SRI LANKA : ITINÉRAIRE ET BILAN.

C’est l’heure du bilan ! Nous espérons que nos articles et photos sur le Sri Lanka vous auront donné envie de découvrir ce merveilleux pays : vous trouverez ci-dessous un récapitulatif sous toutes les formes de notre périple de 18 jours !

 

 

sri lanka itinéraire

NOTRE ITINÉRAIRE AU SRI LANKA, EN BREF :

Nous sommes arrivés au Sri Lanka le 17 avril 2019, juste après notre séjour en Inde. Nous avons décidé de nous loger dans une petite Guesthouse à Negombo (2 jours), en attendant Alexandre le frère d’Adam. Et oui, grande nouvelle pour cette aventure au Sri Lanka nous serons 3 !

Tout d’abord, nous avons visité depuis Negombo, Colombo la capitale Sri Lankaise le temps d’une journée, puis le soir nous sommes allés récupérer le frère d’Adam à l’aéroport à 3 heures du matin. Le lendemain, c’est direction Anuradhapura (1 jour), partis très tôt le matin nous visitons la ville dans la journée.

Le jour suivant, nous prenons un bus pour rejoindre la côte Est du côté de Nilaveli (1 jour) où nous restons également une journée. C’est vrai que notre itinéraire au Sri Lanka est assez copieux, il y a tellement de choses à voir et à faire que nous décidions de ne pas perdre de temps au début de l’aventure. Nous sommes le 22 avril 2019, et à cette date précise a eu lieu les attentats, nous avons été informé de cette situation par les locaux et certains proches en France, le trafic cette journée là s’est avéré un peu compliqué. Nous atteignons Dambulla (2 jours) dans l’après-midi, où de nombreux sites touristiques furent alors fermés. Le lendemain nous visiterons Sigiriya et son fameux rocher du lion, puis le soir nous prendrons un bus direction Kandy. (1 jour/ 2 nuits)

Notre itinéraire se poursuit avec notre volonté de faire l’ascension du Pic d’Adam (1 jour/ 2 nuits), puis direction Ella (1 jour), où la déception fut au rendez-vous.  Par la suite nous nous sommes posés du côté de la côte Sud au niveau de Tangalle (2 jours). Cela nous a permis après d’aller visiter le safari Uda Walawe (1 jour), puis de nous rendre vers Galle. (3 jours). La fin de l’aventure a sonné, nous sommes le 2 mai 2019 et Alexandre a son vol pour son retour en France. Notre vol étant deux jours après, nous retournons sur Negombo où nous resterons deux jours.

 

météeo

QUAND PARTIR AU SRI LANKA:

La meilleure période pour découvrir le Sri Lanka s’étend de janvier à mars pour la plus grande partie du pays. Le nord et le nord-est du pays seront quant à eux plus agréables à visiter au printemps et à l’été. Le mois de mars est donc idéal pour visiter l’intégralité du pays.

 

 

coup de coeur

COUP DE CŒUR :

Je pense que si vous voulez voir de nombreuses choses en peu de temps, le Sri Lanka peut vous offrir tout cela. C’est diversifié à un point inimaginable, il y en a pour tous les goûts. Malgré les attentats, nous avons trouvé ce pays fabuleux d’une part par son patrimoine culturel, mais aussi par les trois religions ancrées dans le pays. Puis, au niveau des Safaris le Sri Lanka en possèdent quelques uns qui sont reconnus dans le monde pour être fabuleux. Amoureux de la nature, passionné par la culture, farniente à la plage, mordant de fonds marins, le Sri Lanka est fait pour tout le monde !

Nous vous avons tout même fait une petite liste de nos coup de cœur :

  • Le safari d’Uda Walawe, pour cette chance d’apercevoir des éléphants.
  • Le rocher du Lion à Sigiriya. Une randonnée agréable avec une vue imprenable sur le rocher.
  • Le lever de soleil sur la baie de Nilaveli.
  • Pic Adam, et cette ascension unique!
  • L’accueil des Sri lankais, et leur bienveillance à notre égard face aux attentats.
  • Polhena Beach, pour ce moment dans l’océan avec les tortues.

