NOS PREMIERS PAS…

q

Nous y voilà, Adam et moi on s’est longtemps poser la question : et si on créait un blog ? Gérer ou du moins créer un blog c’est toujours compliqué pour se lancer : quoi mettre, que dire autant de questionnements que de doutes, mais nous voilà Mille et une évasion est parmi vous.

Mille et une évasion est le fruit d’un projet fou, un carnet de voyage à travers le monde. Le monde, oui car depuis Octobre 2018 nous avons parcouru plus de quarante pays. Et c’est pourquoi nous possédons de plus en plus ce besoin de vous faire vivre nos expériences, nos destinations fabuleuses, nos endroits magiques, insolites déjà explorés, et aussi des conseils bienveillants …  ­Et oui, petit à petit le blog se remplit de souvenirs inoubliables.

Puis ce blog c’est également un recueil pour les passionnés de voyage, d’aventure et aussi et surtout pour nos proches, on laisse quelque part une trace de nos expériences pas si anodines.

Alors laissez-vous divertir, rêver, et n’hésitez pas à partager avec nous vos passions, vos conseils, vos excursions … L’exploration et l’enrichissement naissent à travers des échanges.

ZION NATIONAL PARC, LE BIJOU DE L’UTAH.

C’est à partir de la ville de Saint George que nous nous rendons au Parc National de Zion. Il faut compter une heure de route pour rejoindre le Parc National. Juste avant nous avons visité un tout petit village abandonné « Graffon ». 

IMG_20200128_102624.jpg

IMG_20200128_101415.jpg

20200128_121813.jpg

 

ZION NATIONAL PARK. 

IMG_20200128_125151.jpg

IMG_20200128_113307.jpg

IMG_20200128_125630.jpg

 

Le parc national de Zion n’est autre que le tout premier parc national de l’Utah depuis 1919 ! Situé à l’extrémité sud-ouest de l’Utah, Zion est considéré comme l’un des plus beaux parcs des Etats-Unis. Il s’étend sur 60 000 ha en occupant partiellement trois comtés. C’est un parc naturel de première importance pour ses paysages et sa faune mais également pour les nombreux sites archéologiques qui y ont été mis à jour.

Dômes colorés, falaises et canyons font de ce parc un lieu riche en diversité géologique, mais également en faune et flore.  A mi chemin entre paysages désertiques et montagnes rocheuses, c’est un véritable incontournable lors de votre road trip américain.

Le parc peut se diviser en trois parties : Zion Canyon, au sud, Kolob Canyons, au nord, et Kolob Terrace au centre. L’altitude de l’ensemble varie entre 1 117 m (Coalpits Wash) et 2 659 m (Horse Ranch Mountain). Les imposantes formations rocheuses qu’on trouve alors portent des noms laissés par les mormons tels que les Tours de la Vierge, la Cour des Patriarches, le Grand Trône Blanc, l’Arrivée de l’Ange, le Temple de Sinawava ou encore le Dôme du Tabernacle.

carte-acces-zion

 

Nous passons l’entrée sans problème en montrant notre Pass Annuel, puis on récupère également la carte des trails auprès des rangers avant d’entrer dans le Parc. Par rapport à la periode où nous étions ( début février ), nous avons pu circuler dans le Parc sans obligation de prendre des navettes gratuites. Car très peu touristique en cette periode, nous avons pu profiter en voiture de tout ces paysages fabuleux. Mais qui dit basse saison, dit beaucoup de site parfois en rénovation ou fermé. Du coup, nous n’avons pas pu tout visiter ou admirer, mais en une journée nous n’avions pas l’ambition de tout voir non plus. 

 

PARTIE ZION CANYON. 

Il s’agit certainement du secteur le plus visité, et certainement le mieux aménagé pour les touristes. A savoir que la petite ville de Springdale est positionnée à l’entrée du parc et offre pas mal de commodités (restaus, hôtels, souvenirs). On y retrouve le Visitor Center principal et le Zion History Museum.

Pour explorer le canyon dans sa totalité, la route est donc fermée de mi-mars à novembre, et il faut prendre la navette gratuite, qui fait plusieurs arrêts entre le Visitor Center et Temple of Sinawava (comptez 45 min de trajet). Les départs de randonnées se font généralement depuis ces arrêts. C’est dans ce secteur qu’on y fait quelques randonnées emblématiques comme Angels Landing ou The Narrows.

IMG_20200128_135836.jpg

IMG_20200128_112642.jpg

THE NARROWS. 

IMG_20200128_115508.jpg

IMG_20200128_114504.jpg

IMG_20200128_114415-1.jpg

 

The Narrows, « passage étroit » est en fait une immense gorge située au fond de la vallée de Zion et creusée depuis des années par la Virgin River.
Ce qui fait l’originalité de cette randonnée, c’est que vous marchez la plupart du temps dans le lit de la rivière, au milieu des immenses parois rouges qui composent le paysage. Vous pouvez facilement marcher pendant des heures en remontant le courant de la Virgin River. Du coup, pensez à vous équiper avant d’entamer cette randonnée surtout si c’est la saison basse.

 

CANYON OVERLOOK TRAIL. 

IMG_20200128_132300.jpg

IMG_20200128_133737.jpg

IMG_20200128_130139.jpg

 

Nous finissons notre découverte du Zion National Park avec une petite randonnée au coeur du Zion Canyon Overlook, offrant un point de vue saisissant sur le Zion Canyon. La balade démarre de l’autre côté de la route par rapport au Parking. Lorsque vous serez au point de vue panoramique, regardez bien l’immense falaise sur votre gauche : c’est dans cette falaise qu’est creusée l’incroyable tunnel que vous avez emprunté juste avant. Ce point de vue vaut vraiment le coup, puis la randonnée n’est pas longue, ni compliqué, juste comme de nombreux point de vue dans le Zion Park il y a certain passage qui peuvent s’avérer très étroits et assez vertigineux, faites tout de même attention !

 

Notre journée dans le Zion National Park fut encore un enchantement unique, nous sommes vraiment étonné de tous les paysages que nous offrent l’Ouest américain ! Tous ces parc nationaux sont vraiment de petits bijoux naturels. Toutefois, je pense que si nous avions eu plus le temps et que nous étions pas dans la saison hivernale nous aurons pu encore plus profiter des randonnées que ce merveilleux parc a à offrir.

 

INFORMATION PRATIQUE.
COMMENT S’Y RENDRE ?

Le parc national de Zion est situé à 2h30 de route depuis Las Vegas, 1h20 depuis Bryce Canyon et 1h45 depuis Page.Il s’atteint en plusieurs accès : au nord à Kolob Canyons sur la route 15, au sud à Springdale par la 9, et à l’est par la Mount Carmel Highway.

 

QUEL TARIF ?

35$ par véhicule valable 7 jours. Le pass America the beautiful est accepté : pass annuel à 80$ par véhicule, valable pour tous les parcs nationaux des États-Unis. Pour rappel, ça vaut le coup de l’acheter dans le premier parc national où vous allez, si vous comptez voir au moins 3 parcs différents.

 

LIEN UTILE POUR LE PARC  :

• Outdoor project et Alltrails : la base lors de tout voyage dans l’ouest américain. Ces sites répertorient un bon nombre de randonnées, et sont parfaits pour repérer ce qu’il y a à faire et à voir dans un secteur.

 

 

 

 

BRYCE CANYON,AU CŒUR D’UN PAYSAGE ENNEIGE.

En fin de journée, juste après notre visite du Zion National Park, nous prenons la direction du Bryce Canyon, situé à deux heures de route du parc. Petit à petit, kilomètres après kilomètres, les paysages changent. Nous apercevons de la neige sur notre route ce qui rend le décor captivant. L’Utah est vraiment un état à part, un drôle d’espace où l’on finit par se demander quelles formes auront les formations géologiques des prochains parcs que l’on visitera. Et, le Bryce Canyon nous réserve bel et bien de superbes surprises.

IMG_20200128_153124.jpg

IMG_20200128_151557.jpg

Bryce Canyon National Park n’est pas tout à fait un canyon, c’est plutôt un gigantesque amphithéâtre naturel en forme de fer à cheval, créé par l’érosion de la partie est du plateau de Paunsaugunt. Au fil des âges, ces formations ont été sources de nombreuses croyances, notamment chez les indiens qui pensaient que ces formes étonnantes étaient des restes d’humains pétrifiés pour avoir mal agi.

Ses structures géologiques appelées « les hoodoos » sont extraordinaires. Ce chaos de blocs et d’aiguilles rocheuses délicatement dentelées, dominant les versants d’une vallée encaissée, est l’une des plus minutieuses sculptures géantes dont les artistes ne sont autres que le vent, la pluie et le gel. Le chef-d’oeuvre serait en quelque sorte inachevé si les caprices de la nature n’y avaient pas déposé, de-ci, de-là, des touches de couleurs comme du rose écarlate, d’orange, de blanc, de gris, de violet, de bleu, ou bien de vermeil… Une vrai palette artistique !

