PURA LEMPAYANG LUHUR, OU L’ATTRAPE TOURISTE EN FACE DU VOLCAN AGUNG.

Je pense que c’est un des lieux les plus touristiques de l’île, et on comprend pourquoi quand nous arrivons sur les lieux. Ce temple est tout simplement incroyable, offrant une vue exceptionnel sur le Volcan Agung. Le chemin pour s’y rendre en scooter est super joli, traversant champs et rizières.

IMG_20190804_153251.jpg

IMG_20190804_160959.jpg

 

Lorsque nous arrivons à l’entrée du site, il faut obligatoirement porter un sarong en échange de dons. Puis une légère montée vous attends. Nous entrons alors dans l’enceinte du temple. Le site est subtilement joli, mais on ne peut s’empêcher de voir l’énorme queue sur la droite pour prendre la photo avec les portes ouvertes sur le Volcan.

On vous l’avoue, nous aussi nous nous sommes laisser tenter par ce cliché très joli, après 3H30 de queue et des nuages présents nous voilà devant ces fameuses portes. Bon, nous sommes quand même déçus que sur la photo le volcan ne se présente pas, mais bon c’est les aléas du temps que ne nous pouvons contrôler.

IMG_20190804_140056_1.jpg

IMG_20190804_140203.jpg

 

 

TEMPLE LEMPUYANG ET SON HISTOIRE.

IMG_20190804_111604.jpg

 

Le temple Lempuyang est l’un des 9 temples directionnels de Bali, il est responsable de l’est et représente le blanc. 

Ce temple surplombe la majorité des temples hindous de Bali puisqu’il se situe à 1 175 mètres au dessus du niveau de la mer. Il est composé de 7 temples et le dernier se trouve au sommet, il faut compter 4h pour rejoindre ce dernier et gravir 1 700 marches dans la nature, au fil du parcours se trouvent les autres temples et même des singes. Si vous ne vous sentez pas de faire une telle montée il est possible de prendre les services d’un taxi moto local opéré par villageois qui vous rapprochera du sommet.

La légende raconte que la Terre avait 70 ans et l’île de Bali était instable, les tremblements de terre y étaient quotidiens. Le dieu Pacupati qui réside au mont Semuru vit la situation et demanda à ses 3 enfants de stabiliser Bali. Hyang Putra Jaya au mont Agung, Dewi Danu à Batur et Hyang Gni Jaya à Lempuyang.

La montagne entière de Lempuyang a été divisée en 3 sections qui correspondent à la cosmologie Balinaise hindoue. La base de la montagne est connue sous le nom de Sang Ananta Bhoga et correspond au mont de Brahma, le milieu de la montagne est : Sang Naga Basukih qui correspond au mont de Vishnu et le sommet de la montagne : Sang Naga Taksaka et est considéré comme le mont de Shiva. Le point le plus sacré de la montagne Lempuyang est justement où le temple Pura Lempuyang Luhur est bati. Pura Penataran Agung aussi connu sous nom de Pura Silawana Hyang Sar se situe dans la partie du milieu de la montagne tandis qu’à sa base se trouve le temple Pura Dalem Dasar Lempuyang.

Tous les Balinais hindous se doivent d’accomplir une fois dans leur vie un pèlerinage au temple Lempuyang. On croit qu’un pèlerin au coeur lourd ne réussira pas à arriver jusqu’au sommet car il ne faut pas se plaindre durant l’ascension car cela enlève son aspect spirituel.

IMG_20190804_122733.jpg

IMG_20190804_121051.jpg

IMG_20190804_142934.jpg

 

Ce temple est sûrement un incontournable de l’île de Bali, toutefois faites donc attention au monde, et armez-vous de patience face à la queue si vous désirez la « fameuse photo », qu’on se l’accorde cela laisse un souvenir mémorable, mais ne négligez pas le site en vu de prendre que cette photo.

TEMPLE GUNUNG KAWI, PETITE PERLE D’UBUD.

Non loin des rizières de Telalalang, nous retrouvons le Temple Gunung Kawi. Tout d’abord, à l’entrée des balinais vous passeront un sarong afin de recouvrir vos jambes. Cela n’est pas payant mais à la fin de votre visite vous pouvez faire alors un don. L’exploration commence par une grande allée où vous retrouverez de nombreuses boutiques et ateliers de souvenirs. C’est assez plaisant de voir le savoir-faire balinais.