 

IMG_20191209_134825.jpg

 

 

flops

NOS PETITS FLOPS :

  • La nourriture. Parfois trop épicé.
  • Les attentats. Et le fait que par mesure de sécurité Internet fut bloqué, pas trop commode pour rassurer nos proches.
  • Les cafards dans certains logements.
  • ELLA, nous n’avons pas aimé cette ville trop touristique, plus du tout authentique.
  • Colombo, capitale sans très grands intérêts.

 

 

 

drones-professionnels-design-plat_23-2147694887

PAR RAPPORT AU DRONE :

Il est formellement interdit de faire voler un drone au Sri Lanka, la législation est assez stricte. site : Ohmydrone.

 

 

ET CONCERNANT LE BUDGET :

En ce qui concerne le budget, le Sri Lanka est un peu plus cher que l’Inde, toutefois le pays reste accessible à tous globe-trotteur. Néanmoins, nous trouvons que certains site touristique comme Anuradhapura sont excessivement cher, et peuvent parfois plomber votre budget voyage. De ce fait, renseigner vous bien sur les sites et les tarifs avant de partir.

 

Par rapport aux banques :

En arrivant à l’aéroport, vous pouvez changer 20-30€ afin de vous payer le transport vous menant dans une banque à Colombo ou sa banlieue. Les bureaux de change se trouvent juste après la zone des bagages.
Une fois à la banque, là je vous conseille de changer la totalité de vos euros. Car on ne peut pas faire du change partout au Sri Lanka. C’est propre aux « grandes » villes ou aux villes très touristiques.
BON PLAN : la BOC, Bank of Ceylon, ne prend pas de commission sur les retraits (cela ne vous empêchera pas d’avoir des frais élevés selon votre banque si vous n’avez pas la carte N26).

 

bilan sri lanka

 

 

LE SRI LANKA, EN CHIFFRE :

  • 867 km parcourus.
  • 0 jours de scooter.
  • Une dizaine de bus pris.
  • 1 rendez-vous aux urgences pour une tique dans l’oeil.
  • 6 jours de pluies sur 18.
  • 6 tuk tuk pris.

 

 

ALORS, NOTRE BILAN ? 

Le Sri Lanka c’est enivrant, que cela soit en famille, seul, ou en couple, ce pays sera répondre parfaitement à vos attentes ! Paradoxalement c’est vrai que depuis les attentats, le Sri Lanka est peut être pour certaines personnes une destination à éviter mais au contraire, c’est le moment idéal pour pouvoir visiter cette île si merveilleuse.  Le risque zéro n’existe nul part. Soyez juste vigilant, mais ne « boycotter » pas une destination par sécurité cela serait dommage. Après chacun à son avis la dessus bien entendu.

 

 

 

KAWAH IJEN, RÉCIT DE NOTRE ASCENSION TOTALEMENT MAGIQUE.

Après la somptueuse découverte du Mont Bromo, nous avons poursuis notre voyage sur l’île de Java pour nous rendre au volcan Kawah Ijen. Situé donc à l’extrême Est de Java, le Kawah Ijen est un volcan unique qui se démarque par son paysage à couper le souffle, son lac aux eaux turquoises et surtout par ses porteurs de soufre qui font de ce site un lieu incontournable et marquant. 

jhdr_soft

 

UN PEU D’HISTOIRE.

Le volcan Old Ijen serait apparu il y a environ 250 000 ans, entrant en éruption il y a 50 000 ans provoquant ainsi sa destruction quasi complète. Cette catastrophe donna naissance à l’actuelle caldeira de Kendeng. Par la suite, des cônes se mirent en place sur le rebord sud de la caldeira dont le Kawah Ijen.

De la première éruption observée par les Occidentaux qui remonte à 1796 à la dernière en date le 29 juillet, dix éruptions ont été enregistrées sur le Kawah Ijen. Ces éruptions représentent l’intégralité de l’activité volcanique de l’Ijen sous la forme d’explosions parfois phréatiques ainsi que l’émission de lahars comme en 1796, 1817 et 1975. La seule éruption ayant entraîné des dégâts matériels notables et des victimes est celle de 1875.

En 1921, les néerlandais, colonisateurs de l’Indonésie alors appelée Indes orientales néerlandaises, décident de construire un barrage, toujours en place depuis, au niveau de la brèche du cratère. Celui-ci permet alors de réguler le niveau du lac afin de prévenir tout débordement et protéger les villages et les cultures de caféiers en contrebas, dans la caldeira de Kendeng.

