DEATH VALLEY : UNE MERVEILLEUSE ÉCHAPPÉE NATURELLE.

Le lendemain de Las Vegas, nous prenons la route en direction de la Death Valley. Lieu fascinant et incontournable lors de votre road trip dans l’ouest américain.

C’est sur la frontière du Nevada, à l’est de la Sierra Nevada, à la suite du Mojave Desert, que s’étend la fameuse Vallée de la Mort. Le nom indique bien l’aridité totale de ce lieu, où beaucoup se sont perdus en voulant atteindre la Californie.

Il y a quelque 200 millions d’années, la vallée était une mer en bordure de la faille de San Andreas, cette fameuse cassure de l’écorce terrestre qui fait trembler la Californie. Aujourd’hui subsistent des collines de sable blond totalement vierges ; des étendues salées et blanches, des montagnes, des collines et des canyons râpés et arides, d’une beauté d’autant plus impressionnante que le soleil, selon les heures, change les perspectives, les volumes et les couleurs.

 

IMG_20200127_123408

 

HISTOIRE DE LA DEATH VALLEY.

Les premiers habitants de la vallée étaient les Indiens Timbisha Shoshone, qui vivent aujourd’hui dans les Shoshone Mountains. Les premiers Européens à avoir connu ce désert sont arrivés lors de la Ruée vers l’or de 1848 à 1851. Ce furent près de 80 000 personnes qui partirent vers la Californie, pour une aventure périlleuse où il fallait s’attendre à combattre les animaux sauvages, les Indiens, et les éléments naturels. En 1850, de l’or fut découvert dans la Vallée de la Mort, ainsi que de l’argent, mais leur exploitation ne commença que lors de la découverte des gisements de borax en 1883. Le minerai était emporté par des wagons tirés par des attelages d’une vingtaine de mules. Des villes-champignons poussèrent autour de la vallée, comme Skidoo et Rhyolite, mais, le minerai s’épuisant rapidement, elles devinrent des villes fantômes. La Vallée de la Mort retint l’attention des parcs nationaux dès les années 1920, mais ce n’est qu’en 1933 que le président Hoover la déclara  »  monument national   »  ; elle ne devint parc national qu’en 1994.

 

UNE SACRÉE RÉPUTATION.

La réputation de la Death Valley n’est plus à faire : il fait très chaud et très sec. En 1929 et en 1953, il n’a pas plu une seule goutte pendant toute l’année. Le record de température est de 128°F (54° C) et  200°F (93°C) sur le sol… De nombreux guides regorgent d’histoires morbides. La plus connue, et la plus ancienne, c’est celle des « 49 premiers perdus » de la Vallée de la Mort.

En 1848, de l’or a été découvert en Californie, et tout le monde se rue à la conquête de l’Ouest. Les premiers pionniers à partir, « les 49 premiers » partirent de Salt Lake City, en Utah, et se retrouvèrent, après déjà moults péripéries et raccourcis mal choisis, en plein cœur de ce qu’ils nommeraient ensuite la Death Valley, car elle allait coûter la vie à un membre de l’équipée, et aux ânes de leur caravane dont ils se sont repus pour survivre.

 

IMG_20200127_102703

 

Death Valley est une quintessence de désert. Un Sahara d’environ 150 km sur 80 km. Et, nous y voilà, on entre dans la Vallée de la Mort par la Death Valley Junction. Quelques mètres plus loin, nous observons le Zabriskie Point où l’arrêt à ce point de vue est quasiment incontournable.

 

LE ZABRISKIE POINT.

IMG_20200127_105025

IMG_20200127_104942

C’est l’un des phénomènes géologiques les plus surprenants de la vallée. Le paysage à 360° a un côté lunaire. Il faut vous y rendre au lever du soleil, quand les couleurs ont toute leur intensité. La roche semble avoir été peinte, passant du rose au vert ou à l’orange. D’un côté, la terre à dominante jaune, marbrée de strates sombres, est creusée d’une série de ravines que domine une aiguille, Manly Beacon. Au nord, une couche plus dure, rouge sombre, est nommée la Cathédrale rouge.

IMG_20200127_105330

IMG_20200127_105403

IMG_20200127_110056

C’est un de mes lieux préférés de la Death Valley, je trouve ce paysage complètement féerique et fascinant. Les couleurs changent constamment, et l’ensemble de forme de la vallée apporte une poésie naturelle captivante.

 

LE LAC À SEC DE BADWATER.

IMG_20200127_113104

Badwater, est une vaste étendue de marais salants, magnifique avec les réverbérations du soleil. Un lac temporaire peut se former après de fortes pluies au Printemps. Au flanc de la montagne, bien au-dessus des hommes, un panneau signale « Sea level ». C’est le point le plus bas  des Etats-Unis, 86 mètres sous le niveau de la mer.

IMG_20200127_115350

IMG_20200127_115008

IMG_20200127_114542

IMG_20200127_114223

IMG_20200127_113030

IMG_20200127_115440

Avec la chaleur qui continue d’assécher les cristaux, la surface se brise pour former des carreaux irréguliers. Puis peu à peu, tout continue à se briser et le sol devient plus chaotique, comme s’il avait été labouré.