Le Temple Gunung Kawi est à proximité de la rivière Pakrisan, on y accède en traversant de superbes rizières en terrasse après voir descendu un escalier d’une centaine de marches. En bas, la jungle, des lianes, des cascades d’eau, et un temple construit il y a 1000 ans mais qui demeure toujours en activité.

IMG_20190726_142044.jpg

IMG_20190726_134602.jpg

 

UN DES PLUS VIEUX TEMPLE DE BALI.

La construction du temple date du Xe siècle mais son histoire est peu connue. L’explication la plus vraisemblable serait qu’il soit dédié au roi Udayana et à ses épouses. Une légende raconte toutefois une toute autre histoire. C’est Kebo Iwa (légende balinaise) qui aurait taillé le temple de Gunung Kawi. Ce géant de pierres possédant des pouvoirs magiques est très connu à Bali, où il suscite à la fois respect et crainte.

IMG_20190726_135005.jpg

IMG_20190726_135704.jpg

Vous verrez à travers votre découverte que le site comprend plusieurs parties. La première se compose de deux rangées de cinq pagodes taillées dans la roche. Chacune mesure près de 7 m de haut. Les deux rangées se font face et au milieu coule la rivière Pakrisan. Un petit pont de pierre vous permet de la traverser pour aller d’une rangée à l’autre. La deuxième partie abrite ce qu’on imagine aisément comme étant un tombeau. C’est la partie la plus sacrée de l’ensemble du site. Il faudra donc vous déchausser pour y pénétrer. Enfin, une source constitue la dernière partie. Mais attention, elle est sacrée, il est donc interdit d’aller vous y rafraîchir..

Si l’on retient l’idée que le temple est dédié au roi de Bali, Udayana (hindouiste) et à sa femme Mahendradatta et à la Princesse de Java (bouddhiste), alors le temple revêt un symbole encore plus important : celui d’un lien créé par l’amour… L’unification des 2 îles rivales (Java et Bali) devenues ainsi alliées, non pas par une conquête guerrière (à la façon masculine), mais plutôt par une conquête amoureuse (à la façon féminine).

IMG_20190726_135952.jpg

IMG_20190726_135836.jpg

IMG_20190726_140111.jpg

IMG_20190726_140833.jpg

 

Mais quelque soit l’hypothèse retenue, il y a cependant une certitude : les Candis de Gunung Kawi ne sont pas des tombes à proprement parler.

En effet, dans la tradition hindouiste le défunt est incinéré, permettant ainsi de libérer l’âme (accompagnée alors des éléments cosmiques – l’eau, l’air, la terre, le feu et l’espace – pour rejoindre la libération éternelle, “le Maksha“) et ses cendres sont précieusement gardées dans les temples familiaux de la propriété. L’âme rejoint ainsi les ancêtres et veille sur la famille en attendant d’être réincarnée dans un nouveau-né. Pour l’anecdote, le terme Candi fait référence à Candika, la violente et impétueuse déesse de la mort, femme du Dieu destructeur Shiva.

 

Pour notre part, nous avons adoré ce temple et son histoire. Il fait partie de notre Top 3 des choses à découvrir à Bali. Si envoûtant et différent des autres temples.

BEDUGUL, ET LE JOLI TEMPLE D’ULUN DANU.

Passer par la ville de Bedugul est inévitable si l’on souhaite découvrir l’un des temples les plus emblématiques de l’île : le temple Ulun Danu. C’est donc logiquement que nous avons passé notre après-midi dans le secteur de Bedugul juste après les rizières Jatiluwih.

IMG_20190725_161946.jpg

Le temple Ulun Danu Bratan, est un temple hindou et bouddhiste situé sur le rivage du lac Bratan dans les montagnes de Bedugul au centre de Bali. Ce temple est dédié à la déesse de l’eau. Construit en 1663, les cérémonies ici sont dédiées à la déesse des rivières Dewi Danu pour garantir l’irrigation de toute la région centre de Bali qui trouve sa source ici. Le lac Bratan est aussi appelé le lac des montagnes sacrées du fait de la grande fertilité de la région.

IMG_20190725_162132.jpg

IMG_20190725_161743.jpg

IMG_20190725_161651.jpg

IMG_20190725_161828.jpg

IMG_20190725_161432_1.jpg

IMG_20190725_161447.jpg

L’accès au temple est très facile, il est proche de Bedugul (à moins de 2 kilomètres du centre). Il existe un parking permettant d’accéder au site. Cependant, comme à chaque site de l’île vous pouvez rencontrer de nombreux bouchons.

