WELCOME, NEW YORK. TOUT SAVOIR POUR RÉUSSIR SA VISITE DE CETTE VILLE ICONIQUE ET GRANDIOSE.

Ça y est l’aventure reprend, nous voilà à l’aéroport Charles-de-Gaulle, Paris, 18 heures prêts à embarquer dans quelques heures en direction de la ville iconique de New York. Nous arrivons à 20 heures à l’aéroport JFK à New-York. Afin de rejoindre notre Air b’n’b, nous décidons de prendre un Uber. Elle est pour nous la meilleure solution en terme de rapport prix/temps. (UBER partagé / 27 $ pour 2 personnes.)

Nous séjournons dans le quartier Glendale, non loin de Brooklyn. Chaque matin, nous avions à peu près 1 heure de transport pour accéder au centre de Manhattan. Et c’est à partir de ce célèbre quartier que notre exploration commença.

20200123_151935.jpg

IMG_20200123_091638.jpg

 

Bon, concernant le décalage horaire, qu’on se l’avoue cela a été très dur les premiers jours très souvent réveillés à 5/6 heures du matin.

 

COMMENT RÉUSSIR SA PREMIÈRE VISITE DANS CETTE IMMENSE VILLE ? 

  • AVOIR DU TEMPS ! Je pense que 5 jours c’est bien pour visiter New York et explorer ces nombreux quartiers emblématiques. Nous nous sommes restés 4 jours et nous n’avons pas pu tout voir, sans compter que nous avons eu un jour de pluie.
  • DÉCALAGE HORAIRE ? – 6h
  • CONCERNANT LA MONNAIE ? Dollars américain (USD$) taux de change : 1€ = 1,13 USD
  • VISA :  il vous faut obligatoirement l’ESTA pour prendre l’avion pour les Etats-Unis, faites votre demande en ligne quelques jours avant votre départ, il est valable 2 ans et coûte 14$ en ligne.
  • LES TRANSPORTS EN COMMUN : Le métro dessert toute la ville. Si vous restez 1 semaine à New York même 3 jours, on vous conseille d’acheter absolument une MetroCard illimitée à votre arrivée dans une borne dans n’importe quelle station: 32$+1$/par personne.
  • TEL / WIFI : La meilleure option est avec le forfait Free (19,9€/mois) et RED by SFR (15€/mois), les Etats Unis sont inclus avec 25Go/15Go d’internet et appels gratuits vers la France.
  • ELECTRICITÉ : Prises électriques de type A, deux fiches plates, prévoir un adaptateur et une multiprise.
  • CHOISIR UN CITY PASS. On a opté pour l’option City Pass NY 6 attractions inclues. Tarif : 240 euros pour deux personnes. 
  • CONCERNANT LES HÉBERGEMENTS ? Pour les petits budgets nous vous conseillons de regarder les Air Bnb, dans les quartiers extérieurs de Manhattan. Généralement il possède un coin cuisine où vous pouvez économisez de l’argent en vous faisant à manger.  Toutefois, faites bien attention aux air bnb que vous prenez pensez à regarder les avis, car nous avons eu une petite mésaventure avec un Air bnb non déclaré.

Pour faire vos courses, direction Stop & Shop. C’est un grand supermarché comme  on connaît tous.

 

  • Pour rejoindre l’aéroport JFK pour notre vol NY-LA. Nous nous sommes débrouillés sans prendre de taxi ou d’Uber en utilisant notre Pass métro afin de le rentabiliser encore plus. Et cela a été plutôt facile. Depuis le Financial District nous avons pris la ligne 4 jusqu’à New Lots. Puis pris le Bus n°15 en direction du terminal 5 de JFK. 

 

 

nyc

 

 

L’EMBLÉMATIQUE MANHATTAN.

  • MIDTOWN et TIME SQUARE. 

IMG_20200122_093103.jpg

IMG_20200122_095143.jpg

Quand on visite Manhattan on ne sait par quoi commencer, et c’est tout naturellement que nous nous dirigeons vers Time Square.  Sûrement un des endroits les plus visités au monde, en soit c’est un emblématique d’un passage par New York mais qu’on se l’accorde au final ce n’est ni plus ni moins que des écrans géants en masse avec des boutiques par centaines et des milliers de touristes… Puis après avoir fait Tokyo, New York paraît un peu « Has-Been » au niveau de la modernité. Toutefois, je pense qui faut vivre Time Square deux fois, le jour et la nuit. La nuit reste mon moment préféré pour s’imprégner de cette ambiance grande ville illuminé et effervescente.

IMG_20200124_171133.jpg

IMG_20200124_171637

IMG_20200124_170941

Puis nous déambulons malgré le froid glacial à travers Midtown à la découverte de nombreuses avenues toutes plus iconiques les unes que les autres, et en observant tout autant de nombreuses cathédrales super jolies.

20200122_195926.jpg

IMG_20200122_092801.jpg

20200123_161450.jpg

IMG_20200122_134946.jpg

IMG_20200122_112128.jpg

 

 

  • LES VIEWPOINTS : EMPIRE STATE BUILDING ET ROCKFELLER CENTER.

Après, nous décidons d’aller à l’Empire State Building, un des buildings les plus mythique de New York. Sa construction a commencé le 17 mars 1930, sous la direction des architectes Shreve, Lamb & Harmon Associates. A raison de 4 étages et demi par semaine, la construction de l’ESB s’est achevée en 1931 et l’inauguration a eu lieu le 1er mai 1931, par le President Hoover depuis Washington DC. Sa hauteur est de 381 mètres (448,7m avec l’antenne) et il compte 102 étages.

IMG_20200122_114235.jpg

Il a été le plus grand immeuble de New York (position qu’il a retrouvé suite aux attentats du 11 septembre 2001) et a été, pendant des décennies, le plus haut immeuble du monde. Aujourd’hui, il est donc second derrière le One World Observatory.

IMG_20200122_120252.jpg

IMG_20200122_120439.jpg

IMG_20200122_121926.jpg

IMG_20200122_200949.jpg

IMG_20200122_200303.jpg

 

Avec le City Pass nous pouvions monter tout en haut (une fois en journée, et une fois le soir à partir de 20 heures). Et, il vous donne aussi accès à l’autre point de vue indispensable de Manhattan: le Rockfeller Center.

IMG_20200124_123911.jpg

20200122_182800.jpg

La vue est incroyable, indescriptible ! On se rend vraiment compte de la superficie de New York depuis ces hauteurs. Et, depuis le Rockfeller Center vous avez la vue de ESB en prime.  

IMG_20200124_121211.jpg

IMG_20200124_121134

IMG_20200124_121442

IMG_20200124_121003

 

  • BALADE A CENTRAL PARK. 

IMG_20200124_133405.jpg

Central Park est juste l’immense poumon de la ville, un grand havre de paix où le chant des oiseaux nous transportent loin de l’effervescence de la ville. Nous déambulons tranquillement, paisiblement, je pense que c’est la première fois depuis notre séjour à New York que nous nous sentons aussi zen loin du dynamisme des visites de la ville.

IMG_20200124_134211.jpg

IMG_20200124_131527.jpg

IMG_20200124_134043.jpg

IMG_20200124_134001.jpg

IMG_20200124_131308.jpg

Vous pouvez y consacrer quelques heures, ou une journée au rythme de vos envies. Ce lieu est juste superbe entre nature, animaux et activités en tout genre ! Petit plus pour ces nombreux écureuils trop craquants.

 

  • LES MUSÉES. 

Et oui New York c’est aussi ces nombreux musées tous hyper intéressants. Avec le City Pass nous avons visités le Musée d’Histoire Naturelle, le MET est lui aussi inclus dans le Pass, tout comme le musée de la marine, ou Guggenheim.  Nous avons également visité le musée et mémorial du 11 septembre. Une visite remplie d’émotion, chargée d’histoire et de souvenirs. Il est vraiment indispensable !

IMG_20200122_164752.jpg

IMG_20200122_155808.jpg

IMG_20200122_163958.jpg

 

Etant passionnée d’art, le MOMA était pour moi une évidence. C’est un des plus grands musée d’art au monde avec de nombreux tableaux connus et reconnus (Van Gogh, KHALO, Picasso, Mondrian, Cezanne….). Pour couronner le tout nous l’avons visité gratuitement. Il faut savoir que tous les vendredis soir la marque Uniqlo offrent des billets gratuitement de 18h à 21 heures. Inutile de venir en avance faire la queue car dès l’ouverture des portes, la queue défile à une vitesse très très rapide.

IMG_20200124_183305.jpg

20200124_175456.jpg

IMG_20200124_180530.jpg

IMG_20200124_182042.jpg

IMG_20200124_175932.jpg

IMG_20200124_182617.jpg

 

  • LA PETITE TOUCHE CONTEMPORAINE : THE VESSEL.

IMG_20200124_145940

Le Vessel est une oeuvre architecturale très contemporaine caractérisé comme le nouveau symbole du quartier Hudson Yards. Inauguré en 2019, cette structure est faite d’escaliers reliés par des plateformes, tout cela suggérant la composition d’un navire.

Ce bâtiment futuriste fabriqué en acier, est devenu l’une des principales attractions de Hudson Yards, le grand projet d’aménagement urbain et moderne de l’ouest de Manhattan. Cet édifice se trouve au bout du parc surélevé High Line et a été conçu par l’architecte anglais Thomas Heatherwick.

IMG_20200124_145335

IMG_20200124_145445.jpg

IMG_20200124_145819.jpg

IMG_20200124_143905.jpg

 

La visite de ce monument est gratuite, il suffit juste de se rendre sur le site du Vessel et de choisir un créneau horaire pour le visiter.

 

 

CÔTÉ BROOKLYN. 

20200123_162136(0).jpg

Pour notre deuxième journée, nous nous rendons du côté de Brooklyn afin de découvrir le fameux Manhattan Bridge et Brooklyn Bridge. Le quartier DUMBO est tout autant touristique toutefois il offre de nombreux panoramas très intéressant, notamment celui du Manhattan Bridge dont la photographie devient de plus en plus prisée de tous.  J’ai adoré ce quartier c’est tellement l’idée que l’on se fait de Brooklyn, de l’architecture, des briques, des petites boutiques.

IMG_20200123_101539.jpg

 

Puis quant au Brooklyn Bridge, c’est l’un des plus anciens de New York traversant l’East River pour relier les arrondissements de Manhattan et de Brooklyn. Long de 1 825 mètres et haut de 84 mètres, ce pont a coûté plus de 15 millions de dollars de l’époque, estimant en plus que 27 personnes ont perdu la vie pendant les travaux, qui ont duré 14 ans. Son architecte, John Augustus Roebling étant mort des suites d’un accident sur le chantier, quelques jours seulement après le début de la construction, c’est son fils, Washington Roebling, puis sa belle-fille, Emily Warren Roebling, qui menèrent le projet à son terme. Le pont de Brooklyn est ouvert à la circulation le .

