celui d’un lien créé par l’amour… L’unification des 2 îles rivales (Java et Bali) devenues ainsi alliées, non pas par une conquête guerrière (à la façon masculine), mais plutôt par une conquête amoureuse (à la façon féminine).

IMG_20190726_135952.jpg

IMG_20190726_135836.jpg

IMG_20190726_140111.jpg

IMG_20190726_140833.jpg

 

Mais quelque soit l’hypothèse retenue, il y a cependant une certitude : les Candis de Gunung Kawi ne sont pas des tombes à proprement parler.

En effet, dans la tradition hindouiste le défunt est incinéré, permettant ainsi de libérer l’âme (accompagnée alors des éléments cosmiques – l’eau, l’air, la terre, le feu et l’espace – pour rejoindre la libération éternelle, “le Maksha“) et ses cendres sont précieusement gardées dans les temples familiaux de la propriété. L’âme rejoint ainsi les ancêtres et veille sur la famille en attendant d’être réincarnée dans un nouveau-né. Pour l’anecdote, le terme Candi fait référence à Candika, la violente et impétueuse déesse de la mort, femme du Dieu destructeur Shiva.

 

Pour notre part, nous avons adoré ce temple et son histoire. Il fait partie de notre Top 3 des choses à découvrir à Bali. Si envoûtant et différent des autres temples.

BEDUGUL, ET LE JOLI TEMPLE D’ULUN DANU.

Passer par la ville de Bedugul est inévitable si l’on souhaite découvrir l’un des temples les plus emblématiques de l’île : le temple Ulun Danu. C’est donc logiquement que nous avons passé notre après-midi dans le secteur de Bedugul juste après les rizières Jatiluwih.

IMG_20190725_161946.jpg

Le temple Ulun Danu Bratan, est un temple hindou et bouddhiste situé sur le rivage du lac Bratan dans les montagnes de Bedugul au centre de Bali. Ce temple est dédié à la déesse de l’eau. Construit en 1663, les cérémonies ici sont dédiées à la déesse des rivières Dewi Danu pour garantir l’irrigation de toute la région centre de Bali qui trouve sa source ici. Le lac Bratan est aussi appelé le lac des montagnes sacrées du fait de la grande fertilité de la région.

IMG_20190725_162132.jpg

IMG_20190725_161743.jpg

IMG_20190725_161651.jpg

IMG_20190725_161828.jpg

IMG_20190725_161432_1.jpg

IMG_20190725_161447.jpg

L’accès au temple est très facile, il est proche de Bedugul (à moins de 2 kilomètres du centre). Il existe un parking permettant d’accéder au site. Cependant, comme à chaque site de l’île vous pouvez rencontrer de nombreux bouchons.

L’entrée du temple est payante 50 000 RP / pers ainsi que le parking (2 000 RP / scooter). Lors de l’accès au temple à pieds on traverse un grand jardin avec quelques animaux vivants ou en statues.

La visite consiste ensuite à marcher le long du lac pour observer le temple. Ce temple demande pas un besoin d’y rester très longtemps, juste le temps de profiter du paysage, et de l’ambiance balinaise. Puis l’environnement de ce temple est très joli, et même apaisant.

 

 

 

 

LES RIZIÈRES DE JATILUWIH.

Je pense que les rizières de Jatiluwih sont mes rizières préférées à Bali, oui oui même avant celles de Ubud, qui cela dit au passage nous ont un peu déçues.

IMG_20190725_141541.jpg

oznor_soft

jhdr_soft

Jatiluwih est donc un des plus beaux sites de Bali, ce sont des milliers d’hectares de rizières verdoyantes en cascade où ces plantations magistrales sont le fruit d’un travail exécuté selon une méthode traditionnelle qui se transmet alors depuis des siècles de génération en génération. Jatiluwih est désormais le site qui vient d’entrer dans la légende : récemment inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Le système d’irrigation des rizières utilisé est l’irrigation traditionnelle balinaise nommée ainsi « Subak  » qui date du 9ème siècle. Ce système écologique et durable est basé sur un fonctionnement communautaire. En effet, l’irrigation n’a pas pour unique vocation d’arroser les plantations, elle consiste en un écosystème artificiel complexe et dynamique et répond à des croyances très fortes. Au centre de chaque subak, se trouve un « temple de l’eau » géré par les religieux, qui constitue un système coopératif de gestion de l’eau. Ce temple est un lieu de culte dans lequel les fidèles viennent adorer les dieux et déesses de la prospérité et de la fertilité. C’est pour cela qu’au milieu des rizières nous retrouvons la déesse de la fertilité et du riz : Dewi Sri.