Actuellement, le Kawah Ijen est toujours une merveille de la nature, à la fois fascinant et quelque peu inquiétant. Son cratère abrite un lac sulfureux à la couleur turquoise connu pour être le plus grand lac d’acide de la planète.

 

L’ASCENSION.

IMG_20190723_080245.jpg

IMG_20190723_083437.jpg

sdr_soft

dav_soft

Depuis la ville de Banyuwangi, compter une heure de scooter pour atteindre le point de départ de l’ascension. Cette dernière ne présente pas de difficulté majeure et ne nécessite pas forcément d’être accompagné par un guide. La pente est parfois raide, surtout pendant la première moitié de la montée, mais les sentiers toujours larges et sans danger.

Pour ceux qui partent très tôt afin d’accéder au cratère et à la soufrière de nuit, il est fortement conseillé de se munir d’une lampe frontale, en plus d’une bonne paire de chaussures. Une fois arrivé au sommet, après environ deux heures de marche, la végétation luxuriante laisse place à un paysage lunaire, qui frappe par l’absence de vie animale et végétale. Avant le lever du soleil, on peut observer d’étranges coulées de lave bleue qui semblent ruisseler sur les flancs du cratère. Il s’agit en fait de soufre à l’état gazeux, qui s’enflamme au contact de l’air, offrant ainsi un spectacle totalement surréaliste, et réalisé sans trucage.

Pour notre part, nous avons préféré faire l’ascension dans la matinée évitant ainsi tous les touristes. Munissez-vous tout de même d’une veste car sur le cratère le vent souffle énormément.

cof_soft

 

ARPENTER LE CRATÈRE DU IJEN.

Il est normalement interdit de descendre dans le cratère du Kawah Ijen, mais de nombreux touristes tentent l’expérience, accompagnés par un porteur de soufre ou un guide expérimenté. Les garçons sont descendu avec un porteur et on pu dialoguer avec lui et en savoir davantage sur son travail. Cela a été leur plus belle expérience de leur séjour en Indonésie. Le porteur nous a demandé 50 000 Rp par personne. Personnellement, on avait aucune envie de négocier avec un homme faisant un tel travail, et on lui aura permit de gagner l’équivalent d’une journée de travail.

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

Les porteurs vendent aussi de petites sculptures en soufre pour quelques centimes.

 

LES PORTEURS DE SOUFRE.

Hormis donc le décor incroyable du lieu, « les porteurs de soufre » font également la renommée du Kawah Ijen. Ces hommes, issus des villages avoisinant le plateau Ijen, font des allers-retours en transportant des blocs de soufre dans des paniers à balancier. Ces derniers sont rémunérés selon le poids qu’ils rapportent. Ils portent sur leurs épaules des charges allant de 70 à 100kg et respirent des vapeurs de soufre toute la journée. La majorité travaille sans masque à gaz. On imagine vite la nocivité de la fumée en respirant 5 minutes sans masque ni foulard. Un vrai travail de titan qui fait franchement peine à voir, même si ces hommes gardent le sourire et semblent éprouver une certaine fierté. Une vrai leçon de vie !

fbt

IMG_20190723_100403.jpg

IMG_20190723_095308.jpg

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

 

IMG_20190723_105150

jhdr_soft

 

Kawah Ijen, est juste indispensable d’une part par sa beauté, d’autre part pour ces porteurs de soufre, nous donnant une leçon de vie exemplaire. Vous devez en aucun cas faire l’impasse dessus, après à vous de voir si vous voulez voir le Ijen la nuit avec ces flammes bleues ou bien la journée. Ce volcan restera marqué à jamais dans nos souvenirs, procurez-vous cette expérience magique et inoubliable.

 

ASTUCES PRATIQUES.

  • Un guide n’est pas du tout nécessaire pour l’ascension. Le chemin fait au moins 3 mètres de large et impossible de se tromper, il n’y a pas d’autre chemin.
  • Des chaussures de randonnées ou à minima de bonnes paires de baskets. Au final c’est plus à la descente que les chaussures de randonnée sont hyper utiles ! Faites donc attention aux glissades.
  • Louer des masques à Gaz à votre hôtel ou maison d’hôte. Et n’oubliez pas de prendre avec vous une veste.
  • Retirez vos bijoux en argent, en or ou autres, car les vapeurs de soufre oxydent ces métaux.