IMG_20200123_103640.jpg

IMG_20200123_103809.jpg

IMG_20200123_103550.jpg

IMG_20200123_104034.jpg

 

 

LADY LIBERTY.

IMG_20200123_122113.jpg

Classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 1984, la statue de la liberté est l’un des monuments phares de NYC, voir même de l’Amérique du Nord. Cette sculpture monumentale, érigée sur Liberty Island. Cette statues a été offerte par la France pour les Etats-Unis afin de célébrer le centenaire de la déclaration d’Indépendance. Son nom officiel est « La liberté éclairant le monde.. « , elle symbolise essentiellement l’espoir, l’immigration et bien évidemment la liberté.

IMG_20200123_124140.jpg

IMG_20200123_121437.jpg

IMG_20200123_121906.jpg

IMG_20200123_125103.jpg

 

A ses pieds nous pouvons retrouver des chaînes brisées symbolisant l’abolition de l’esclavage. Puis, les 7 branches de sa couronnne correspondent au 7 mers et continents de la planête.

 

-> COMMENT LA VISITER ?

Avec le Pass City NYC, vous avez accès à Liberty Island en prenant un Ferry dans le quartier Financial District, Battery Park. Attendez-vous à un long control de sécurité très pointilleux. La balade en bâteau est super intéréssante elle offre de nombreux points de vues sur Manhattan et sur la statue de la liberté. Petit conseil, évitez de manger sur le bâteau de nombreuses mouettes vous attendent !

Si vous ne possédez aucun Pass, le tarif à Lady Liberty est de :

  • 18,50 $ : incluant la traversée + montée au piédestal.
  • 21,50 $ : incluant la traversée + montée à la couronne.

 

Liberty Island et Ellis Island sont ouvertes au public tous les jours de 9h30 à 17h à l’exception du 25 décembre. Le guichet ouvre à 8h30 et les ferries partent toutes les 30/45 minutes (le premier part de Battery Park à 9h).

 

-> Comment rejoindre Battery Park ? 

  • En Métro : La ligne 1 (rouge) terminus South Ferry. // Les lignes 4 et 5 (vert)  arrêt Bowling Green.
  • En Bus : M5 / M20 / M15 arrêt South Ferry.

 

 

 

New York est une destination mythique, une ville immense composée par de longues avenues sans fin, des buildings à en perdre la tête et un joli patrimoine culturel. Cela n’est pas évident de tout voir lorsqu’on visite New York, du coup essayez de préparer en amont les points d’intérêts que vous voulez absolument voir sans pour autant charger vos journées. Laissez-vous le temps de ressentir l’ambiance New yorkaise, et l’effervescence puissante qui domine la ville. D’un point de vue plus personnel, New york nous a enchanté certes, mais les inégalités sociales se font beaucoup ressentir et lorsqu’on voyage on ne peut pas fermer les yeux sur un tel contraste qui chamboule vraiment le coeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SEVILLE, L’INDÉTRÔNABLE.

Séville est une des villes qui me faisais le plus rêvée en Andalousie, c’est donc avec excitation et impatience que j’attendais de la découvrir. Nous avons consacré une journée entière à la visite de celle-ci autant vous dire que nos jambes ne se sont pas reposées du tout, mais bon passons cela est pour la bonne cause, puis rien de mieux que de découvrir une ville si ce n’est qu’à pied.

Nous garons la voiture  au niveau de la station de métro Ciudad Expo, où 8 arrêts après nous descendons au niveau du centre-ville de Séville. Nous voilà enfin prêts à partir à la découverte de la plus célèbre ville d’Andalousie au rythme des ruelles et des sites culturels incontournables.

IMG_20191013_104727.jpg

IMG_20191013_105459.jpg

IMG_20191013_151619.jpg

IMG_20191013_110013.jpg

 

Nous commençons la visite par marcher jusqu’au Real Alcazar, le célèbre palais où 3 heures de queue nous attendaient, sous la chaleur, et la foule omniprésente. Je pense que les garçons sur le moment ont du me « détester » mais on ne pouvait visiter Séville sans son majestueux palais.

 

AU COEUR DU REAL ALCAZAR. 

IMG_20191013_142837.jpg

IMG_20191013_142638.jpg

IMG_20191013_142731.jpg

 

Déclarée patrimoine de l’humanité par l’Unesco, l’Alcazar de Séville constitue l’un des monuments les plus emblématiques de la ville, du pays et de la culture méditerranéenne. Celui-ci témoigne, entre ses murs et ses jardins, de l’évolution historique de la ville pendant le dernier millénaire, en réunissant des styles allant de l’époque arabe jusqu’au XIXe siècle, en passant par le Mudéjar du bas Moyen-âge, la Renaissance ou le Baroque. Il a été déclaré Patrimoine Mondial par l’Unesco en 1987, en reconnaissance de l’héritage de cultures et de civilisations qui subsiste encore dans cet ensemble harmonieux où tout est à sa juste mesure.

  • Le palais de Pierre le Cruel, l’un des édifices les plus importants de l’Alcázar, fut restauré par Charles Quint et Philippe IV. On découvrira surtout à l’extérieur le ravissant patio de las Doncellas (cour des Demoiselles d’honneur) réalisé par les meilleurs artisans de Grenade, un rectangle harmonieux encadré d’une double rangée de colonnes de marbre. Les demoiselles, princesses du sang, se tenaient à l’étage pour suivre les cérémonies qui avaient lieu dans la cour. On ne manquera pas aussi le salón de Embajadores et son dôme en bois de cèdre gravé et doré du XVe siècle. Si les travaux furent d’abord exécutés par des artisans maures qui apportèrent toute la fantaisie mudéjare, notamment dans des décors d’azulejos somptueux, les réalisations suivantes empruntent plutôt à l’Europe et à la Flandre .

IMG_20191013_143739.jpg

IMG_20191013_143819.jpg

IMG_20191013_144228.jpg

 

  • Les jardins de l’Alcazar sont magnifiques, d’influence arabe, ils ont ensuite été réformés en style Renaissance et romantique. Jets d’eau, fontaines, bassins, sculptures, buissons, arbustes et terrasses plantées de cyprès et de lauriers alternent dans un éblouissement de chaque instant. Les Andalous puis les paysagistes venus d’Afrique du Nord ont porté l’art à des sommets inégalés, afin de satisfaire le goût et les sens des califes. Un lieu idéal pour les siestes des chaudes journées d’été. D’autant plus qu’une cafétéria vous permettra de faire des pauses de temps en temps dans un lieu idyllique.

IMG_20191013_142959.jpg

IMG_20191013_143339.jpg

IMG_20191013_145626.jpg

IMG_20191013_142601.jpg

IMG_20191013_150357.jpg

IMG_20191013_144833.jpg
jhdr

 

  • Divers patios forment aussi des étapes clés de la visite. Le Patio de las Doncellas, les demoiselles, dont la décoration a été réalisée par les plus grands artistes de Grenade ; celui des muñecas, poupées, qui doit son nom aux visages qui décorent l’un de ses arcs et était l’endroit réservé aux domestiques qui travaillaient dans le palais ; celui de la Montería, de la chasse, ancien lieu de réunion de la cour royale avant de devenir lieu de rassemblement pour les chasses. Ou encore celui del Yeso, du plâtre, un jardin orné de superbes massifs de fleurs et de ruisseaux qui a conservé des éléments caractéristiques de l’alcazar de la dynastie almohade du XIIe siècle.

IMG_20191013_144503.jpg

IMG_20191013_145201.jpg

IMG_20191013_150921.jpg

 

 

J’ai adoré la visite de ce lieu magique, les influences musulmanes ont données des façades époustouflantes, dont mes yeux et mes pensées s’en souviennent encore. Tout au long de l’exploration, l’envoûtement opère, marcher au cœur du Real Alcazar c’est s’accorder un instant hors du temps.  L’entrée coûte 12,50 euros par personne.

 

LE CENTRE HISTORIQUE.

IMG_20191013_135100.jpg

IMG_20191013_151936.jpg

IMG_20191013_153430.jpg

IMG_20191013_154311.jpg

 

C’est évidemment un des passages obligé de la ville qu’on le veuille ou non, là où se concentrent la plupart des hauts lieux touristiques, des restaurants, des bars et des boutiques ! Le quartier Santa Cruz, particulièrement, est parfait pour flâner au hasard, en profitant du charme de tous ses recoins secrets. N’oubliez pas par exemple de passer par le Patio de Banderas, une place publique remplie d’orangers, légèrement à part du reste des ruelles et directement accolée à l’enceinte de l’Alcazár.

Les places principales regorgent de grands bâtiments historiques richement décorés; il n’est pas rare d’y entendre des musiciens qui jouent de la musique flamenco, comme sur la Plaza de San Francisco.

 

LA PLAZA DE ESPANA.

Ensuite, la visite se poursuit du côté de la célèbre place d’Espagne aussi mythique soit-elle, elle est juste merveilleuse. Cette étendue majestueuse, qui ressemble davantage à un monument qu’à une place de ville, a été construit pour l’exposition hispano-américaine de 1929. Nous avons adoré cette place, et la grandeur des espaces verts clôture ce lieu à la fois relaxant, familiale et romantique.

IMG_20191013_160353.jpg

IMG_20191013_161454.jpg

IMG_20191013_160333.jpg

IMG_20191013_160156.jpg

 

Séville est à la fois conquérante, passionnante et inspirante. Elle regorge de patrimoine culturelle, d’une douceur de vivre exquise et demeure autant pétillante que chaleureuse. Elle vous fera chavirer j’en suis certaine. Alors sans plus attendre, allez-y !

 

AMSTERDAM, LA SULFUREUSE.

7h00 du matin, l’air glacial, les yeux à peine ouverts de notre énième trajet en bus de nuits depuis notre retour en Europe, nous voilà sur le seuil des Pays-Bas dans la sulfureuse et capitale Amsterdam. Impossible de ne pas succomber au charme de cette capitale posée sur les flots, enchevêtrement de grands canaux aux eaux changeantes, comme autant de veines qui affluent vers son coeur.

Dans la Venise du Nord, le temps varie aussi vite que les teintes de l’Amstel, le ciel pur succède à la brume, la tempête arrive sans mot dire. Ville capricieuse et contrastée, à la fois moderne et classique, sage et délurée, conservatrice et innovante, elle saura captiver tout voyageurs qui se donne la peine de vraiment la découvrir, au-delà des clichés et poncifs.