IMG_20200128_154453.jpg

IMG_20200128_154453.jpg

IMG_20200128_161000.jpg

IMG_20200128_155508.jpg

 

Le Rim Trail suit sur plusieurs dizaines de kilomètres le plateau déchiqueté qui borde le canyon. De nombreux stops en voiture sont possible tout autour, offrant des panoramas magnifiques sur le Bryce Canyon. Toutefois, en saison plus chaude, pensez à faire certaines randonnées que le site peut offrir, je pense que cela doit valoir vraiment le coup, car de plus près c’est toujours mieux pour bien admirer ces hoodoos, qui nous font penser aux cheminées de fées de la région de la Cappadoce en Turquie.

Nous sommes descendus au Bryce Point, puis remontés vers le Sunrise Point. Vous retrouverez ci-dessous une carte afin de visiter ce fabuleux site.

 

carte bryce

etape 3

 

INFORMATION PRATIQUE :

  • Comment s’y rendre depuis Zion National Park ? En seulement deux heures avec la route UT12.
  • Comment s’y rendre depuis Page ( Arizona )? Comptez 3h30 de route pour rejoindre Bryce Canyon.
  • Un visitor center se trouve à l’entrée du parc, juste après le péage. Notez que de fin Mai à fin Septembre, il existe des navettes gratuites reliant le Ruby’s Inn à Bryce Point. Fréquence de passages toutes les 10-15 minutes.  Les navettes commencent à fonctionner à 8 h. Les horaires du dernier autobus varient en fonction de la saison : 18h en basse saison et  19h en haute saison.

 

navette

 

  • Le Pass America the beautiful est accepté. Sinon 25 $ par voiture ou 12 $ pour piéton (valable 7 jours). 
  • Le site suivant vous informe des différentes randonnées que vous pouvez faire .

 

 

Malgré le froid glacial en fin de journée, nous avons adoré ce lieu, oui je sais nous nous répétons beaucoup, mais les paysages dans l’Ouest américain sont vraiment à couper le souffle. Et, là encore, nous tombons sur des formations géologiques complètement différentes de tout ce que nous avons pu voir, et la neige en prime, incroyable !

 

 

HORSESHOE BEND, L’ENVOÛTEMENT IMMÉDIAT.

Nous voilà à Page, ville dans la région de l’Arizona. Tout juste après notre petit déjeuner nous prenons la voiture en route pour l’Horseshoe Bend. Oui vous aussi vous allez un peu trébucher le nom de ce lieu ! Je pense que c’est à peine maintenant que j’arrive enfin à le prononcer sans me tromper. Mais Horseshoe Bend, qu’est ce que c’est ? A part ces photos mythiques que nous connaissons tous. 

IMG_20200129_092407

Commençons par un bref historique de la région. Les premiers peuples sédentaires à s’installer sur ce territoire étaient les amérindiens Fremont et Anasazi (jusqu’au XIVe siècle environ), à qui succèdent les Paiutes, puis les Navajos et les Hopis (vers 1850).

À partir du XVIe siècle, les colons espagnols puis le gouvernement mènent des expéditions dans la région, avant l’arrivée des pionniers lors de la ruée vers l’or. Dès le début du XXe siècle, la région se développe et est de plus en plus fréquentée par les touristes. Mais le paysage exceptionnel de Horseshoe Bend n’attire pas seulement les touristes, mais aussi les cinéastes ! On peut notamment voir son décor dans le film La Planète des Singes (1968) de Franklin James Schaffner.

Horseshoe Bend, c’est en fait un méandre du fleuve le Colorado et a pour forme la courbe d’un fer de cheval d’où son nom en anglais. Mais c’est surtout un lieu magnifique à observer. Les canyons sont saisissants, et le bleu du Colorado contraste subtilement ce décor fantastique. Je pense que nous aurions pu rester des heures et des heures à observer ce lieu. Littéralement conquis !

IMG_20200129_093310

IMG_20200129_093303

IMG_20200129_093115

IMG_20200129_091650

etape 3

 

INFORMATIONS PRATIQUES. 

De Page, il vous suffira donc de suivre la direction Sud sur l’US 89, de tourner à droite près de 2,5 kilomètres après le croisement entre l’US 89 et l’AZ 98, puis de suivre les panneaux qui indiquent le sentier menant à Horseshoe Bend. Facile, non ?

Le site est payant, il coûte 10 $ par véhicule, et même si vous possédez le Pass, America the beautiful. Vous avez un parking qui va être votre point de départ pour se rendre au site. Le chemin n’est pas si long, je dirais environ 15 mins à pied.

Sur place, prévoyez une heure pour faire la randonnée et vous imprégner de l’atmosphère du lieu. Notez cependant que le parking ouvre ses portes à 5h du matin et ferme à 20h, le soir.

Depuis 2010, Horseshoe Bend ne cesse d’attirer de plus en plus de visiteurs, amenant les autorités à aménager le site afin de les accueillir dans les meilleures conditions (abris pour se protéger du soleil, places de parking supplémentaires, barrières de sécurité…). L’aspect de Horseshoe Bend n’est donc plus aussi brut qu’avant, mais la bonne nouvelle est que le site est désormais accessible aux personnes à mobilité réduite.

 

 

SUR LA ROUTE DES VILLAGES FANTÔMES DANS L’OUEST AMÉRICAIN, ET EN PRIME LA ROUTE DES OVNIS.

Juste après notre visite de la Death Valley, nous partons dans le Nevada à la recherche de village fantômes. Non loin de la Vallée de la Mort, nous retrouvons Rhyolite, un village abandonnée.

IMG_20200127_140625

 

RHYOLITE, LE PLUS ACCESSIBLE DEPUIS LA DEATH VALLEY. 

À son apogée, Rhyolite comptait 5 000 habitants, 50 saloons, 35 tables de jeu et 19 maisons de pension. Les mines ont été fermées en 1910 après le tremblement de terre de San Francisco qui avait perturbé le service ferroviaire desservant cette ville minière du Nevada.

IMG_20200127_141626 - Copie

Aujourd’hui, Rhyolite est l’une des villes fantômes les plus photographiées de l’État. Et pourtant, il en reste pratiquement plus rien. Ce n’est pas le plus intéressant de la région. Toutefois si vous n’avez pas forcément le temps d’en voir d’autre il peut être alors une option à votre exploration.

IMG_20200127_143331

IMG_20200127_143400 - Copie

IMG_20200127_143454

IMG_20200127_143514

IMG_20200127_143558

 

GOLDFIELD, VILLAGE FANTÔME PAR EXCELLENCE.

IMG_20200127_162015

IMG_20200127_160818

Nous arrivons à Goldfield, après 1 heures 20 de route. Dès notre arrivée nous nous sommes demandés si on était bel et bien dans un village fantôme, car Goldfield se montrait au premier abord très industrielle.

IMG_20200127_160925

Située entre Reno et Las Vegas, la ville de Goldfield a été l’une des plus effervescentes, sa population atteignant 30 000 habitants au tournant du siècle dernier. Aujourd’hui, moins de 300 habitants vivent dans ce qu’il reste de cette ancienne ville-champignon. Ruelles après ruelles, nous trouvons de nombreuses trouvailles très anciennes, cela nous plonge dans un décor Far West, hors du temps.

IMG_20200127_161001

IMG_20200127_161128

IMG_20200127_161342

IMG_20200127_161339

IMG_20200127_161445

IMG_20200127_161718

IMG_20200127_162115

IMG_20200127_161832

Nous continuons notre route vers St George, il nous reste 400 et quelques kilomètres ce qui est encore énorme on vous l’avoue. Mais ça c’est notre folie, cette folie à tout prix de passer par la routes des aliens, en plus dans la nuit.

 

LA ROUTE DES ALIENS : EXTRATERRESTRIAL HIGHWAY.

IMG_20200127_180534

IMG_20200127_182645

Rouler la nuit à travers ces longues routes monotones peut s’avérer un peu dangereux, encore plus quand sur votre chemin vous pouvez rencontrer vaches, biches,  cerfs, lapins… Donc soyez prudent ! Et, attention, il n’y a plus de station essence sur la Statre Route 375. Les stations les plus proches sont à Ash Springs et à Tonopah.

Extraterrestrial Highway , soit la « Route des Extraterrestres« ,  est une bande de bitume de 158 km entre Warm Springs et Crystal Springs, en plein South Central Nevada, est connue pour ses observations d’ovnis, sa proximité avec la zone 51 et Nellis Air Force Range. C’est, avec la ville de Roswell (Nouveau-Mexique) ou la San Luis Valley (Colorado), l’un des « hot spots » pour les ufologues du monde entier. 