L’entrée du temple est payante 50 000 RP / pers ainsi que le parking (2 000 RP / scooter). Lors de l’accès au temple à pieds on traverse un grand jardin avec quelques animaux vivants ou en statues.

La visite consiste ensuite à marcher le long du lac pour observer le temple. Ce temple demande pas un besoin d’y rester très longtemps, juste le temps de profiter du paysage, et de l’ambiance balinaise. Puis l’environnement de ce temple est très joli, et même apaisant.

 

 

 

 

YOGYAKARTA, QUE L’AVENTURE INDONÉSIENNE COMMENCE.

Nous arrivons à Yogyakarta (à prononcer « Djodjakarta ») depuis Jakarta avec un train de nuit. Il est 5h30 du matin, nous commandons un Grab, l’application équivalente à Uber en Asie, puis nous prenons la direction de notre maison d’hôte. Une fois arrivée sur place, nous décidons de partir directement à la découverte de cette jolie ville où nous retrouverons deux temples somptueux, classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Nous louons le scooter pour 4,50 euros la journée. (environ en moyenne 70 000 à 90 000 roupies indonésienne)

Yogyakarta est une ville très dynamique, c’est un peu la capitale culturelle de l’île de Java, avec beaucoup d’étudiants et d’artistes. Des palais historiques aux œuvres modernes de street-art, en passant par l’artisanat traditionnel du batik, sans oublier les temples Borobudur et Prambanan.

BOROBUDUR, AUX HEURES MATINALES.

De Yogyakarta à Borobudur, il faut comptez environ 1 heure de route. Le chemin est bien indiqué. Une fois arrivé devant le site, des petits parkings payants s’offriront à vous.

IMG_20190719_080323.jpg

jhdr_soft

Borobudur est un temple bouddhiste, réminiscence de cette religion qui se partageait l’île de Java avec l’hindouisme, avant que l’islam n’arrive. Aujourd’hui, l’immense majorité des habitants de l’île de Java sont musulmans et le nombre de mosquées est impressionnant, très colorées par rapport aux mosquées européennes.

Borobudur est le temple que nous voulions à tout prix visiter en Indonésie. C’est en effet, le plus grand monument bouddhiste au monde. Ce monument a été construit entre la fin du VIIIe et le début du IXe siècle par Smaragunta, un souverain de la dynastie Sailendra qui a régné sur l’île de Java du VIe au Xe siècle. Un siècle après la construction, soit vers l’an 950, il fut abandonné comme la plupart des monuments qui se trouvaient dans le centre de l’île de Java. À la même époque, l’éruption du Merapi (volcan) ainsi que la jungle environnante ont dissimulé le temple qui fut complètement oublié pendant des siècles.

Ce n’est qu’au XIXe siècle que le Candi Borobudur fut redécouvert par le gouverneur général de l’île Sir Thomas Stamford Raffles. Ce dernier, qui était un grand passionné de l’histoire de Java, fut informé de la présence d’un grand monument enseveli dans la jungle près du village de Bumisegoro. Au début du XXe siècle, un administrateur néerlandais du nom de Hartmann, pris conscience de la valeur de ce temple et entrepris de le reconstruire. Les premiers travaux de construction se heurtèrent à des problèmes techniques et les résultats peinèrent à convaincre. De plus, le tremblement de terre suite à l’éruption du Merapi au début des années 60 retarda également les travaux de restauration qui furent complètement interrompus pour des raisons financières.

Et en 1973, sous la tutelle de l‘UNESCO, que la restauration put reprendre. Après 10 ans de travaux titanesques, le site de Borobudur a pu être ré-ouvert au public.

jhdr_soft

cof_soft

IMG_20190719_084959.jpg

jhdr_soft

jhdr_soft

L’entrée au temple Borobudur est très cher, toutefois il est indispensable de visiter et de prendre dans ce cas le billet combiné pour Borobudur et Prambanan. Comptez 45$ dollar par personne. 

 

PRAMBANAN, TEMPLE HINDOU.