Nous déambulons instinctivement dans la ville, passant à droite à gauche des canaux sans but précis juste en nous imprégnant totalement de l’esprit Amsterdam.  Même si le temps n’était pas au rendez-vous, j’ai adoré cette ville à la fois turbulente avec son quartier rouge mais tellement charmante avec ces ruelles et bâtisses.

IMG_20191006_080302.jpg

IMG_20191006_082206.jpg

IMG_20191006_081043.jpg

IMG_20191006_084826.jpg

IMG_20191006_084739.jpg

IMG_20191006_082533.jpg

IMG_20191006_090148.jpg

IMG_20191006_081911.jpg

IMG_20191006_090022.jpg

IMG_20191006_081502.jpg

IMG_20191006_093537.jpg

IMG_20191006_090540.jpg

IMG_20191006_092912.jpg

IMG_20191006_091934.jpg

 

Amsterdam est une ville à découvrir le jour et à redécouvrir la nuit, ce genre de ville qui chamboule les mœurs mais aussi le cœur.

Nous retournons à la gare centrale, récupérer nos affaires dans les consignes puis prendre le métro afin de récupérer notre bus pour nous rendre à Bruxelles. A ce moment là nous sommes un peu nostalgique de nous dire que notre voyage de plus de un an se termine dans peu de temps.

 

COPENHAGUE, L’IMPERTURBABLE.

Capitale du Danemark, Copenhague est à la pointe du design et des nouvelles technologies. Cette ville scandinave où il fait bon vivre mêle à la perfection modernité, simplicité et originalité ; affirmant son identité avec fierté à travers un passé viking et des sagas nordiques. Notre visite s’est déroulé sur deux jours, où nous avons abordé cette visite suivant les différents quartiers à explorer. Nous arrivons à Copenhague depuis Stockholm via un bus de nuit avec la compagnie flixibus. 

Mais avant nous décidons pour ces deux jours de laisser nos affaires en cabine et juste récupérer un petit sac avec le minimum vital car nous dormons chez un hôte airbnb et l’heure à laquelle nous pouvons nous rendre était bien plus tard dans la journée.

 

QUARTIER INDRE BY.

IMG_20191003_105614.jpg

IMG_20191003_105625.jpg

IMG_20191003_112223.jpg

IMG_20191003_113027.jpg

IMG_20191003_110723.jpg

 

C’est l’un des quartiers les plus originaux, agréables et verts de Copenhague avec plus plusieurs parties distinctes : Résidentiel au sud, puis anciennement portuaire et industriel au nord. Et au milieu coule une rivière ou plus précisément des canaux  traversant et ceinturant le célèbre port Nyhavn. 

IMG_20191004_131629.jpg

IMG_20191004_133945.jpg

IMG_20191003_121536.jpg

IMG_20191003_122352.jpg

IMG_20191003_121858.jpg

IMG_20191003_121324.jpg

 

Nous trouvons que ce quartier donne un petit aperçu de ce que peut être Amsterdam, en beaucoup plus coloré, c’est une certitude.  Par contre, nous n’avons pas voulu faire le Parc Tivoli car pour nous, cela été hors-budget. C’est un parc d’attraction de plus de 170 ans.

 

 

QUARTIER CHRISTIANVAHN.

IMG_20191003_113046.jpg

IMG_20191004_130222.jpg

IMG_20191004_125348.jpg

IMG_20191004_125059.jpg

 

Je pense que c’est le quartier le plus insolite et underground que nous avons pu faire jusqu’à présent avec Christiana. Un lieu et un univers hors-normes assez anarchiste où pratiquement aucune lois règnent. Nous avons quand même été choqué de voir des parents emmenés leurs enfants sur ce lieu, je trouve que le contexte est pas trop propice pour des enfants ( vente de drogues, squat… ) Hormis, cette petite parenthèse, j’ai adoré cet endroit peu commun et rempli de street-art.

IMG_20191004_124207.jpg

IMG_20191004_124102.jpg

IMG_20191004_123926.jpg

 

Nous avons aussi admirer l’ Église de Notre-Sauveur, une des plus belle églises de Copenhague avec une vue incroyable sur la ville depuis son insolite tour en spirale. (bien sur la vue est payante).

IMG_20191003_113424.jpg

IMG_20191003_113629.jpg

 

 

QUARTIER OSTERBRO.

IMG_20191003_125945.jpg

IMG_20191003_131832.jpg

IMG_20191003_131453.jpg

IMG_20191003_131942.jpg

IMG_20191003_130127.jpg

 

Après la visite de Christiana, direction les remparts du Kastellet. Un parc arboré qui peut à la fois vous permettre de vous détendre ou à la fois vous promenez tranquillement le temps d’un instant. Nous avons adoré les moulins présents. Un charme fou ! Puis juste après en route pour admirer la fameuse petite sirène de Copenhague. Bon qu’on se l’avoue on la pensait vraiment plus grande. Et le meilleur moyen de la rencontrer est de se balader le long des quais Kobenhavns Havn. 

IMG_20191003_135150.jpg

 

 

 

Cph_districts

 

Puis après nous profitions de la fin de la journée en arpentant diverses rues avant de rentrer dans notre airbnb.

IMG_20191003_141557.jpg

IMG_20191003_110415.jpg

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES. 

– MONNAIE.

Il s’agit de la couronne danoise. 1 euro = 7,47 DKK.

– TRANSFERT AEROPORT-CENTRE VILLE.

je vous recommande de prendre le métro car c’est le plus rapide et le moins cher. Environ 10€ le ticket (pour un taxi comptez environ 70€).

– SE DÉPLACER.
  • La tarification en métro dépend du nombre de zones traversées.
  • Le City pass est valable 24 h ou 72 heures. La Copenhague Card (de 24 à 120 heures) est valable pour tous les moyens de transport, toutes zones confondues. Elle donne également l’accès gratuit à de nombreuses attractions et musées ainsi qu’à des réductions dans certains restaurants.
  • Vous pouvez acheter une carte anonyme à créditer : La Rejsekort. Vous devrez ensuite la valider à chaque entrée et sortie de transport. 2 inconvénients : La carte est payante (80 DKK) et un minimum de 50 DKK doit être crédité pour utiliser les transports. Bref, pratique si vous comptez revenir à Copenhague, mais pas forcément économique dans le cas contraire.
  • L’application Mobilbilletter Hovedstaden permet d’acheter les tickets en ligne.

 

 

Copenhague est une ville agréable et super jolie, avec beaucoup de facettes différentes. Néanmoins, c’est une des villes les plus chers d’Europe, du coup vous devez impérativement prévoir un budget conséquent pour visiter cette ville. Mais, Copenhague vous séduira entre tranquillité et émerveillement.

 

 

 

 

 

 

TALLINN, L’ENJÔLEUSE.

Je pense que Tallinn est la plus jolie capitale des pays Baltes. Après c’est sur qu’enchaîner les capitales Baltes en trois jours donne un peu ce sentiment de déjà vu, mais nous pouvons vous le garantir que chaque capitale possède son charme authentique et unique.

IMG_20190929_111721.jpg

 

CÔTE VANALINN.

IMG_20190929_105855.jpg

Lors d’un voyage à Tallinn, la visite de la magnifique vieille ville qui a conservé tout son charme médiéval s’impose d’elle-même. Celle-ci est en effet toujours entourée de remparts comprenant de nombreuses tours dont l’origine remonte au XIIIe siècle. Tout le centre historique est d’ailleurs inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. La vielle ville est tout simplement à couper le souffle, les anciennes maisons hanséatiques (de commerçants) sont de toutes les couleurs et magnifiques, une petite pause photographique exquise.

IMG_20190929_105618.jpg

IMG_20190929_104039.jpg

IMG_20190929_110501.jpg

IMG_20190929_110319.jpg

IMG_20190929_102005.jpg

IMG_20190929_105914.jpg

 

Au cœur de cette vieille ville, on trouve Toompea, une colline calcaire qui surplombe le reste de la cité de 20 à 30 mètres. Il ne faut pas hésiter à grimper ces quelques mètres afin de jouir de magnifiques points de vue sur les toits rouges et les nombreuses cheminées de la vieille ville et le quartier moderne. On peut aussi observer sur cette colline l’église orthodoxe Alexandre Nevsky et ses coupoles noires. Puis profitez-en pour visiter juste à côté la forteresse. 

IMG_20190929_102432.jpg

IMG_20190929_102331.jpg

IMG_20190929_102543.jpg

IMG_20190929_102745.jpg

IMG_20190929_105210.jpg

IMG_20190929_105119.jpg

IMG_20190929_103817.jpg

 

Tallinn est saisissante, charmeuse d’autant plus avec ses couleurs automnales malgré le ciel gris qui domine notre séjour dans les pays Baltes. Elle est très agréable le temps d’un week-end, et permet vraiment de se hisser à l’époque médiévale par ces vestiges restants. Certains restaurants vous proposent mêmes des repas de l’époque.

Notre séjour dans les trois pays Baltes touche à sa fin, nous prenons le vol dès demain en direction de Stockholm !

 

ISTANBUL, UNE VILLE BELLE ET SOLENNELLE CHARGÉE D’HISTOIRE.

Istanbul est une ville qui fait rêver d’une part par son patrimoine d’autre part par son histoire. Un seul regard suffit pour que la ville t’enveloppe dans un tourbillon de couleurs et de senteurs. Je la considère comme une des villes qu’il faut visiter au moins une fois dans sa vie, pour un weekend ou pour une semaine. Mais la ville est si grande et il y a tant à faire qu’il est difficile parfois de savoir que voir et que visiter lors d’une première visite. Laissez-vous tenter selon vos envies et votre sensibilité !

IMG_20190901_102711.jpg

IMG_20190831_162811.jpg

IMG_20190901_093015.jpg

IMG_20190901_095515.jpg

 

 

QUARTIER SULTANAHMET.

LA BASILIQUE SAINTE-SOPHIE. (AYA SOFYA)

IMG_20190831_132506.jpg

Face à la mosquée Bleue se dresse la basilique Sainte-Sophie, l’une des gloires de l’Empire byzantin qui a été pendant près de mille ans le plus grand sanctuaire du monde chrétien, surpassée seulement par Saint-Pierre de Rome au XVIe siècle. Dédiée à la sagesse divine, elle est la grande oeuvre de l’empereur Justinien, mais est transformée en mosquée après la prise de la ville par les Ottomans en 1453.