IMG_20200127_191602

IMG_20200127_191705

IMG_20200127_193728

IMG_20200127_193747

C’est avec un ciel étoilé que nous commençons cette mythique route à la recherche d’un extra-terrestre. Bon qu’on se rassure mise à part des vaches, aucun alien fut au rendez-vous. Mais par contre nous avons adoré le côté très Kitsh des américains.  Il y a donc le petit motel-restaurant de Rachel, le Little A’Le’Inn, et la Black Mailbox, une simple boîte aux lettres, lieu de rassemblement des chasseurs d’ovnis. Nous avons même laissé une petite carte postal de la France. Donc si toi alien tu l’as reçu, merci de nous faire un petit hommage ;).

 

Pour la petite anecdote, c’est sur cette même route que nous avons eu à faire à la police américaine. La limite de vitesse à un croisement était de 25 kilomètres par miles, et Adam roulait à 30 kilomètres par miles. Du coup, tout sagement on s’arrête sur le côté voyant les gyrophares derrière nous et personne d’autre que nous roulait sur cette route. Dans le rétroviseur, on guette alors le policier, ce fut comme une scène d’un film, un moment de cinéma intense, lampe torche, fenêtre baissée, le policier nous accueille en nous demandant nos papiers. Bon qu’on se rassure le policier était très gentil, deux trois échanges, nous rappelant de faire attention aux limitations de vitesse, un petit sourire et nous pouvons reprendre la route.

 

etap 2

 

Cette journée de route fut très longue, nous avions hâte d’arriver à St George, ville dans la région de l’Utah. Aujourd’hui, L’exploration était au rendez-vous ! Nous avons adoré, et nous nous sommes vraiment sentis comme des acteurs déambulant à travers des décors mythiques américains.

 

DEATH VALLEY : UNE MERVEILLEUSE ÉCHAPPÉE NATURELLE.

Le lendemain de Las Vegas, nous prenons la route en direction de la Death Valley. Lieu fascinant et incontournable lors de votre road trip dans l’ouest américain.

C’est sur la frontière du Nevada, à l’est de la Sierra Nevada, à la suite du Mojave Desert, que s’étend la fameuse Vallée de la Mort. Le nom indique bien l’aridité totale de ce lieu, où beaucoup se sont perdus en voulant atteindre la Californie.

Il y a quelque 200 millions d’années, la vallée était une mer en bordure de la faille de San Andreas, cette fameuse cassure de l’écorce terrestre qui fait trembler la Californie. Aujourd’hui subsistent des collines de sable blond totalement vierges ; des étendues salées et blanches, des montagnes, des collines et des canyons râpés et arides, d’une beauté d’autant plus impressionnante que le soleil, selon les heures, change les perspectives, les volumes et les couleurs.

 

IMG_20200127_123408

 

HISTOIRE DE LA DEATH VALLEY.

Les premiers habitants de la vallée étaient les Indiens Timbisha Shoshone, qui vivent aujourd’hui dans les Shoshone Mountains. Les premiers Européens à avoir connu ce désert sont arrivés lors de la Ruée vers l’or de 1848 à 1851. Ce furent près de 80 000 personnes qui partirent vers la Californie, pour une aventure périlleuse où il fallait s’attendre à combattre les animaux sauvages, les Indiens, et les éléments naturels. En 1850, de l’or fut découvert dans la Vallée de la Mort, ainsi que de l’argent, mais leur exploitation ne commença que lors de la découverte des gisements de borax en 1883. Le minerai était emporté par des wagons tirés par des attelages d’une vingtaine de mules. Des villes-champignons poussèrent autour de la vallée, comme Skidoo et Rhyolite, mais, le minerai s’épuisant rapidement, elles devinrent des villes fantômes. La Vallée de la Mort retint l’attention des parcs nationaux dès les années 1920, mais ce n’est qu’en 1933 que le président Hoover la déclara  »  monument national   »  ; elle ne devint parc national qu’en 1994.

 

UNE SACRÉE RÉPUTATION.

La réputation de la Death Valley n’est plus à faire : il fait très chaud et très sec. En 1929 et en 1953, il n’a pas plu une seule goutte pendant toute l’année. Le record de température est de 128°F (54° C) et  200°F (93°C) sur le sol… De nombreux guides regorgent d’histoires morbides. La plus connue, et la plus ancienne, c’est celle des « 49 premiers perdus » de la Vallée de la Mort.

En 1848, de l’or a été découvert en Californie, et tout le monde se rue à la conquête de l’Ouest. Les premiers pionniers à partir, « les 49 premiers » partirent de Salt Lake City, en Utah, et se retrouvèrent, après déjà moults péripéries et raccourcis mal choisis, en plein cœur de ce qu’ils nommeraient ensuite la Death Valley, car elle allait coûter la vie à un membre de l’équipée, et aux ânes de leur caravane dont ils se sont repus pour survivre.

 

IMG_20200127_102703

 

Death Valley est une quintessence de désert. Un Sahara d’environ 150 km sur 80 km. Et, nous y voilà, on entre dans la Vallée de la Mort par la Death Valley Junction. Quelques mètres plus loin, nous observons le Zabriskie Point où l’arrêt à ce point de vue est quasiment incontournable.

 

LE ZABRISKIE POINT.

IMG_20200127_105025

IMG_20200127_104942

C’est l’un des phénomènes géologiques les plus surprenants de la vallée. Le paysage à 360° a un côté lunaire. Il faut vous y rendre au lever du soleil, quand les couleurs ont toute leur intensité. La roche semble avoir été peinte, passant du rose au vert ou à l’orange. D’un côté, la terre à dominante jaune, marbrée de strates sombres, est creusée d’une série de ravines que domine une aiguille, Manly Beacon. Au nord, une couche plus dure, rouge sombre, est nommée la Cathédrale rouge.

IMG_20200127_105330

IMG_20200127_105403

IMG_20200127_110056

C’est un de mes lieux préférés de la Death Valley, je trouve ce paysage complètement féerique et fascinant. Les couleurs changent constamment, et l’ensemble de forme de la vallée apporte une poésie naturelle captivante.

 

LE LAC À SEC DE BADWATER.

IMG_20200127_113104

Badwater, est une vaste étendue de marais salants, magnifique avec les réverbérations du soleil. Un lac temporaire peut se former après de fortes pluies au Printemps. Au flanc de la montagne, bien au-dessus des hommes, un panneau signale « Sea level ». C’est le point le plus bas  des Etats-Unis, 86 mètres sous le niveau de la mer.

IMG_20200127_115350

IMG_20200127_115008

IMG_20200127_114542

IMG_20200127_114223

IMG_20200127_113030

IMG_20200127_115440

Avec la chaleur qui continue d’assécher les cristaux, la surface se brise pour former des carreaux irréguliers. Puis peu à peu, tout continue à se briser et le sol devient plus chaotique, comme s’il avait été labouré.

 

LES MINES DE BORAX.

En continuant notre route en pleine exploration de la death valley, de nombreux paysages tous saisissants parsèment notre aventure. Mais celle-ci devient encore plus excitante quand nous décidons d’aller explorer une ancienne mine abandonnée…

IMG_20200127_123454_1

IMG_20200127_123429

 

IMG_20200127_132536

IMG_20200127_132405

IMG_20200127_132334

Les sous-sol de la vallée pouvait être une source de profit et autrefois on commença à exploiter du cuivre, de l’argent et de l’or, mais aussi du talc et du borax. Le borax, « l’Or Blanc du Désert » était utilisé dans l’industrie du verre, dans la métallurgie, mais aussi dans la fabrication de savon et de lessives, fut la principale production de la vallée.

Il en reste aujourd’hui quelques mines abandonnées, à l’exploitation desquelles furent employés de nombreux ouvriers chinois, et le souvenir du fameux équipage de 18 mules et deux chevaux (twenty mules team) d’Harmony Borax Works, transportant en 10 jours sur une distance de 270km des chariots de 36 tonnes de borax. Harmony Borax Works fut exploitée de 1883 à 1888.

La mine abandonnée que nous avons exploré fut vraiment très bien conservée, et pratiquement personne la visite car la route pour y accéder est assez compliquée surtout si vous avez loué une mustang.

IMG_20200127_132314

IMG_20200127_132142

IMG_20200127_132052

 

 

D’AUTRES SITES A VOIR :

  • DANTE’S VIEW.
  • DEVIL’S GOLF COURSE.
  • ARTIST’PALETTE.
  • SAND DUNES.
  • UBEHEBE CRATER.

 

 

La réputation lugubre de la Vallée associée à la beauté de ces lieux désertiques nous transporte tout de suite dans une atmosphère intimidante. C’est vraiment une exploration unique en son genre, dépaysante et fabuleuse. En aucun cas, vous serrez déçu. Nous avons passé juste une journée à arpenter cette vallée car la suite de notre itinéraire fut chargée. Toutefois nous vous conseillons de passer au moins deux jours si vous voulez tout voir.