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

IMG_20190725_133348.jpg

jhdr_soft

IMG_20190725_134251-1.jpg

 

Je vous conseille fortement d’explorer ces rizières, nous avons vraiment eu l’impression d’être perdu dans des centaines d’hectares de plantations. L’immensité de ce lieu est vraiment un plus, car malgré le monde cela ne se ressent pas du tout. De nombreux trails vous seront proposés. Marcher au cœur des rizières est à la fois un émerveillement et à la fois un moment magique.

 

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

 

COMMENT S’Y RENDRE ?

Pour ceux qui voyagent en deux roues comme nous, la route qui mène aux rizières est somptueuse mais pas des plus faciles d’autant plus si vous êtes à vélo car le chemin est très vallonné. Toutefois, il y a beaucoup de monde et de cars touristiques qui visitent ces rizières, de nombreux bouchons peuvent être présents.

 

INFORMATIONS PRATIQUES.

Le site est ouvert tous les jours de 8h à 17h. Le droit pour l’entrée pour pénétrer dans les rizières de Jatiluwih est de 20 000 IDR (moins de 1.5€).

 

KAWAH IJEN, RÉCIT DE NOTRE ASCENSION TOTALEMENT MAGIQUE.

Après la somptueuse découverte du Mont Bromo, nous avons poursuis notre voyage sur l’île de Java pour nous rendre au volcan Kawah Ijen. Situé donc à l’extrême Est de Java, le Kawah Ijen est un volcan unique qui se démarque par son paysage à couper le souffle, son lac aux eaux turquoises et surtout par ses porteurs de soufre qui font de ce site un lieu incontournable et marquant. 

jhdr_soft

 

UN PEU D’HISTOIRE.

Le volcan Old Ijen serait apparu il y a environ 250 000 ans, entrant en éruption il y a 50 000 ans provoquant ainsi sa destruction quasi complète. Cette catastrophe donna naissance à l’actuelle caldeira de Kendeng. Par la suite, des cônes se mirent en place sur le rebord sud de la caldeira dont le Kawah Ijen.

De la première éruption observée par les Occidentaux qui remonte à 1796 à la dernière en date le 29 juillet, dix éruptions ont été enregistrées sur le Kawah Ijen. Ces éruptions représentent l’intégralité de l’activité volcanique de l’Ijen sous la forme d’explosions parfois phréatiques ainsi que l’émission de lahars comme en 1796, 1817 et 1975. La seule éruption ayant entraîné des dégâts matériels notables et des victimes est celle de 1875.

En 1921, les néerlandais, colonisateurs de l’Indonésie alors appelée Indes orientales néerlandaises, décident de construire un barrage, toujours en place depuis, au niveau de la brèche du cratère. Celui-ci permet alors de réguler le niveau du lac afin de prévenir tout débordement et protéger les villages et les cultures de caféiers en contrebas, dans la caldeira de Kendeng.

Actuellement, le Kawah Ijen est toujours une merveille de la nature, à la fois fascinant et quelque peu inquiétant. Son cratère abrite un lac sulfureux à la couleur turquoise connu pour être le plus grand lac d’acide de la planète.

 

L’ASCENSION.

IMG_20190723_080245.jpg

IMG_20190723_083437.jpg

sdr_soft

dav_soft

Depuis la ville de Banyuwangi, compter une heure de scooter pour atteindre le point de départ de l’ascension. Cette dernière ne présente pas de difficulté majeure et ne nécessite pas forcément d’être accompagné par un guide. La pente est parfois raide, surtout pendant la première moitié de la montée, mais les sentiers toujours larges et sans danger.