IMG_20190831_132831.jpg

IMG_20190831_132147.jpg

Les minarets et mausolées qu’ils y ajoutent allègent aux yeux des contemporains l’aspect lourd et massif de l’ancienne basilique. En entrant dans la nef, vous avez le souffle coupé par l’énormité du bâtiment et la hauteur de la coupole, décorée d’inscriptions coraniques, qui s’élève à 56 m, soit l’équivalent d’un immeuble de dix-huit étages. Le plus étonnant est que cette coupole, d’une trentaine de mètres de diamètre, n’était pas soutenue par des piliers, mais par des demi-coupoles, un prodige d’architecture qui influencera par la suite les constructions ottomanes du grand architecte Sinan.

IMG_20190831_140100.jpg

IMG_20190831_132426.jpg

IMG_20190831_135149.jpg

IMG_20190831_134514.jpg

La construction de Sainte-Sophie débute en 532 et emploie durant cinq ans plus de 10 000 ouvriers qui travaillent sous les ordres des architectes Isidore de Millet et Anthemios de Tralles. Les matériaux arrivent de tout l’empire et on n’hésite pas à faire venir d’Ephèse des piliers de l’Artémision, une des Sept Merveilles du monde. Lorsque les Ottomans s’emparent de Sainte-Sophie, ils font recouvrir l’image du Christ Pantocrator qui orne la coupole et la remplacent par une calligraphie. Les mosaïques sont conservées et c’est seulement en 1750 qu’elles sont recouvertes d’un badigeon afin d’être plus en harmonie avec le Coran qui interdit les images. On aurait pu les détruire, mais le sultan de l’époque, conscient de l’importance de ces oeuvres d’art se contente d’une dissimulation. Ainsi peut-on aujourd’hui admirer les superbes mosaïques byzantines du VIe siècle (intérieur des arcs), et des IXe, Xe et XIIe siècles (galerie sud).

En 1934, Atatürk transforme la mosquée en musée pour détruire les symboles que Sainte-Sophie pouvait représenter.

IMG_20190831_135612.jpg

IMG_20190831_140939.jpg

IMG_20190831_133637.jpg

IMG_20190901_200731.jpg

 

 

LA MOSQUEE BLEUE.

IMG_20190831_131145.jpg

IMG_20190831_131149.jpg

Avec ses six minarets, sa coupole et ses demi-coupoles qui ont rendu sa silhouette célèbre, la Mosquée bleue a été édifiée entre 1609 et 1617 par l’architecte Sedefkar Mehmed Ağa, disciple du génie Mimar Sinan, pour et au nom du sultan Ahmed III (d’où son nom). On l’accepte comme la dernière grande construction impériale d’un empire déjà déclinant. Située au centre du complexe, la mosquée Bleue rivalise avec Sainte-Sophie dont elle n’est séparée que par une vaste esplanade.

Toutefois, faites attention aux heures de prières et à vos habits, tenues exigées ! L’entrée dans les mosquées est totalement gratuites. Respectez juste les consignes données.

IMG_20190831_131615.jpg

IMG_20190831_131542.jpg

IMG_20190831_131429.jpg

 

 

LE PALAIS TOPKAPI.

IMG_20190831_141654.jpg

Le palais de Topkapi a été construit en 1459, sur l’acropole de l’antique Byzance, s’étalant sur 700 000 M² dont 400 000 visitables. Il a été habité entre 1465 et 1853 par les sultans ottomans, leur famille, les eunuques, les cariyes (femmes du harem), les gardes rapprochées des sultans, des dortoirs pour les HALLEBARDIERS (personnes au service du palais Topkapi, tous métiers confondus) qui se distinguaient en se faisant deux nattes sur les cheveux.

Nous nous rendons dans l’après-midi au Palais de Topkapi, qui fut la résidence du sultan ottoman. La visite dure assez longtemps ne vous conseillons donc de prendre votre temps, et d’y aller plutôt en début de journée. Cela vaut le coup, l’endroit est merveilleux…Un vrai havre de paix au cœur de la ville.

IMG_20190831_141927.jpg

IMG_20190831_143303.jpg

IMG_20190831_144519.jpg

IMG_20190831_144623.jpg

IMG_20190831_144657.jpg

IMG_20190831_150003.jpg

IMG_20190831_145511_1.jpg

 

AYA IRIN.

IMG_20190831_150651.jpg

IMG_20190831_150741.jpg

L’église Sainte-Irène a été construite à la demande de Constantin Ier. Avec Sainte-Sophie, l’église Sainte-Irène forme l’ensemble ecclésiastique du patriarcat. Lors de la sédition Nika, en l’an 532, Sainte-Irène fut incendiée et elle fut ensuite reconstruite par l’empereur Justinien. Elle porta alors déjà la forme que l’on constate actuellement, à savoir, une basilique à coupole. Un séisme frappa la ville en 740 et l’église Sainte-Irène fut de nouveau démolie. Elle a été reconstruite par Constantin V. Lors de la conquête turque, l’empire ottoman ne transforma pas l’église Sainte-Irène en mosquée mais elle servit d’arsenal.

 

 

QUARTIER BEYOGLÜ, GALATA ET BESIKTAS.

IMG_20190901_130806.jpg

IMG_20190901_130457.jpg

IMG_20190901_132531.jpg

IMG_20190901_130504.jpg

Nous continuons ensuite la visite jusqu’au Pont Galata Köprüsü, célèbre pour ses centaines de pêcheurs à la ligne et ses restaurants en dessous. Au loin, tu verras également la Tour de Galata et une belle vue sur la ville d’Istanbul, ainsi que sur le Bosphore.

Puis nous avons pris le Tram direction le quartier de Besiktas pour aller voir le stade mais également le palais de Dolmabahçe (non inclus dans le Pass museum), résidence des derniers sultans et, également, de Mustafa Kemal Atatürk jusqu’à sa mort en 1938. À la différence de Topkapı, d’architecture orientale, Dolmabahçe est très largement influencé par l’architecture européenne. C’est un palais magnifique en bordure du Bosphore.

IMG_20190901_115131.jpg

IMG_20190901_124042.jpg

IMG_20190901_123828.jpg

IMG_20190901_120711.jpg

IMG_20190901_120338.jpg

 

 

L’EGLISE SAINT SAUVEUR-IN-CHORA.

Et pour finir en beauté, le petit bijou d’Istanbul, direction l’église Saint Sauveur in chora, je pense que vous devez sous aucun prétexte manquer cette église devenu musée ! Elle est rempli de mosaïques très bien conservées sous la période byzantine. Une pure oeuvre artistique, fascinante !

L’Eglise Saint-Sauveur-in-Chora, qui est de style byzantin, a été construite au 5e siècle. Le terme Chora vient du grec et signifie « dans les terres », nom sûrement donné du fait que l’Eglise Saint-Sauveur-in-Chora fut construite dans un milieu essentiellement rural. L’Eglise Saint-Sauveur-in-Chora fut restaurée une première fois au 11e siècle, période à laquelle la majorité du site actuelle date. Cependant, à cause d’un effondrement partiel, l’Eglise Saint-Sauveur-in-Chora fut rénovée une seconde fois au 14e siècle par Théodore Métochite, homme d’État influent de l’époque, qui lui donna sa forme actuelle. Théodore Métochite ajouta à l’Eglise-Saint-Sauveur-in-Chora une chapelle funéraire ainsi que des mosaïques, des marbres et des fresques.

Après l’arrivée au pouvoir des Ottomans à Istanbul en 1453, l’Eglise Saint-Sauveur-in-Chora fut transformée en Mosquée en 1511.  En 1948, l’Eglise Saint-Sauveur-in-Chora devint un musée. Des rénovations furent alors effectuées dans les années 50.

L’Eglise Saint-Sauveur-in-Chora est divisé en trois parties: le hall d’entrée (narthex),  qui est constitué du narthex extérieur (exonarhex) et du narthex intérieur (esonarthex), le corps de l’Eglise (naos) et la chapelle (parecclésion).

IMG_20190901_103157.jpg

IMG_20190901_103251.jpg

IMG_20190901_103136.jpg

IMG_20190901_102918.jpg

IMG_20190901_104359.jpg

 

Elle  est essentiellement renommée pour la splendeur des mosaïques et des fresques qui s’y trouvent à l’intérieur. Les mosaïques et les fresques datent en grande partie du 13e siècle et du 14e siècle, période assimilée à la pré-Renaissance.  Ces mosaïques et ces fresques  représentent différentes étapes de la vie de Jésus, de Marie, de divers saints de l’Eglise, et d’importants personnages de l’époque byzantine.

 

 

 

COMMENT SE RENDRE DE L’AÉROPORT D’ISTANBUL AU CENTRE D’ISTANBUL ?

Déjà bonne nouvelle ! Pour les citoyens Français, le visa est gratuit et s’obtient sur place à l’aéroport. En arrivant à la douane, on ornera votre passeport d’un joli tampon giriş (entrée) qui vous donnera droit à trois mois sur le sol turc.

Depuis Sabiha Gökçen, la ville met à disposition des navettes Havatas qui, pour 14TL / 90 min, te feront arriver à Taksim, point névralgique aux portes de la vieille ville. Si ton hôtel se situe sur la péninsule historique, tu peux soit prendre le métro, soit marcher un peu et prendre le tramway qui traverse le centre historique.

COMMENT SE DÉPLACER DANS ISTANBUL ?

Deux possibilités : acheter des billets à l’unité (6 TL en 2019) ou acheter dans n’importe quel distributeur automatique une Istanbulkart au prix de 8 TL, puis la charger progressivement.

  • 6 TL pour un trajet.
  • 9 TL pour deux trajets.
  • 12 TL pour trois trajets.
  • 18 TL pour cinq trajets.
  • 33 TL pour dix trajets.

 

carte-lignes-metro-istanbul

 

Istanbul est une de mes villes préférées je pense, passionnée d’art et d’histoire, elle est le berceau de certaines religions et possède un patrimoine de l’empire byzantin unique ! Nous avons adoré se balader dans cette ville mouvementé et attachante, où tout nous a conquis. Vous devez au moins une fois visiter Istanbul dans votre vie ! Coup de cœur garanti.

PENANG, ET LA FABULEUSE VILLE DE GEORGETOWN.

Notre première grosse étape en Malaisie est l’île de Penang. Nous nous y sommes rendus le lendemain de notre arrivée, depuis Kuala Lampur, la capitale de ce nouveau pays.