 

INFORMATION PRATIQUE : 

Plan du site : 

ob_b32c46_carte-valle-e-de-la-mort

Comment s’y rendre ? 

  • En excursion organisée depuis Las Vegas.
  • Situé pile à la frontière entre la région de Californie et le Nevada, Death Valley est facilement accessible en voiture depuis les villes de Los Angeles et Las Vegas. // Los Angeles → Death Valley : 360 km – environ 5H de route. // Las Vegas → Death Valley : 210 km – environ 2H30 de route.

 

Visitors Center ?

Furnace Creek ou Scotty’s Castle. Furnace Creek est ouvert de 8h à 17h d’octobre à juin, et de 9h à 18h le reste de l’année. Scotty’s Castle est ouverte de 8h45 à 16h30 de février à avril, de 9h45 à 15h45 en avril et mai. En été, il n’ouvre que du vendredi au lundi, de 9h45 à 15h15. Plus d’informations sur le site officiel.

 

Concernant la météo ? 

Bon, vous devez le savoir. Il fait chaud à Death Valley. Les mois de juin, juillet et août sont les mois les plus chauds (entre 43 et 47°) et la nuit ne change pas grand chose. La meilleure période pour visiter le parc est clairement le printemps avec des températures plus fraîches et les fleurs qui font leur apparition.

 

Horaire du site :

La Death Valley est ouvert 24h/24.

 

Tarifs du site.

20 $ le véhicule, 10 $ par personne. Pass America The Beautiful accepté.

POURQUOI CHOISIR LE PASS AMERICA, THE BEAUTIFUL LORS DE VOTRE ROADTRIP ?

 

 

Comment visiter les parcs nationaux aux États-Unis en  profitant au maximum et faisant des économies ? Tout simplement grâce au pass America the Beautiful. On vous explique tout sur cette carte pratique dans cet article avant que vous vous envolez à travers votre roadtrip américain.

 

Lors de votre road trip Ouest Américain, il y aura forcément des parcs prévus à votre programme. Parcs nationaux, parcs d’Etats, National Monument …, tous sont le trésor de ce pays immense. Grands espaces, étendues désertiques, forêts géantes, ils nous offrent  vraiment une diversité de paysages étonnante, des décors irréels et spectaculaires à couper le souffle.

Certains sont gratuits mais la plupart sont payants. Du coup, afin de réaliser des économies, vous serez sûrement amenés à acheter le Pass America The Beautiful. Vous vous poserez sûrement beaucoup de question, tout comme nous, lors de votre réflexion sur l’achat de ce Pass. C’est pourquoi dans cet article on vous conseil sur l’achat très nécessaire de celui-ci.

 

Qu’est-ce que le Pass America The Beautiful ?

Le Pass America The Beautiful est également appelé Interagency Annual Pass. Il vous permet pendant sa durée de validité de visiter, de manière illimitée, tous les parcs nationaux, les National Monuments, les National récréation Areas, etc. Sa durée de validité est de 1 an.

Annual-Front-495x323

 

Le pass est valable pour l’ensemble des passagers d’un même véhicule. Si vous êtes nombreux et que vous voyagez à plusieurs véhicules, il faudra autant de pass que de véhicules.
En revanche, si vous êtes en moto, le pass peut être utilisé pour deux motos, à condition que les deux pilotes aient bien signé le pass conjointement.

 

Combien coûte le Pass America The Beautiful et est-il rentable ?

Le pass coûte $80. Il y a eu au cours de ces derniers mois une hausse significative des tarifs d’entrée des parcs nationaux. Il faut donc compter en moyenne entre $30 et $35 pour entrer dans un parc national. Après tout dépend de combien de parc vous visiterez c’est une certitude. Mais si vous visitez au moins 3 parcs, le Pass est plus que rentable.

 

Où acheter votre Pass America The Beautiful ?

L’acheter en ligne, ça n’a aucun intérêt et cela vous coûtera plus cher… En effet, pour les « non américains« , une commande en ligne n’est pas possible, il faut remplir un document, le faxer et pour tout ça, il y a des frais qui feront vite grimper le prix de votre pass.

Le mieux à faire est d’acheter votre pass au péage d’entrée de votre premier parc, ça ne prend que quelques minutes et de toute façon, c’est un passage obligatoire.
Si le parc n’a pas de péage, vous pourrez acheter votre pass au Visitor Center comme nous l’avons fait à la Dead Valley. Puis à chaque entrée dans un parc national vous serez amener à le présenter.

 

Quelques points auxquels y faut faire attention :

  • Les states parcs (comme par exemple la Valley of fire), ou les réserves indiennes (Monument valley, …) ne rentrent PAS dans le pass America the Beautiful.
  • Le pass doit toujours être accompagné d’une pièce d’identité du propriétaire et n’est pas revendable.
  • Certains sites pratiquent des prix d’entrée par personne et non par véhicule. Le pass ne fonctionnera alors que pour son propriétaire, les autres personnes devront payer leur entrée. Visiblement ce sont des cas assez ponctuels, sur notre road-trip nous avons à chaque fois payé par véhicule.
  • De façon assez évidente, le pass couvre uniquement l’entrée des parcs. Les campings et attractions ne sont pas compris.

 

Notre conclusion après avoir acheté le Pass :

C’est quasiment indispensable lors d’un road trip aux Etats-Unis puis cela génère une envie d’en visiter plein. Et niveau économie, cela vaut largement le coup ! Alors foncez !

 

FAQ.

Quels sites je peux visiter ? 

Voici une brochure où il est retranscrit tous les sites que vous pouvez visiter avec le Pass.

Y-a t-il une réduction pour les étudiants, personnes âgées ou avec un handicap ? 

Il n’y a pas de réduction pour les étudiants.  En ce qui concerne les deux autres situations vous devez être résidents permanent ou bien citoyen américain pour pouvoir avoir prétendre avoir accès à certaines réductions.

Si jamais je perds mon Pass ?

Si jamais cette situation vous arrive, malheureusement vous devez en racheter un, car le Pass est nominatif et ne peux être remplacé en cas de vol ou de perte.

 

 

 

LAS VEGAS : LA OU TOUT EST DÉMULTIPLIÉ, ENTRE EXTRAVAGANCE, DÉRAISON ET MAGIE.

Première ville de notre roadtrip, de 8 jours, dans l’ouest américain : Las Vegas. Nous arrivons depuis New York à L’aéroport de Los Angeles, c’est dans l’avion, une fois atteri que nous avons appris la terrible nouvelle concernant Kobe Bryant et le crash de son hélicoptère. Mais c’est vrai que ce jour là, le ciel fut très brumeux, d’en haut pendant l’atterissage nous n’avons absolument rien vu de la ville de Los Angeles.

Une fois sorti de l’aéroport, nous nous dirigeons vers les navettes concernant les voitures de location. Nous avons loué notre voiture (S.U.V) chez la compagnie Alamo. Une fois les papiers de location effectués, nous voilà prêts à partir vers Las Vegas !!

Las Vegas est une destination unique en son genre. Aucune autre ville ne lui ressemble, et pourtant ce n’est pas faute de retrouver à Vegas plusieurs monuments emblématiques du monde entier : le Sphinx, la Tour Eiffel, le Grand Canal de Venise, les buildings de New York… Il y en a vraiment pour tout les goûts.

Avant d’être un véritable parc d’attractions à ciel ouvert, Las Vegas n’était autre de que des prairies inhabitées. Bandits, milliardaires, crimes… en quelques années, las Vegas a connu plusieurs vies.

IMG_20200202_104531

 

AU COMMENCEMENT DE VEGAS.

C’est dans le quartier de Downtown que Vegas va connaître ses premières fois : le premier hôtel y est apparu en 1906, la première licence de jeu de hasard accordée en 1932, le premier building siège du Fremont hôtel a poussé en 1956 et le premier casino de Las Vegas, le Golden Nugget, a investi le milieu de Fremont Street en 1946.

Au début du XXème siècle, il n’y avait clairement rien. Les premiers paléo-indiens qui se baladaient dans la vallée avaient rangé leur tipis il y a 10,000 ans environ. Officiellement fondée en 1905 avec l’apparition d’une voie ferrée, Las Vegas ne comptait même pas 1,000 âmes 5 ans après. La ville attire aujourd’hui 40 millions de visiteurs, et 600,000 personnes y ont élu domicile.

 

Nous arrivons en fin de journée dans cette mythique ville, nous déposons nos affaires dans l’hôtel puis allons arborer en voiture les rues de Las Vegas, et ces nombreux Outlet. Le soir, nous sommes à 25 minutes à pied de la célèbre rue où toutes les folies sont au rendez-vous : Le Strip. Sachez qu’il est presque impossible de se garer au niveau du Strip sans payer le parking d’un l’hôtel. Et en plus, si jamais vous séjournez dans un hôtel sur ou vers le Strip vous serez amené à payer une taxe supplémentaire si votre hôtel possède une salle de jeux.  