Pour ceux qui partent très tôt afin d’accéder au cratère et à la soufrière de nuit, il est fortement conseillé de se munir d’une lampe frontale, en plus d’une bonne paire de chaussures. Une fois arrivé au sommet, après environ deux heures de marche, la végétation luxuriante laisse place à un paysage lunaire, qui frappe par l’absence de vie animale et végétale. Avant le lever du soleil, on peut observer d’étranges coulées de lave bleue qui semblent ruisseler sur les flancs du cratère. Il s’agit en fait de soufre à l’état gazeux, qui s’enflamme au contact de l’air, offrant ainsi un spectacle totalement surréaliste, et réalisé sans trucage.

Pour notre part, nous avons préféré faire l’ascension dans la matinée évitant ainsi tous les touristes. Munissez-vous tout de même d’une veste car sur le cratère le vent souffle énormément.

cof_soft

 

ARPENTER LE CRATÈRE DU IJEN.

Il est normalement interdit de descendre dans le cratère du Kawah Ijen, mais de nombreux touristes tentent l’expérience, accompagnés par un porteur de soufre ou un guide expérimenté. Les garçons sont descendu avec un porteur et on pu dialoguer avec lui et en savoir davantage sur son travail. Cela a été leur plus belle expérience de leur séjour en Indonésie. Le porteur nous a demandé 50 000 Rp par personne. Personnellement, on avait aucune envie de négocier avec un homme faisant un tel travail, et on lui aura permit de gagner l’équivalent d’une journée de travail.

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

Les porteurs vendent aussi de petites sculptures en soufre pour quelques centimes.

 

LES PORTEURS DE SOUFRE.

Hormis donc le décor incroyable du lieu, « les porteurs de soufre » font également la renommée du Kawah Ijen. Ces hommes, issus des villages avoisinant le plateau Ijen, font des allers-retours en transportant des blocs de soufre dans des paniers à balancier. Ces derniers sont rémunérés selon le poids qu’ils rapportent. Ils portent sur leurs épaules des charges allant de 70 à 100kg et respirent des vapeurs de soufre toute la journée. La majorité travaille sans masque à gaz. On imagine vite la nocivité de la fumée en respirant 5 minutes sans masque ni foulard. Un vrai travail de titan qui fait franchement peine à voir, même si ces hommes gardent le sourire et semblent éprouver une certaine fierté. Une vrai leçon de vie !

fbt

IMG_20190723_100403.jpg

IMG_20190723_095308.jpg

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

 

IMG_20190723_105150

jhdr_soft

 

Kawah Ijen, est juste indispensable d’une part par sa beauté, d’autre part pour ces porteurs de soufre, nous donnant une leçon de vie exemplaire. Vous devez en aucun cas faire l’impasse dessus, après à vous de voir si vous voulez voir le Ijen la nuit avec ces flammes bleues ou bien la journée. Ce volcan restera marqué à jamais dans nos souvenirs, procurez-vous cette expérience magique et inoubliable.

 

ASTUCES PRATIQUES.

  • Un guide n’est pas du tout nécessaire pour l’ascension. Le chemin fait au moins 3 mètres de large et impossible de se tromper, il n’y a pas d’autre chemin.
  • Des chaussures de randonnées ou à minima de bonnes paires de baskets. Au final c’est plus à la descente que les chaussures de randonnée sont hyper utiles ! Faites donc attention aux glissades.
  • Louer des masques à Gaz à votre hôtel ou maison d’hôte. Et n’oubliez pas de prendre avec vous une veste.
  • Retirez vos bijoux en argent, en or ou autres, car les vapeurs de soufre oxydent ces métaux.

 

L’entrée du parc coûte 15 000 Rp par pers.

 

 

 

 

 

 

 

MONT BROMO,ENTRE SPLENDEUR ET AVENTURE.

Le Mont Bromo (Gunung Bromo) est un volcan de l’île de Java, souvent comme le plus beau volcan d’Indonésie. Il culmine à 2 200 m d’altitude et est encore actif. Il est très visité des touristes. Toutefois, il ne faut en aucun cas manquer le lever de soleil, où à chaque instant le Bromo change de couleur.