 

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

Nous reprenons le scooter en direction du temple Prambanan, connu également sous le nom de Candi Lara Jonggrang, n’est pas un temple à proprement parlé, mais un ensemble de 240 temples shivaïtes. C’est le plus grand temple au monde dédié au Dieu hindou « Shiva le destructeur ». Après des centaines d’années de négligence, ce temple a été redécouvert par C. A. Lons, un Hollandais, en 1733. Depuis lors, il a été revitalisé et est aujourd’hui considéré comme l’un des plus beaux et gracieux temples hindou en Indonésie. La grandeur, la complexité ainsi que le concept architectural intégré de Prambanan rendent cette structure vraiment incroyable. D’ailleurs, en 1991, Prambanan a été déclaré site du patrimoine mondial par l’UNESCO.

Ce complexe, construit entre 835 à 856, abrite les restes du roi de Mataram Balitung qui prétendait être une réincarnation de Shiva. C’est un spectacle magnifique et une icône du patrimoine culturel de l’Indonésie. Tout au long de son histoire, ce site a connu plusieurs destructions : incendies, tremblements de terre, etc., mais c’est probablement le tremblement de terre de 2006 qui a laissé le plus de séquelles. Actuellement, il est encore en restauration et de nombreux petits temples sont toujours éboulés.

jhdr_soft

cof_soft

 

YOGYAKARTA ET CES ALENTOURS.

Nous avons adoré nous promener dans les alentours de cette grande ville de l’île de Java. Entre cascades, rizières, volcan, un dépaysement total ! Prenez votre scooter et partez à l’aventure, promis vous ne le regretterez pas.

oznor_soft

cof_soft

IMG_20190720_125232.jpg

IMG_20190720_125039.jpg

Yogyakarta est obligatoire lors de votre passage sur Java, toutefois il ne faut pas juste visiter les deux temples incontournables mais justement prendre le temps de se perdre dans la région.

 

BATU CAVES, AU CŒUR D’UN SANCTUAIRE HINDOU.

Ces fameuses grottes sont situées à 14 km au nord de la ville de Kuala lumpur et sont devenus un haut lieu de pèlerinage pour les Hindous, constituant d’ailleurs le plus grand sanctuaire hindou hors de l’Inde. C’est le point de rassemblement lors de la grande fête hindou de Thaipusam en Malaisie, qui accueille en ces lieux jusqu’à 1,5 million de fidèles.

Les grottes aujourd’hui dédiées au culte de Murugan (Dieu de la guerre et le plus jeune fils de Shiva, un des Dieu Hindou de la trinité) ne l’ont pas toujours été et ne le sont que depuis la fin du XIXe. D’abord exploitée par des paysans chinois qui y extrayaient du guano, les grottes furent popularisées après qu’elles furent recensées par un naturaliste américain en 1878. Et c’est un commerçant indien qui, inspiré par la forme de l’entrée de la grotte principale, voulu dédier un temple ici à Muragan.

L’imposante statue qui orne son entrée, à côté des escaliers, mesure pas moins de 42,7m est impressionne lorsque nous arrivons devant. Il s’agit donc de Murugan, et cette statue est la plus haute du monde à l’effigie de ce dieu hindou, inauguré en 2006. Comme quoi même à notre époque on peut encore avoir de jolie prouesse. Pour accéder aux grottes, 272 marches vous attendent, mais gravir ces marches colorées est un pur plaisir ! L’accès au site est gratuit.

IMG_20190821_115134.jpg

IMG_20190821_115337.jpg

IMG_20190821_121407.jpg

IMG_20190821_121327.jpg

IMG_20190821_115311.jpg

IMG_20190821_121252.jpg

IMG_20190821_120034-1.jpg

IMG_20190821_120319.jpg

 

COMMENT S’Y RENDRE DEPUIS KUALA LUMPUR ?

  • Taxi – Grab : Le taxi reste une solution pour vous rendre aux aurores aux Batu Caves.
    Nous avons opté pour un Grab, solution bien plus économique puisqu’elle nous a coûte 24RM (5€) pour les 15km qui nous séparaient de l’hôtel.
  • Metro : Allez à Station KL Sentral, puis prendre la KTM Komuter (c’est la ligne rouge) vers Batu Caves. 2,30RM (0,4€) pour 30 minutes de train environ. La solution la plus économique.

train

 

Batu Caves est l’échappée belle à faire lors de votre séjour à Kuala Lumpur, une entrée directe dans la civilisation hindou. Un lieu unique, mystérieux et coloré qui vous enchantera à jamais.