 

LA PLACE INCONTOURNABLE : LE STRIP.

IMG_20200201_193130

C’est la rue centrale où se trouvent les casinos, les hôtels et les lieux de divertissement. La nuit c’est un monde à part, les illuminations subliment la ville et nous trouvons vraiment l’ensemble d’un point de vue décoration et architecture très joli. Notamment quand les hôtels nous offrent des spectacles magnifiques : l’hôtel Bellagio et son spectacle des eaux et l’hôtel Mirage pour son spectacle de feu. 

IMG_20200201_200822

IMG_20200201_195731

IMG_20200201_194755

IMG_20200201_194001 (1)

IMG_20200201_193511

Toutefois, nous n’avons pas tellement aimé l’ambiance qui règne autour de cette ville où drogue, alcool parsèment les rues. C’est vraiment un sentiment bizarre des cris, des chants, de la joie, de l’extravagance, des casinos à outrance, à vrai dire les jeux d’argent ne font pas partir non plus de nos loisirs. Difficile pour nous de trouver notre place ou l’essence même de notre voyage. Mais on ne pouvait pas ne pas passer pas là.

Peut-on visiter les hôtels du Strip gratuitement ?

Tous les hôtels du strip de Las Vegas se visitent gratuitement. Chaque établissement va au-delà du simple hôtel en réalité : chacun d’eux possède son centre commercial, son casino, ses restaurants en tout genre, salon de massage etc. La plupart des voyageurs se promènent ainsi d’hôtels en hôtels.

 

ET A PART LE STRIP ?

Las Vegas est connu et reconnu pour ces nombreux spectacles et musées ou expositions temporaires. Je pense que même si on aime pas les jeux, il y a de quoi s’occuper à Vegas. Donc laissez-vous aller à vos envies, surtout qu’il est possible d’avoir accès à certaines d’entre-elles pour un prix raisonnable.

 

AUTOUR DE LAS VEGAS : LE RED ROCK CANYON. 

IMG_20200202_111022

IMG_20200202_115352.jpg

Vegas s’est vraiment implanté dans un décor assez majestueux. Le désert, les canyons, les Joshua tree…, toute une géologie incroyable arbore et berce cette ville démesurée. Le parc le plus proche pour se déconnecter un peu de cette folie est la zone de conversation nationale de Red Rock Canyon. On y découvre alors toute la diversité impressionnante du Mojave où nous avons la possibilité de rouler le long des 13 miles de laScenic drive ou bien encore de prendre l’un des sentiers de randonnée pour se rapprocher des emblématiques roches de grès rouge.

IMG_20200202_112725

IMG_20200202_114227.jpg

IMG_20200202_114223.jpg

IMG_20200202_112805.jpg

 

L’entrée est comprise dans le Pass America The Beautiful Pass. (80 $ dollars). Sans le pass, le prix d’entrée de Red rock canyon est de 7$ / véhicule. Néanmoins, étant tout proche de Vegas, il y a énormément de monde sur ce site.

 

road trip usa montage

 

Dans l’ensemble on ne pourrait pas réellement vous dire si nous avons aimé Vegas ou pas. C’est une sensation étrange. Un grand écart même. Nous avons été admiratifs et en même temps resté longtemps consternés. Un peu dégoûtée de voir  un tel contraste entre ces nombreuses personnes sans domicile et l’argent qui coule à flot dans les casinos. Toutefois, je pense qui faut vivre l’esprit Las Vegas au moins une fois dans sa vie pour justement voir et essayer de comprendre une telle démesure mais aussi pour y faire son propre avis.

WELCOME, NEW YORK. TOUT SAVOIR POUR RÉUSSIR SA VISITE DE CETTE VILLE ICONIQUE ET GRANDIOSE.

Ça y est l’aventure reprend, nous voilà à l’aéroport Charles-de-Gaulle, Paris, 18 heures prêts à embarquer dans quelques heures en direction de la ville iconique de New York. Nous arrivons à 20 heures à l’aéroport JFK à New-York. Afin de rejoindre notre Air b’n’b, nous décidons de prendre un Uber. Elle est pour nous la meilleure solution en terme de rapport prix/temps. (UBER partagé / 27 $ pour 2 personnes.)

Nous séjournons dans le quartier Glendale, non loin de Brooklyn. Chaque matin, nous avions à peu près 1 heure de transport pour accéder au centre de Manhattan. Et c’est à partir de ce célèbre quartier que notre exploration commença.

20200123_151935.jpg

IMG_20200123_091638.jpg

 

Bon, concernant le décalage horaire, qu’on se l’avoue cela a été très dur les premiers jours très souvent réveillés à 5/6 heures du matin.

 

COMMENT RÉUSSIR SA PREMIÈRE VISITE DANS CETTE IMMENSE VILLE ? 

  • AVOIR DU TEMPS ! Je pense que 5 jours c’est bien pour visiter New York et explorer ces nombreux quartiers emblématiques. Nous nous sommes restés 4 jours et nous n’avons pas pu tout voir, sans compter que nous avons eu un jour de pluie.
  • DÉCALAGE HORAIRE ? – 6h
  • CONCERNANT LA MONNAIE ? Dollars américain (USD$) taux de change : 1€ = 1,13 USD
  • VISA :  il vous faut obligatoirement l’ESTA pour prendre l’avion pour les Etats-Unis, faites votre demande en ligne quelques jours avant votre départ, il est valable 2 ans et coûte 14$ en ligne.
  • LES TRANSPORTS EN COMMUN : Le métro dessert toute la ville. Si vous restez 1 semaine à New York même 3 jours, on vous conseille d’acheter absolument une MetroCard illimitée à votre arrivée dans une borne dans n’importe quelle station: 32$+1$/par personne.
  • TEL / WIFI : La meilleure option est avec le forfait Free (19,9€/mois) et RED by SFR (15€/mois), les Etats Unis sont inclus avec 25Go/15Go d’internet et appels gratuits vers la France.
  • ELECTRICITÉ : Prises électriques de type A, deux fiches plates, prévoir un adaptateur et une multiprise.
  • CHOISIR UN CITY PASS. On a opté pour l’option City Pass NY 6 attractions inclues. Tarif : 240 euros pour deux personnes. 
  • CONCERNANT LES HÉBERGEMENTS ? Pour les petits budgets nous vous conseillons de regarder les Air Bnb, dans les quartiers extérieurs de Manhattan. Généralement il possède un coin cuisine où vous pouvez économisez de l’argent en vous faisant à manger.  Toutefois, faites bien attention aux air bnb que vous prenez pensez à regarder les avis, car nous avons eu une petite mésaventure avec un Air bnb non déclaré.

Pour faire vos courses, direction Stop & Shop. C’est un grand supermarché comme  on connaît tous.

 

  • Pour rejoindre l’aéroport JFK pour notre vol NY-LA. Nous nous sommes débrouillés sans prendre de taxi ou d’Uber en utilisant notre Pass métro afin de le rentabiliser encore plus. Et cela a été plutôt facile. Depuis le Financial District nous avons pris la ligne 4 jusqu’à New Lots. Puis pris le Bus n°15 en direction du terminal 5 de JFK. 

 

 

nyc

 

 

L’EMBLÉMATIQUE MANHATTAN.

  • MIDTOWN et TIME SQUARE. 

IMG_20200122_093103.jpg

IMG_20200122_095143.jpg

Quand on visite Manhattan on ne sait par quoi commencer, et c’est tout naturellement que nous nous dirigeons vers Time Square.  Sûrement un des endroits les plus visités au monde, en soit c’est un emblématique d’un passage par New York mais qu’on se l’accorde au final ce n’est ni plus ni moins que des écrans géants en masse avec des boutiques par centaines et des milliers de touristes… Puis après avoir fait Tokyo, New York paraît un peu « Has-Been » au niveau de la modernité. Toutefois, je pense qui faut vivre Time Square deux fois, le jour et la nuit. La nuit reste mon moment préféré pour s’imprégner de cette ambiance grande ville illuminé et effervescente.

IMG_20200124_171133.jpg

IMG_20200124_171637

IMG_20200124_170941

Puis nous déambulons malgré le froid glacial à travers Midtown à la découverte de nombreuses avenues toutes plus iconiques les unes que les autres, et en observant tout autant de nombreuses cathédrales super jolies.

20200122_195926.jpg

IMG_20200122_092801.jpg

20200123_161450.jpg

IMG_20200122_134946.jpg

IMG_20200122_112128.jpg

 

 

  • LES VIEWPOINTS : EMPIRE STATE BUILDING ET ROCKFELLER CENTER.