 

LES MINES DE BORAX.

En continuant notre route en pleine exploration de la death valley, de nombreux paysages tous saisissants parsèment notre aventure. Mais celle-ci devient encore plus excitante quand nous décidons d’aller explorer une ancienne mine abandonnée…

IMG_20200127_123454_1

IMG_20200127_123429

 

IMG_20200127_132536

IMG_20200127_132405

IMG_20200127_132334

Les sous-sol de la vallée pouvait être une source de profit et autrefois on commença à exploiter du cuivre, de l’argent et de l’or, mais aussi du talc et du borax. Le borax, « l’Or Blanc du Désert » était utilisé dans l’industrie du verre, dans la métallurgie, mais aussi dans la fabrication de savon et de lessives, fut la principale production de la vallée.

Il en reste aujourd’hui quelques mines abandonnées, à l’exploitation desquelles furent employés de nombreux ouvriers chinois, et le souvenir du fameux équipage de 18 mules et deux chevaux (twenty mules team) d’Harmony Borax Works, transportant en 10 jours sur une distance de 270km des chariots de 36 tonnes de borax. Harmony Borax Works fut exploitée de 1883 à 1888.

La mine abandonnée que nous avons exploré fut vraiment très bien conservée, et pratiquement personne la visite car la route pour y accéder est assez compliquée surtout si vous avez loué une mustang.

IMG_20200127_132314

IMG_20200127_132142

IMG_20200127_132052

 

 

D’AUTRES SITES A VOIR :

  • DANTE’S VIEW.
  • DEVIL’S GOLF COURSE.
  • ARTIST’PALETTE.
  • SAND DUNES.
  • UBEHEBE CRATER.

 

 

La réputation lugubre de la Vallée associée à la beauté de ces lieux désertiques nous transporte tout de suite dans une atmosphère intimidante. C’est vraiment une exploration unique en son genre, dépaysante et fabuleuse. En aucun cas, vous serrez déçu. Nous avons passé juste une journée à arpenter cette vallée car la suite de notre itinéraire fut chargée. Toutefois nous vous conseillons de passer au moins deux jours si vous voulez tout voir.

 

INFORMATION PRATIQUE : 

Plan du site : 

ob_b32c46_carte-valle-e-de-la-mort

Comment s’y rendre ? 

  • En excursion organisée depuis Las Vegas.
  • Situé pile à la frontière entre la région de Californie et le Nevada, Death Valley est facilement accessible en voiture depuis les villes de Los Angeles et Las Vegas. // Los Angeles → Death Valley : 360 km – environ 5H de route. // Las Vegas → Death Valley : 210 km – environ 2H30 de route.

 

Visitors Center ?

Furnace Creek ou Scotty’s Castle. Furnace Creek est ouvert de 8h à 17h d’octobre à juin, et de 9h à 18h le reste de l’année. Scotty’s Castle est ouverte de 8h45 à 16h30 de février à avril, de 9h45 à 15h45 en avril et mai. En été, il n’ouvre que du vendredi au lundi, de 9h45 à 15h15. Plus d’informations sur le site officiel.

 

Concernant la météo ? 

Bon, vous devez le savoir. Il fait chaud à Death Valley. Les mois de juin, juillet et août sont les mois les plus chauds (entre 43 et 47°) et la nuit ne change pas grand chose. La meilleure période pour visiter le parc est clairement le printemps avec des températures plus fraîches et les fleurs qui font leur apparition.

 

Horaire du site :

La Death Valley est ouvert 24h/24.

 

Tarifs du site.

20 $ le véhicule, 10 $ par personne. Pass America The Beautiful accepté.

AQABA, LA STATION BALNÉAIRE DE LA JORDANIE, AU BORD DE LA MER ROUGE.

Après avoir passé deux jours à Pétra, nous décidons de nous rendre à Aqaba, petite station balnéaire au bord de la Mer rouge. La route pour s’y rendre est super jolie, comme toutes les routes en Jordanie, désertique, à couper le souffle par les hauteurs que nous dominons.

IMG_20190923_125645.jpg

IMG_20190923_140744.jpg

IMG_20190923_133101.jpg

IMG_20190923_130503.jpg

IMG_20190923_134314.jpg

 

Aqaba est le seul endroit du pays où l’on peut profiter de la plage, de la mer mais aussi du snorkeling et de la plongée grâce aux fonds marins assez magnifiques de la mer rouge. Puis aussi, c’est une sensation particulière celle de se dire qu’en face de la mer rouge se trouve l’Israël, et qu’en bas nous retrouvons l’Arabie Saoudite.

Puis Aqaba a été un peu spéciale pour nous, nous avons retrouvé Paul, une rencontre que nous avons faites il y a 5 mois de ça en Inde. Nous avons toujours gardé contact avec lui et cela a été un plaisir de le retrouver lui et son fils le temps de deux jours. Les liens entre voyageurs ne se détruisent jamais.