L’Etat de Penang est souvent assimilé à la seule ville de Georgetown, qui n’est en fait que la capitale régionale, là où siège le gouvernement local.
Penang recouvre en fait non seulement l’île sur laquelle se trouve l’incontournable Georgetown, mais aussi une petite bande continentale, sur la péninsule. Ces deux parties de l’Etat sont reliées entre elles par le fameux Penang Bridge, long de 13,5 km, soit l’un des plus longs d’Asie. Penang est d’ailleurs un véritable symbole du melting-pot qui compose la Malaisie : c’est le seul Etat du pays où la population malaise n’est pas majoritaire.

Pour les voyageurs, c’est avant tout l’île de Penang qu’il est intéressant de visiter. Il ne faut surtout pas vous attendre à une île déserte, bordée de jolies plages. Non, cette île-ci héberge 750 000 habitants et est très densément construite. Le meilleur endroit pour se loger est sans aucun doute la vieille ville historique de Georgetown. Un véritable coup de coeur !

IMG_20190713_143714.jpg

IMG_20190713_151446.jpg

IMG_20190713_173331.jpg

IMG_20190713_173715.jpg

LES JETÉES DE PENANG.

La mer encerclant presque la vieille ville, n’est pas vraiment belle. Le seul coin sympa est celui des jetées, appelées « jetties » en anglais. Ce sont ne sont pas de simples pontons, mais de véritables petits villages sur pilotis qui s’enfoncent dans la mer.

 

GEORGE TOWN, VILLE OU LE STREET ART SUBLIME.

IMG_20190713_195405.jpg

IMG_20190713_163346.jpg

IMG_20190713_163400.jpg

IMG_20190713_153140.jpg
jhdr_soft

Inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco en 2008, Georgetown est une superbe petite ville qu’on visite facilement à pied. Son atout ? Se perdre dans ses rues au milieu de maisons de style peranakan joliment rénovées, et être omnibulé par tous ses graffitis aussi nombreux que magnifiques.

Toutes les guesthouses vous parleront du Heritage Trail, un parcours qui vous permettra de visualiser les principaux monuments historiques dignes d’intérêt mais surtout «Mirrors Georgetown», à la recherche des œuvres street-art au milieu du centre historique de la ville réalisées, à l’excellente initiative de la ville, par l’artiste Lituanien Ernest Zacharevic. A ne surtout pas rater !

IMG_20190713_154728.jpg
jhdr_soft
IMG_20190713_151639.jpg
cof_soft

IMG_20190713_152319.jpg

IMG_20190713_161019.jpg

IMG_20190713_171529.jpg

L’artiste Lituanien a composé de superbes tableaux en associant des enfants peints avec des objets, qui eux sont bien réels. En revanche, l’ensemble de dessins en fer représentant de manière caricaturale et humoristique des tranches de vie du quotidien ou des faits historiques de la Malaisie me semblent très intéressants. 52 scènes composent cette œuvre parsemant la ville. Une manière très originale et contemporaine d’appréhender la culture et l’histoire locale.

IMG_20190713_151339.jpgIMG_20190713_151429.jpg

IMG_20190713_170315.jpgIMG_20190713_161650.jpgIMG_20190713_155112.jpg

Puis, Georgetown c’est aussi une ville où le passé colonial persiste notamment l’architecture britannique qui se retrouve surtout sur les gros bâtiments officiels et sur quelques villas. Toutefois, la majorité des bâtiments est construite dans un style beaucoup plus asiatique. De nombreux négociants chinois sont venus s’installer sur l’île au cours des deux siècles passés et y ont importé leur culture. C’est joyeux, vivant et très coloré.

IMG_20190713_171726.jpg

IMG_20190713_155323.jpg

Nous nous sommes restés qu’une journée à Penang, donc nous avons pu visité que cette partie de l’île. Cela est un petit regret car nous avons vraiment adoré nous promenés au coeur de cette ville rempli de charme et d’art. Puis Penang a d’autres sites touristiques à offrir (Parc national, Penang Hill, Jardin Botanique, Temple Ke Lok…) ne vous limitez pas juste à Georgetown sauf par manque de temps.

 

 

COMMENT SE RENDRE A GEORGETOWN DEPUIS KUALA LAMPUR ?

Penang est très bien desservi depuis Kuala Lumpur, c’est un des axes majeurs de circulation. Les bus partent principalement du Terminal Bersepadu Selatan et arrivent au Penang Sungai Nibong bus terminal (qui est à 20 minutes de Georgetown). Le trajet dure environ 4h30 et coûte entre 38 à 42 RM en fonction du standing du bus.

Arrivé au terminal à Penang, vous pouvez prendre les bus de villes (les jaunes ou les Rapid Penang), plusieurs passent par le centre de Georgetown comme le U301,U303,U401, le Milan 3 ou 4.

Si vous optez pour un bus venant de Kuala Lumpur dont le terminal est Butterworth (en face de l’île de Penang), il vous suffira de prendre le ferry (environ 15 minutes) qui vous amènera directement à Georgetown. La fréquence des ferrys est toutes les 20 à 30 minutes la journée et un par heure de 22h à 1h du matin. Le prix est de 1,20 RM pour les piétons. C’est cette option là que nous avons choisie, nous l’avons trouvé super-efficace ! En règle générale, les transports de villes en villes en Malaisie sont très bien développés et très facile d’accès.

 

Penang est une étape incontournable dans votre séjour en Malaisie, cela permet de découvrir une nouvelle facette de ce pays, haut en couleurs. Le street art domine et rend moderne toutes ces rues et bâtisses coloniales.

PHNOM PENH, CAPITALE DU CAMBDOGE AUX MULTIPLES FACETTES.

La Capitale du Cambodge était surnommé « la perle de l’Asie du Sud-Est » à l’époque coloniale. Afin de mettre en valeur les trésors architecturaux de la civilisation khmère, les français ont conçu une ville quadrillée de larges avenues bordés de luxueux bâtiments.

Phnom Penh a aussi souffert de l’impact de la guerre qui a laissé de nombreuses traces dans le coeur et la mémoire des Cambodgiens mais aussi dans la ville. Les édifices religieux ont le plus été touchés, rasés en grande partie par les Khmers rouges.

Pour la petite histoire, au XV ème siècle le nom de la capitale avait des airs de poème : « Capitale des Quatre Bras (cours d’eau), heureuse maîtresse du Cambodge, nouvelle Indraprashtha, noble fortunée et frontière du royaume » . C’est à partir de 1863 que cette ville prend la forme de capitale avec le protectorat imposé par la France au roi Norodom.  Puis s’en suivra des années de guerre, et d’appropriation du territoire. Depuis le nom de la ville est dû à une certaine Mme Penh qui selon une jolie légende, cette dame découvrit quatre statues de bronze dans un tronc d’arbre sur le fleuve du Mékong. Pour mettre à l’abri ce trésor, elle éleva une butte en pierre : le Phnom (colline en Khmer) sur lequel fut ensuite édifié un temple, d’où le nom aujourd’hui de Phnom Penh.

 

IMG_20190516_152726.jpg

IMG_20190516_122649.jpg

IMG_20190516_121445.jpg

Phnom Penh est une ville paisible qui séduit par son kaléidoscope de contrastes. Elle se visite à pied car c’est le meilleur moyen de voir cette ville dont ses quartiers ne se ressemblent en rien.

Nous avons commencé notre ballade par nous rendre au Palai Royal : Wat Preah Keo avec la Silver Pagoda. Malheureusement pour nous, nous sommes arrivés pendant les heures de fermeture entre 11h et 14h. Faites donc attention. L’entrée coûte environ 9 euros par personne. Une tenue adaptée est demandée. Vu de l’extérieur ce palais nous renvoie à celui visité à Bangkok. Son architecture est très luxueuse, son inspiration traditionnelle khmère a beaucoup d’allure avec ses toits étagés aux tuiles vernissées et ses frontispices (façade) sculptés.

IMG_20190516_115550.jpg

IMG_20190516_115639.jpg

IMG_20190516_115502.jpg

 

IMG_20190516_115836.jpg

IMG_20190516_120116.jpg

IMG_20190516_115941.jpg

 

Nous continuons notre promenade le long du fleuve, puis nous décidons de nous rendre au S-21. Outre ces temples majestueux, Phnom Penh possède aussi un héritage historique dur à porter.

Cette visite nous semble être d’une importance capitale pour toute personne en visite dans la capitale : à la fois pour comprendre ce pays, mais surtout pour la « Mémoire du monde ».

Cela n’est en rien réjouissant, la visite du S-21 est tout de même bouleversante. Nous en sommes ressortis abasourdis par les horreurs perpétuées à travers tout le Cambodge pendant les quatre années de 1975 à 1979, au pouvoir de Pol Pot et des Khmers Rouges.

IMG_20190516_144359.jpg

Lorsque l’on visite ce genre de lieu, un silence règne du début jusqu’à la fin de la visite parmi les visiteurs. Resté presque en état après en evacuation à la va-vite en 1979, cet ancien lycée est devenu le théâtre de l’horreur pendant 4 ans, la prison la plus terrifiantes du Cambodge. Environ 20 000 personnes y subirent des atrocités, des tortures et des viols avant d’être achevées au camp d’extermination de Choeung Ek. Seuleument une poignée survécut. Les Khmers rouges firent de Tuol Sleng (S-21) un centre de purge pour leurs propres cadres, les potentiels opposants au régime de Pol Pot et les intellectuels pour n’importe quel motif et surtout sans distinction d’âge.

IMG_20190516_134239.jpg

Nous recommandons l’utilisation des audioguides dont le contenu est clair et précis. Sans, nous n’aurions fait que survoler le lieu. Ainsi, nous visitons les quatre bâtiments A, B, C et D, les uns après les autres. Nous passons de cellule en cellule, ne pouvant détacher notre regard des photos en noir et blanc : celles des victimes, qui n’ont pas été détruites par le personnel avant leur fuite ; ainsi que celles prises à la découverte du lieu.

IMG_20190516_132845.jpg

IMG_20190516_135803.jpg

IMG_20190516_134304.jpg

IMG_20190516_132808.jpg

Et bien évidemment qu’on ne peut pas s’empêcher de songer à ses nombreuses victimes où toutes nos pensées vont vers elles.

Le musée est ouvert tous les jours de 8h à 17h, et l’entrée coûte environ 4,50 euros par personne, avec audioguide compter 2,50 euros en plus.

 

Pour continuer cette visite dans l’atrocité des Khmers rouges, vous pouvez vous rendre au Killing Fields, situé à une vingtaine de kilomètres de la capitale. C’est le mémorial de Choeung Ek. Nous avons décidé de ne pas nous y rendre, la visite du camp S-21 nous a dans un sens suffit, puis l’attrait touristique autour de Choeung Ek par les chauffeurs de Tuk-Tuk nous a fortement déplu.