Après, nous décidons d’aller à l’Empire State Building, un des buildings les plus mythique de New York. Sa construction a commencé le 17 mars 1930, sous la direction des architectes Shreve, Lamb & Harmon Associates. A raison de 4 étages et demi par semaine, la construction de l’ESB s’est achevée en 1931 et l’inauguration a eu lieu le 1er mai 1931, par le President Hoover depuis Washington DC. Sa hauteur est de 381 mètres (448,7m avec l’antenne) et il compte 102 étages.

IMG_20200122_114235.jpg

Il a été le plus grand immeuble de New York (position qu’il a retrouvé suite aux attentats du 11 septembre 2001) et a été, pendant des décennies, le plus haut immeuble du monde. Aujourd’hui, il est donc second derrière le One World Observatory.

IMG_20200122_120252.jpg

IMG_20200122_120439.jpg

IMG_20200122_121926.jpg

IMG_20200122_200949.jpg

IMG_20200122_200303.jpg

 

Avec le City Pass nous pouvions monter tout en haut (une fois en journée, et une fois le soir à partir de 20 heures). Et, il vous donne aussi accès à l’autre point de vue indispensable de Manhattan: le Rockfeller Center.

IMG_20200124_123911.jpg

20200122_182800.jpg

La vue est incroyable, indescriptible ! On se rend vraiment compte de la superficie de New York depuis ces hauteurs. Et, depuis le Rockfeller Center vous avez la vue de ESB en prime.  

IMG_20200124_121211.jpg

IMG_20200124_121134

IMG_20200124_121442

IMG_20200124_121003

 

  • BALADE A CENTRAL PARK. 

IMG_20200124_133405.jpg

Central Park est juste l’immense poumon de la ville, un grand havre de paix où le chant des oiseaux nous transportent loin de l’effervescence de la ville. Nous déambulons tranquillement, paisiblement, je pense que c’est la première fois depuis notre séjour à New York que nous nous sentons aussi zen loin du dynamisme des visites de la ville.

IMG_20200124_134211.jpg

IMG_20200124_131527.jpg

IMG_20200124_134043.jpg

IMG_20200124_134001.jpg

IMG_20200124_131308.jpg

Vous pouvez y consacrer quelques heures, ou une journée au rythme de vos envies. Ce lieu est juste superbe entre nature, animaux et activités en tout genre ! Petit plus pour ces nombreux écureuils trop craquants.

 

  • LES MUSÉES. 

Et oui New York c’est aussi ces nombreux musées tous hyper intéressants. Avec le City Pass nous avons visités le Musée d’Histoire Naturelle, le MET est lui aussi inclus dans le Pass, tout comme le musée de la marine, ou Guggenheim.  Nous avons également visité le musée et mémorial du 11 septembre. Une visite remplie d’émotion, chargée d’histoire et de souvenirs. Il est vraiment indispensable !

IMG_20200122_164752.jpg

IMG_20200122_155808.jpg

IMG_20200122_163958.jpg

 

Etant passionnée d’art, le MOMA était pour moi une évidence. C’est un des plus grands musée d’art au monde avec de nombreux tableaux connus et reconnus (Van Gogh, KHALO, Picasso, Mondrian, Cezanne….). Pour couronner le tout nous l’avons visité gratuitement. Il faut savoir que tous les vendredis soir la marque Uniqlo offrent des billets gratuitement de 18h à 21 heures. Inutile de venir en avance faire la queue car dès l’ouverture des portes, la queue défile à une vitesse très très rapide.

IMG_20200124_183305.jpg

20200124_175456.jpg

IMG_20200124_180530.jpg

IMG_20200124_182042.jpg

IMG_20200124_175932.jpg

IMG_20200124_182617.jpg

 

  • LA PETITE TOUCHE CONTEMPORAINE : THE VESSEL.

IMG_20200124_145940

Le Vessel est une oeuvre architecturale très contemporaine caractérisé comme le nouveau symbole du quartier Hudson Yards. Inauguré en 2019, cette structure est faite d’escaliers reliés par des plateformes, tout cela suggérant la composition d’un navire.

Ce bâtiment futuriste fabriqué en acier, est devenu l’une des principales attractions de Hudson Yards, le grand projet d’aménagement urbain et moderne de l’ouest de Manhattan. Cet édifice se trouve au bout du parc surélevé High Line et a été conçu par l’architecte anglais Thomas Heatherwick.

IMG_20200124_145335

IMG_20200124_145445.jpg

IMG_20200124_145819.jpg

IMG_20200124_143905.jpg

 

La visite de ce monument est gratuite, il suffit juste de se rendre sur le site du Vessel et de choisir un créneau horaire pour le visiter.

 

 

CÔTÉ BROOKLYN. 

20200123_162136(0).jpg

Pour notre deuxième journée, nous nous rendons du côté de Brooklyn afin de découvrir le fameux Manhattan Bridge et Brooklyn Bridge. Le quartier DUMBO est tout autant touristique toutefois il offre de nombreux panoramas très intéressant, notamment celui du Manhattan Bridge dont la photographie devient de plus en plus prisée de tous.  J’ai adoré ce quartier c’est tellement l’idée que l’on se fait de Brooklyn, de l’architecture, des briques, des petites boutiques.

IMG_20200123_101539.jpg

 

Puis quant au Brooklyn Bridge, c’est l’un des plus anciens de New York traversant l’East River pour relier les arrondissements de Manhattan et de Brooklyn. Long de 1 825 mètres et haut de 84 mètres, ce pont a coûté plus de 15 millions de dollars de l’époque, estimant en plus que 27 personnes ont perdu la vie pendant les travaux, qui ont duré 14 ans. Son architecte, John Augustus Roebling étant mort des suites d’un accident sur le chantier, quelques jours seulement après le début de la construction, c’est son fils, Washington Roebling, puis sa belle-fille, Emily Warren Roebling, qui menèrent le projet à son terme. Le pont de Brooklyn est ouvert à la circulation le .

IMG_20200123_103640.jpg

IMG_20200123_103809.jpg

IMG_20200123_103550.jpg

IMG_20200123_104034.jpg

 

 

LADY LIBERTY.

IMG_20200123_122113.jpg

Classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 1984, la statue de la liberté est l’un des monuments phares de NYC, voir même de l’Amérique du Nord. Cette sculpture monumentale, érigée sur Liberty Island. Cette statues a été offerte par la France pour les Etats-Unis afin de célébrer le centenaire de la déclaration d’Indépendance. Son nom officiel est « La liberté éclairant le monde.. « , elle symbolise essentiellement l’espoir, l’immigration et bien évidemment la liberté.

IMG_20200123_124140.jpg

IMG_20200123_121437.jpg

IMG_20200123_121906.jpg

IMG_20200123_125103.jpg

 

A ses pieds nous pouvons retrouver des chaînes brisées symbolisant l’abolition de l’esclavage. Puis, les 7 branches de sa couronnne correspondent au 7 mers et continents de la planête.

 

-> COMMENT LA VISITER ?

Avec le Pass City NYC, vous avez accès à Liberty Island en prenant un Ferry dans le quartier Financial District, Battery Park. Attendez-vous à un long control de sécurité très pointilleux. La balade en bâteau est super intéréssante elle offre de nombreux points de vues sur Manhattan et sur la statue de la liberté. Petit conseil, évitez de manger sur le bâteau de nombreuses mouettes vous attendent !

Si vous ne possédez aucun Pass, le tarif à Lady Liberty est de :

  • 18,50 $ : incluant la traversée + montée au piédestal.
  • 21,50 $ : incluant la traversée + montée à la couronne.

 

Liberty Island et Ellis Island sont ouvertes au public tous les jours de 9h30 à 17h à l’exception du 25 décembre. Le guichet ouvre à 8h30 et les ferries partent toutes les 30/45 minutes (le premier part de Battery Park à 9h).

 

-> Comment rejoindre Battery Park ? 

  • En Métro : La ligne 1 (rouge) terminus South Ferry. // Les lignes 4 et 5 (vert)  arrêt Bowling Green.
  • En Bus : M5 / M20 / M15 arrêt South Ferry.

 

 

 

New York est une destination mythique, une ville immense composée par de longues avenues sans fin, des buildings à en perdre la tête et un joli patrimoine culturel. Cela n’est pas évident de tout voir lorsqu’on visite New York, du coup essayez de préparer en amont les points d’intérêts que vous voulez absolument voir sans pour autant charger vos journées. Laissez-vous le temps de ressentir l’ambiance New yorkaise, et l’effervescence puissante qui domine la ville. D’un point de vue plus personnel, New york nous a enchanté certes, mais les inégalités sociales se font beaucoup ressentir et lorsqu’on voyage on ne peut pas fermer les yeux sur un tel contraste qui chamboule vraiment le coeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DUBLIN, L’ICONIQUE.