IMG_20190924_182221.jpg

IMG_20190925_121911.jpg

 

AQABA CASTLE.

IMG_20190924_115900.jpg

IMG_20190924_120003.jpg

Le château d’Aqaba est certainement le lieu d’intérêt majeur d’Aqaba. Bon malheureusement pour nous il était fermé. Ce château porte plusieurs noms, château d’Aqaba, fort d’Aqaba ou encore château mamelouk. En effet, cette forteresse a été construite au XIIe siècle par les chrétiens mais détruite lors de la prise d’Aqaba par Saladin à la toute fin du XIIe siècle. Il a ensuite été reconstruit par la dynastie mamelouk au XVIe siècle, d’où le surnom qui lui est attribué.

 

FLÂNER A AQABA. 

IMG_20190924_160020.jpg

IMG_20190924_120548.jpg

 

Après, nous avons surtout flâné à Aqaba, et profiter du bon temps avec notre ami. Adam Paul et son fils se sont baignés dans la mer rouge, et on fait des découvertes surprenantes, un tank et un avion abandonné sous la mer. Pas besoin d’excursion pour les admirer, juste avec un masque, un tuba et des palmes vous pouvez les apercevoir. Ces bolides ont été placés afin de régénérer les coraux.

 

IMG_20190924_174251.jpg

IMG_20190924_181917.jpg

OBSERVER LE WADI RUM.

IMG_20190925_140448.jpg

IMG_20190925_140431.jpg

Non loin d’Aqaba, et pour nous sur notre chemin de retour nous sommes passés par la zone autour du Wadi Rum, (qui est spécialement réservée avec guide et excursion), c’es assez fou de voir cette immensité du désert et cette chaleur étouffante accompagnée de mini tempête de sable. J’ai adoré le point de vue avec cette ancienne rame de train abandonnée. Un lieu inédit et atypique pour prendre des photos.

IMG_20190925_134823.jpg

IMG_20190925_144530.jpg

IMG_20190925_144539.jpg

 

Aqaba est une jolie ville où on peut s’arrêter le temps de quelques jours pour se baigner, ou faire de la plongée, même si son centre ville n’est pas très intéressant. C’est vraiment si vous voulez faire une petite pause et profiter de la Mer rouge que vous devez vous y rendre sinon je pense pas qu’elle sera vous satisfaire. Pour notre part, la fin de notre voyage en Jordanie se fait ressentir, nous reprenons la route vers notre dernière destination.

 

 

 

 

 

 

 

 

CAP VERS PETRA, ON THE ROAD !

Fini la visite de Jerash, direction maintenant Petra où une longue après-midi de route nous attends, mais cela ne fait rien nous adorons ça ! Flâner le long des routes à la découverte de paysages sauvages.

IMG_20190921_141246.jpg

IMG_20190921_144629.jpg

Nous reprenons la route direction la mer morte (dead sea), ce lac très salé que la Jordanie partage avec l’Israël et la Palestine. Mais avant, petite halte à Qasr al-‘Abd, un petit palais perdu dans la campagne. Comment vous dire que nous étions seuls !

IMG_20190921_143515.jpg

IMG_20190921_143549.jpg

IMG_20190921_143817.jpg

IMG_20190921_143736.jpg

La structure du palais se déploie sur deux niveaux et était dotée de citernes qui conservaient l’eau de pluie. On remarquera la taille impressionnante des blocs de pierres avec lesquels l’édifice est construit (certains pèsent plus de 20 tonnes). Ce dernier était cependant fragile car un tremblement de terre en 362 après J.-C. l’endommagea gravement. Une équipe d’archéologues français le restaura pendant trois ans pour reconstruire partiellement ce  » puzzle géant « . La partie septentrionale possède un portique à deux colonnes ornées de frises représentant des animaux, principalement des lions et des aigles. Ces sculptures témoignent de l’influence de l’art hellénistique et perse dans l’architecture de l’époque.

 

IMG_20190921_144635.jpg

IMG_20190921_150928.jpg

Une fois cette petite visite accordée, nous reprenons la route ! La Jordanie c’est vraiment désertique et aride, on se penserait dans des canyons de l’Ouest Américain. Sur la route, nous avons rencontré à plusieurs reprises la police jordanienne mais si vous êtes en règle tout se passera comme il faut. Ils sont super accueillant. Encore quelques km de fait, et nous pouvons apercevoir la mer morte. Un paysage fabuleux par ce contraste de bleue, de blanc (sel) et de terre.

IMG_20190921_153425.jpg

IMG_20190921_165113.jpg

IMG_20190921_154221.jpg

IMG_20190921_144644.jpg

 

IMG_20190921_174742.jpg

IMG_20190921_174722.jpg

IMG_20190921_175130.jpg

IMG_20190921_175338.jpg

IMG_20190921_183358.jpg

Puis, c’est avec un fabuleux coucher de soleil que nous reprenons cette merveilleuse route au coeur de canyons à en perdre la vue en direction de Petra. De tous les roadtrips en voiture que nous avons pu faire cette route là restera une des plus magiques.