 

pass

 

En parlant de Tuk-Tuk, si vous voulez vous déplacer à Phnom Penh, songez à utiliser l’application PassApp, elle est super efficace !

 

 

 

 

Phnom Penh est une capitale moderne, très différente des villes visitées au Cambodge. Son aspect moderne conquit, mais c’est surtout pour son histoire qu’elle vaut le détour. Pour connaître et comprendre l’histoire rien n’est plus formateur et prenant que de se rendre sur les lieux.

ANGKOR, ÉBLOUISSANTE CITE KHMÈRE.

Angkor, avant même de mettre un pied sur ce site majestueux, rien que de le prononcer il en fait rêver plus d’un d’entre nous, si ce n’est pas tout le monde. Pour moi, il fait partie de ces sites qui devraient être listés dans les 7 merveilles du monde, mais ça c’est tout un autre débat.

Se rendre à Angkor, c’est toucher du bout du doigt le rêve fascinant de découvrir ses temples. Une merveilleuse cité inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Un patrimoine historique et culturel unique qui fait totalement la fierté de ce pays enclavé entre la Thaïlande, le Vietnam et le Laos.

 

PREMIÈRE APPROCHE DU SITE D’ANGKOR.

Il faut savoir que le site d’Angkor aurait été autrefois trois fois plus vaste que celui que l’on connaît aujourd’hui. Toute cette conclusion a été faite par une équipe d’archéologues grâce à l’imagerie laser (LIDAR, technologie de balayage laser embarquée dans un avion, permettant de voir en 3D à travers la végétation avec une précision de quelques centimètres.), les archéologues ont aussi découvert que la combinaison de certains désastres environnementaux comme déforestation, inondation et surpopulation aurait engendrer l’effondrement de la civilisation khmère au XIVe siècle en plus des conflits au XVe siècle avec leurs voisins Siams du royaume d’Ayutthaya.

 

 

UNE CITE DE LÉGENDE.

La glorieuse capitale khmère aura vécu plus de 500 ans, de sa fondation au IXe siècle jusqu’à son déclin au XIVe siècle. C’est en 889, que le roi Yasovarman Ier fonde cette capitale qui portait autrefois son nom. Mais les cambodgiens l’appelleront par la suite tout simplement Angkor qui signifie en langue khmère capitale. L’emplacement de ce site fut choisi par la proximité du grand lac Tonlé Sap, des collines et des terres fertiles permettant la culture du riz. Néanmoins, cela ne s’arrêtera pas là, le roi dévot de Shiva avait besoin d’une montagne sacrée, le Mont Meru pour y installer les dieux.

Puissant, influent, culturellement riche, l’Empire Khmer a laissé une empreinte importante dans le développement du Cambodge actuel et plus globalement de l’Asie du Sud.

 

 

DEUX DATES CLÉS DANS LA DÉCOUVERTE D’ANGKOR.

La première est en 1296, un voyageur chinois Tcheou Ta-Kouan arrive à Angkor Thom. Il eût alors ces mots, restés célèbres.

 » Je salue la perfection.  « 

Après une année passée à sillonner la région, cet explorateur chinois rédigea un écrit détaillé qui sera considéré par la suite comme le premier ouvrage sur le Cambodge, intitulé  » Mémoires sur les coutumes du Cambodge.  »  Ce livre recueil une objectivité totale et pure sur les habitudes et coutumes du peuple Khmère durant l’époque angkorienne.  

Quant aux occidentaux, il faut attendre le XIXe siècle pour que nous puissions voir des premières images de cette mystérieuse cité, rapportées d’Angkor. Et, nous les devons au botaniste Henri Mouhot qui en 1861, découvre alors à son tour ces temples somptueux.

 

Pour visiter le site archéologique d’Angkor il faut se rendre et loger dans la ville de Siem Reap.

 

 

NOS CONSEILS AVANT D’ENTREPRENDRE LA VISITE.
  • 1. Se couvrir les épaules et les genoux impérativement lors de vos visites.
  • 2. Munissez-vous d’un couvre chef et d’une bouteille d’eau voire plusieurs, le soleil peut cogner très fort.
  • 3. Afin d’éviter la foule, vous pouvez faire les circuits inversés/ou en horaires décalés et aller les découvrir les temples les plus reculés auxquels les cars touristiques n’y vont jamais.
  • 4. Si vous le souhaitez, des guides francophones peuvent vous être utiles pour la visite des sites, il suffit de les réserver en avance. N’hésitez pas à parcourir les forums, les voyageurs y laissent de nombreuses recommandations de chauffeur.

 

  • Les horaires des temples : tous les jours de 7h00 – 17h30.
    • Exceptions pour les temples suivants :
      • Angkor Wat : 5h00 – 17h30 (la partie centrale où l’on peut monter est ouverte à 7h30)
      • Srah Sang : 5h00 – 17h30
      • Phnom Bakheng : 5h00 – 19h00
      • Pre Rup : 5h00 – 19h00

 

 

COMBIEN COÛTE LE TICKET D’ENTRÉE ?

Il faut plusieurs jours pour explorer totalement la cité, ce qui est tout à fait réalisable grâce aux pass 3 ou 7 jours, et vous n’êtes pas obligé d’organiser votre visite sur des jours consécutifs. Nous nous avons pris le pass de 3 jours, qui est à notre sens totalement suffisant.

  • PASS 1 jour : 37 $ /  Valable le jour de l’achat si achat avant 17h ou le lendemain après 17h00.
  • PASS 3 jours : 62 $  / Valable pendant 10 jours.
  • PASS 7 jours : 72 $  / Valable pendant 1 mois.

 

A noter que la billetterie est ouvert tous les jours de 5 heures du matin à 17h30. Celle-ci se trouve sur la route 60, au nord-est de Siem Reap à l’Angkor Panorama Museum.

Et pour la petite astuce, si vous achetez le billet la veille soir à 17h30 , vous avez la possibilité de visiter les temples sans que vos billets soient compostés.

 

COMMENT VISITER ANGKOR ?

À Angkor, il faut oublier la marche à pied, et plutôt choisir un moyen de transport pour faciliter votre visite sur un ou plusieurs jours.

  • Option tuk-tuk : C’est le moyen le plus simple et l’un des moins coûteux. Discutez avec un chauffeur de tuk-tuk pour qu’il vous guide dans Angkor à un prix raisonnable. N’oubliez pas de fixer le tarif à la journée d’avance et d’établir un plan de route avec lui, en lui notifiant les pauses que vous aimeriez faire. Cela limitera certaines déceptions face à des tuk-tuk arnaqueurs. Comptez environ 15~20$ par personne pour la journée et pourquoi ne pas partager votre véhicule avec des touristes sympathiques pour payer encore moins cher.

  • Option vélo : A louer à Siem Reap, c’est le moyen le moins cher pour vous déplacer. Vous pouvez vous en sortir à 5$ par jour et par personne en louant un VTT qui vous emmènera partout, à la force de vos jambes.

  • Option voiture : Plus cher, moins sympathique mais plus confortable, à vous de choisir.

  • Option scooter : Cette solution est déconseillée par tous les guides, cependant elle a été notre moyen de transport. De nombreux ouvrages interdisent de louer un scooter à Siem Reap, la ville elle-même l’interdit car la police cambodgienne est adepte des amendes distribuées à droite à gauche assez facilement.  Pourtant vous retrouverez dans la ville de nombreux vendeurs de scooter, et à 15$ la journée c’est un moyen agréable à visiter les temples sans trop se fatiguer et en totale liberté. Puis, concernant les policiers, nous n’avons eu peut-être par chance, aucun problème, aucune amende, aucun contrôle.

 

L’option en scooter n’est pas un choix que l’on conseille les yeux fermés, cela dit cela reste possible.

 

 

PARTONS A LA DÉCOUVERTE DES TEMPLES D’ANGKOR.

 

Il existe deux circuits pour visiter la cité d’Angkor, toutefois libre à vous d’entreprendre votre exploration selon votre temps et surtout vos envies. Durant ces deux jours nous avons parcouru énormément de temples connus, et parfois moins touristiques. Nous les avons explorés selon nos envies et en se laissant guider pas notre instinct.

 

IMG_20190513_092145.jpg

 

 

JOUR 1.

 

Lever de soleil au temple Pre Rup.

Imposante pyramide de brique sur plusieurs niveaux, il s’agit du dernier temple construit dans ce matériau. La grimpette est assez raide mais permet d’apercevoir dans l’enceinte d’un temple le lever du soleil. C’est une option moins connu que de le voir au et c’est ce qui nous a séduits, être seul dans cette cité durant l’aube. Ce temple est ouvert de 5h à 19h.

IMG_20190513_053237.jpg

IMG_20190513_054113.jpg

IMG_20190513_053526.jpg

 

Srah Sarang.

C’est les ruines d’une piscine royale, construit en 953 par le roi Jayavarman VII. Escaliers et terrasses construits en grès rouge. Endroit idéal pour le lever du soleil.

IMG_20190513_062300.jpg

 

Bat Chum.

Petit temple hindouiste dressé au Sud de la pièce d’eau du Srah Srang, comportant trois tours en brique, celles-ci sont gardées par des lions en grès. L’entrée se fait par l’Est en suivant une levée de terre et en traversant une enceinte en ruine au niveau d’un Gopura ( construction par laquelle on pénètre dans les enceintes successives d’un temple ).

En 1952, les archéologues ont retrouvé dans ses fondations un Yantra (support graphique de méditation) en grès. Il exprimerait la connaissance du monde de son bâtisseur.

 

IMG_20190513_070419.jpg

 

Ta Prohm.

IMG_20190513_080036.jpg

Un de nos préférés ! Ta Prohm révèle un lieu magique, enivré par la jungle laissant la nature reprendre ses droits. C’est le temple que l’on connaît tous grâce à Lara Croft. Nous avons adoré nous perdre dans ce lieu immense et tellement beau !

IMG_20190513_080344.jpg

 

IMG_20190513_080124.jpg

IMG_20190513_081014.jpg

IMG_20190513_082146.jpg

IMG_20190513_075601.jpg

IMG_20190513_080053.jpg

IMG_20190513_081811.jpg

 

Ta Nei et Ta Keo.

IMG_20190513_090501.jpg

IMG_20190513_070527.jpg

IMG_20190513_070553.jpg

Spean Thma.

Selon certains textes, ce site serait un ancien pont. Construit sur l’ancien cours de la rivière Siem Reap entre Angkor Thom et le baray oriental après l’époque angkorienne, peut-être en remplacement d’un pont antérieur. Celui-ci comprend en effet de nombreux blocs de grès réutilisés.