Néanmoins, pour parvenir au Mont Bromo il faut aimé d’une part le scooter d’autre part les routes parsemés de trous et de bosses. La ville la plus proche s’appelle Probolinggo, sur la côte Nord de Java qui se trouve à 45km de Bromo. C’est la route la plus utilisée pour s’y rendre. Pour y aller depuis Surabaya, il faut aller au terminal de bus de Bungarasih (aussi appelé Purabaya) puis de là, prendre un bus vers Probolinggo. (Les bus jaune 5 000 Roupies par personne.)

Faites attention aux arnaques des Indonésiens qui feront tout pour que vous prenez une agence pour entreprendre l’excursion au Mont Bromo. Qu’on se le dise monter au Mont Bromo seul est possible. Nous avons loué nos scooters dans notre auberge de jeunesse à Probolinggo, les prix sont plus chers qu’ailleurs comptez 150 000 roupies pour 24 heures. Toutefois vous pouvez vous rendre directement dans la ville du Mont Bromo Cemero Lamang si vous trouvez cela plus pratique.

 

QUE L’AVENTURE COMMENCE !

Nous décidons de nous y rendre dans un premier temps dans l’après-midi pour ne pas perdre de temps. Sur la route, les paysages sont beaux et surtout très différents. On traverse des villes, des villages en montagne pour finir sur un paysage assez particulier… En effet, l’arrivée au Mont Bromo est lunaire. On découvre une étendue de sable noir sans végétation avec le Mont Bromo en activité en arrière plan. Et là, s’en suit une aventure en scooter unique dans le sable, un vrai calvaire !

 

dav_soft

sdr_soft

IMG_20190721_152202.jpg

IMG_20190721_152815.jpg

sdr_soft

 

Quelques conseils supplémentaires sur la caldeira du Mont Bromo.

  • Il y a des jours avec poussière et des jours sans poussière. Dans notre cas il y en avait beaucoup, ce qui ne nous a pas empêché de nous lancer dans l’aventure. Faites juste attention si vous descendez en scooter.
  • Prenez un foulard ou un chèche qui vous permette à la fois de respirer et de voir à travers.
  • N’oubliez pas de mettre de la crème solaire. C’est en altitude et le blanc des cendres reflète un peu la lumière à la manière de la neige.
  • Prévoyez de l’eau, nous avons bu presque un litre chacun.

 

 

LE LEVER DE SOLEIL SUR LE MONT BROMO.

Bien évidemment nous retenterons l’aventure le lendemain à 2h30 du matin pour voir le lever de soleil ! Veste obligatoire, le trajet en scooter est glaçant. Nous passons le checkpoint puis roulons jusqu’au parking. Scooter garé, nous commençons à arpenter la montée pour accéder au viewpoint. Environ 30 minutes vers le Mont Penanjakan. Quelques heures dans le froid, puis la lumière apparaît, et la un spectacle sans mot se présente à nous. Un moment magique qui perdurera dans nos mémoires.

mde_soft

oznor_soft

jhdr_soft

sdr_soft

sdr_soft

sdr_soft

 

COMBIEN COÛTE L’ACCÈS AU BROMO ?

Pour accéder au Mont Bromo, il vous faudra acheter un pass qui dure 24 heures coûtant 320 000 roupies par personne. 

 

 

YOGYAKARTA, QUE L’AVENTURE INDONÉSIENNE COMMENCE.

Nous arrivons à Yogyakarta (à prononcer « Djodjakarta ») depuis Jakarta avec un train de nuit. Il est 5h30 du matin, nous commandons un Grab, l’application équivalente à Uber en Asie, puis nous prenons la direction de notre maison d’hôte. Une fois arrivée sur place, nous décidons de partir directement à la découverte de cette jolie ville où nous retrouverons deux temples somptueux, classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Nous louons le scooter pour 4,50 euros la journée. (environ en moyenne 70 000 à 90 000 roupies indonésienne)

Yogyakarta est une ville très dynamique, c’est un peu la capitale culturelle de l’île de Java, avec beaucoup d’étudiants et d’artistes. Des palais historiques aux œuvres modernes de street-art, en passant par l’artisanat traditionnel du batik, sans oublier les temples Borobudur et Prambanan.

BOROBUDUR, AUX HEURES MATINALES.

De Yogyakarta à Borobudur, il faut comptez environ 1 heure de route. Le chemin est bien indiqué. Une fois arrivé devant le site, des petits parkings payants s’offriront à vous.