Je pense que Dublin est une capitale iconique pour commencer, d’une part pour ce culte de pénétrer dans des pubs où la Guinness coule à flot, puis d’autre part pour son architecture très « vieux Brooklyn », assez underground. Nous sommes restés deux jours à Dublin et malgré une petite mésaventure, nous avons trouvé Dublin à la fois déconcertante pour cet amour festive entre musique, drogue et bière, mais aussi tout autant paisible pour se promener le long du fleuve à travers certains quartiers insolites.

IMG_20191008_114304.jpg

IMG_20191008_113221.jpg

IMG_20191008_113737.jpg

IMG_20191008_114453.jpg

IMG_20191008_123535.jpg

IMG_20191008_130727.jpg

IMG_20191008_131908.jpg

 

Nous avons commencé la journée par nous promener dans le centre ville, et nous avons adoré la multitude de boutiques très irlandaises et vertes. Puis nous nous sommes rendus à la Christ Church cathedral, qui à l’origine, fut construite en bois par les Danois, en l’an 1028. Elle fut ensuite rebâtie en pierre au XIIsiècle par le comte anglo-normand Richard de Clare, plus connu sous le nom de Strongbow, ce qui en fait le plus ancien bâtiment en pierre encore debout de Dublin. Malgré une restauration au XIXsiècle, elle a conservé en grande partie son style roman d’origine. D’abord celtique, puis catholique, la cathédrale Christ Church devient ensuite anglicane suite à la Réforme anglaise vers 1530.

IMG_20191008_121104.jpg

IMG_20191008_120310.jpg

IMG_20191008_115656.jpg

IMG_20191008_120945.jpg

IMG_20191008_115936.jpg

IMG_20191008_120201.jpg

 

Ensuite, direction le fameux Temple Bar, ce pub à la façade rouge vif et noir, est l’une des images d’Epinal de la ville. Il date de 1840 mais a été maintes fois rénové. A l’intérieur, c’est ambiance garantie dans ce lieu authentique tout en bois brut. On vient y boire une bière ou un Irish coffee à n’importe quelle heure de la journée.

IMG_20191008_131000.jpg

IMG_20191008_131004.jpg

IMG_20191008_130921.jpg

 

Pour les connaisseurs, le Temple Bar propose une superbe sélection de 180 whiskeys ! D’autres goûteront le fameux combo : huîtres – Guinness. Une légende.

Dublin ou aussi surnommée « la planète verte » a tous les avantages d’une capitale européenne, des musées et une programmation culturelle incroyable, tout en gardant son atmosphère à taille humaine. À Dublin, tout se fait à pied. De la rive Nord un peu prolo à la rive Sud plus chic et touristique, la ville a son folklore bien à elle. Vivante, chaleureuse, animée, Dublin a un grand coeur. Toutefois, nous n’avons pas été conquis à cent pour-cents, mais on se dit que lorsque nous découvrons que les capitales d’un pays cela peut s’avérer à la fois frustrant et parfois décevant car nous visitons même pas un dixième du patrimoine que le pays peut nous offrir et c’est vraiment notre ressenti pour l’Irlande. Cependant je suis convaincu que aller à Dublin pendant la Saint Patrick a une dimension totalement différente et hors-normes qu’il faut vivre au moins une fois dans sa vie.

 

COMMENT REJOINDRE AÉROPORT DEPUIS LE CENTRE-VILLE DE DUBLIN ?

Il existe des navettes dédiées qui sont directement reliées au centre-ville incluant tous les endroits principaux incluant Temple Bar, O’Connell Street, Heuston Station ou encore Grafton Street. Les navettes sont disponibles 24 heures sur 24. Je vous suggère toutefois d’opter pour la ligne 747, qui fonctionne de 7h à 23h environ.

Comme compagnie de navette, il y a Airlink qui est opéré par Dublinbus avec les lignes 747 et 748. Le tarif est de 3 € pour un enfant et 7 € pour un adulte. C’est le moyen le moins cher sans perdre trop de temps.

 

CORDOUE, ENTRE HISTOIRE ET ÉMERVEILLEMENT.

Capitale de province de plus de 325 000 habitants, elle s’élève à 124 m d’altitude. Bien que Cordoue soit aujourd’hui la moins importante des trois premières grandes villes andalouses, talonnée par Grenade et devancée par Málaga et Séville, elle fut, pendant les trois siècles qui ont précédé la Reconquête, la capitale de l’Espagne musulmane et l’une des villes-phares de l’Islam.

Néanmoins, les Romains, déjà, avaient confirmé sa puissance en faisant d’elle une métropole adoptée ensuite par les Wisigoths. Sénèque et Lucain, puis Averroès, Maïmonide et bien d’autres, mathématiciens, métaphysiciens, théologiens, penseurs ou poètes, sont nés dans cette cité captivante sur la rive droite du Guadalquivir. Cordoue fut le centre intellectuel et mystique du monde musulman. Si son rayonnement n’est plus le même aujourd’hui, elle reste cependant un centre de recherche philosophique encore très vivant.

Et pour découvrir le véritable enchantement de cette ville, il convient de se perdre dans ses vieux quartiers. Merveilleusement conservés, regroupés autour de la mosquée, ils abondent en patios fleuris et en venelles évoquant un autre monde. Les principaux points d’intérêt de Cordoue, cité inscrite au Patrimoine de l’humanité, se concentrent autour de la mosquée, dans le quartier de la Judería, un ensemble de petites ruelles aux maisons blanches et fleuries qui composaient l’ancien quartier juif de la ville.

 

Cordoue est ce genre de ville où rien que de l’apercevoir la magie opère, elle fut également notre dernière étape de notre roadtrip en Andalousie, et pas des moindres. C’est donc avec émotion et empressement que nous découvrons cette nouvelle ville.

IMG_20191014_114312.jpg

IMG_20191014_113839.jpg

IMG_20191014_113418.jpg

IMG_20191014_112931.jpg

IMG_20191014_113011.jpg

 

 

LA MOSQUÉE-CATHÉDRALE. 

IMG_20191014_123412.jpg

IMG_20191014_113912.jpg

 

Ce double monument (mosquée et cathédrale) témoigne des efforts, heureusement non couronnés de succès, que le royaume chrétien délivré des Maures déploya pour éradiquer toute trace d’influence musulmane. L’emplacement du monument ne fut pas choisi au hasard. Il fut d’abord occupé par un temple romain dédié à Janus, puis les Wisigoths y dressèrent leur propre temple (quelques restes subsistent).

La mosquée, quant à elle, fut construite en trois phases entre le milieu du VIIIsiècle et le début du XIsiècle. Considérée comme l’un des monuments religieux les plus grandioses du monde arabe, elle dominait un ensemble où les mosquées se comptaient par dizaines.

En 1236, après la conquête de la ville et la fuite des musulmans en Afrique du Nord, Ferdinand III le Saint ordonna sa transformation en église. On ferma les 19 portes qui donnaient sur la cour (sauf la porte des Palmes). Des chapelles furent aménagées autour du monument et l’on transforma le minaret en clocher. Puis en 1523, l’évêque Alonso Maurique décida d’en faire une vaste cathédrale au cœur des colonnes d’origine. La mairie s’opposa au projet, mais Charles Quint donna son accord. Le résultat au final est juste magnifique : la solennelle cathédrale, dont les 19 nefs soutenues par des arcs à double volée reposent sur plus de 800 colonnes, s’adapte aux subtilités de la fresque orientale.

IMG_20191014_115539.jpg

IMG_20191014_115240.jpg

IMG_20191014_115837.jpg

IMG_20191014_115723.jpg

IMG_20191014_115759.jpg

IMG_20191014_120811.jpg

IMG_20191014_120823.jpg

IMG_20191014_120951.jpg

IMG_20191014_121049.jpg

IMG_20191014_121342.jpg

Classée monument national en 1882, elle a été inscrite au patrimoine de l’Unesco en 1984 et depuis élevée au rang de bien de valeur universelle exceptionnelle en juin 2014, en raison de l’utilisation religieuse continue de l’édifice qui explique en grande partie sa préservation.

En toute honnêteté, vous ne devez pas passer à côté de ce somptueux monument chargé d’histoire et de prouesses architecturales. L’entrée à la mosquée-cathédrale coûte 10 euros par personne.

 

Sur le retour vers la voiture nous nous arrêtons dans un petit bistrot pour savourer une paella tant attendu lors de notre séjour en Andalousie.

IMG_20191014_133404.jpg

 

 

Certes la Mosquée-Cathédrale est l’élément majeur et indétrônable de Cordoue, toutefois prenez le temps d’arpenter les diverses ruelles qui s’offriront à vous. Cordoue est une étape indispensable à la découverte du patrimoine si riche de l’Andalousie, elle permet vraiment de se rendre compte de l’histoire torturée et conquérante entre chrétiens et musulmans. Un passé riche, prenant et fascinant.