 

Chau Say Tevoda.

Situé au sud de la voie qui mène à la porte de la Victoire, il fut érigé au XII ème siècle, probablement sous Sǖryavarman II, datant de la même époque que le Thommanon situé au nord de cette même route. Ce temple-montagne est enserré dans une enceinte unique entourée d’un douve (fossé large et profond rempli d’eau) qui contient quatre gopurasaux points cardinaux, des « bibliothèques » et aussi la tour-sanctuaire.

 

La Porte de la Victoire.

La Porte de la Victoire se situe à l’est du site d’Angkor Thom. Ces portes monumentales semblables sont dans un sens le premier témoignage de la grandeur de la cité que nous pouvons découvrir lors de notre visite. Hautes de 23 mètres, elles portent une triple tour sculptée sur ses quatre faces, comme au Temple Bayon. Les visages ressemblent aux portraits de Jayavarman VII. A la base on trouve de chaque côté un éléphant tricéphale cueillant des fleurs de lotus avec ses trompes. L’éléphant est Airavata, la monture d’Indra.

IMG_20190513_100647.jpg

IMG_20190513_095333.jpg

 

 

Preah Khan.

Temple bouddhiste construit par Jayavarman VII vers 1191.  Son nom signifie « épée sacrée » en l’honneur de la victoire sur les Chams du roi. Le site a servi de ville provisoire pendant la construction d’Ankgor Thom et le monastère fut terminé après que Jayavarman VII se fut installé dans son nouveau palais.

IMG_20190513_103615.jpg

IMG_20190513_111938.jpg

IMG_20190513_112329.jpg

IMG_20190513_103238.jpg

 

 

Mebon Oriental.

IMG_20190513_114215.jpg

IMG_20190513_114113.jpg

Ce temple date du X ème siècle, et est construit sous le règne du roi Rajendravarman II. Il se démarque en ce sens qu’il est construit sur ce qui était autrefois une île artificielle au centre d’un réservoir aujourd’hui à sec : le Baray oriental.

Dédié au dieu hindou Shiva et bâti en honneur de la famille royale. Sa situation reflète particulièrement la préoccupation des architectes khmers pour l’orientation des sanctuaires en lien avec les points cardinaux. Ainsi, le temple fut construit sur un axe nord-sud.

 

 

Temple Bayon.

IMG_20190513_121503.jpg

IMG_20190513_123810.jpg

Aussi un de nos temples coup de coeur ! Le temple de Bayon est très connu pour abriter des dizaines de sculptures de visages, il y en a de partout et elles sont assez grosses, voire surprenantes. Une prouesse architecturale unique. Chaque tour porte quatre visages colossaux de bouddhisme tournés vers les quatre points cardinaux. Le Bayon fut édifié par Jayavarman VII, le grand bâtisseur d’Angkor.

C’est le dernier des « temples-montagnes » du site. Sa décoration est d’une exceptionnelle richesse, à l’apogée de l’art bouddhique mahāyāna. Ce fantastique monument avec ses tours à visages fut dédié par le souverain au Bouddha dont il diffusa la doctrine. Cependant, sous le règne de Jayavarman VIII, vers 1350, le temple fut converti à l’hindouisme et les remaniements opérés ont ajouté à l’impression de confusion de son plan.
Le nom de Bayon dérive du pâli Vejayant (sanskrit Vaijayant) désignant le palais céleste du dieu Indra dont, selon la légende fixée par écrit en moyen-khmer, le Bayon est le reflet terrestre.

IMG_20190513_123613.jpg

IMG_20190513_122136.jpg

IMG_20190513_124541.jpg

IMG_20190513_122103.jpg

IMG_20190513_123412.jpg

 

JOUR 2 .

 

Banteay Kdei.

Edifié par Jayavarman VII vers 1185, ce temple d’inspiration bouddhique signifie « la citadelle des cellules« . Il fait parti des temples plats (opposés aux temples montagnes). L’environnement boisé de ce temple rend l’endroit très agréable.

IMG_20190514_085942.jpg

IMG_20190514_090451.jpg

IMG_20190514_085320.jpg

IMG_20190514_091017.jpg

IMG_20190514_085734.jpg

IMG_20190514_093927.jpg

IMG_20190514_093908.jpg

 

Terrasse du Roi Lepreux et des éléphants.

 

IMG_20190514_095540.jpg

IMG_20190514_095614.jpg

IMG_20190514_095642.jpg

 

Baphuon.

Il constitue l’un des plus grands édifices religieux du Cambodge ancien. Autrefois comparé à une montagne d’or, le temple fut construit au milieu du XI ème siècle. Ce site est d’un point de vue architecture très interessant et vaut absolument le détour.

IMG_20190514_101714-1.jpg

IMG_20190514_100707.jpg

IMG_20190514_103019.jpg

IMG_20190514_102813.jpg

 

Angkor Wat.

Finir Angkor en beauté ! Angkor Wat reste le plus grand et le plus important temple du site d’Angkor. Considéré comme un héritage architectural, il est vraisemblablement le principal lieu touristique du pays. Sa structure est donc reconnue par la grandeur de l’architecture et la beauté de la décoration architecturale khmère. Compte tenu de sa valeur culturelle, historique et naturelle, le temple est salué comme la huitième merveille du monde.

Il fut construit vers le début du 12e siècle par Suryavarman II pour honorer la divinité Vishnou d’où sa construction exposée à l’ouest. Vishnou est l’un des trois principaux dieux du panthéon hindou dont les autres sont Shiva et Brahma. En revanche, il fut adapté au bouddhisme vers la fin du 14e siècle. Aujourd’hui, les moines bouddhistes viennent encore en pèlerinage sur le site.

A noté que depuis 1992, Angkor Wat figure au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le site est rès prisé pour le lever du soleil ! Et penser toutefois à le visiter en fin de soirée, presque à la fermeture pour être quasiment seul dans ce temple mythique.

IMG_20190512_174000.jpg

IMG_20190514_122222.jpg

IMG_20190514_122606.jpg

IMG_20190514_123324.jpg

IMG_20190514_131809.jpg

IMG_20190514_123029.jpg

IMG_20190514_123711.jpg

IMG_20190514_122952.jpg

IMG_20190514_131006.jpg

IMG_20190514_124340.jpg

 

 

IMG_20190514_122940_1.jpg

IMG_20190514_131444.jpg

IMG_20190514_131547.jpg

 

Nos 5 lieux préférés :
  • Ta Phrom, pour cette immersion dans le lieux culte du film Tomb Raider.
  • Angkor Wat, pour son architecture somptueuse et sa grandeur.
  • Bayon, pour cette multitude de visage unique au monde.
  • Porte de la victoire.
  • Ta Nei et Ta Keo, plus petit que Ta Phrom mais le plaisir de se retrouver seul !

 

 

Angkor est un site à voir au moins une fois dans sa vie. Cet empire autant majestueux qu’unique est ancré dans nos souvenirs. De la magie, à l’émerveillement en passant par l’aventure dans cette nature puissante et omniprésente, Angkor est un lieu extraordinaire. Laissez-vous le temps de bien vous ancrer de cette civilisation épatante et de son architecture indétrônable !

KANDY, VILLE SACRÉ DU BOUDDHISME.

115 km de Colombo, Kandy est entouré de montagnes et de collines verdoyantes qui font la ronde autour de son lac artificiel. Toutefois, depuis 1815, date de la dernière monarchie la ville a bien changé gardant néanmoins quelques charmes du passé…

Nous nous sommes rendus à Kandy depuis Dambulla, il y a des bus toutes les 20 mintues, le trajet dure environ 2 heures 30.

IMG_20190423_150101.jpg

IMG_20190423_170438.jpg

Ce site sacré du bouddhisme, communément appelé « ville de Senkadagalapura », a été la dernière capitale des rois de Sinhala dont le mécénat a permis à la culture de Dinahala de s’épanouir pendant plus de 2 500 ans, jusqu’à l’occupation du Sri Lanka par les Britanniques en 1815.

Outre le Temple de la Dent du Bouddha, célèbre lieu de pèlerinage classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 1988, Kandy ne recèle pas de monuments particulièrement important. Cependant, elle reste une ville agréable le temps d’une journée.

IMG_20190423_143508.jpg

IMG_20190423_143405.jpg

IMG_20190423_144312.jpg

IMG_20190423_144026.jpg

IMG_20190423_144207.jpg

Pour la petite histoire, le Temple de la Dent fut la cible d’un attentat-suicide perpétré par les Tigres-Tamouls en 1988. Ce jour là, un tabou est tombé, ce fut la première fois qu’un site religieux était visé.

Le site est ouvert tous les jours de 5h30 à 20h, l’entrée coûte 1 500 roupies par personne, cela dit à savoir que le site est gratuit si vous ne visitez pas les musées. Une tenue adaptée est demandée.

 

Juste à côté du Temple de la Dent, vous retrouverez l’église anglicane néogothique Saint Paul, bâtie en 1843 pour les soldats de la garnison britannique et leurs familles.

IMG_20190423_144414.jpg

IMG_20190423_145114.jpg

 

IMG_20190423_145044.jpg

 

Ensuite, nous nous sommes rendus au Bouddha blanc géant situé en haut d’une colline. Comptez environ 30 minutes à pied depuis le centre ville, puis l’entrée coûte 250 roupies par personne. Nous avons laissé nos chaussures à l’entrée, quand une personne nous nous les a pris afin de bénéficier d’un certain pourboire à la fin de notre visite. Il est également possible de visiter le Bouddha de plus prés, en montant par les escaliers se trouvant à gauche de celui-ci. La vue est imprenable ! Pour la petite info, ce bouddha a été offert par les japonnais, et aussi financé par les villages voisins.

IMG_20190423_170913.jpg

IMG_20190423_171526.jpg

IMG_20190423_172051.jpg

Kandy fait parti de ces petites étapes légèrement indispensable lors de votre visite du Sri Lanka, notamment pour cette culture du Bouddhisme qui fait de cette ville un lieu sacré.

 

Sans titre-1

Le matin lors de notre départ pour le Pic d’Adam depuis Kandy, j’avais une gène à mon œil droit. Une tique était rentré à l’intérieur de ma paupière. Nous nous sommes donc rendus dans une petite clinique de Kandy, où j’ai été de suite prise en charge. Au top !

LESHAN, ET SON INCROYABLE BOUDDHA.