IMG_20190719_080323.jpg

jhdr_soft

Borobudur est un temple bouddhiste, réminiscence de cette religion qui se partageait l’île de Java avec l’hindouisme, avant que l’islam n’arrive. Aujourd’hui, l’immense majorité des habitants de l’île de Java sont musulmans et le nombre de mosquées est impressionnant, très colorées par rapport aux mosquées européennes.

Borobudur est le temple que nous voulions à tout prix visiter en Indonésie. C’est en effet, le plus grand monument bouddhiste au monde. Ce monument a été construit entre la fin du VIIIe et le début du IXe siècle par Smaragunta, un souverain de la dynastie Sailendra qui a régné sur l’île de Java du VIe au Xe siècle. Un siècle après la construction, soit vers l’an 950, il fut abandonné comme la plupart des monuments qui se trouvaient dans le centre de l’île de Java. À la même époque, l’éruption du Merapi (volcan) ainsi que la jungle environnante ont dissimulé le temple qui fut complètement oublié pendant des siècles.

Ce n’est qu’au XIXe siècle que le Candi Borobudur fut redécouvert par le gouverneur général de l’île Sir Thomas Stamford Raffles. Ce dernier, qui était un grand passionné de l’histoire de Java, fut informé de la présence d’un grand monument enseveli dans la jungle près du village de Bumisegoro. Au début du XXe siècle, un administrateur néerlandais du nom de Hartmann, pris conscience de la valeur de ce temple et entrepris de le reconstruire. Les premiers travaux de construction se heurtèrent à des problèmes techniques et les résultats peinèrent à convaincre. De plus, le tremblement de terre suite à l’éruption du Merapi au début des années 60 retarda également les travaux de restauration qui furent complètement interrompus pour des raisons financières.

Et en 1973, sous la tutelle de l‘UNESCO, que la restauration put reprendre. Après 10 ans de travaux titanesques, le site de Borobudur a pu être ré-ouvert au public.

jhdr_soft

cof_soft

IMG_20190719_084959.jpg

jhdr_soft

jhdr_soft

L’entrée au temple Borobudur est très cher, toutefois il est indispensable de visiter et de prendre dans ce cas le billet combiné pour Borobudur et Prambanan. Comptez 45$ dollar par personne. 

 

PRAMBANAN, TEMPLE HINDOU.

 

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

Nous reprenons le scooter en direction du temple Prambanan, connu également sous le nom de Candi Lara Jonggrang, n’est pas un temple à proprement parlé, mais un ensemble de 240 temples shivaïtes. C’est le plus grand temple au monde dédié au Dieu hindou « Shiva le destructeur ». Après des centaines d’années de négligence, ce temple a été redécouvert par C. A. Lons, un Hollandais, en 1733. Depuis lors, il a été revitalisé et est aujourd’hui considéré comme l’un des plus beaux et gracieux temples hindou en Indonésie. La grandeur, la complexité ainsi que le concept architectural intégré de Prambanan rendent cette structure vraiment incroyable. D’ailleurs, en 1991, Prambanan a été déclaré site du patrimoine mondial par l’UNESCO.

Ce complexe, construit entre 835 à 856, abrite les restes du roi de Mataram Balitung qui prétendait être une réincarnation de Shiva. C’est un spectacle magnifique et une icône du patrimoine culturel de l’Indonésie. Tout au long de son histoire, ce site a connu plusieurs destructions : incendies, tremblements de terre, etc., mais c’est probablement le tremblement de terre de 2006 qui a laissé le plus de séquelles. Actuellement, il est encore en restauration et de nombreux petits temples sont toujours éboulés.

jhdr_soft

cof_soft

 

YOGYAKARTA ET CES ALENTOURS.

Nous avons adoré nous promener dans les alentours de cette grande ville de l’île de Java. Entre cascades, rizières, volcan, un dépaysement total ! Prenez votre scooter et partez à l’aventure, promis vous ne le regretterez pas.

oznor_soft

cof_soft

IMG_20190720_125232.jpg

IMG_20190720_125039.jpg

Yogyakarta est obligatoire lors de votre passage sur Java, toutefois il ne faut pas juste visiter les deux temples incontournables mais justement prendre le temps de se perdre dans la région.