 

SEVILLE, L’INDÉTRÔNABLE.

Séville est une des villes qui me faisais le plus rêvée en Andalousie, c’est donc avec excitation et impatience que j’attendais de la découvrir. Nous avons consacré une journée entière à la visite de celle-ci autant vous dire que nos jambes ne se sont pas reposées du tout, mais bon passons cela est pour la bonne cause, puis rien de mieux que de découvrir une ville si ce n’est qu’à pied.

Nous garons la voiture  au niveau de la station de métro Ciudad Expo, où 8 arrêts après nous descendons au niveau du centre-ville de Séville. Nous voilà enfin prêts à partir à la découverte de la plus célèbre ville d’Andalousie au rythme des ruelles et des sites culturels incontournables.

IMG_20191013_104727.jpg

IMG_20191013_105459.jpg

IMG_20191013_151619.jpg

IMG_20191013_110013.jpg

 

Nous commençons la visite par marcher jusqu’au Real Alcazar, le célèbre palais où 3 heures de queue nous attendaient, sous la chaleur, et la foule omniprésente. Je pense que les garçons sur le moment ont du me « détester » mais on ne pouvait visiter Séville sans son majestueux palais.

 

AU COEUR DU REAL ALCAZAR. 

IMG_20191013_142837.jpg

IMG_20191013_142638.jpg

IMG_20191013_142731.jpg

 

Déclarée patrimoine de l’humanité par l’Unesco, l’Alcazar de Séville constitue l’un des monuments les plus emblématiques de la ville, du pays et de la culture méditerranéenne. Celui-ci témoigne, entre ses murs et ses jardins, de l’évolution historique de la ville pendant le dernier millénaire, en réunissant des styles allant de l’époque arabe jusqu’au XIXe siècle, en passant par le Mudéjar du bas Moyen-âge, la Renaissance ou le Baroque. Il a été déclaré Patrimoine Mondial par l’Unesco en 1987, en reconnaissance de l’héritage de cultures et de civilisations qui subsiste encore dans cet ensemble harmonieux où tout est à sa juste mesure.

  • Le palais de Pierre le Cruel, l’un des édifices les plus importants de l’Alcázar, fut restauré par Charles Quint et Philippe IV. On découvrira surtout à l’extérieur le ravissant patio de las Doncellas (cour des Demoiselles d’honneur) réalisé par les meilleurs artisans de Grenade, un rectangle harmonieux encadré d’une double rangée de colonnes de marbre. Les demoiselles, princesses du sang, se tenaient à l’étage pour suivre les cérémonies qui avaient lieu dans la cour. On ne manquera pas aussi le salón de Embajadores et son dôme en bois de cèdre gravé et doré du XVe siècle. Si les travaux furent d’abord exécutés par des artisans maures qui apportèrent toute la fantaisie mudéjare, notamment dans des décors d’azulejos somptueux, les réalisations suivantes empruntent plutôt à l’Europe et à la Flandre .

IMG_20191013_143739.jpg

IMG_20191013_143819.jpg

IMG_20191013_144228.jpg

 

  • Les jardins de l’Alcazar sont magnifiques, d’influence arabe, ils ont ensuite été réformés en style Renaissance et romantique. Jets d’eau, fontaines, bassins, sculptures, buissons, arbustes et terrasses plantées de cyprès et de lauriers alternent dans un éblouissement de chaque instant. Les Andalous puis les paysagistes venus d’Afrique du Nord ont porté l’art à des sommets inégalés, afin de satisfaire le goût et les sens des califes. Un lieu idéal pour les siestes des chaudes journées d’été. D’autant plus qu’une cafétéria vous permettra de faire des pauses de temps en temps dans un lieu idyllique.

IMG_20191013_142959.jpg

IMG_20191013_143339.jpg

IMG_20191013_145626.jpg

IMG_20191013_142601.jpg

IMG_20191013_150357.jpg

IMG_20191013_144833.jpg
jhdr

 

  • Divers patios forment aussi des étapes clés de la visite. Le Patio de las Doncellas, les demoiselles, dont la décoration a été réalisée par les plus grands artistes de Grenade ; celui des muñecas, poupées, qui doit son nom aux visages qui décorent l’un de ses arcs et était l’endroit réservé aux domestiques qui travaillaient dans le palais ; celui de la Montería, de la chasse, ancien lieu de réunion de la cour royale avant de devenir lieu de rassemblement pour les chasses. Ou encore celui del Yeso, du plâtre, un jardin orné de superbes massifs de fleurs et de ruisseaux qui a conservé des éléments caractéristiques de l’alcazar de la dynastie almohade du XIIe siècle.

IMG_20191013_144503.jpg

IMG_20191013_145201.jpg

IMG_20191013_150921.jpg

 

 

J’ai adoré la visite de ce lieu magique, les influences musulmanes ont données des façades époustouflantes, dont mes yeux et mes pensées s’en souviennent encore. Tout au long de l’exploration, l’envoûtement opère, marcher au cœur du Real Alcazar c’est s’accorder un instant hors du temps.  L’entrée coûte 12,50 euros par personne.

 

LE CENTRE HISTORIQUE.

IMG_20191013_135100.jpg

IMG_20191013_151936.jpg

IMG_20191013_153430.jpg

IMG_20191013_154311.jpg

 

C’est évidemment un des passages obligé de la ville qu’on le veuille ou non, là où se concentrent la plupart des hauts lieux touristiques, des restaurants, des bars et des boutiques ! Le quartier Santa Cruz, particulièrement, est parfait pour flâner au hasard, en profitant du charme de tous ses recoins secrets. N’oubliez pas par exemple de passer par le Patio de Banderas, une place publique remplie d’orangers, légèrement à part du reste des ruelles et directement accolée à l’enceinte de l’Alcazár.

Les places principales regorgent de grands bâtiments historiques richement décorés; il n’est pas rare d’y entendre des musiciens qui jouent de la musique flamenco, comme sur la Plaza de San Francisco.

 

LA PLAZA DE ESPANA.

Ensuite, la visite se poursuit du côté de la célèbre place d’Espagne aussi mythique soit-elle, elle est juste merveilleuse. Cette étendue majestueuse, qui ressemble davantage à un monument qu’à une place de ville, a été construit pour l’exposition hispano-américaine de 1929. Nous avons adoré cette place, et la grandeur des espaces verts clôture ce lieu à la fois relaxant, familiale et romantique.

IMG_20191013_160353.jpg

IMG_20191013_161454.jpg

IMG_20191013_160333.jpg

IMG_20191013_160156.jpg

 

Séville est à la fois conquérante, passionnante et inspirante. Elle regorge de patrimoine culturelle, d’une douceur de vivre exquise et demeure autant pétillante que chaleureuse. Elle vous fera chavirer j’en suis certaine. Alors sans plus attendre, allez-y !

 

CADIX, LE TEMPS D’UNE APRES-MIDI.

Si sa création n’est pas le fait d’Hercule comme le prétend la légende, Cadix date néanmoins de l’an 1100 av. J.-C : en ce temps-là, les Phéniciens fondèrent une colonie appelée Gadir. La ville fut ensuite romaine comme en attestent les vestiges d’un théâtre romain, puis musulmane. Plus tard encore, elle sera l’objet des convoitises des Français et des Anglais. De son port s’élança, vers une cuisante défaite, la flotte franco-espagnole qui fut coulée à Trafalgar. En découvrant la ville pour la première fois, on est saisi par son site privilégié, ceinturé de fortifications et relié au continent par une mince bande de terre dans l’océan.

Parfois injustement délaissée au profit de Séville, cette ville légère, joyeuse et un rien italienne mérite vraiment une visite en tout simplicité. Le centre historique est vraiment tout petit, voir attachant et se pratique très bien à pied. La ville moderne est, elle, sans intérêts. Cependant, vous pouvez profiter des plages si la durée de votre séjour vous le permet.

IMG_20191012_123814.jpg

IMG_20191012_134933.jpg

IMG_20191012_134124.jpg

IMG_20191012_135532.jpg

IMG_20191012_124532.jpg

IMG_20191012_124340.jpg

IMG_20191012_133731.jpg

IMG_20191012_133738.jpg

 

Nous ne dirons pas que Cadix est une étape primordiale lors de votre roadtrip en Andalousie, mais néanmoins si jamais vous pouvez vous y arrêter alors faites-le. On ne peut le nier que l’architecture à Cadix est vraiment séduisante. Puis, c’est l’endroit idéal pour se poser le temps d’un verre ou la dégustation d’une paëlla, why not ?!

 

Le soir nous reprenons la voiture en direction de Séville, ville tant attendu de notre petit trip au cœur d’une région fantastique et surprenante.