Leshan est une ville tant culturelle que contemporaine suite à son développement fulgurant. Dans les temps anciens, Leshan était connu sous le nom de Jiazhou et était réputé pour son paysage fabuleux. Il était d’ailleurs dit que  « Là où il y a les plus beaux paysages du Sichuan, il y a Jiazhou ». Néanmoins,  son développement très actif eu raison de certains monuments historiques qui furent alors démolis. Cependant, Leshan a su préserver certains édifices dont Le Grand Bouddha, l’attraction phare de la ville qui attire des millions de visiteurs chaque année.

img_20181228_144353_877939160457.jpg

img_20181228_145109_8551011262609.jpg

Nous y sommes rendu en train depuis Chendgu, pour une escapade d’une journée. Une fois arrivé à Leshan, lorsque vous sortez de la gare, prenez le bus public N°13 qui vous emmènera sur place pour 1 CNY et 30 minutes. L’entrée au site coûte 90 CNY, et le site est ouvert de 8h à 17h.  Une fois l’entrée passé et quelques marches d’escalier, nous voilà face à ce bouddha… Et là grande tristesse, tout son corps était en rénovation, et l’accès au pied du Bouddha fermé. Les aléas du voyage, cela dit on peut quand même admettre que cette statue est juste spectaculairement imposante.

img_20181228_144724_9772080798216.jpg

img_20181228_145159_9562007359437.jpg

Le Bouddha Géant de Leshan est une statue monumentale de Bouddha taillée dans la paroi rocheuse du Mont Lingyun. Cette statue mesure 71 mètres de haut et 28 mètres de large au niveau des épaules. Sa tête, tout autant impressionnante, haute de 14,7 mètres pour 10 mètres de large. Plus élevé de 17 mètres que le Bouddha debout de Bamiyan, en Afghanistan, le Bouddha Géant de Leshan est le plus grand Bouddha du monde. Un proverbe local prétend que, « La montagne est un Bouddha, et le Bouddha est une montagne ». Cette statue avait pour mission de protéger la ville des inondations et sa construction pris 90 ans.

La statue représente Maitreya en position assise avec ses mains posées sur ses genoux. Et bien sur, comme tout lieu digne de ce nom, c’est un héritage naturel et culturel au patrimoine de l’UNESCO depuis 1996.

Il existe plusieurs systèmes de drainage cachés dans les cheveux, le cou, la poitrine, les épaules, et les oreilles du Bouddha qui permettent de réduire l’infiltration des eaux de pluie et la détérioration de la pierre. C’est pourquoi, malgré un entretien et des restaurations régulières tout au long de ses 1200 ans d’histoire, des mousses continuent à s’amplifier sur sa surface.

img_20181228_144950_8612038630733.jpg

img_20181228_144845_3632030020706.jpg

img_20181228_144920_5372145843481.jpg

img_20181228_145016_7792095952008.jpg

Dans le parc du Grand Bouddha de Leshan, on peut avoir accès à la statue de Bouddha Géant, mais également à la Tour de Lingbao, à une pagode, au Temple de Lingyun, à la grotte de Haishi, au Temple de Wuyou, et à un village de pêcheurs

img_20181228_145223_061690752953.jpg

img_20181228_145134_3931193592892.jpg

 

Il existe pareillement un autre Bouddha géant dans le parc, vous le retrouverez dans la partie Oriental Bouddha Capital, l’entrée à cette partie coûte 80 CNY, cela est assez excessif quand on réunit le tarif des deux parties pour la journée, par rapport à notre budget nous avons décidés de ne pas le faire. Cependant, on vous conseille de le faire si vous le pouvez car d’après certaines personnes ce site est tout juste incroyable.

img_20181228_144824_1851186875337.jpg

Vous pouvez voir le bouddha depuis la mer en bateau pour 50 CNY.  En saison estivale, plusieurs personnes conseillent cette option en vu du nombre hallucinant de touristes.

La découverte de ce Grand Bouddha, malgré les rénovations actuelles, nous laissera un merveilleux souvenir tant par sa fascinante palette de couleurs que par l’immensité de sa réalisation. Cela nous plonge dans une sensation mystique, et divine.

ATHÈNES, BERCEAU DE LA CIVILISATION OCCIDENTALE.

img_20180528_150749_029431664908.jpg

 

img_20180528_151134_6681221348526.jpg

 

UN PEU D’HISTOIRE.

Au commencement, la mythologie grecque raconte qu’Athéna et Poséidon s’étaient disputé Athènes, celle-ci reste sans doute la cité antique la plus célèbre de nos jours.

À son apogée, aux environs du V ème siècle avant J.C., son territoire s’étendait sur 2650 kilomètres carrés, et on pense que 250 000 à 300 000 personnes y habitaient : c’était alors la plus peuplée et la plus étendue des cités. De plus, Athènes n’était pas qu’une cité comme les autres, elle bénéficiait tout de même de la protection d’Athéna, fille de Zeus.
En fait, une grosse cinquantaine d’années particulièrement glorieuses lui auront suffi pour s’assurer une renommée éternelle. Éternelle, car son histoire perdure à travers les nombreux vestiges restants.

img_20180528_150705_1711073974578.jpg

 

VISITE DES ANCIENS MONUMENTS ANTIQUES.

Nous commençons notre journée par la visite  de l‘Olympiéion, ou temple de Zeus olympien, celui ci est très vaste dont il reste aujourd’hui une quinzaine de colonnes d’ordre corinthien, déterminé par une grande richesse d’éléments et un chapiteau décoré de deux rangées de feuilles d’acanthe. A côté du temple, se dresse la porte d’Hadrien, en l’honneur de cet empereur romain. Etudiants, nous avons pu profiter de la gratuité des temples d’Athènes.

img_20180528_150641_5791967509972.jpg

Par la suite, nous nous sommes rendus à l’acropole, cet énorme rocher plat qui surplombe le centre-ville, et qui a longtemps servi de citadelle, de l’Athènes antique à l’occupation ottomane, ainsi que de sanctuaire religieux durant l’Antiquité. D’autant plus inscrite au patrimoine mondial de l‘UNESCO, l’Acropole est actuellement un des sites touristiques les plus visités du monde.

img_20180528_150850_6721890532786.jpg

img_20180528_150914_4211866110651.jpg

Le plateau a d’abord été utilisé comme habitat, puis comme forteresse, avant de devenir, au cours de l’époque archaïque, puis de l’époque classique, un grand sanctuaire principalement consacré au culte d’Athéna, comprenant plusieurs temples, dont le Parthénon, l’Érechthéion et le temple d’Athéna Nikè. Les autres monuments remarquables de l’Acropole sont les Propylées, le théâtre de Dionysos, l‘odéon d’Hérode Atticus. 

img_20180528_151244_4492017894768.jpg

20170627_113531.jpg

img_20180528_151226_4471663644227.jpg

20170627_112359.jpg

20170627_110432.jpg

Ensuite, nous sommes descendus vers l’Agora, site historique et archéologique où l’on trouve également plusieurs vestiges tels que le temple d’Héphaïstos et Athéna Ergané, la Stoa d’Attale abritant le musée de l’Agora antique, une tholos, un bouleutérion, l’autel des douze dieux….

img_20180528_151307_1481739054338.jpg

img_20180528_151331_3071360210095.jpg

img_20180528_151402_2091474871925.jpg

img_20180528_151432_84345781423.jpg

Dans Athènes, vous trouverez également l’un des monuments incontournables, le stade Panathénaïque est aussi l’un des plus impressionnants. Ce stade fût construit en -329 pour les premiers jeux olympiques.

Nous avons continués notre promenade au cœur du quartier de Plaka , situé en contrebas de d’Acropole. Ses petites rues agréables, contrastent avec le reste de la ville.

Par manque de temps nous avons pas pu nous rendre au Mont Lycabette, une des plus belles vues sur Athènes. Au sommet, vous trouverez une église sur une petite place. Cette promenade vous offrira une vue à couper le souffle.

COMMENT SE RENDRE A ATHÈNES DEPUIS L’AÉROPORT ?

A arrivant par l’aéroport d’Athènes, sachez qu’il est assez simple de rejoindre le centre d’Athènes. Plusieurs options s’offrent à vous : le métro, le bus ou encore le taxi.

  • Personnellement, nous avons choisi l’option métro. C’était assez simple, il suffit d’emprunter la passerelle (à la sortie de l’aéroport) qui se situe à coté de l’hôtel Sofitel, une fois la passerelle passée, vous arrivez dans une « gare » à métro où il suffit d’acheter son ticket pour rejoindre le centre. Le ticket coute 10€ et il faut compter plus ou moins 45 min pour rejoindre le centre d’Athènes. A noté que le métro passe toutes les demi-heures de 5h30 du matin à 23h30.
  • Si vous préférez économiser sur votre trajet, sachez qu’il existe des bus express. Le billet coûte 6€ et il faut compter une bonne heure pour rejoindre le centre, sans les embouteillages. Les bus express sont disponibles 7j/7j et 24h/24h. 
  • Il existe également des bus régionaux (blanc et orange) qui desservent de 4h30 à 22h. Le prix du billet coûte 3€, l’inconvénient c’est qu’il s’arrête assez souvent.

 

COMMENT VISITER ATHÈNES ? 

Même si les transports publics sont bien dévéloppés dans la capitale grecque, nous vous conseillons de visiter athènes à pied. Et oui, rien de mieux que de visiter la ville d’Athènes à pied. Pour nous c’est l’option que nous préférons quand bien sûr elle est possible. Ici, la majorité des points d’intérêt se trouvent les uns à coté des autres. C’est la meilleure manière pour découvrir la ville et surtout les petits recoins authentiques.

Sinon, c’est assez facile de se déplacer avec ces transports en commun, le ticket magnétique se recharge dans la plupart des bornes. Au niveau du prix, il faut compter : 1,40€ pour 90 min, 4,50€ pour 24h, 9€ pour 5 jours…

 

COMBIEN COÛTE LA VISITE DE SES MONUMENTS ?

Un bon moyen d’obtenir un billet « coupe-file » est d’acheter un billet groupé dans l’un des autres monuments et de visiter ensuite l’Acropole. Dans ce cas-là, pas besoin d’attendre aux caisses, vous pouvez entrer directement sur le site. Le billet groupé coûte 30 euros. Il est valable cinq jours et permet de visiter :

  • l’Acropole ( 20 € ).
  • l’Agora antique et son musée (dont le prix est en principe de 8€).
  • le site et le musée du Keramikos (8 €).
  • le site archéologique de Lykeion (4 €).
  • la Bibliothèque d’Hadrien (4 €).
  • l’Olympiéion (aussi appelé temple de Zeus) – (6€)
  • et l’Agora romaine (6 €).

L’accès est gratuit pour les moins de 18 ans ainsi que pour les étudiants de l’UE sur présentation d’un justificatif.