 

L’entrée du parc coûte 15 000 Rp par pers.

 

 

 

 

 

 

 

BAKO NATIONAL PARC, A LA DÉCOUVERTE DES NASIQUES.

Outre la réserve de Semenggoh, il existe un parc national non loin de Kuching où en plus d’apercevoir une faune et flore luxuriante et totalement sauvage. Il est également possible d’apercevoir une espèce très rares de singes, appelés les nasiques ou singes proboscis.

Bako, fondé en 1957, est le parc le plus ancien de Sarawak. Entouré par la mer de Chine et bien qu’il soit tout petit par rapport à d’autres parcs asiatiques (27 km2),c’est l’endroit idéal pour admirer toute la flore de Bornéo.

Il offre aussi la possibilité de faire plusieurs trekkings au milieu de la jungle (16 sortes de sentiers bien entretenus, chacun balisé avec une couleur), de longueur et de difficulté différentes pour tous le monde. Le parc propose aussi des hébergements afin de passer au moins une nuit au milieu de la jungle et ainsi vivre une expérience inédite si vous le désirez.

Nous sommes partis à la découverte du Bako National Parc, tôt le matin. Il y a le bus numéro 1 qui passe dans la ville et vous emmène à l’entrée du petit port pour prendre une barque et ainsi vous rendre au Parc. Toutefois, il existe aussi des petits bus locaux blancs qui vous proposent le même trajet au même prix. Ce n’est pas une arnaque vous pouvez monter dans ces bus en toute sérénité.

jhdr_soft

Le bus nous emmène alors à un débarcadère à Kampung Bako où nous prenons nos tickets d’entrée au Parc. De là nous montons dans un petit bateau qui fait la navette jusqu’au «camp » (headquarters) du parc sur la plage de Telok Assam en une vingtaine de minutes. Le trajet est très agréable, puis nous permet direct de s’immerger dans la nature luxuriante et sauvage du parc Bako.

La première chose à faire c’est de vous rendre au bureau du parc qui fait notamment épicerie/ restaurant, vous devez impérativement vous enregistrer auprès des autorités du parc et remplir ainsi les formalités demandées. Pareil quand vous repartirez !

oznor_soft

oznor_soft

oznor_soft

Nous avons eu vraiment une chance unique d’apercevoir tout de suite dans les arbres devant le bureau du parc, un nasique. Ils sont généralement ici.  De l’agitation dans les arbres en lisière de forêt, ouvrez bien grands vos yeux, ces singes avec un grand nez sont somptueux ! Les nasiques font leur vie sans se soucier de nous, nous, on les observe avec grand plaisir.

Par la suite nous sommes partis explorer ce parc immense, de la végétation à outrance, des singes présents, des paysages merveilleux. Plusieurs chemins de trails s’offriront à vous, choisissez celui qui bien évidemment vous convient le mieux.

cof_soft

jhdr_soft

oznor_soft

oznor_soft

oznor_soft

oznor_soft

oznor_soft

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES.

La visite du parc peut se faire avec une agence qui vous emmènera jusqu’au parc et vous aidera dans la visite du site. Mais si vous souhaitez le faire en indépendant, cela est totalement possible, c’est ce que nous avons fait.

Le tarif d’entrée est de 20 RM (4 €) par personne pour les étrangers. 7 RM pour les enfants.

Il est possible de loger dans le parc de Bako pour profiter pleinement du lieu et observer la faune au coucher et au lever du soleil, moment où les animaux sont plus actifs. Quelques chambres et chalets sont disponibles, ainsi qu’un camping mais il vous faudra réserver à l’avance auprès de l’office national des parcs naturels à Kuching.

National Parks Booking Office, visitors information centre,
Jalan Tun Abang Haji Openg,
93000 Kuching Sarawak,
Tel: (+6) 082 248088

 

Si vous êtes de passage sur l’île de Bornéo, prenez vraiment le temps de découvrir ce parc national, d’une part pour sa nature d’autre part pour observer une autre espèce extraordinaire de singes dans son habitat naturel.